Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan
 ::  :: Le Manoir :: Chambres

Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2500
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ NOCTAE (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Ven 20 Avr - 22:30

dépoussiérer les remembrances
morgan & galahad

« Don’t be tempted to look back. It has all happen before. Someday miraculous spread will forgive every cowardly thing that you’ve done. That I’ve done. Dust it off. »
Vapeur de nicotiane. Elle embaume les murs et les poutres, appose la fragrance aux allures délétère, gorge les lieux qui oublieraient le lendemain matin, lorsque la montre avisée reprendrait une course coutumière et redondante en une routine qui s'implantait jusqu'au bout des ongles, loin des ruelles éventrées de la capitale aux demeures dégueulant leurs secrets sous les frappes pernicieuses d'ennemis devenus désuets, égarés dans le gouffre de décennies. Elles furent souvenirs, les mélodies trop lourdes du blitz, lorsque la sorgue embaumait de ses doigts, troquée pour le paisible de plaines verdoyantes qui commençaient à être aimées. L'ombre demeure pourtant, vicieuse, voûte crépusculaire dominante depuis bien trop de jours, peut-être même semaines, peinant à trouver les brides d'une notion du temps égarée, connue par les escapades hors de la bulle cotonneuse et protectrice, glanant les rayons d'un printemps de plus en plus chaleureux hors des murs intemporels, piètre consolation tandis que la boucle aimée fut embourbée dans les ténèbres mordants.

Il se perd Galahad, dans les nuances de nuit perlées de cristaux céleste, les mirettes enregistrant pour mieux appréhender, alors que la montre à gousset, narguait du haut de ses aiguilles, affichant l'heure des arômes diffusés de tisanes et autres rituels propres à la patrie anglaise. Soupir. Le mégot s'écrase dans un cendrier trop plein, s'y logeant tant bien que mal parmi de trop nombreux compères qui furent oubliés. Il s'ennuie le voleur de carnes, ne supportant guère le tic tac incessant, au même titre que les ombres se projetant sur les murs. Paradoxe insensé, au vu de l'amoncellement de choses égarées dans les lieux qui furent royaume, glanées au fil du temps, proliférant toujours un peu plus, là où seuls les plus téméraires osaient pénétrer lorsque ce ne fut pas par pure nécessité, contraint d'arpenter les marches fatidiques pour rejoindre l'autochtone trop versatile dans son grenier. Quelques uns y virent des merveilles, trouvant quelques trésors entre appareil photos et ouvrages anatomiques, laissent glisser les phalanges sur un piano oublié qui semblait disparaître sous les drapés en tout genre.

Les songeries s'égarent, se perdent sur le tracé d'un groupuscule de Syndrigastis s'éloignant de la bâtisse pour une escapade, cherchant à imaginer leur périple. Sursaut. Le tout est interrompu par un coup contre le bois, intimité entravée par un quidam. « Une seconde. » Les paluches cherchent, tâtant les poches pour dénicher le cuir nocturne de gants en vain, précaution coutumière, les dénichant sur le coin d'un meuble au bout de quelques secondes, apposant une grimace tout en y glissant les phalanges. La porte s'ouvre sur un faciès inconnu au bataillon, lorgnant l'individu, l’œil instantanément attiré par le cruor qui s'échappe de sa paume, apposant une explication quant à la présence de l'individu qui quémandait de l'aide avant même d'avoir émis le moindre son.

Il eut un rictus rassurant Galahad, les lippes bienveillantes tout en l'invitant à s'engouffrer dans l'antre et prendre place sur la première chaise venue, lui emboitant le pas après avoir fondu sur un tiroir renfermant de quoi opérer quelques soins. Le cuir cède sa place au silicone dérobé dans la réalité linéaire, question d'hygiène, anachronisme pur et dur. « Faites voir. » Murmure suave, mêlé à un gestes précautionneux, esquivant le vermeil comme s'il fut porteur de peste.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Morgan Ednyfed
Miroir aux secrets

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
I'm a copycat. Copie l'apparence physique et la voix d'une personne après un contact. Peu copier aussi la personnalité et les manies si nécessaire.
☾☾ Bizarrerie :
Porte sur elle un collier avec une mèche de chaque personne composant sa fratrie.
☾☾ Années :
Trente-deux ans depuis des lustres.
☾☾ Occupation :
Trophée d'un homme dans une maison bien trop grande et glacée. Elle s'est prise de passion pour apprendre aux enfants de sa boucle temporaire à lire et écrire.
☾☾ Myocarde :
Autrefois épouse, la mort emportant son mari sans qu'elle n'en soit au courant. L'annonce ne lui briserait pas le cœur.
☾☾ Missives :
51
☾☾ Trogne & crédit :
Emilia Clarke/ DΛNDELION


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Sam 21 Avr - 21:43

Dépoussiérer les remembrances
Galahad & Morgan

Prendre le visage d'un autre. Phase d'excitation avant de choisir son cobaye. Sortir de la boucle juste quelques minutes afin d'aider, ravitailler en arborant d'autres traits pour l'amusement. L'habitude de devoir prendre l'apparence d'un homme, pas de questions, ni de réponses à apporter et c'est ainsi depuis son époque. La fête foraine, le meilleur endroit pour frôler quelqu'un sans attirer l'attention de cette personne, sans étonner, les passages étant bondés alors le contact physique et presque impossible à éviter. Guetter, deviner qui nous allions être aujourd'hui, juste pour l'espace d'une heure tout au plus. Les yeux se focalise sur un corps robuste, tenant en sa main une autre, bien plus fragile. Un sourire étire les lèvres de l'être qui parfois s'oublie et s'approche pour finalement émettre un contact. Quelques secondes avant qu'elle ne s'évanouisse dans la foule. Une apparition dans une caravane afin de fignoler son rôle, des vêtements masculins et s'envola au magasin du coin.

Une liste mémorisée, presque toujours la même, pains, viandes, légumes et le plaisir des fruits. Ils sont plusieurs ravitailleurs et ce n'était pas son rôle principal, juste une aide si quelqu'un de retrouve malade. En revenant des enfants chahute, Morgan tourne sur elle-même et tombe au sol, lâchant un juron. Sa main a rencontré un bout de verre, douloureux souvenir que ce contact avec sa peau, même encore après autant d'année passée, elle en garde la cicatrice à vie. Voilà qu'elle saigne, cherchant un pansement de fortune, elle ne trouve qu'un mouchoir dans sa poche et décide de retourner le plus rapidement possible à la fête foraine.

Morgan demande si l'infirmier était présent, après tout, ils en avaient bien un, n'est-ce pas ? On lui indiqua de rentrer dans la boucle et de se rendre au grenier, l'Hermite s'y trouverait. On lui prit les commissions des mains, le mouchoir aussi et elle entreprit de monter donc les escaliers et découvrir l'endroit qu'elle ne connaissait pas. Le grenier. Symbole de peur durant sa jeunesse, les monstres censés l'habiter s'était évadé depuis bien longtemps pour prendre d'autres forment, se blottir dans d'autres pièces. Prêt à sauter sur une proie aussi délicieuse qu'une jeune fille innocent comme elle.

Trois coups sur la porte. Une attente. La découverte de l'Hermite. Le coeur s'arrête, les traits se figent et les yeux se font rond. C'est lui ? La question reste en suspens sur les lèvres de Morgan et sa voix est capricieuse, le choc la plongea dans un mutisme. L'espace d'un instant tout se fige, un malaise semble la guêtrer pour mieux repartir lorsqu'elle se souvient qu'elle arbore les traits d'un autre. D'un homme. Un geste pour montrer la paume ensanglantée, elle le suivie. C'est lui. C'est bien lui. Soupir de soulagement, comme si la respiration fut coupée depuis la séparation, elle se sent cependant étrangement coupée des émotions tant voulues, juste la sensation que tout est cotonneux, dans son esprit, dans sa bouche. Ses membres refusent de lui obéir quelques secondes avant qu'elle ne prenne place à l'endroit qu'on lui indique.

Galahad, prénom mille fois prononcées autrefois et complètement impossible à articuler à présent. Mais quoi dire ? Quoi faire ? Bonjour, c'est moi, Morgan, tu te souviens, la fille qui te voulait pour jumeau ? Non. Plus de tact, moins d'impact émotionnel. Il lui demande de pouvoir observer la blessure et tendit alors dans un geste presque robotique, mécanique, cette main qui n'avait rien de féminin. Son regard se reporte sur cette main blessée, visiblement troublé, les mots se mélangent pour ne former qu'un brouhaha incompréhensible et lui donnant des vertiges. Elle manque de perdre conscience, se reprend de justesse et enfin sa voix se libère.

« Pardon. »

Pardon. De tellement de choses. D'avoir bougé. De ne pas avoir pu rattraper cette voiture en 51. De ne pas avoir compris ce qui lui arrivait. Pardon Galahad.

   
Emi Burton


Dernière édition par Morgan Ednyfed le Mar 17 Juil - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2500
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ NOCTAE (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Dim 22 Avr - 11:32

dépoussiérer les remembrances
morgan & galahad

« Don’t be tempted to look back. It has all happen before. Someday miraculous spread will forgive every cowardly thing that you’ve done. That I’ve done. Dust it off. »
Fantôme. Voilà ce que le quidam donnait l'impression d'apercevoir en s'engouffrant dans l'antre, comme si elle regorgeait de monstruosités sans nom, les doigts crochus prêts à capturer sans jamais laisser sortir. Et il connut les bruits et autres murmures Galahad, se plaisant presque à les entretenir par pur amusement, alors qu'il fit peur de par ses lubies, ne sachant guère à quoi on put avoir à faire en croisant sa carne au détour d'un couloir. D'autres murmuraient qu'il fut une sorte de frankenstein perdu dans les combles, s'obstinant à expérimenter pour trouver une remède au gène pernicieux, l'entraver ne serait-ce que temporairement, ce qui ne fut pas réellement factice en un sens. Qu'importe, au moins la tranquillité fut conservée, trouvant de toute manière confort auprès de mêmes individus.

Il demeure pourtant bien pâle le visiteur, au delà de ne visiblement pas être bien bavard, parvenant presque à le voir tanguer dangereusement sur sa chaise, fronçant les sourcils tout en le détaillant un instant, peinant à saisir le sens de syllabes et d'un mot unique qui venait de s'apposer, la consonance trop lourde pour qu'il puisse s'agir d'une simple excuse de dérangement. « Tout va bien ? Vous m'avez l'air quelque peu chamboulé et sur le point de faire un malaise. » Comme s'il n'y eut pas que la plaie, ou alors qu'elle eut été ouverte en des circonstances quelque peu traumatisante, le questionnant du regard pour qu'il ouvre les lippes. « Un problème avec l'hémoglobine peut-être ? » Explication sans doute plus rationnelle, pas comme si ce genre de malaise fut inédit, alors que beaucoup eurent des haut le cœur face aux maux.  

Les doigts gantés saisissent, observent, méticuleux, laissant échapper la fragrance mordante d'un désinfectant qui imbibe la plaie, se mêle à l'odeur de tabac qui a imprégné les murs pour la journée. « Ce n'est rien, même si c'est assez profond, je vais recoudre, ça risque de piquer un peu. » Mots suaves, accompagnés d'un semi-rictus navré, dénichant la courbe d'une aiguille qui dut entraver un peu plus le derme pour quelques piètres points. « C'est drôle je ne me souviens pas vous avoir déjà croisé, en général je retiens bien les visages. » Banalité qui s'échappe, vise à apaiser, occuper l'esprit, distraire, alors que les phalanges se font délicates et méticuleuses, connaisseuse des gestes. Il eut toujours eu cette fascination des maux Galahad, désireux d’apaiser les chairs, mioche trop curieux qui s’immisçait trop souvent dans le cabinet d'un patriarche avisé, le museau plongé dans les planches anatomiques d'ouvrages dérobés. Vocation entravée, opérant dans une illégalité sans nom, ayant d'avantage assimilé dans l'antre d'une boucle perpétuelle sans la moindre paperasse démontrant la validité de compétences qu'il eut pourtant bel et bien.

La paluche est relâchée au bout d'une minute, après y avoir posé une bande protectrice, satisfait. « Ça fera l'affaire. En revanche mieux vaut peut-être ne pas redescendre les marches tout de suite, vu votre pâleur j'ai bien l'impression que vous allez les dévaler tête la première. » Prudence de mise, préférant qu'il reprenne ses esprits avant de filer. « Un thé ça vous dit ? » Rictus encourageant, avantage que d'opérer dans la pièce de vie qui put pourtant paraître chaotique, rassemblant les ustensiles et autres flacons de bétadine pour mieux les faire disparaître de la table, troquant le silicone entaché d'un rouge dangereux qu'il ne fallut guère effleurer pour le cuir nocturne.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Morgan Ednyfed
Miroir aux secrets

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
I'm a copycat. Copie l'apparence physique et la voix d'une personne après un contact. Peu copier aussi la personnalité et les manies si nécessaire.
☾☾ Bizarrerie :
Porte sur elle un collier avec une mèche de chaque personne composant sa fratrie.
☾☾ Années :
Trente-deux ans depuis des lustres.
☾☾ Occupation :
Trophée d'un homme dans une maison bien trop grande et glacée. Elle s'est prise de passion pour apprendre aux enfants de sa boucle temporaire à lire et écrire.
☾☾ Myocarde :
Autrefois épouse, la mort emportant son mari sans qu'elle n'en soit au courant. L'annonce ne lui briserait pas le cœur.
☾☾ Missives :
51
☾☾ Trogne & crédit :
Emilia Clarke/ DΛNDELION


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Dim 22 Avr - 15:38

Dépoussiérer les remembrances
Galahad & Morgan

Pouvoir appuyer sur pause, pouvoir toucher ce visage sans pour autant qu'ils n'en soient infectés, de leur particularité. Vouloir passer ses bras autour de son torse et se serrer fort contre lui, comme avant. Pleurer. Au moins autant que lors de leur séparation. Aujourd'hui, il était impossible de cacher cette expression, un air certainement ahurie face à cet homme en musculature qu'avait copié sa frêle soeur. Soeur...mot qui reprenait son sens en ce moment même. Ses mains gantées lui assurent donc le fait qu'il possède la même particularité qu'elle. Le pauvre, la chanceuse, quelqu'un ressentant la même chose qu'elle lors de ses copies, mais elle aurait tellement aimé le savoir loin de ce genre de problème.

Sur la chaise, la jeune femme se sent plus petite que jamais, un peu plus mal aussi. Intérioriser systématiquement ses émotions n'étaient jamais une bonne chose, surtout lors d'un choc pareil. Lorsqu'un proche que vous croyiez perdu, mort, se trouve bien portant devant vous. Il est doux, bienveillant alors même qu'il pourrait se moquer, car de son point de vue il s'agit d'un grand bonhomme venant pour une blessure à la main et qui ne supporte pas la vue du sang. Il veut s'assurer que tout va bien, lui demandant si c'était le sang qui lui posait problème ici.

« Non...je veux dire...oui. »

Confession honteuse, emmêlement dans les pinceaux, confondant son rôle et celui qu'elle doit jouer. Il faut se concentrer à nouveau pour ne pas perdre le fil, ni l'apparence. Elle reprend son souffle, tente de ralentir son rythme cardiaque alors qu'il observe la plaie avec intérêt, se désintéressant bien des expressions faciales de son patient. Elle se reprend alors qu'il lui explique la procédure à suivre à présent pour la soigner. Des points de suture, elle peut parfaitement gérer ça, comme imperméable à la douleur physique à présent, elle ne ressentait même plus la douleur infligée par sa blessure. Une tentative de consolation en un léger rictus avant qu'il ne commence sa petite opération. Un instant de panique à nouveau alors qu'il tente un sujet de conversation certainement pour oublier qu'une aiguille se plante dans la chair.

« Euh...c'est...je suis nouveau. »

Se reprenant à temps quant à son nouveau genre, soudain le sentiment de culpabilité l'envahie. Elle fait marcher son frère tout de même, il n'était pas n'importe qui et méritait plus que quiconque de connaître la vérité. L'opération est déjà terminée, l'admiration pour ses points si régulier, d'une si bonne tension. Elle aurait voulu lui dire que leur père serait fière. Hochant vigoureusement la tête. Tout pour rester un peu plus, tout pour l'entendre encore.

« Oui, un thé, parfait. »

Il se détourne, s'affaire à ranger méticuleusement ses instruments et l'espace d'un instant elle se relâche, s'attendrit devant ce visage qu'elle aime temps, devant cet être qui la rend à nouveau complète en cet instant. Les yeux se baissent vers la paume soignée. Panique. Elle n'a plus rien de masculin, vite. Réfléchir. Agir ! Les sens affolés, elle regarde aux alentours et aperçoit une cloison. Sans aller plus loin, elle y plonge, littéralement. Peu importe que le boucan d'enfer l'attire, elle ne pouvait décemment pas se montrer à lui, il lui en voudrait d'avoir continué la supercherie. Le coeur bat à tout rompre, en venant à la rendre complètement sourde, un nouveau malaise la guêtre, elle s'assoit et entoure ses genoux de ses bras. Il finira par l'oublier ? Penser que son patient est parti ? L'irrationnel commence à prendre le pas sur le peu de rationnel lui restant de ses pensées. La voix enfantine de Morgan reprend le dessus, susurrant des « Pardon ».

   
Emi Burton


Dernière édition par Morgan Ednyfed le Mar 17 Juil - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2500
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ NOCTAE (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Dim 22 Avr - 23:17

dépoussiérer les remembrances
morgan & galahad

« Don’t be tempted to look back. It has all happen before. Someday miraculous spread will forgive every cowardly thing that you’ve done. That I’ve done. Dust it off. »
Peu bavard. Il fut décidément étrange le visiteur, supposant qu'il fit partie de ces êtres qui eurent un égo, à la carrure ferme et anguleuse que rien ne semblait pouvoir ébranler, alors que l'Excentrique ne fut qu'insecte de petite taille à ses côtés, terrorisé et sombrant dans le chaos sous le cruor qui s'échappait, n'assumant guère le contraste qui put paraître ô combien ridicule. Il n'en rirait point Galahad, coutumier de ce genre de phobie, peu désireux de chatouiller la susceptibilité de l'individu, alors qu'il eut lui-même des tares qu'il se refusait d'assumer et de clamer haut et fort, détestant passablement qu'on y appose le doigts en quelques mots.

Étrange engouement qu'il eut pour l'invitation à demeurer, fronçant les sourcils sans chercher à comprendre d'avantage. Les paumes s'affairent, cherchant une bouilloire qui fut gorgée d'eau, trouvant la flamme d'un réchaud d’appoint. Deux tasses empilées furent saisie, laissant échapper un tintement dangereux lorsqu'un bruit sourd retentit dans le dos, faisant volte face pour trouver une chaise vide, le patient soudainement volatilisé. Pensée futile qu'il eut de songer à une particularité qui l'eut rendu invisible ou immatériel, bien que les vêtements ne se seraient pas volatilisé si aisément. « Hey oh ? » Tentative vaine, entamant quelques pas qui chuchotent un crissement sur le bois du plancher, osant à peine s'aventurer dans les ombres.

Éclats. Elle tombe la porcelaine, se brise en un millier de fragments au contact des lattes du plancher, anéantissant les motifs floraux qui y furent apposés avec soin. Échine prostrée, la gueule béante. Les iris d'un ambre sombre, arrondies, enregistrent, refusent de laisser les paupières s'alourdir, comme si l'image dénichée ne fut qu'illusion bancale qui se volatiliserait à la moindre fraction d’inattention. Brune recroquevillée, peinant à saisir les syllabes qu'elle semblait laisser s'échapper, reléguées aux second plan. « Morgan » Les lippes se tordent, le timbre en virerait presque à l'aigu tellement le son en vint à arracher la gorge, y voyant naitre un nœud instantané. Les paupières cèdent, contraintes d'effacer l'humidité vicieuse qui s'implante pour troubler d'avantage la scène.  

Les décennies remontent, faisant dégueuler quelques souvenirs troublés par les trop nombreux jours, proscrits, tabous, alors qu'il ne voulut guère y songer plus que ça Galahad, à la fratrie trop nombreuse qu'il eut laissé dans une réalité linéaire en un jour trop chaotique, craché sur le parvis d'un antre infernal qu'il n'eut pourtant jamais rejoint, ayant fini par enfuir les quelques portraits dans des cachettes, secrets. Elle n'eut pas changée, l'égarée, comme s'ils se furent quittés la veille, figés dans les affres moqueurs d'une bulle redondante, narguant la soixantaine qui se fut écoulée. Alors ainsi elle fut semblable Morgan, la carne pernicieuse, voleuse qui eut laissé envolé ses jeux de fumées et miroirs pour en dévoiler l'original. Odieuse malédiction. Fatalité.

Et il fond, Galahad, l'échine plongeant sur celle de l'autre, esquivant les parties exposées de son derme, alors qu'il n'eut que le faciès d'exposé hors des drapés protecteurs, enserrant sa carne sans pour autant saisir véritablement l'information, peinant à enregistrer le fait qu'ils furent deux, qu'elle fut en vie et non un fantôme, voyant naître un espoir vain qu'ils ne furent guère les seuls, que les autres eurent trouvés également refuge. L'oxygène manque, oubliant presque le tracé qu'il dut avoir, le front cherchant une épaule pour s'y appuyer en un refuge, lippes au rictus presque trop nerveux qui laissent échapper un sanglots, sombrant dans des soubresauts probablement fondés, empêtré dans une émotion chaotique aux teintes rassurantes.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Morgan Ednyfed
Miroir aux secrets

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
I'm a copycat. Copie l'apparence physique et la voix d'une personne après un contact. Peu copier aussi la personnalité et les manies si nécessaire.
☾☾ Bizarrerie :
Porte sur elle un collier avec une mèche de chaque personne composant sa fratrie.
☾☾ Années :
Trente-deux ans depuis des lustres.
☾☾ Occupation :
Trophée d'un homme dans une maison bien trop grande et glacée. Elle s'est prise de passion pour apprendre aux enfants de sa boucle temporaire à lire et écrire.
☾☾ Myocarde :
Autrefois épouse, la mort emportant son mari sans qu'elle n'en soit au courant. L'annonce ne lui briserait pas le cœur.
☾☾ Missives :
51
☾☾ Trogne & crédit :
Emilia Clarke/ DΛNDELION


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Lun 23 Avr - 22:10

Dépoussiérer les remembrances
Galahad & Morgan

Rester prostrée, vouloir fermer les yeux et être invisible l'espace d'un instant. La peur de la réaction de l'autre. Elle ne supporterait pas de le voir en colère ou blessé. Des mots dis en boucle, comme des prières en égrainant un rosaire. Qui la hante. Pardon. La soeur demandant pardon à son frère pour l'avoir abandonné, pour ne pas avoir pu le retrouver depuis toutes ses années. Elle reprend conscience lorsque son prénom est prononcé, son regard semble se porter sur lui, mais elle n'ose regarder son visage, préférant ses mais. De longues minutes s'écoulent, le temps se fige ainsi que sa respiration.

Galahad court presque dans ses bras, forçant Morgan a changé de position pour mieux l'accueillir, surprise, le choc du corps contre le sien, doux choc électrique parcourant le corps entier avant de ne lui donner à nouveau de l'air, une respiration. Les bras dans les airs, marionnette sans fils, trouvent ensuite un réconfort sur le dos du petit frère. Les doigts agrippent le tissu, il est réel, elle sent la chaleur l'envahir de nouveau, le souffle de son autre lui rend le sien. A partir d'aujourd'hui, sa vie recommence.

Les mains guident un petit frère recherchant une place contre sa soeur, tout deux maudit de ne pouvoir se toucher qu'à travers un bout de tissu, un mouchoir, des gants. Embrasser sa joue, véritable challenge qu'elle se refuse à faire pour ne pas causer de problème. La main parcours le dos, geste presque maternelle alors que les larmes dévalent le visage caché du jeune homme.

« Galahad...ça va aller...je suis là. »

L'envie urgente de le consoler, de retenir ses propres larmes, de passer une main dans ses cheveux. Trop dangereux. Sa main vient fouiller une poche, se rappelle le contenu et elle enfile enfin ses gants. Sa main passe finalement délicatement dans cette tignasse brune, prudemment. Le serrer, un peu plus fort, plus que de raison, le manque de lui. Tout ce mélange, un nouveau malaise la guette et elle se raccroche à lui. Expirant bruyamment, mais les larmes coulent, chaudes et rapides, tout sort sans qu'elle ne puisse arrêter quoi que ce soit. Elle glisse des murmures à son oreille « Shhhhh » tentant de le réconforter tout en sachant qu'il serait plus sage qu'il laisse tout évacuer. Déglutissant, elle tente de parler, mais la voix se brise à la première syllabe. Elle recommence quelques secondes plus tard.

« Je ne pars plus...et toi non plus...d'accord ? »

Un hochement de tête suffirait, refusant de le laisser partir, elle voudrait apposer sa tête contre la sienne, mais cela n'était pas possible, cela déclencherait leurs particularités. La main s'abaisse de nouveau sur son dos, massant ce dernier de ses pouces, l'imaginant de nouveau enfant comme ils pouvaient parfois dormir ensemble suite à un cauchemar, Morgan tentant tout pour le rassurer. Se balançant très légèrement de droite à gauche, bercer, rassurer.

   
Emi Burton


i believe i can see
the future
Cause I repeat the same routine


Dernière édition par Morgan Ednyfed le Mar 17 Juil - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2500
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ NOCTAE (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Mer 25 Avr - 14:36

dépoussiérer les remembrances
morgan & galahad

« Don’t be tempted to look back. It has all happen before. Someday miraculous spread will forgive every cowardly thing that you’ve done. That I’ve done. Dust it off. »
Fantôme. Empruntes oubliées qui demeurent échos, spectres égarés dans les méandres mémoriels. Échine solitaire, vagabond esseulé s'enfermant dans ses lubies d'avantage chaque jour. Rien de plus. N'ayant pour comparse que quelques quidams aux proximités précieuses glanées dans le renouveau perpétuel, la boucles cotonneuse eut changé la donne. Trouble et contraste, alors qu'ils furent autrefois trop nombreux les marmots, grouillant dans une même demeure, le plancher laissant échapper ses complaintes sous forme de quelques grincements fatigués. Vint un temps où ils furent étrangers les uns des autres, cadet qu'on eut peiné à suivre et supporter d'avantage, qui eut soi-disant égaré sa sainteté d'esprit dans la boue de tranchées dégueulasses. Incompris. Insaisissable.

Tendresse, carne devenue prison pour en saisir l'autre, enserrant un peu plus l'étreinte pour affirmer d'avantage une présence qui parut pourtant illusoire, surréaliste. Il rit Galahad, aux syllabes maternelles qui furent infondées, alors qu'il n'eut plus rien d'un mioche, trop proche de ces vieillards qui en eurent assez vu et assimilé. Il eut changé. Incontestablement. Les perles salées furent ravalées, évincée d'un geste pour imbiber une manche de chemise immaculée, quelque peu honteux face aux faiblesses exposées, doutant qu'il put prétexter l'excuse trop grosse et indémodable de la poussière glissée dans l’œil.

La réponse quémandée vint en un geste trop bref pour qu'elle puisse le parer, évinçant les principes et esquives coutumières, saisissant son minois de paumes avisées qui furent dégantées sèchement pour mieux chercher son front et y marquer les lippes en un baiser dont l'emprunte fut certainement oubliée, évaporée, envoyant au diable le frisson qui s'immisce en une réorganisation des courbes, échangeant les rôles et carcasses. Peut-être qu'il voulut être certain l'Excentrique, qu'elle eut l'odieuse malédiction, bien qu'en réalité trop désireux de sentir son épiderme pour évincer le doute qu'elle ne fut qu'hallucination. Bel et bien réelle. « Comment ? » Syllabes uniques qui s'immiscent de son timbre emprunté, cherchent des explications, les interrogations aux bords des babines, proliférant, et désireuses de saisir, comprendre, assimiler, détestant ne pas savoir.

Les carnes se délient, cherchant les iris propres qui furent dérobées et qu'elle arborait désormais, glissant un pouce sur une pommette pour en ramasser une larme, déclenchant une nouvelle vague chaotique de réorganisation des chairs, dérobant l'apparence propre pour en revenir à l'original, comprenant qu'ils seraient capables de s'épuiser mutuellement à force d'enchainer les contacts. Détestable. Elle est observée Morgan, détaillant ses traits qui furent entravés dans la mémoire par le temps, n'ayant eu que pour image quelques piètres clichés encore enfuis dans une boite, lui offrant un rictus peut-être trop radieux.

Amertume. Elle parvint à se glisser, traitresse, narguant l'instant douçâtre de retrouvailles hasardeuses, ravalée au possible. Il se souvint pourtant Galahad, qu'elle eut courut jusqu'à perdre de vue la carcasse métallique d'un véhicule qui ne rejoindrait pourtant jamais sa destination initiale, passant outre les décisions délétères d'ainées et cadette. « Je dois savoir. » Alors les songeries gangrènent, imaginant qu'elle sut peut-être depuis le début, de quel mal il fut atteint, similaire, sans pour autant avoir ouvert les lippes, détestant ressasser ces instants, ce qui fut incompris, honteux, tus. « Est-ce que tu savais ? A l'époque ? »  Il ose le voleur de faciès, dans un besoin viscéral de savoir s'il dut lui en vouloir malgré l’engouement et la sagesse des décennies, si elle sut qu'il fut particulier.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Morgan Ednyfed
Miroir aux secrets

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
I'm a copycat. Copie l'apparence physique et la voix d'une personne après un contact. Peu copier aussi la personnalité et les manies si nécessaire.
☾☾ Bizarrerie :
Porte sur elle un collier avec une mèche de chaque personne composant sa fratrie.
☾☾ Années :
Trente-deux ans depuis des lustres.
☾☾ Occupation :
Trophée d'un homme dans une maison bien trop grande et glacée. Elle s'est prise de passion pour apprendre aux enfants de sa boucle temporaire à lire et écrire.
☾☾ Myocarde :
Autrefois épouse, la mort emportant son mari sans qu'elle n'en soit au courant. L'annonce ne lui briserait pas le cœur.
☾☾ Missives :
51
☾☾ Trogne & crédit :
Emilia Clarke/ DΛNDELION


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Lun 30 Avr - 21:01

Dépoussiérer les remembrances
Galahad & Morgan

Se battre, Morgan aurait dût se battre plus tôt contre se mari autoritaire, enclin à la séquestrer chez elle. Le supplier de laisser Galahad pouvoir venir la voir, venir s'installer avant que leurs sœurs ne perdent la raison en accusant le plus jeune de perdre la sienne. Elle l'aurait aidé, elle l'aurait aimé. Mais il aurait entendus, il aurait sût. Peut-être aurait-il oser lever la main sur le frère quand la sœur fut trop fragile ? Impossible, elle se serait interposé, elle aurait été jusqu'à le tuer. Personne ne fait de mal à son frère, ce serait la blesser au centuple.

Leurs corps se retrouvent, leurs âmes se connectent, pourtant il faut éviter tout contact avec la peau pour ne pas déclencher la particularité, la brunette n'est pas assez maîtresse de ses émotions pour bloquer sa particularité. Un sourire aux coins des lèvres en entendant à nouveau se rire, explosion dans ses oreilles, éclaboussure de joie accueillit à bras ouvert, oubliant leurs âge respectifs, comportement de mère qu'elle ne fut jamais et qu'elle ne serait jamais, stérilité forcée.

Une question, une supplication, elle ne supporterait plus une nouvelle séparation avec celui dont elle partage le même sang. Une surprise, des yeux ronds alors qu'elle sent deux paumes chaudes lui encadrer le visage, puis les yeux se ferme en sentant la tendresse d'un baiser sur le front. Frisson, émotion, ils se changent tour à tour. Il questionne. Comment en est-elle arrivé à pouvoir se changer en quelqu'un d'autre ? La vérité lui échappe, de la frayeur elle était passé à l'acceptation bien rapidement, ne pouvant rien y changer de toute manière. A présent il est elle et elle est lui. Les visages se changent de nouveau alors qu'il essuie les larmes de sa grande sœur. Ils se lâchent, Morgan se sent à bout de force, à bout de souffle, elle qui pourtant connaît bien ce jeu et modifie les règles sans détour. Mais elle n'en montre rien, avide de cette redécouverte, de ces retrouvailles.

La panique. La peur. L'étranglement. Elle hoquette alors qu'il lui pose la question fatale. Savais-tu à l'époque que je n'étais pas fou ? Semblait-il dire. La tête se secoue vigoureusement de droite à gauche. Un étourdissement, puis ses lèvres se desserrent.

« Non...Je ne savais pas, autrement je leur aurais montré, pour prouver. La première fois que j'ai subis ce changement, ce fut le soir même avec mon mari, il... »

Elle s'interrompe, s'étrangle, sensation de sentir ses mains à nouveau enserrer le cou pâle de Morgan. Ne pas lui dire, Galahad n'est pas encore prêt à entendre ce qu'elle a pu subir. Elle le sait, elle le sent, elle le voit dans ses yeux. Mémoire enfouis, fermer à clef pour qui conque pourrait lire dans ses pensées, la copier, mémoire comprise.

« Il s'est un peu emporter et j'ai craquer. En le touchant je me suis changé en lui et j'ai fuit. »

Elle ose, sa main enfermer entre les siennes, son visage se change en la réplique parfaite du frère, miroir troublant, joues mouillées par les larmes, mais elle sourit et le relâche. La main passe dans les cheveux, mais elle ne le copie pas, brise le contact avant même que ce ne soit lui qui en pâtisse.

« Elles m'ont dit vouloir mon avis alors que tu étais déjà dans la voiture, j'ai quitté la pièce dans l'espoir de pouvoir te retenir mais...Elle prit une grande inspiration, yeux larmoyant. Pardon...je n'ai pas réussit, je n'ai pas couru assez vite pour te retenir. »

État enfantin, régression mentale l'espace d'un instant. La brunette se couche à même le sol, pose sa tête sur les genoux du frère. Elle observe de nouveau la pièce, n’omettant aucun détail, s'amuse d'y voir des papiers ici et là. A nouveau réunit, Morgan n'arrive pas à ralentir la course folle de son cœur contre sa poitrine.

« Au moins, je n'aurais plus peur de venir pour un genou écorché ou un poignet foulé, je sais que mon petit frère et le meilleur des soigneurs. »

   
Emi Burton


i believe i can see
the future
Cause I repeat the same routine


Dernière édition par Morgan Ednyfed le Mar 17 Juil - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2500
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ NOCTAE (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Mar 1 Mai - 11:59

dépoussiérer les remembrances
morgan & galahad

« Don’t be tempted to look back. It has all happen before. Someday miraculous spread will forgive every cowardly thing that you’ve done. That I’ve done. Dust it off. »
Rictus qui se perd. Enfui derrière un amoncèlement d'interrogations. Viscéral. Il eut toujours été de ceux qui détestaient ne pas comprendre Galahad, éprouvant ce besoin perpétuel d'assimiler, décortiquer. Curiosité sans fond, mordante et maladive, poussant à combler les heures d'insomnies dans les lectures et autres bobines. Là, ce fut autre chose, comme un voile trouble qui s'envolait, semblait vouloir apposer quelques vérités nouvelles sur des fait désuets et une histoire propre qu'il eut voulu oublier, trop anciens pour que la mémoire, âgée, ne fasse immédiatement les liens.

Confessions qui se glisse, oubliant presque les échanges d'échines qui s'opèrent encore, devenant fatigant pour une carne qui peinait déjà à assimiler les informations semblables à un obus. Jalousie vicieuse, ravalée, alors qu'elle n'eut guère connu ses heures troubles, cet entre deux dans lequel il eut été durant trop d'années, avant d'apposer un véritable emprunt chaotique. « Tu ne dois pas leur en vouloir. Nous n'avions pas compris et j'y ai cru moi aussi. J'ai même songé pendant quelques temps que la boucle n'était que le fruit de mon imagination. » Murmures suaves, détestant pourtant y apposer des mots, sur cette pseudo-folie et perdition passée, alors que l'entrée en boucle fut tumultueuse durant les premières semaines, embourbé au sein d'un blitz détestable qui eut le don d'éveiller l'effroi, ravivant des stigmates odieux, souvenir que Carter fut la plus courageuse, à évincer les ombres et autres doutes au détriment d'autres qui prirent peur des versatilités constantes. « Les gens font parfois des choses stupides lorsqu'ils ont peur et ne comprennent pas. » Rancune ravalée avec le temps, assagit, il ne leur en voulut guère le Voleur de carnes, alors qu'il eut crut longtemps à des hallucinations, subissant les affres pernicieux de cette malédiction, impuissant. « Je n'y ai jamais mis les pieds. » Sourire rassurant qui s'ancre, fier d'avoir esquivé l'antre des horreurs avec habileté.

Installation hasardeuse, étirant les jambes et le dos trouvant le mur, qu'elle y trouve d'avantage confort, en un rictus bienfaiteur. Une paume se glisse, cherche l'ébauche d'une cigarette enfuie dans une poche, n'ayant jamais abandonné le geste, addiction jugée commune et bénéfique là d'où ils vinrent. Elle trouve les lippes, rejointe par un zippo d'argent gravé au nom de son propriétaire, objet désuet que l'autre reconnaîtrait sûrement, offert par la fratrie avant de filer dans la crasse des tranchées et du front, alors qu'il eut à peine dix-neuf ans. « Ne va pas pour autant t'écorcher une jambe juste pour me voir, c'est stupide, venir frapper suffit. » Rire, taquinerie qui prend place le plus naturellement du monde entre deux bouffées immaculées. « Puis je suis loin d'être aussi habile que notre père. » Ce qui fut jugé comme véridique, ayant toujours eu cette tendance à placer le géniteur, seul autre mâle de la demeure, comme référence et modèle absolut.

Soupir bienfaiteur, les paumes retrouvant le cuir nocturne, les phalanges épousant le crin corbeau de l'ainée en une caresse frénétique qui se répète en douceur, inlassablement. « Dans quelle boucle étais-tu ? Pourquoi n'as-tu pas rejoins celle de Londres ? » Et il vint, l'amoncèlement d'interrogations sur une note d'engouement, désireux de connaître son parcours avant la réunification, d'entendre les histoires d'une autre époque qui fut désormais perdue à jamais. « Sommes-nous les seuls ? » Espoir infime, songeant aux autres, aux décennies trop nombreuses, aux âges véritables, bien que ne leur souhaitant guère le même épiderme fourbe.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Morgan Ednyfed
Miroir aux secrets

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
I'm a copycat. Copie l'apparence physique et la voix d'une personne après un contact. Peu copier aussi la personnalité et les manies si nécessaire.
☾☾ Bizarrerie :
Porte sur elle un collier avec une mèche de chaque personne composant sa fratrie.
☾☾ Années :
Trente-deux ans depuis des lustres.
☾☾ Occupation :
Trophée d'un homme dans une maison bien trop grande et glacée. Elle s'est prise de passion pour apprendre aux enfants de sa boucle temporaire à lire et écrire.
☾☾ Myocarde :
Autrefois épouse, la mort emportant son mari sans qu'elle n'en soit au courant. L'annonce ne lui briserait pas le cœur.
☾☾ Missives :
51
☾☾ Trogne & crédit :
Emilia Clarke/ DΛNDELION


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Dim 10 Juin - 21:32

Dépoussiérer les remembrances
Galahad & Morgan

La peur. Peur du souvenir, peur qu'il découvre ce qui a pu la meurtrir des années auparavant et qui tourne encore dans sa tête jusqu'à présent. Pourtant, elle en est avide, de savoir, de comprendre et ressentir ce qu'il a pu vivre sur le front, là-bas. Elle pourrait le savoir, juste en glissant une main sur sa joue, mais jamais elle ne ferait quelques choses contre son gré, son précieux frère qu'elle aimerait protéger de tout et dont elle n'a même pas su le sortir de cette voiture ce jour-là. Ses jambes et ses poumons l'ayant fait défaut, elle s'est maudite mille fois, voulant se perdre elle-même dans une belle fantaisie afin de ne pas perdre l'esprit. Lui a trouvé le courage de trouver et donner le pardon, elle devrait faire la même chose afin de mieux vivre, peut-être serait-elle moins sujette ensuite aux angoisses et crises de rangement complètement incontrôlé ?

« Je suis juste heureuse que tu n'y sois pas allé...ils t'auraient détruit. Mais j'aurais tout fait pour t'en faire sortir, même y prendre ta place m'aurait soulagé plutôt que de t'y savoir. »

Elle l'aurait fait, la lobotomie lui faisait moins peur que le fait qu'il ne soit plus là. Son regard scrute celui de Galahad à la recherche d'une réponse, comment a-t-il fait ? Non violent, très peu de chance pour qu'il se soit attaqué au chauffeur, alors...comment ? Question qu'elle tue pour l'instant, laissant ainsi aucun choix au destin, ils se reverraient. Reprenant sa place de soeur, pourtant plus âgée, il l'a toujours protégé comme s'il fut né le premier, se contorsionnant, son corps se répand sur le sol alors que sa tête vient retrouver la chaleur rassurante du corps qu'elle a toujours connu et mainte fois imité. Se serait-elle parfois perdu dans son imagination afin de se rassurer ? Certainement. Finalement, la maison de fou aurait dû être pour elle et l'aurait été si elle n'avait pas trouvé refuge ailleurs. Il étant ses jambes, pensant encore au confort de sa soeur qui pourrait même s'allonger sur une pierre menaçant de lui couper sa peau si fragile et pâle si c'était pour passer un peu plus de temps en sa compagnie.

Sa main se lève, semblant vouloir atteindre le plafond et le ciel, mais caresse le métal froid de l'objet qu'il vient de sortir et utiliser. Un cadeau d'anniversaire, les hommes qui ne fumaient pas à l'époque étaient mal vus, à présent véritable addiction qu'il ne veut certainement pas guérir, un autre signe du passé sur lequel se raccrocher. S'amusant qu'elle n'aurait plus peur de venir si à l'avenir elle se blessait, il en profita pour glisser qu'elle n'avait pas à aller jusque là pour pouvoir le voir. Sourire éclatant, petit rire presque refoulé, ils se connaissent si bien.

« Père n'avait pas la patience avec moi. Je me blessais trop souvent à son goût, parfois il refusait. Il voulait certainement que je m'assagisse. Hélas, rien n'y fait. »

Une caresse, des doigts qui se baladent dans sa chevelure semble la détendre instantanément. Moment qu'elle adore, mais laissant peu d'âme s'approcher assez pour pouvoir le faire. Ses yeux ce ferment pour s'ouvrir à nouveau, face au questionnement du frère. Son esprit divague quant à chercher une réponse cohérente sur pourquoi elle n'a pas prise celle de Londres. Concours de circonstance, fuite de Londres pour échapper au mari.

« Celle de Paris. Je...J'ai du fuir, peu d'hôtel ont acceptés de m'accueillir pour la nuit. Un homme, en pleine rue, m'a abordé et m'a parlé de ma particularité, me disant que je n'étais pas folle et qu'il connaissait un endroit pour que je puisse vivre tranquillement et je l'ai suivi. »

En y réfléchissant bien, ce fut peu judicieux, il aurait pu la tuer au détour d'une ruelle sombre, mais Dieu merci, ce ne fut pas le cas. Elle ne saurait dire s'ils étaient les seuls, mais elle n'avait croisé aucune de ses soeurs jusque lors, elle marmonna alors comme dans un soupir un « Je ne sais pas. » S'il était l'unique être sans lequel, elle avait du mal à vivre...Pourquoi ne pas revoir l'une de ses soeurs ?

   
Emi Burton


i believe i can see
the future
Cause I repeat the same routine


Dernière édition par Morgan Ednyfed le Mar 17 Juil - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2500
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ NOCTAE (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Ven 22 Juin - 14:12

dépoussiérer les remembrances
morgan & galahad

« Don’t be tempted to look back. It has all happen before. Someday miraculous spread will forgive every cowardly thing that you’ve done. That I’ve done. Dust it off. »
Piètre rictus, mélancolie perpétuellement ravalée, égo demeurant et peu désireux de laisser percevoir les brides. Acteur inné. Œillade lointaine, à des années lumière. Il le sut Galahad, à quel point les perditions furent mordantes, déstabilisantes. Insaisissables pour autrui. A quel point l'instabilité fut un mot gravé dans les tripes. Dangerosité insoupçonnée, lorsqu'un quidam s'infiltre, possession pernicieuse, bombe à retardement capable du pire, trop bancal. Discussion mal venue, déterrant les squelettes d'un placard dont il ne voulut plus.

« Ce n'était guère cette décision le problème, qu'importe le lieu final, rien ne diffère. Les faits sont réels et rien n'a changé si ce n'est apposer un nom sur l'origine des maux. » Soupir, laissant un fumet de nicotiane s'échapper des lippes pour mieux disparaître dans les airs. Gène vicieux, vu comme malédiction et tâche à évincer, tout aussi chaotique que les termes barbares qu'on eut un jour apposé. Boucle ou non, la chose imposait les réclusions et annihilant les utopies d'aventures.

Effacées les songeries ténébreuses, retrouvant la douceur d'un silence et de gestes bienfaiteurs, bien qu'amèrement entravés par des couches étrangères. La nuque trouve appui au mur, mirettes se levant en direction des cieux en un ricanement nostalgique. « Tu avoueras que tu étais une sale petite teigne à toujours t'écorcher les genoux. Je ne compte plus le nombre de fois où mère te courait après pour tenter de raccommoder tes robes en vain. A se demander qui était le véritable garçon d'entre nous. » Boutade, laissant percevoir un sourire de mioche. « J'espère que tu t'es assagie avec le temps. » Clin d’œil. Quelques images s'imposent, trouble, voilées par les décennies et beaucoup trop lointaines pour que le tout demeure intacte, désormais vieillards croulant sous le poids de renouvèlements, dissimulés derrières des faciès figés.

Ils furent désormais des parfaits inconnus. Incontestablement. Quidams quelconques après un temps de séparation trop ample, marquant les écarts. Les mots furent enregistrés, cherchant à délimiter un tracé, l'imaginant égarée dans un Paris chaotique, lui inventant une existence. « Idiot de constater qu'aucun de nous n'a véritablement songé à chercher. » Ironie, alors qu'il eut envoyé des milliers de missives l'Excentrique, toutes destinées à Fantine dans les affres de la boucle de quatorze, alors qu'ils n'eurent jamais évoqué la moindre particularité.

Nouvelle bouffée bienfaitrice, tandis qu'une paume s'égare, cherche la sienne pour l'enfermer en douceur, étreinte entravée par la seconde peau nocturne, détestable. « Le supportes-tu ? » Murmure. Il se perd, à peine audible,désireux de savoir si elle y trouvait des plaisirs qui furent insaisissable, si elle se plut à se perdre dans des jeux de fumées et miroirs au gré des jours, à duper le monde et soi-même, peinant à supporter le fait qu'elle fut porteuse elle aussi, au delà des instants cotonneux. Il eut peut-être espéré Galahad, au fond, oubliant l'égoïsme, qu'il fut le seul rescapé dans les boucles, les autres bercés par leur humanité envieuse.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Morgan Ednyfed
Miroir aux secrets

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
I'm a copycat. Copie l'apparence physique et la voix d'une personne après un contact. Peu copier aussi la personnalité et les manies si nécessaire.
☾☾ Bizarrerie :
Porte sur elle un collier avec une mèche de chaque personne composant sa fratrie.
☾☾ Années :
Trente-deux ans depuis des lustres.
☾☾ Occupation :
Trophée d'un homme dans une maison bien trop grande et glacée. Elle s'est prise de passion pour apprendre aux enfants de sa boucle temporaire à lire et écrire.
☾☾ Myocarde :
Autrefois épouse, la mort emportant son mari sans qu'elle n'en soit au courant. L'annonce ne lui briserait pas le cœur.
☾☾ Missives :
51
☾☾ Trogne & crédit :
Emilia Clarke/ DΛNDELION


MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   Hier à 20:02

Dépoussiérer les remembrances
Galahad & Morgan

Aller Galahad, laisse-moi voir, laisse-moi t'aider. Laisse-moi prendre ta peine tout entière, je saurais gérer. Je te le promets.

Retrouver la complicité, possible ou douce utopie ? Rattraper le temps ou faire le deuil d'un temps révolu ? Les voilà, pourtant, flanqué de l'un l'autre comme au bon vieux temps. Cherchez Galahad, vous trouverez Morgan, tombez sur Morgan, le frère ne sera pas bien loin. Si proche et si loin. Les sourires s'échangent, tantôt sincère, tantôt pour donner une impression. Ne pas faillir.

Les yeux se fixent sur le menton, se tortille pour mieux voir son visage qu'elle a tant de fois copiée, par plaisir ou par besoin. Non, heureusement qu'il ne se soit pas retrouvé là-bas, pour être lobotomisé. Son coeur se serre, il a souffert, tant souffert...souffre-t-il toujours ? La brunette serait capable d'exploser...ou plutôt d'imploser, mais elle l'aiderait, comme on l'aida, passation à savoir, de contrôle envers se sataner particularité. Il préférerait certainement être celui qui enseigne, plutôt que l'élève, vieux restes d'une époque où les hommes dominent les femmes...ou plutôt dans son cas, protègent les femmes. Galahad ne fut jamais que doux et protecteur à son égare, même durant ses acrobaties.

Un sourire, complice d'une enfance agitée, bientôt ce dernier se fade, s'efface de son visage alors que ses pensées divaguent à nouveau sur ses années de cauchemar et les larmes coulent. Urgence, la tête tourne violemment afin de ne pas être repéré et ses doigts viennent collecter le liquide salé. Il ne doit pas voir ta faiblesse le frère, non, il a besoin de sa force. Une fois la voix posée, assuré qu'elle ne se briserait pas entre chaque mot, elle ouvrit ses lèvres à nouveau.

« On va dire que oui, je me suis assagie... »


La voix reste lasse, mais cela fera l'affaire. Souvenir d'une mère agacée par le comportement d'une fille jugée à l'époque bien trop masculine. Devoir bien se comporter pour être bien mariée, était-ce à cause de sa nature aventureuse que le destin changea le caractère de son dit mari ? Peut-être, après tout. Si seulement, elle referait sa vie avec des « si seulement », regret laissant un goût amer dans la bouche, chaleur prenant ses joues et son corps entier...pourquoi n'avait-elle pas cherché ? Elle avait exploré sa boucle de fond en comble, le palpitant espérant s'harmoniser de nouveau avec celui du frère, l'espoir retombant en ne le croisant pas. Puis son investigation eut lieu hors de la boucle, mais il était idiot de le croire à cet endroit. Elle aurait aimé le retrouver dès son arrivée, qu'on l'amène dans cette boucle plutôt que celle dans laquelle elle fut.

« J'ai...j'ai cherché, dans ma boucle, les alentours, on ne m'a jamais parlé d'autres boucles... »

Une main nue s'approche dangereusement de la joue du frère, s'y arrête à quelques centimètres, des doigts s'agitent pour mimer une caresse éphémère avec de l'air et se reposent sur son corps. Sa main gantée vient se perdre sur celle rebelle qui a tenté de le toucher, elles s'emprisonnent avec douceur puis un murmure, une question. Question qui jusque-là, ne fut encore posée par personne, même pas par elle-même.

« Je vis avec. Bouffée d'air dans les poumons alors qu'elle s'apprête à se livrer un peu plus. En fait, je me suis raccrochée à un mensonge, te copiant pour éviter de... Les mots restent en suspens, un instant. De faire une bêtise. Tu m'as toujours rassuré, tu m'as toujours...empêcher d'aller plus loin lorsque mes pensées glissaient vers un destin plus sombre. »

Souvenir de sa première « transformation », douloureux, mais amusant quant à la réaction de celui qui tenta de la tuer, elle avait bien aperçu l'horreur dans son regard empli de colère. Sa femme, prenant ses traits. Sorcière. Au bûcher. Non, serrer encore plus fort les doigts autour du cou fragile, la craquer comme celui d'un oiseau. Mais l'oiseau s'est défendu, devenant l'espace de quelques secondes un aigle.

« Oh Galahad, tu aurais dû voir son visage, la première fois que mes traits ont changés. Le regard horrifié de mon mari ! »

Folle ? Non, elle ne l'était plus à présent. Sentir la liberté, l'avoir entre ses doigts, mais elle n'a encore jamais réussi à frôler de ses lèvres celle d'une autre personne, peur viscérale semblant encore présente. Son coeur à du mal à se faire prendre, peut-être qu'elle corrompait les âmes de son touché . Les lèvres se plissent. Et lui ? Comment le vit-il à présent ? La main se lève, accompagnant celle du frère, embrassant la main gantée, finalement il n'y a que de lui dont elle n'a pas peur. Un simple « et toi ? » passent ses lèvres, curieuses, mais la peur au ventre aussi de l'entendre dire que rien n'a changé, se sentant fou.

   
Emi Burton


i believe i can see
the future
Cause I repeat the same routine
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dépoussiérer les Remembrances ☾ Ft. Morgan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Je t'insupporte, tu m'insupportes, on s'insupporte ! (Morgan & Becky)
» Pour Morgan le blondasse trop bonnasse.
» Morgan Hayward [Validée]
» ***Mariage Tiberius Avery et Morgan Moon***

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Le Manoir :: Chambres-