I need something to pick me up [Galahad]
 ::  :: Le Manoir

Darren Flanagan
Carapace écorchée

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Champ de Force
☾☾ Années :
23 ans
☾☾ Myocarde :
Coeur prit corps à prendre
☾☾ Missives :
209
☾☾ Trogne & crédit :
Cameron Monaghan


MessageSujet: I need something to pick me up [Galahad]   Dim 22 Avr - 11:22

I need something to pick me up [Galahad]




Darren n'était plus que l'ombre de lui-même depuis quelques jours. Il ne se levait que rarement, son état ne lui permettant pas de faire plus. Quel idiot il avait été... Soucieux de ne pas rester bloqué éternellement dans une constante de médiocrité au niveau de sa particularité, il s'était décidé à s’entraîner un peu, et, fidèle à lui-même, il en avait bien trop fait. Il n'avait pas écouté son corps tirer la sonnette d'alarme, et n'avait fait que rageusement essuyer le sang coulant de son nez lorsque son être lui intimait que l'entraînement était trop poussé. Oh, ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait dans cet état, loin de là, cela lui était même arrivé de perdre connaissance à cause de son don, cependant, cela arrivait généralement lorsqu'il en utilisait une grande quantité soudainement, et non pas lorsque, dans la quiétude de sa chambre, il ne faisait qu'utiliser son pouvoir pour pousser doucement quelques objets. Il avait donc insisté, se disant qu'il n'aurait qu'à arrêter lorsque les vertiges le prendraient comme cela était souvent le cas. Cependant, aucun vertige n'était venu, à la place, un violent mal de crâne s'était doucement installé, et il n'avait eu d'autre choix que de s'arrêter pour s'asseoir un peu, respirer, et espérer que cela passe rapidement. Mais cela ne passait pas. Cela faisait maintenant trois jours que cette pointe de douleur venait marteler son crâne, et il lui arrivait de serrer sa tête entre ses mains pour essayer de la faire cesser. Rien n'y faisait cependant... Il avait laissé traîner, se disant qu'avec le temps, cela allait se dissiper, comme toujours, néanmoins rien ne se produisait comme à son habitude. Il ne savait plus quoi faire pour faire passer ce mal de tête, et il regrettait amèrement les cachets d'aspirine de deux mille seize qu'il lui était arrivé de prendre plusieurs fois lors d'un lendemain de soirée un peu trop arrosée.

Il releva un peu l'oreiller placé sur sa tête pour regarder par la fenêtre un instant. Il ne pouvait pas rester indéfiniment ainsi, de plus, cela le mettait d'une humeur de chien, lui qui n'était pas des plus avenant naturellement, cela n'arrangeait pour ainsi dire, rien du tout. Il ne laissait l'occasion à rien ni personne d'entrer dans sa chambre, il n'aurait accepté que la présence de Twice, pour se blottir dans les bras de Right et ne plus bouger, il n'aurait même pas voulu s'adonner aux plaisirs de la chair, alors que la présence des jumeaux avait souvent raison de ses pires humeurs. Mais personne ne passait n'est-ce pas ? Non, il n'était pas assez sociable, n'avait pas assez de liens, il n'y aurait eu que quelques égarés pour venir frapper à sa porte, et le silence se faisait pesant. Le seul avantage à ce mal de crâne qui ne le quittait plus était qu'il ne pouvait rien faire d'autre que réfléchir, et se poser des questions sur son comportement, ses habitudes... Il fallait qu'il fasse un travail sur lui-même monumental, qu'il soit moins sur la défensive, moins agressif, qu'il aille vers les autres. Il avait su le faire en deux mille seize, alors pourquoi est-ce que tout cela s'était écroulé ici ? Oh, oui, il avait bien la réponse, en deux mille seize, il faisait tomber ses barrières à grand renfort de drogues et d'alcool, mais cela ne pouvait être une solution. Il avait décidé de ne plus se laisser aller de la sorte lors de la fermeture des boucles, qu'il ait arrêté était une bonne chose, bien qu'il ait doublé sa consommation de cigarettes, mais il fallait aussi qu'il y mette du sien, chose qu'il faisait rarement lorsque personne ne venait pointer du doigt ce qui n'allait pas chez lui. Le schéma était toujours le même. Quelqu'un lui faisait remarquer son mauvais caractère, il se braquait, grognait sur cette pauvre âme qui n'avait voulu que l'aider, et ensuite seulement, il réfléchissait aux paroles qui lui avait été faites. Cela menait souvent à une évolution, mais aussi au fait que certains n'osaient plus lui dire quoi que ce soit...

Dans un soupir à fendre l'âme, il récolta le peu de motivation qu'il avait pour s'habiller, et essayer de discipliner au moins un peu sa tignasse rousse qui avait la fâcheuse tendance à vouloir être un chaos sans nom. Chaque chose en son temps, il n'avait pas le temps de tergiverser des heures encore sur sa propre personne, il fallait qu'il trouve une solution à cette migraine qui avait décidé de prendre racine. Il ne se mêlait de presque rien, cependant, il écoutait souvent quelques conversations à la dérobée, et il savait parfaitement qui aller voir et où. Encore fallait-il que Galahad soit d'accord pour l'aider, cependant s'il ne tentait pas, il ne pourrait jamais savoir. Il était donc sorti, vissant un chapeau aux bords larges sur sa tête, ce dernier faisait assez d'ombre pour que ses yeux ne soient pas trop agressés par la lumière, cela aidait son mal de tête... En errant dans les couloirs, il lui arriva par malheur, de croiser son reflet. Catastrophe... Il était cerné et livide, lui qui ne se trouvait rien d'attirant d'ordinaire, se serait presque inspiré le dégoût actuellement. Il avait donc légèrement baissé le chapeau sur ses yeux, et était allé jusqu'à la porte de l'antre de Galahad. Une fois à destination, il avait retiré son couvre chef, par souci de politesse. Il était anxieux, n'osait pas trop bouger, n'en donnant jamais l'air, il était néanmoins bien quelqu'un qui avait toujours l'impression de déranger par sa simple présence. Il prit une petite inspiration et frappa à la porte...

lumos maxima


I loved you, you made me, Hate me, you gave me, Hate, see it saved me.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2714
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ old money. (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Mar 24 Avr - 22:15

foudroyantes migraines
darren & galahad

« You know you look so tired. You’re gonna stay up late tonight. Under the stars. I’ll put you in pride of place »
Nitescence diurne. Percée délicieuse qui s'immisce entre le conifère rompu de poutres apparentes, redoutant la sorgue pernicieuse qui ne tarderait plus à s'abattre, engouffrant la boucle de sa voilure obsidienne perlée d'éclats d'argent. Bagatelle coutumière, il n'en profite guère le voleur d'échines, vapeur nicotiane qui s'élève d'entre les lippes, écran délétère qui appose sa fragrance dans les cloisons, s'imprégnant jusqu'à l'aube du lendemain, dans un énième renouveau qui serait redondant. Tabac se mêlant aux chimies âcres prenant aux naseaux, carne égarée dans sa chambre noire, penchée sur le bain d'un révélateur jaunâtre, changé en cruor faiblard sous l'ampoule inactinique. Vision affutée au fil des développements, la paperasse argentique passe de bain en bain après avoir subit le supplice de l'exposition. Tirages humides trouvant leur place sur un fil, comme s'ils furent linge frais. Inspection méticuleuse, les mirettes lorgnant une montre à gousset entres deux clichés, ne prenant guère le temps pour retrouver le jour de l'autre côté de la porte.  

Bec d'une pipe qui demeure aux babines, accessoire donné et ancré, indissociable lorsqu'il fut dans les combles, royaume de l'égaré dont on eut tendance à trop murmurer les lubies et excentricités. Songeries vagabondes, images doucereuses d'une capitale éventrée perpétuellement, dégueulant ses gravas sur les artères et le bitume, soulevant les poussières néfastes mordant les bronches. Londres manquée. Paradoxal. Apocalypse poignante, tourmentant la carcasse une fois la voûte crépusculaire dominante, tirant les insomnies. Tenterden fut pourtant paisible, havre cotonneux, égaré dans les landes, à des années lumière de la géhenne infernale du blitz.

Phalanges abandonnant leur prise, bromure d'argent ayant fini de délivrer ses murmures et représentations, instants glanés, gravés à jamais. Quelques tableaux, mais surtout des portraits de dérobés, ayant emprunté leurs faciès sans scrupule aucun. Nouveau fumet, il s'extirpe Galahad, retrouvant les lueurs loin de l'onyx de son laboratoire de fortune. Paupières papillonnant, iris ambrées cherchant leur accoutumance, tirant un rideau pour mieux occulter les rayons vicieux qui voulurent le déstabiliser.

Sursaut. Frappe impromptue qui raisonne, surprend l'Excentrique alors qu'il eut les paluches sous l'ondine, tâchant d'évincer la fragrance âcre et autres chimies. Les paumes se perdent, cherchent le cuir coutumier, derme pernicieux dissimulé au possible. Fatalité. La poignée s'ouvre sur un quidam à la pâleur sans nom, doutant fort que la visite fut purement de courtoisie, la carcasse transpirant les maux, n'ayant guère besoin d'apposer une quelconque syllabe pour saisir qu'il venait quémander des soins et l'aide du toubib. « Entrez. » Rictus entravé par la pipe toujours coincée entre les ratiches, encourageant, bienfaiteur. Signe qu'il put pénétrer dans l'antre, lieu égaré où seuls les téméraires voulurent s'y aventurer, voyant fleurir l'amoncèlement de lubies d'un propriétaire étrange, partagé entre clichés, appareils argentiques, ouvrages, essentiellement anatomiques, drapés en tous genres et tailles allant jusqu'à dégueuler sur un pauvre piano qui n'eut rien demandé. Médecine qui s'opère entre le fouillis, désignant un siège pour que l'individu, au patronyme échappant, prenne place et déblatère pour mieux diagnostiquer.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Darren Flanagan
Carapace écorchée

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Champ de Force
☾☾ Années :
23 ans
☾☾ Myocarde :
Coeur prit corps à prendre
☾☾ Missives :
209
☾☾ Trogne & crédit :
Cameron Monaghan


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Mar 1 Mai - 9:34

I need something to pick me up [Galahad]


Darren fut tenté de rebrousser chemin un instant, lorsque les pas s'approchèrent de la porte, lorsque son cœur se mit à battre plus vite, ou bien au ralenti, il n'aurait su le dire, la pression dans sa poitrine n'était que le reflet de l'angoisse qu'il avait de se heurter à un inconnu, auquel il allait confier quelque chose. Il allait le laisse diagnostiquer, analyser, voir en lui pour guérir, certes, cependant il n'appréciait que peu l'idée. Il n'avait néanmoins pas le choix, il ne pouvait rester ainsi pour toujours.

Puis, la porte s'ouvrit et il resta immobile un instant, silencieux, un peu hésitant. Il avait entendu parler de Galahad, au détours de certains couloirs, et s'il ne se souvenait pas avoir entendu quelque louange que ce soit sur sa beauté, force était de constater qu'elle était bien réelle. Oh, Darren était ainsi, il se sentait obligé de se comparer à chaque personne qu'il rencontrait, trouvait toujours la beauté chez les autres tant il pensait la sienne absente. Cela n'éveillait en lui aucune jalousie, non, cela avait cessé depuis des décennies maintenant, il n'y avait plus que la résignation, il lui semblait constater seulement. Qu'aurait-il donné pour avoir ce genre de corps et de fasciés ? Beaucoup de choses, à n'en point douter, cependant, s'il doutait d'une chose, c'était que cela arrangeât réellement sa manière de voir son reflet dans le miroir. Loin d'être stupide, il avait conscience que tant qu'il n'aurait pas travaillé sur lui-même, les progrès ne se feraient pas. Il se racla finalement la gorge, et lorsque l'autorisation lui en fut donnée, il entra à la suite du médecin.

La surprise le saisit, et il regarda un moment autour de lui, sans un bruit autre que celui de sa respiration, et de son cœur battant à ses tempes. Lui qui était extrêmement ordonné se retrouvait dans un environnement bien inhabituel. Il n'aurait pas jugé non, il ne se serait pas permit, cependant, il se demandait comment cet autre faisait pour s'y retrouver, au milieu de tout cet amoncellement de choses, ce bric à brac d'affaires entassées sans le moindre sens, du moins, c'était ainsi qu'il le voyait. Son regard se porta sur le fauteuil que Galahad lui montrait et il prit doucement place, presque sur la défensive, dévisageant son vis à vis quelques secondes avant de finalement laisser le son sortir d'entre ses lèvres.

- Je... Il se racla la gorge pour se reprendre. Je viens vous voir pour un mal de crâne qui ne veut plus me quitter. Il regarda autour de lui. Je peux repasser à un autre moment si vous étiez occupé... Je l'ai depuis... trois jours je crois ? Oui, trois jours. Je peux attendre un peu encore.

Son visage reflétait ce que ses mots démentaient. Non, il ne pouvait attendre, au risque de s'écrouler, cependant il se montrait toujours plus fort que ce qu'il était réellement, et il n'allait pas cesser ce jour. Il se redressa un peu dans le siège, essayait de montrer une image en adéquation avec ses paroles, cependant les cernes sous ses yeux venaient le faire menteur.

- Oh, excusez moi, quel impoli, je ne me suis pas présenté. Il tendit la main vers Galahad, inconscient que ce dernier ne serait pas friand du contact. Darren. Il retourna un peu sa langue dans sa bouche. Darren Flanagan.

Il fixa un instant Galahad, ce dernier avait, après tout, bien le droit de savoir qui il soignait, et s'il avait quelques griefs que ce soit contre son lui du passé, son lui du Freak Show et refusait de lui venir en aide, il le comprendrait sans mal. Darren espérait seulement que son nom lui serait inconnu, comme cela était de plus en plus le cas, il s'en rendait compte, on le lui avait assez dit n'est-ce pas ? Ne pas croire que le monde lui en voulait... Il essayait de s'y appliquer. 
lumos maxima


I loved you, you made me, Hate me, you gave me, Hate, see it saved me.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2714
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ old money. (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Lun 7 Mai - 1:31

foudroyantes migraines
darren & galahad

« You know you look so tired. You’re gonna stay up late tonight. Under the stars. I’ll put you in pride of place »
Fragrance âcre perdurant, chatouillant les naseaux, pourtant accoutumés à force d'y baigner. Une fenêtre s'ouvre tandis que le quidam prend place, libère les vapeurs pour laisser une risée printanière s'engouffrer, faisant tanguer dangereusement quelques clichés apposés sur des liens entre les poutres apparentes, guirlande d'images qui séchaient en narguant l'amoncèlement des lieux en contre-bas. Lueurs tamisées, préférant esquiver le contraste chatoyant après les heures semblables à une éternité dans l'obsidienne de la chambre noire, ce qui n'eut guère l'air de contrarier le visiteur blafard.

Nouvelle bouffée toute aussi laiteuse que le derme de l'autre, attendant qu'il appose des mots sur le mal pour lequel il semblait s'être embourbée dans les méandre d'un grenier trop étrange d'où sortaient quelques murmures qui furent loin d'être pourvus de gloire. Il connut les rumeurs Galahad, les bruits de couloirs incessants qui le firent sourire, se jouant presque de l'amoncèlement de syllabes absurdes, Excentrique déclenchant quelques frayeurs par ses lubies et versatilités, alors que trop nombreux furent ceux qui ne surent pas à quoi ils eurent à faire en le confrontant, la carne devenue pantin de murmures gobées par les emprunts, au delà de bruits qui voulurent le qualifier d'expérimentateur et savant fou qui voulut annihiler les particularités. Il n'eut pourtant qu'un rictus bienveillant déformé par le bec d'une pipe chaleureuse.

« Je ne vais pas vous manger. » Murmure suave, alors qu'il semble trop tendu, malaise perceptible émanant de sa carne. Mirettes qui scrutent, cherchent, enregistrent, se focalisent d'avantage sur la quête que le personnage. Mal migraineux pernicieux, les termes s'imposent d'eux-même. La paume adverse est observée une seconde, certainement naïve. Viscéral. Il se méfie Galahad, de ces contacts étrangers, par dépit, s'enclavant dans une bulle de verre qu'il voulut conserver jalousement. Les phalanges osent au bout d'un instant, ornées de leur cuir, seconde peau nocturne protectrice, enserrant la jumelle qui se voulut accueillante, le faciès laissant transparaître un infime malaise face au geste méticuleusement millimétré et intentionnellement bref. « Galahad. Gal, en général c'est ce que les autres utilisent. » Diminutif d'avantage employé, alors que certains eurent trop tendance à oublier le désignant en son entièreté.

La pipe s’éteint après une ultime bouffée bienfaitrice, laissant son fumet s'évaporer pour mieux disparaître. Volte-face, lorgnant dans quelques tiroirs où furent entassés quelques fioles et boites anachroniques, emportées d'une réalité linéaire qui fut incontestablement effrayante, bien que nettement plus avantageuse en terme de soins, reconnaissant qu'elle eut ses avantages pour certaines choses. « Une belle crise migraineuse donc. Dans quelle zone ? C'est déjà arrivé au par avant ? Des nausées, d'autres symptômes, un élément déclencheur en particulier ? » Interrogations nécessaires, mettant le doigts sur quelques analgésiques qui purent faire l'affaire.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Darren Flanagan
Carapace écorchée

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Champ de Force
☾☾ Années :
23 ans
☾☾ Myocarde :
Coeur prit corps à prendre
☾☾ Missives :
209
☾☾ Trogne & crédit :
Cameron Monaghan


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Dim 13 Mai - 12:27

I need something to pick me up [Galahad]


Darren n'avait pas esquissé un mot en observant l'antre de cet autre qui lui paraissait pourtant si étrange. Le propriétaire des lieux lui semblait tout aussi excentrique que ce amoncellement de choses diverses et variées et il observait d'un œil un peu intrigué les photographies, sans pour autant les détailler. L'homme devant lui avait sans doute autant d'histoires à révéler que ces bouts de papier suspendus en guirlandes. Cela avait un certain charme, il devait bien l'avouer, malgré le désordre environnant. Il aurait dit que cela avait un certain cachet, quelque chose qu'il n'aurait jamais été capable de reproduire, quand bien même aurait-il essayé de toutes ses forces. Il n'était pas capable de créer du désordre, il essayait bien trop de tout contrôler tout le temps pour que cela lui soit possible. Il ne maîtrisait absolument pas ses pensées, il lui fallait donc maîtriser le monde autour de lui, cet univers dans lequel il évoluait qui devait avoir un ordre bien précis.

Tiré de ses pensées par la voix de l'autre, il esquissa un sourire presque gêné. Il savait bien que cet homme n'allait pas lui faire de mal, du moins, il n'avait rien entendu de si négatif à son sujet. Darren l'observa un instant et retint une grimace. Il retenait, ne plus tendre la main à... A Galahad, donc. Il n'aurait en aucun cas saisi pourquoi cela mettait son vis à vis mal à l'aise, mais force était de constater que cela était le cas, et qu'il ne pourrait rien y faire. Il sera donc brièvement ses doigts autour de ceux de l'autre, récupérant bien rapidement sa main. Il ferma les yeux une seconde seulement, un pic de douleur à l'arrière de son crâne venant de nouveau le faire grimacer.

- Enchanté. Marmonna-t-il donc, les dents serrées.

Darren avait posé son regard sur la pipe de Galahad, ne disant rien de plus. Il avait en souvenir sa vieille pipe qui traînait dans sa chambre, confortablement installée dans son écrin, dans le tiroir de sa table de chevet. Il avait la préférence des cigarettes maintenant, cependant, il lui arrivait de bourrer sa pipe et de l'allumer d'un craquement d'allumette, en souvenir un peu terne de l'ancien temps. Il écouta le médecin parler et secoua la tête comme par dépit.

- Un peu partout... Principalement là. Il toucha de deux doigts son front. Un peu comme une migraine oculaire mais... Ça se répand, comme de l'électricité. Il soupira. Ça arrive souvent, c'est mon pouvoir qui fait ça, quand je l'utilise trop, j'ai droit à des vertiges, des nausées et ce mal de tête... Des saignements de nez aussi, souvent. Il posa les doigts sous son nez comme par réflexe pour vérifier. D'habitude, si j'arrête de l'utiliser, le lendemain je n'ai plus rien, mais là... ça ne part plus. Il haussa les épaules. J'en dors mal, et ça me rend encore plus malade, ce matin en me levant je titubais. Il pinça un peu les lèvres. J'aurais pas du autant attendre, c'est ça ?

Il n'était pas de ceux qui se précipitaient chez le médecin au moindre problème, bien au contraire, il en était presque à paraître inconscient. Il se méfiait de tout et de tout le monde, il n'était pas capable de faire autrement. Il partait du principe idiot que ayant toujours été seul, il pouvait se débrouiller seul. Il ne pensait pas qu'il avait des gens autour de lui maintenant, que ses heures parmi les humains étaient loin derrière lui, très loin, et qu'il avait des alliés depuis longtemps. Il porta son regard sur Galahad, le détaillant un peu, un instant seulement. Il n'était pas à l'aise, et cela était visible. Il se racla la gorge et ses doigts se serrèrent un peu sur les accoudoirs, le regard fuyant.

lumos maxima


I loved you, you made me, Hate me, you gave me, Hate, see it saved me.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2714
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ old money. (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Jeu 31 Mai - 12:11

foudroyantes migraines
darren & galahad

« You know you look so tired. You’re gonna stay up late tonight. Under the stars. I’ll put you in pride of place »
Malaise prédominent. Il émane de cet autre à la manière d'un signal d'alarme, n'étant visiblement guère le genre à s'embourber dans les paluches d'un quidam au doigts habiles avec seringues et autres aiguilles en guise d'armement. Il eut prit le tour pour les reconnaitre Galahad, les craintifs, phobiques de l'hémoglobine à tourner de l’œil face au cruor et autres échines dégueulant un égo qui ne voulut guère être entaché par une faiblesse quelconque, respectant la chose par un mutisme prédominant. Fouineur compulsif animé par une curiosité maladive et viscérale prenant les tripes, glanant les murmures dans les couloirs et autres chambres en rendant abstrait le concept même de propriété privée, mais taisant ses trouvailles comme si elles furent trésors, sans guère réelle intention néfaste ou même de nuire.

Réflexion, les phalanges hésitant, passant en revue les tiroirs servant à réparer les carnes. « C'est toujours plus délicat lorsqu'il s'agit d'un effet lié à une particularité. » Murmure sincère appuyant l'indécision, honnête. Nombre furent les nuits à décortiquer les particularités de certains pour mieux agir, soigner, soulager, au delà d'apaiser une envier mordante de toujours tout vouloir rationaliser et comprendre. Le cuir nocturne laisse place au silicone d'avantage hygiénique, emportant un flacon et seringue dans la foulée afin de mieux rejoindre l'égaré. « Ça devrait passer avec ça. » Aiguille vicieuse qui en ferait trembler plus d'un, glanant l'analgésique avant de faire signe de dévoiler le derme de son épaule pour l'entraver un instant. « En revanche il vaudrait peut-être mieux, dans la mesure du possible et par prudence, ne pas user de votre particularité durant quelque jours. Vous avez besoin de repos. » Rictus encourageant, apposant un piètre pansement sur sa carne.

« La prochaine fois il serait peut-être en effet plus sage de venir plus tôt et d'éviter de souffrir d'avantage le martyr. Il n'y a rien de honteux à demander un peu d'aide. » Échine qui se redresse, laissant silicone et aiguilles pour machinalement mettre une bouilloire sur un réchaud d’appoint, coutumier des tisanes et autres breuvages chaleureux en cas de visites impromptues. Manie ancrée, régie par une éducation qui fut quelque peu millimétrée, mioche de bonne famille et unique mâle d'une trop grande fratrie qui eut été le centre des attention et d'une éducation quelque peu rigoureuse qu'il eut tendance à oublier. « Il n'est jamais bon d'aller au delà de nos limites, même si parfois c'est alléchant. La plupart d'entre nous sont nés avec quelques avantages génétiques, mieux vaut ne pas en abuser sous peine de dégâts parfois irréversibles. » Piètre rictus, emprunt d'une once mélancolique. Il les jalousait secrètement Galahad, ceux qui eurent des particularités qu'il jugeait belles et poétiques, voir d'une grande utilité, ravalant ses tourments d'une malédiction qu'il ne supportait plus. Porcelaine fumante au contenu s'ambrant peu à peu, déposée sur le coin de la table, à proximité du quidam à la crinière de flammes, en guise d'offrande. Une seconde tasse est appropriée, les doigts ayant retrouvé leur cuir savourant la chaleur s'en émanant à travers ce dernier.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Darren Flanagan
Carapace écorchée

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Champ de Force
☾☾ Années :
23 ans
☾☾ Myocarde :
Coeur prit corps à prendre
☾☾ Missives :
209
☾☾ Trogne & crédit :
Cameron Monaghan


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Dim 3 Juin - 17:28

I need something to pick me up [Galahad]




Darren avait regardé Galahad fouiller les tiroirs d'un air quelque peu fatigué sous les cernes de la fatigue. Il eut un léger sourire en coin lorsque ce dernier enfila les gants de latex, ce genre de choses lui rappelaient deux mille seize, et c'était de bons souvenirs qui venaient poindre à la surface. Il croyait sans peine le médecin, lorsque ce dernier indiquait que les choses étaient plus compliquées lorsqu'il s'agissait d'une particularité, il ne devait pas y avoir de traitement type, pas comme une maladie contagieuse qui se réglait avec le même produit chez la plus part des individus. Il fallait là en trouver la source, comprendre comment le pouvoir fonctionnait, et agir dessus. Oh, il se doutait que certains docteurs syndrigastis avaient fait des recherches avec les temps, et que certains effets pouvaient être contrés avec un même produit. Darren avait alors regardé la seringue avec un léger soupir. Il n'en avait pas la crainte profonde comme certains pouvaient avoir, cependant, cela ne le mettait pas à l'aise pour autant. Notamment car cela lui était arrivé si rarement qu'il avait presque l'impression que cela lui était inconnu. Il avait alors décollé son dos de la chaise, retirant sa chemise pour rester en simple t-shirt aux manches courtes, dévoilant sa peau d'albâtre, à la merci de l'aiguille pernicieuse. Il avait ensuite hoché la tête aux paroles de Galahad, répondant à son sourire par le même rictus, seulement avec une once de culpabilité. Il se sentait comme un intrus, avait l'impression de déranger, bien que l'autre n'ait montré aucun signe d'une telle chose. Il n'aimait simplement pas venir frapper à une porte sans avoir été invité au préalable, même si la personne qu'il venait visiter était un médecin. Il avait alors formulé un petit « merci » proche de la timidité.

Il avait néanmoins baissé les yeux à la suite des paroles de Galahad. Ce n'était pas tout à fait le fait de venir demander de l'aide qui lui faisait honte, seulement, la peur qu'on la lui refuse, pour une raison plutôt obscure.

- J'ai tendance à me laisser bercer par l'idée que ça va passer tout seul... Dit-il en haussant les épaules. Je sais que ce n'est pas malin de ma part, et pour être honnête, je ne suis pas à l'aise avec les personnes que je ne connais pas, je n'ose pas trop m'approcher, en somme... Je fais beaucoup de choses stupides mais bon... On vit avec.

Il avait eu un léger rire, essayant de se faire agréable, et de faire une blague qui pouvait parfaitement tomber à l'eau, il n'avait pas le meilleur sens de l'humour qui soit donné d'être, il était bien trop en retenue pour cela, et seules les personnes dont il était proches l'avaient vu parfois faire des pitreries et se donner en spectacle. Il ne pouvait cependant que être d'accord avec ce que Galahad venait de dire, il ne fallait pas trop pousser son pouvoir, il le savait bien, il s'était, comme l'autre disait, laissé allécher par la potentielle puissance qu'il pouvait avoir. Il ne le faisait pas uniquement pour lui néanmoins, il préférait essayer de voir s'il pouvait entretenir son pouvoir, le rendre plus fort, plus beau... Il avait un pouvoir plus défensif que offensif, bien qu'il puisse s'en servir dans les deux cas, il comptait donc l'utiliser pour aider, pour oublier qu'il l'avait utilisé pour faire le mal, et se racheter, au moins un peu, si possible. Il avait ce fond de culpabilité qui le dévorait encore et toujours, malgré les années qui étaient passées et qui auraient du effacer quelque dette qu'il puisse avoir à l'encontre du monde.

- Merci. Avait-il de nouvelle fois dit en prenant la tasse près de lui. J'essayais de... Non, c'est pas important. Il n'allait pas faire part à Galahad de ses états d'âme, premièrement car il ne le connaissait pas, et deuxièmement car il n'avait pas envie de l'ennuyer. Vous avez déjà constaté des dégâts irréversibles sur certaines personnes ?

Inconscient que la question pouvait faire quelques dégâts en l'esprit de Galahad, il avait simplement demandé par curiosité, et aussi, à titre d'information, afin de comprendre plus facilement ce à quoi il s'exposait si d'aventure il lui prenait l'idée saugrenue de recommencer. Oh, il n'était pas idiot, il ne le ferait plus jamais au point de se rendre malade de la sorte, mais il aimait avoir des exemples auxquels se raccrocher.


lumos maxima


I loved you, you made me, Hate me, you gave me, Hate, see it saved me.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2714
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ old money. (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Jeu 21 Juin - 18:26

foudroyantes migraines
darren & galahad

« You know you look so tired. You’re gonna stay up late tonight. Under the stars. I’ll put you in pride of place »
Mirettes qui se lèvent au ciel. Il ne put dire le voleur de carnes, si le tout fut régit par un égo ou par les rumeurs qu'on soufflait dans les couloirs, effrayant d'avantage. « En général avec ce genre de pensée on peut se retrouver avec un membre en moins pour une vulgaire petite coupure à l'origine. » Piètre rire, en guise de boutade visant à le détendre, alors que le tout fut pourtant réaliste pour les plus obstinés. Les épaules finissent par se hausser, rassurantes. « Et bien, on peut en quelque sorte considérer que nous ne sommes plus si inconnus que ça désormais. » Ébauche d'un sourire aux bords des babines, bienfaiteur, bien que les mots purent paraître futiles. Il le sut l'Excentrique, que les choses ne fonctionnaient guère ainsi, lui qui serrait les dents trop longtemps avant d'insuffler la confiance totale à autrui, demeurant d'avantage reclus et muet. Plus facile à dire qu'à faire.

Inspiration, l'esprit vagabondant avant de trouver refuge dans un siège attitré. « Ça m'est arrivé. Quelques particularités ont parfois le malheur d'être dégénératrices. A titre d'exemple j'ai connu un syndrigasti capable de se liquéfier qui a fini par demeurer flaque d'eau à force d'effort. A ce jour, il est toujours enfermé dans un bocal. » Tristesse qu'est la perte d'un Syndrigasti malgré l'immortalité apparente. Bien qu'en un sens ils furent parfois trop vieux, égarés dans les boucles indéfiniment, à ne guère compter les cuvées s'écoulant. Nombres astronomiques planant au dessus des faciès, laissant les fatigues dominer lorsque le tout ne fut plus supportable. « La mienne l'est en quelque sorte, mais dans un tout autre registre. » Murmure, les syllabes s'éteignent en direction des paumes couvertes de leur cuir nocturne, seconde peau détestable. « Il vaut donc mieux faire attention. » Les perditions furent dangereuses, insuflant leur instabilité et versatilité dominante, bombe à retardement au moindre emprunt irréfléchi et trop hostile.

« Vous venez de 1873 si je ne m'abuse. La neige ne te manque pas ? » Esquive habile, désireux de dévier de mots qui parurent probablement trop professionnels au delà d'un bien être, guettant tout de même les améliorations induit par l'analgésique. Tutoiement s'imposant, induit par un rictus qui finit par se dissimuler dans l'ambre de la tisane fruitée. Il se souvint Galahad, d'avoir jeté un œil régit par sa curiosité maladive sur un listing de Syndrigastis et leurs boucles d’origine, s'amusant à dénicher les styles d'origines chez les quidams aperçus, se souvenant vaguement d'un Darren originaire de la boucle ainée. « C'est d'une tristesse sans nom cette réunification. » Soupir. Pourtant peu partisan de voyages, reclus depuis cinquante-et-un dans une même et unique boucle, mais détestant l'idée que ces bulles emplies d'histoires furent envolées à jamais dans les affres du temps. Ils connurent en quelque sorte le changement, les originaires de quarante-et-un, bien que d'avantage chanceux que les autres. Londres fut paradoxalement manquée, malgré ses apocalypses journalières, évinçant des habitudes et autres marques au profit d'un Tenterden aux antipodes de la capitale britannique.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Darren Flanagan
Carapace écorchée

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Champ de Force
☾☾ Années :
23 ans
☾☾ Myocarde :
Coeur prit corps à prendre
☾☾ Missives :
209
☾☾ Trogne & crédit :
Cameron Monaghan


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Dim 24 Juin - 18:20

I need something to pick me up [Galahad]




Darren avait accompagné le rire de Galahad, léger, presque timide. Il avait conscience que cela n'était pas à faire, qu'il valait mieux se présenter chez le médecin plutôt que de laisser les choses s'empirer et de risquer de ne plus pouvoir rien y faire. Puis, Galahad avait dit qu'ils n'étaient maintenant plus si inconnus, et, la surprise passée, Darren avait de nouveau eu un sourire, plus franc, touché aussi, un peu, en un sens. Il se trouvait bien idiot d'avoir eu peur, cet homme lui semblait tout à fait agréable, et avait un air légèrement... Candide, sans stupidité aucune, il lui semblait être bien plus ouvert que certains, et bien plus doué avec les mots aussi. Sans qu'il ne saute aux conclusions en se disant qu'il ferait bien du médecin un ami, il avait l'espoir qu'ils aient une certaine proximité. Il n'envisageait pas de venir lui conter ses états d'âme, non, cependant, il saurait apprécier quelques sourires, ou un salut au détour d'un couloir. Plus encore depuis qu'il avait vu ce mince sourire étirer les lèvres du médecin, un sourire qui allait à ravir avec l'épaisseur de ses lippes, le coin remonté de la commissure de ses lèvres, longeant la ligne de sa mâchoire... Se retenant de se racler la gorge, Darren avait plongé le regard dans la tasse de thé qui lui avait été offerte. Il ne pouvait pas se permettre de se laisser aller à contempler Galahad comme s'il s'était agit d'un morceau de viande, et il en était couvert de honte. Que lui prenait-il ? Lui qui était d'ordinaire discret se pâmait comme une adolescente devant le médecin, cela était ridicule, en plus d'avoir le potentiel de mettre Galahad mal à l'aise s'il venait à le remarquer.

- On peut considérer cela oui. Dit-il alors pour combler le silence, les yeux toujours baissés sur le liquide brun dans sa tasse, il avait néanmoins esquissé un sourire. Je ferai plus attention dans le futur...

Darren avait ensuite relevé les yeux vers Galahad pour écouter l'histoire qu'il avait à raconter et avait légèrement froncé les sourcils. Il n'imaginait pas que cela puisse être possible, même pour un particulier métamorphe de rester définitivement coincé sous une certaine forme, jusqu'à perdre tout ce qu'on avait d'humain, et cette seule pensée avait fait naître un frisson d'angoisse le long de son échine. Puis, la curiosité l'avait piqué, et il avait jeté un rapide coup d’œil aux mains de Galahad, couvertes de cuir alors qu'il ne faisait pas froid, à l'intérieur du manoir. Il avait ce genre de particularité n'est-ce pas ? Ce genre de particularité que leurs détenteurs considéraient comme des malédictions, qui les empêcher de toucher ou de montrer. Il n'avait néanmoins pas connaissance de celle du médecin, n'avait pas eu cette curiosité, et n'avait jamais rien entendu à ce propos dans les couloirs, ou alors il n'en avait pas le souvenir.

- C'est terrible. Dit-il tout de même pour l'histoire du syndrigasti. Et on ne peut plus rien faire ? Je veux dire... Il a... Une conscience, dans son bocal ? Cette pensée le terrifiait. Mais... Quelle est votre particularité ? Si cela n'est pas indiscret bien sûr, ne vous forcez pas à me répondre.

Cela avait été plus fort que lui, il n'avait pas pu s'empêcher de poser la question. Il laissait néanmoins le choix à Galahad de répondre ou non, il ne voulait pas lui forcer la main, surtout pas après la douceur dont il avait fait preuve avec lui. Plus encore, il sentait déjà le médicament faire effet, et déjà, ses sourcils étaient légèrement moins froncés de douleur, bien que cette dernière reste présente pour l'instant. La question, néanmoins, le surprit, et plus encore le passage au tutoiement, qu'il apprécia quand même d'un sourire. La neige lui manquait terriblement. Il y avait ses habitudes, et aimait le silence pesant qu'elle provoquait, aimait entendre son craquement sous ses pieds, aimait voir, parfois, des animaux se répétant pourtant encore et toujours, sortir leurs museaux enneigés de sous la poudreuse. Il aimait le froid également, et regrettait les toits de neige qu'il créait avec un champ de force, lorsque cette dernière tombait, et qu'il pouvait la suspendre comme à rien au milieu du ciel... Une certaine mélancolie s'était alors emparée de son cœur et il avait hoché lentement la tête. Oui, la réunification était une chose dont il n'était pas heureux, notamment car cela l'empêchait de se déplacer en deux mille seize, où il avait découvert une part de sa personnalité qu'il avait toujours ignorée, cette part plus aventureuse, moins honteuse, cette part qui lui autorisait à faire des sourires qui se voulaient charmeurs à d'autres hommes, sans se couvrir de rouge et fuir. Il n'avait malheureusement pas été capable de garder cette mentalité, loin des quelques personnes de deux mille seize qui avaient été patientes avec lui, lui avaient fait découvrir des choses...

- La neige me manque terriblement. Répondit-il finalement après un court silence. Et la réunification était une erreur selon moi. Il soupira. Je ne sais pas si vous.. tu as la même impression, mais les boucles, c'est un peu comme de grandes prisons, et c'était bien d'en avoir plusieurs. Je ne suis pas très voyageur mais... J'aime bien savoir que je peux le faire si j'en avais envie... Il eut un léger rire. Je dois être quelqu'un de très pénible dans la vie de tous les jours. Il avait levé un regard amusé vers Galahad. Et toi... ? Tu viens de quelle boucle ? Je crois que j'avais vu tous les résidents à plein temps en mille huit cent soixante treize, et je ne crois pas que tu y étais, je me trompe ?

Cette réflexion faite, Darren se demanda enfin comment le médecin savait sa boucle d'origine. Il lui vint la crainte idiote que quelqu'un ait pu lui parler du Freak Show, de sa présence à cet endroit, et du rôle qu'il y avait tenu, cependant, cette peur s'était rapidement envolée. Quand bien même cela aurait été le cas, Galahad n'avait pas le regard de ceux qui lui en voulaient, et s'il savait, il donnait l'impression de ne pas trop être touché par la nouvelle. Darren prit une gorgée de liquide pour intimer silencieusement à son cœur de calmer ses battements erratiques qui relançaient son mal de tête, et dans un soupir de contentement, il ferma les yeux.

- Le thé est excellent... Dit-il tout doucement. Où l'as-tu eu ?

Lui qui était un grand amateur de thé, encore une de ses nombreuses tares il semblerait, était ravi de ce goût qu'il ne connaissait pas. Oh, il avait déjà bu des boissons semblables, cependant, jamais rien d'aussi bon, et sa curiosité était piquée.


lumos maxima


I loved you, you made me, Hate me, you gave me, Hate, see it saved me.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2714
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ old money. (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Lun 9 Juil - 13:21

foudroyantes migraines
darren & galahad

« You know you look so tired. You’re gonna stay up late tonight. Under the stars. I’ll put you in pride of place »
Haussement d'épaules, le faciès marqué par l'inconnu, détestant ne guère savoir, alors que ça le démangeait Galahad, d'y mettre les paluches pour une batterie de tests et d'expériences pour comprendre, chercher à établir un contact et provoquer un quelconque changement. Éternelle curiosité mordante et maladive, régit par un besoin viscéral de saisir et toujours tout décortiquer dans les moindres détails, quitte à s'y brûler les doigts. « Je l'ignore. Peut-être qu'il retrouvera sa forme un jour. En attendant il trône dans une vitrine soigneusement fermée par les Ymbrynes. Ça arrive souvent aux métamorphes d'ailleurs, à passer trop de temps sous leurs carcasses animales, il finissent par trouver des instincts et oublier leur forme humaine. » Réflexe machinal parallèle aux mots, retrouvant une pipe qui fut délaissée trop tôt pour mieux en raviver les effluves qui eurent un goût de trop peu, se logeant sous le labre.

Sourcil unique qui se hausse, dévoilant un rictus amusé envers la requête de l'autre qui fut désormais appâté. « Ah la Curiosité. » Murmure suave à la vapeur de nicotiane qui s'élève, croisant les bras pour mieux faire disparaître les paumes, tout en méditant une seconde. « Mon corps tend à imiter tout individu qu'il touche, le phénomène n'est pas uniquement physique, je tends aussi à reproduire le mental et à trop forcer, je m'égare. » Acteur habile, ravalant la mélancolie mordante dissimulée avec soin, oubliant les géhenne invisible au quidam d'en face, bien que la locution apposait les lames pernicieuses d'une malédiction mordante. Il eut oublié le voleur de carnes, qui il eut été réellement avant, le mioche à l'aube des guerres absurdes, précédant l’infamie d'une carne qui ne voulut guère être propre et unique, aux antipodes des utopies d'aventures et autres songes abstraits de familles aux marmots grouillant dans les couloirs, à gober tout ce qu'il touchait au point d'ignorer s'il eut encore quelque chose lui appartenant. « Tu ne m'as guère parlé de la tienne si je ne m'abuse. »

Nouvelle bouffée, s'extirpant en un soupir profond. Désolation. Souvenir de moins précédents, poussé à l'extérieur pour mieux observer le monde et ce qu'il offrait désormais, les mirettes embuées honteusement face aux étendues cotonneuses qui furent manquées depuis de trop nombreuses décennies. « Elle me manque également, bien que dans une toute autre mesure. Peut-être que l'automne et ses nuances bigarrées aussi, je me souviens avoir beaucoup aimé cette saison. » Mômes d'une fratrie trop nombreuse égarés dans les amoncèlement de feuilles mordorées, parant les paysages de flammes chaleureuse avant le déclin des grands froids.

« Personne n'a réellement compris cette absurdité sans nom. Je vois d'avantage les boucles comme des trésors et pages d'histoires précieuses. Avec quelque chose de salvateur bien entendu, même si les temps changent et semblent être d'avantage paisibles dehors. J'ai des difficultés à les percevoir comme des prisons, nous faisons le choix de nous y rendre et de demeurer dans une époque que nous jugeons confortable parmi nos semblables. Du moins choix dans la mesure du possible bien entendu, beaucoup n'ont guère la chance de pouvoir demeurer dans un monde qui ne les comprendrait guère. Puis rien ne nous empêche de découvrir les merveilles de notre époque en y voyageant si le besoin d'aventure devient viscéral. » Il aurait aimé Galahad, arpenter d'autres boucles et temps lointains, découvrir des pages qu'il eut assimilé dans des ouvrages, s'enfermant pourtant dans des combles salvateurs depuis trop longtemps, refusant les aventures au risque d'éveiller les horreurs d'autrui et provoquer un chaos de vingt-quatre heure comme ce fut souvent le cas de par une quelconque maladresse. « Je fais partie de ces quelques chanceux qui ont quarante-et-un pour demeure depuis toujours. Bien que Tenterden change radicalement de Londres et son ambiance délétère. C'est moins morbide dirons-nous. » Maigre rire, là où la capitale fut éventrée par un amoncèlement d'obus, les carnes trouvant les métros une fois l'apocalypse dégueulée de nuit, blitz perpétuel qui n'eut jamais cessé, à la mélodie terrifiante de grondements qui furent connus par cœur.

Œillade succincte en direction du sachet aux feuilles séchées qui fut abandonné parmi d'autres sur une étagère. « Bonne question, j'ai probablement dût le dénicher dans une demeure évacuée, comme beaucoup d'autres. Une mauvaise manie que j'ai adopté dans l'espoir de dénicher des cigarettes en pleine période de pénuries. » Coupable de quelques larcins, ne dissimulant plus les capacités à faire sauter les serrures et autres cadenas pour mieux glaner. Le placards à friandises fut souvent proie, lorsqu'il ne s'agissait guère des chambres de comparses aux secrets honteux. « Ça va mieux ? » Froncement de sourcils, cherchant à déterminer si le tout eut fait effet en évinçant le mal, voyant qu'il eut repris quelques couleurs.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Darren Flanagan
Carapace écorchée

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Champ de Force
☾☾ Années :
23 ans
☾☾ Myocarde :
Coeur prit corps à prendre
☾☾ Missives :
209
☾☾ Trogne & crédit :
Cameron Monaghan


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Sam 14 Juil - 10:26

I need something to pick me up [Galahad]



Darren avait seulement hoché la tête lentement à ce que venait de dire le médecin. Il se posait plusieurs questions, toutes plus angoissantes les unes que les autres à son sens. Dans son bocal, ce syndrigasti avait-il conscience d'être enfermé et incapable de faire quoi que ce soit ? Qui ici, avait souvenir de lui, avait-il ne serait-ce que quelques visites désespérées ou devait-il simplement attendre, encore et toujours ? Il réprima un frisson en plongeant le nez dans sa tasse, passant un bout de langue sur ses lèvres humides pour récupérer quelques gouttes savoureuses.


- Je... Ne sais pas trop quoi en penser. Je veux dire... Il haussa les épaules. Imaginons qu'il ait vraiment une conscience, c'est horrible. Il soupira. Dans le doute, pourquoi ne pas juste le faire sortir de la boucle ? Enfin c'est ma manière de penser ça... Je préférerais m'évaporer ou juste laisser le temps faire son œuvre que vivre éternellement dans un bocal.

Darren n'était pas quelqu'un de très joyeux, et discuter avec lui menait régulièrement à quelques considérations qui en auraient déprimé plus d'un. Il se faisait régulièrement la réflexion que là était peut-être la raison pour laquelle les personnes continuant à lui parler pouvaient se compter sur les doigts d'une main, et que la plus part d'entre elles passaient bien plus de temps loin de lui que proche. Oh, il faisait des efforts, essayait de ne pas laisser transparaître tout de qui le rongeait à chaque mot, cependant, il avait cette lassitude dans les gestes et les paroles qui ne trompaient pas. Il haussait régulièrement les épaules, comme fataliste, il ne parlait jamais fort, à moins qu'on ne l'y force, ne faisait montre de caractère que lorsque la situation l'exigeait, et là encore, beaucoup avaient constaté toute l'étendue de son esprit perturbé, simplement car il arrivait que ses priorités et principes échappent même à sa propre compréhension.

Loin de vouloir se laisser aller à une diatribe mentale à son propre sujet, il le faisait bien assez seul dans sa chambre, il avait focalisé son attention sur les paroles de Galahad et ses sourcils s'étaient légèrement froncés, tentant de comprendre toutes les subtilités de ce qui se produisait lorsque la particularité du médecin se manifestait. Il n'osait pas imaginer ce que cela pouvait provoquer dans un esprit... Si cela avait été seulement physique, cette particularité aurait pu avoir quelque chose d'amusant, cependant s'il comprenait bien, il abandonnait jusqu'à sa propre manière de penser lorsqu'il se transformait, et il comprenait bien que cela puisse égarer l'autre en face de lui. Se laissant le temps de réfléchir un peu, il avait concentré son regard sur les mains de Galahad, couvertes à juste titre de cuir. Si jusque là ce geste l'avait rendu indifférent, il comprenait la nécessité de se couvrir. Il entrouvrit les lèvres, cherchant à répondre quelque chose de pertinent, cependant, une autre pensée venait d'effleurer son esprit. Si le médecin couvrait ses mains, cela signifiait qu'il n'avait pas le contrôle de sa particularité... Ne pouvait-il donc pas apprécier la douceur d'une simple caresse, une main posée sur la sienne pour le rassurer lorsqu'il n'allait pas bien, la chaleur d'une autre peau humaine sur la sienne... ? La tendresse de doigts effleurant sa joue... Darren avait un peu baissé les yeux, Galahad ne s'attendait certainement pas à ce qu'il se mette à déprimer pour lui, et n'en avait sans doute pas l'envie. Si ? La tension dans sa voix était sans appel, lui qui avait souffert de sa particularité se trouvait face à quelqu'un qui avait la même amertume que lui, certainement pour des raisons différentes, cependant, cette légère étincelle dans les yeux était claire.

- Je vois... Avait-il dit doucement. Désolé, la curiosité est un de mes défauts, d'habitude je sais me tenir, je tâcherai de faire attention, à moins que tu ne veuilles en parler, je ne poserai plus de questions. Il était étonnamment doux, lui qui parlait habituellement toujours de manière monocorde avait retrouvé sa douceur naturelle, qu'il avait enfouit au fond de son propre être pour ne plus en souffrir. La mienne est protectrice ou violente, ça dépend. Il haussa les épaules comme pour remettre son masque. Je fais des champs de forces, que je peux faire statique ou mouvant. Il regarda un instant ses mains. J'ai fait plus de mal que de bien avec pourtant. Il soupira. J'essaie de mieux le contrôler pour éviter que cela ne se reproduise.

Il avait relevé les yeux vers Galahad et lui avait fait un petit sourire légèrement vain. Il n'était pas aussi doué que le médecin pour cacher ses émotions, loin de là, il était même ce qu'on appelait communément un livre ouvert lorsque cela touchait quelque chose qui le prenait aux tripes. Puis, la conversation s'était allégée, du moins, par rapport à ce qu'il pouvait ressentir à son propre propos. La neige lui manquait oui, mais cela ne créait pas le vide absurde dans son cœur qu'il pouvait ressentir lorsqu'il projetait le passé plus loin, à l'époque de sa vie parmi les humains, puis dans le freak show. L'automne... Il n'aimait pas entendre parler de ses couleurs, pour un simple souvenir absurde. Le souvenir cuisant de cet autre qu'il avait connu par le passé, au grands mots mais faible cœur. Celui qui avait signé sa déchéance, car alors, il s'était laissé aller à se perdre dans les bras d'un autre homme, commençant plus encore à montrer sa marginalisation. Il avait eu un silence, le souvenir refaisant surface comme l'on pouvait voir dans certains films, hormis qu'il en sentait les odeurs, le toucher... Une discussion presque banale dans un lit défait, son corps alors exempt de tout stigmate proche de celui de l'être aimé. Apprendre à se découvrir, avec des questions bateau. Il avait toujours aimé la neige, et cela avait amusé son amant, comme des enfants, ils avaient rit, Darren cachant visage contre le torse nu face à lui. Il avait senti des doigts venir se poser sous son menton pour relever son visage. « Ma saison préférée est l'automne, ça me fait penser à toi...les couleurs orangées » Une main passée dans ses cheveux. « Le vert un peu encore. » Un pouce près de son œil, suivit d'un rire doux. « Et le rouge sur tes joues, là, maintenant. » Un beau parleur n'est-ce pas ? Qui avait réduit son cœur en esclavage il y avait des années de cela, trop grand romantique qu'il était.

La voix de Galahad avait effacé le souvenir, et il avait reprit la conversation en son milieu, fronçant quelque peut les sourcils. Pour lui, les boucles étaient une prison, pour la simple raison qu'en sortir aurait été suicidaire pour lui. Il y était entré par force et non par choix, il n'avait plus rien à faire parmi les humains, et ne voulait plus en entendre parler depuis des années maintenant, beaucoup trop d'années. Il avait pourtant conscience de ne pas faire d'efforts, et de ne pas évoluer comme il le devrait, même si son court passage en deux mille seize, à l'époque où les boucles étaient encore toutes présentes l'avait fait grandir légèrement. Il n'allait pas rebondir sur ce que Galahad venait de dire, ils avaient des visions différentes des boucles, cela s'arrêtait là. Ils n'étaient pas là pour essayer de se convaincre l'un l'autre, tout ce qu'il retenait était que le docteur était d'accord avec lui sur le fait que la réunification des boucles avait été une erreur. Beaucoup avaient perdu leur maison, avaient perdu des proches et des rêves. Un léger sourire s'était dessiné sur ses lèvres pour répondre au maigre rire de Galahad, et il avait fait pianoter ses doigts sur la porcelaine de la tasse.

- Tu m'en diras tant. Avait-il répondu. Par curiosité, j'étais passé par Londres lorsque toutes les boucles étaient encore là... Il inclina la tête sur le côté. Je crois que j'ai été si terrifié que mon esprit en a effacé les quelques souvenirs que j'aurais pu avoir. Il rit doucement. Je... Ne suis pas très à l'aise avec tout ce qui est explosions et guerres. Il soupira. Je sortais déjà peu avant, alors ici. Il secoua la tête. C'est plus fort que moi, le bruit d'une explosion et je peux plus rien faire.

Il avait rit doucement, se moquant de sa propre couardise. Il avait ensuite simplement hoché la tête à ce que disait Galahad, légèrement déçu de ne pas pouvoir retrouver un thé avec un tel goût, cependant il comprenait facilement que le médecin ait fouillé quelques maisons vides, il aurait été le dernier à lui jeter la pierre, chacun faisait ce qu'il pouvait pour avoir ce qu'ils voulaient, et Darren avait parfois commis quelques larcins aussi, dont il n'était pas très fier. Puis, la question, et il avait eut un grand sourire.

- Ça va mieux, oui. Il avait porté son regard vers la fenêtre. J'ai encore un peu mal, mais ce n'est rien comparé à tout à l'heure. Merci. Il regarda un peu autour de lui. Je peux faire quelque chose pour t'aider en retour ?

Quel idiot il faisait. Il était allé demander de l'aide en prenant cela pour acquis, comme si cela avait été d'une logique implacable que Galahad prenne de son temps et de son énergie pour simplement lui venir en aide, sans poser la moindre question, sans qu'il n'y ait de paiement quelconque. Il se sentait légèrement coupable, et cela se voyait dans ses yeux émeraude qui brillaient doucement...

lumos maxima


I loved you, you made me, Hate me, you gave me, Hate, see it saved me.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2714
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ old money. (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Mer 18 Juil - 11:42

foudroyantes migraines
darren & galahad

« You know you look so tired. You’re gonna stay up late tonight. Under the stars. I’ll put you in pride of place »
« Ne sommes-nous pas nous aussi en quelques sorte tous enfermés dans un bocal à regarder le monde extérieur et le temps filer au point de nous dépasser sans jamais oser en sortir ? » Un sourcil se hausse, babines au rictus en coin laissant s'exfiltrer un énième fumet qui s'éteint entre les poutres, imprègne une fois de plus les murs lambrissés pour mieux disparaître le lendemain matin au renouvèlement. Ils furent tous curiosités incontestables regroupées en une vitrine qui fut temporelle, désuets pour la plupart, peinant à s'extirper pour comprendre un monde qui fut devenu trop lointain, vieillards séniles sous des traits mensongers.

Haussement d'épaules, plutôt satisfait que l'autre voulut tourner court les explications, le gratifiant pourtant d'un rictus pour mieux en dissimuler l'amertume portée sur la carne détestable, acteur hors pair. « Il vaut mieux savoir à quoi on a à faire. Je ne suis guère mieux en terme de curiosité maladive. » Il fut le premier à apposer ses paluches Galahad, aux endroits et recoins qui ne le concernaient guère, cas exceptionnels où les malédictions furent alliées, y trouvant une quelconque utilité. « Plutôt intéressant, j'ai toujours été fasciné par le côté mental de ce type de particularité, c'est irritant de ne guère en saisir le fonctionnement exact. » Comme s'il y eut quelque chose de magique, illusion insaisissable, désireux d'en connaître tous les "trucs". De toute manière trop vite impressionné par la moindre particularité d'autrui, désireux d'échanger contre n'importe quoi d'autre, jalousant secrètement, eux qui purent enlacer et demeurer propres. « Il n'est jamais trop tard pour changer la donne et faire des choix plus judicieux, nous avons l'avantage d'avoir plus de temps pour le faire et en quelque sorte nous repentir. » Soupir, il s'étire le voleur de carnes, adoptant une décontraction aux antipodes de l'éducation inculquée, cherchant tout de même à rassurer l'autre.

Ils furent nombreux, les quidams à ne guère saisir le choix de boucle ultime, égaré en des ravages de guerre et apocalypse hostile. Les bras se croisent, les iris perdues dans un lointain paradoxalement nostalgique. « J'avoue ne jamais avoir été à l'aise avec le blitz. Qui le serait de toute manière ? » Boucle d'insomniaques, où les badauds et promenades nocturnes furent le quotidien durant longtemps. « Mais à force on fini par en apprendre la mélodie chaotique par cœur et y faire abstraction autant que possible. » Mensonge habile. La sorgue fut mordante malgré les décenies, éveillant les songeries réfutées d'un front qui voulut être oublié, sensation âcre que les ciel tomberait d'un instant à l'autre sur le crâne.

« Tu as repris des couleurs. Le corps réagit plutôt bien, ça devrait être terminé d'ici une heure ou deux. » Rire, ne comprenant guère ce besoin de vouloir marquer l'échange, préférant d'avantage user du système pour glaner et fournir des informations, trafique tout autre, loin des services bienveillants qui furent rendus pour mieux combler le temps. « Je ne suis pas de ceux qui exigent des échanges de bons procédés, tu peux partir tranquille. Il faut bien tuer le temps. » Haussement d'épaules nonchalant visant à le rassurer dans sa culpabilité.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Darren Flanagan
Carapace écorchée

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Champ de Force
☾☾ Années :
23 ans
☾☾ Myocarde :
Coeur prit corps à prendre
☾☾ Missives :
209
☾☾ Trogne & crédit :
Cameron Monaghan


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Lun 30 Juil - 20:03

I need something to pick me up [Galahad]



Darren avait levé un sourcil, il n'avait pas la même vision des choses que Galahad, pas sur ce point là du moins. Certes, il avait l'impression de vivre dans une prison, dans la boucle, cependant, c'était plus vaste qu'un bocal. Ils avaient leur manière de fonctionner, et pouvaient aller où bon leur semblait, dans la boucle, et en dehors, pour les volontaires... Très peu pour lui, il voulait bien concéder cela au médecin, ils étaient tous les deux fort peu pour se montrer en présence des humains, s'il comprenait bien ce que Galahad semblait dire. Oh, il ne se serait pas aventuré à dire qu'il en avait la certitude, cependant il reconnaissait sans peine ce petit air au fond du regard... Sans que cela ne dévoile un passé, il en disait long sur ce que pouvait être une personne.

- Certes, c'est une manière de voir les choses. Lui dit-il avec un léger sourire. La différence est que notre bocal est plus vaste... Il avait haussé les épaules. Je ne suis quand même pas certain que ce soit bien mieux mais enfin...

Darren avait ensuite écouté ce que Galahad avait à lui dire, et avait pincé les lèvres comme si cela ne lui convenait pas. En un sens, c'était le cas. Il savait que le médecin avait raison, cependant comment aurait-il pu l'avouer sans détour, et ne pas passer pour un idiot après ce qu'il venait de dire ? Il ne semblait qu'être un humain pathétique, prompt à se plaindre, mais qui ne faisait guère d'efforts pour s'améliorer. Force était de constater que cela n'était pas totalement faux, cependant, être devant l'évidence même était légèrement plus compliqué à digérer... Il avait néanmoins incliné légèrement la tête sur le côté. Il ne comprenait pas réellement pourquoi le type de particularité qu'il avait pouvait être un sujet d'étude intéressant. Peut-être était-il trop terre à terre, ou peut-être cela ne l'intéressait-il pas autant que cela devrait. Après tout, s'il ne comprenait pas l'essence même de sa particularité, comment pouvait-il prétendre à la maîtriser entièrement ? Il ne pouvait clairement pas, cependant, il s'entraînait quand même, en se disant qu'un peu de magie pourrait venir délier quelques ficelles.

Le temps. Darren avait levé les yeux vers Galahad. Le temps était long, le médecin ne savait pas de quoi il parlait, ou plus exactement, il ne savait pas à quel point cela pouvait peser au rouquin, et ses paroles étaient de toute évidence sans méchanceté aucune. Darren était bloqué dans le temps, n'évoluait que trop peu avec son temps, voire pas du tout. Combien de fois avait-il était tenté à l'idée de se rendre dans la réalité et de laisser le temps faire son œuvre, remettre les choses à leur place, le faire devenir la poussière qu'il devrait être depuis si longtemps maintenant. Il n'avait plus grand chose pour le retenir, et n'était pas de ceux qui se faisaient aisément des amis.


- Si tu le dis. Avait-il soufflé tout doucement, comme s'il se parlait à lui-même. On verra bien, peut-être que le temps ne me laissera pas d'autre choix.

Il restait vague, n'expliquait pas réellement ce qu'il pensait, et avait volontairement occulté une partie des paroles de Galahad, il n'avait pas envie d'y répondre. En soit, il se demandait ce qu'il faisait, à discuter de la sorte. Il allait espérer, encore, que quelqu'un puisse avoir la patience nécessaire pour s'accrocher à lui, cependant, il se connaissait bien. Sa mauvaise humeur habituelle, et ses pensées toujours plus noires auraient fait fuir n'importe qui, il ne pouvait déjà que très peu se supporter lui-même, il ne pouvait reprocher aux autres de ne vouloir s'encombrer.

Au moins, il pouvait prétendre à être quelque peu sociable, maintenant, un temps. Il n'aurait pas compris, le médecin, un changement si abrupt dans sa manière de réagir, personne ne le comprenait jamais, même pas lui-même. Il lui arrivait seulement d'avoir des sautes d'humeur qui, il pouvait le concéder, avaient peut-être une raison médicale, quelque chose qui n'aurait su être soigné par de simples piqûres, il avait l'écho d'une chose de ce genre, venant de 2016. Il avait alors relevé les yeux, et avait hoché la tête. Personne ne se serait habitué au blitz, à moins d'être très dérangé mentalement, il n'y avait aucune possibilité pour que quiconque puisse se targuer de n'en avoir rien eu à faire.

- Je ne sais pas comment tu peux en faire abstraction. Avait-il dit l'air pensif. Sans parler du bruit, hm, c'est... Angoissant. Ce n'est pas tant les bombes et les sifflements qui me terrifiaient, c'était de savoir que ce bruit signait la mort de centaines de personnes.

Il avait froncé les sourcils, la seule image lui avait donné des frissons. Bien heureusement, Galahad avait reprit la parole, et il avait bêtement regardé ses mains comme s'il avait pu voir lesdites couleurs sur son épiderme. Il avait alors eu un sourire doux, quelque chose que Galahad avait pu voir quelques instants plus tôt mais que peu pouvaient se venter d'avoir déjà vu sur son visage. Il avait ensuite haussé les épaules, légèrement gêné. Il aurait voulu pouvoir lui rendre la pareille, mais il n'avait aucun talent particulier, autre que sa capacité à être si ennuyeux qu'il aurait été un parfait remède contre les insomnies.


- Je vois.. Il avait doucement baissé les yeux. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas alors ? Je suis pas très doué de mes doigts, et je ne suis pas bon à grand chose, mais je peux toujours essayer de me démerder.

Il avait eu un léger rire, il se sentait clairement inutile, face à un être comme Galahad, qui semblait avoir réussi à surmonter les épreuves de sa vie et en faire quelque chose. Même si ce dernier semblait toujours hanté par certains démons, il les avait au moins légèrement domptés, n'est-ce pas... Et lui, qui faisait ce qu'il pouvait, n'était bon qu'à les enlacer et les laisser le dominer.

lumos maxima


I loved you, you made me, Hate me, you gave me, Hate, see it saved me.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2714
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ old money. (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   Jeu 9 Aoû - 13:49

foudroyantes migraines
darren & galahad

« You know you look so tired. You’re gonna stay up late tonight. Under the stars. I’ll put you in pride of place »
Piètre ricanement, serti d'amertume qui eut du mal à demeurer au fond des tripes. Plus vaste. Monde chaotique en pleine apocalypse perpétuelle, où le feu dégueule à de trop nombreux endroits du globe. Détail abstrait, alors que le problème ne fut pourtant guère là, d'avantage porté sur une carne capable de provoquer la moindre catastrophe pour vingt-quatre heures en une quelconque inattention et frôlement. Réclusion. Il n'eut jamais voyagé Galahad, enfermé dans une bulle de quelques kilomètres dont il dut connaître le tracé de chacun des figurant sur le bout des ongles, alors qu'il eut été autrefois un gosse désireux d'aventures, rêvant d'explorations. Utopies désormais trop abstraites. « Tout dépend pour qui. » Murmure, souffle suave à peine audible, s'extirpant des lippes en un constat.

Et il se ferme le voleur de carnes. Comme une huitre dans sa coquille, évinçant les rictus en dépit d'un air qui en deviendrait presque trop soucieux, quelques ridules figées dans la carne s'apposant sur le front. L'autre semblait vouloir creuser un sujet en grattant sous la croute, pourtant intentionnellement. Bombardements hostiles, frappes vicieuses d'individus désireux de conquérir le monde. Jour chaotique perpétuel. « Probablement. » Haussement d'épaule, faisant mine d'être désintéressé. Il fut comme ça Galahad, à ne guère s'ouvrir de trop, apposer ses doutes et angoisses, mettre des mots sur un avant boucle qu'il voulut esquiver tout autant qu'oublier, peinant à demeurer au milieu d'un jour marquant au fer rouge ces instants où tout son monde eut basculé, chaos déclencheur de malédiction. Rarissimes furent les confidents, quidams qui durent faire preuve de patience avant de cerner les nuances et pages d'histoires, comptables sur les phalanges d'une seule main. Mystère demeurant, entretenu. « Nous ne sommes plus à Londres de toute manière. » Mirettes égarées dans les stries jonchant les lattes du plancher, lointaines, apposant des syllabes par automatisme.  

Soupir. Carcasse se dépliant, apposant quelques pas pour mieux s'étirer, incapable de demeurer assis une seconde de plus. Pic d'hyperactivité nerveuse en une versatilité qui ne fut désormais plus à prouver. « Tu devrais cesser de te dévaloriser et te lamenter de la sorte. » Rictus revenant, encourageant, sentant bien que l'autre fut de ceux qui eurent une confiance en eux frisant les entrailles du globe. « Il y a bien des choses qui t'ont toujours attirées sans avoir pris le temps d'apprendre non ? » Désignation de l'étendue et l'amoncèlement qu'étaient devenus les combles, témoins de lubies et autre impulsions, vice assumé. Complaisance en cette érudition, le naseau dans des ouvrages, les mirettes au travers d'un objectif, les phalanges glissées dans l'antre d'une infirmerie lorsqu'elles ne furent pas égarées sur quelques notes et les oreilles vicieuses glanant les bruits de couloirs et autres secrets pour mieux collectionner.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I need something to pick me up [Galahad]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I need something to pick me up [Galahad]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Draft Pick 2016
» Galahad le retour
» Tirage au sort pour le 1st pick overall 2013 TSHL
» Galahad - Midi ! Je vais me faire des taliatelles.... des tagliatheltes... des tahliatèles... des tagliatailes... ET MERDE !!!!! Je vais au kebab !!!
» ⊰ I'm gonna pick up the pieces and build a Lego house

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Le Manoir-