I took my love down to violet hill, there we sat in snow.
 ::  :: Squelettes Anatomiques :: Pièces maitresses

Léonie Delauney-Moreau
Branchifique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Des branchies apparaissent de chaque coté de son cou lorsqu'elle plonge sa tête sous l'eau
☾☾ Bizarrerie :
Vieux jeu. Vieillotte. Arriérée. Elle a beaucoup de mal à s'ouvrir au progrès.
☾☾ Années :
26 ou 106 ans
☾☾ Occupation :
Cuisinière
☾☾ Myocarde :
Veuve depuis de bien nombreuses années. Entièrement dévouée à son fils.
☾☾ Missives :
27
☾☾ Trogne & crédit :
Freya Mavor (c) Angel Dust


MessageSujet: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Jeu 10 Mai - 22:43

Léonie Delauney-Moreau

« We are sentimental animals »


☾☾ passeport

☾☾ Nom : Delauney, épouse Moreau ☾☾ Prénom : Léonie ☾☾ Surnom(s) : Léo ☾☾ Âge : 26 ou 106, elle ne sait plus. ☾☾ date de naissance : 18 mai 1912 ☾☾ nationalité : française ☾☾ origine : Boucle de 1914, Paris ☾☾ statut civil : Veuve ? ☾☾ orientation : Hétérosexuelle ☾☾ occupation : Maman et cuisinière ☾☾ Affiliation : Bocaux de formol


particularité

La relation de Léonie avec l'eau titille la frontière entre peur et fascination. Elle observait la Loire d'un œil méfiant lorsqu'elle était gamine. C'était vaste, profond, dangereux, point final. Son frère aîné l'a poussée dans le lit du fleuve lorsqu'elle était adolescente. Elle lui en a voulu à mort pendant des mois. Certes, il voulait vérifier que la benjamine partageait sa particularité et en effet c'était le cas, mais elle a rarement eu aussi peur que ce jour-là. Peur de l'eau. Peur d'elle-même. Lorsque sa tête s'est retrouvée sous la surface, les branchies sont apparues de chaque côté de son cou, déchirant sa peau dans une douleur sans nom. Puis ce fut le silence. Le calme enveloppant et réconfortant des eaux troubles.
Elle refuse tant que possible de se baigner même si elle se sait bonne nageuse. Le souvenir de cette découverte et de cette douleur la pétrifient depuis près de 90 ans.    
bizarrerie

Léonie refuse de porter le moindre pantalon, et ce, par conviction personnelle. Elle a passé les trente premières années de sa vie en jupes et robes longues. Elle a vu ses six frères en pantalons et culottes courtes et s'est vue refusé le droit d'en porter par leur mère. Ce qu'elle prenait pour une punition lorsqu'elle était gamine a peu à peu pris sens dans son esprit pour devenir bien plus qu'une histoire de penderie. Au diable leurs histoires d'égalité et de liberté. Quelle connerie. Si les femmes étaient l'égal des hommes, quel intérêt y aurait-il à avoir des femmes ET des hommes ? Pourquoi vouloir à tout prix pouvoir ressembler au sexe opposé ? Tout l'engouement de ces jeunes filles pour des vêtements, quelques bulletins dans une urne ou la possibilité de réparer des voitures la dépassent.
Elle se plait dans ses occupations en cuisine et avec les enfants de la boucle et ne cherche pas plus. Peut-être qu'elle est extrême dans ses idées, mais en vérité, elle est bien trop butée pour s'en soucier.

petits secrets

I. Léonie n'a jamais appris à lire. Elle a développé un code couleur pour étiqueter les bocaux de la cuisine. Elle sait tout de même reconnaître et recopier les mots associés aux principales denrées de la maisonnée. Pas de livre de recettes dans sa cuisine donc, tout dans la tête. II. Elle est de plus en plus complexée par ce manque. Tous les gamins qui entrent dans la boucle aujourd'hui lisent et écrivent depuis des années déjà. III. Même s'il reste très jeune, Léonie a très vite encouragé son fils à apprendre la lecture avec les autres petits de sa première boucle. IV. Félix lui apporte régulièrement de nouveaux livres. Il lui lit l'histoire avant de s'endormir et elle essaye d'en retenir le moindre mot pour à son tour, la lui raconter les soirs suivants. V. Il lui arrive de passer des heures près de lui à le regarder dormir. Sept ans pour l'éternité. Si jeune et si grand à la fois. Elle a tout laissé pour lui et lorsqu'il dort à ses côtés, rêvant à la nouvelles journée de jeu qui l'attend le lendemain, elle sait que ça en valait la peine. VI. Elle qui était pourtant la benjamine de la fratrie Delauney s'est toujours sentie l'âme maternelle. Elle se rêvait mère de famille nombreuse à tout juste vingt ans mais le grand monsieur Là-Haut en décida autrement. Elle chérit son fils unique chaque jour et a trouvé réconfort auprès de tous les petits de la boucle. VII. Elle n'est pourtant pas toujours tendre avec eux. Douce et souriante la plupart du temps, elle dispense l'éducation stricte qu'elle reçut de sa mère au début du vingtième siècle. Droite, stricte et empreinte de principes religieux fondamentaux à ses yeux. VIII. Elle se montre rarement sans un foulard autour du coup, ou s'il est absent, ses cheveux se chargent de couvrir sa peau. Elle cherche à cacher les quelques lignes rouges de chaque côté de son cou, cicatrices que laissent ses branchies lorsqu'elle est sur la terre ferme. IX. Le moyen de plus sûr de connaitre son état d'esprit du jour ? Le menu. Si le manoir sent le poulet rôti et la tarte au citron, alors vous pouvez être certains que la journée s'annonce exquise. Au contraire, le bœuf bourguignon annonce une journée morose. C'était le plat préféré de Charles. Elle le prépare toujours le cœur plein de mélancolie. Le jour où elle préparera une pizza, là il faudra se poser des questions sur sa santé mentale... X. Elle sort peu de la boucle mais lorsqu'elle rejoint 2018, elle aime se rendre chez un petit antiquaire. Sa dernière lubie en date : trouver le même gramophone que celui de ses parents à l'époque. Ils ne possédaient pas grand chose, mais ce gramophone a donné à Léonie et Lazare de folles après-midi de danses endiablées.  
mentalité

Léonie est d'une douceur et d'un calme olympien en toutes circonstances. Elle est généreuse et a toujours pris son rôle de cuisinière très à cœur. La cuisine reste pour elle le poumon de la maison, ou ici, du manoir. C'est vivant, indispensable et tout le monde y trouve sa part de réconfort quotidien.
La cuisine, elle y est par passion autant que par devoir. C'était son rôle de maîtresse de maison avant d'entrer dans une boucle, elle a décidé de le garder. Nous parlions plus tôt de ses idées bien arrêtées sur la condition féminine et cela est révélateur de son aversion pour le changement. Elle a essayé de s'adapter aux mœurs des époques traversées et a même brièvement adhéré à un mouvement hippie à la fin des années 1960, apogée de sa période rebelle. Elle s'est perdue et a pris peur, comme souvent. Elle est revenue à ses premières amours : robes longues, cuisine, tâches ménagères, enfants et religion. Elle a bien conscience des levées d'yeux qu'elle provoque lorsqu'elle se fait trop moralisatrice ou trop prude mais elle tient à ce qu'elle est.
identité secrète

☾☾ Pseudo : Happenstance ☾☾ Âge : 22 ans ☾☾ Localisation : Wild wild west ☾☾ Type de perso : Prélien du joli Lazare ♥️ ☾☾ Avatar : Freya Mavor ☾☾ Crédits : Ewe ☾☾ Comment as-tu trouvé le forum : Facebook je crois. ☾☾ Le mot de la fin : Longue vie aux Delaney  uuuh

aventures

1918 - Campagne orléanaise

Léonie est la petite dernière, la fille tant attendue après une ribambelle de garçons tous plus énergiques les uns que les autres. Elle passe le plus clair de son temps à la maison à jouer ou à s'improviser apprentie tricoteuse avec les aiguilles et la laine de sa mère. Elle garde peu de souvenirs de cette époque mais les plus marquants concernent sans équivoque son frère Lazare. Il est de onze ans son aîné mais contrairement aux autres, il reste enfermé avec elle toute la journée pour une raison qui lui échappe complètement. Il est un partenaire de jeu idéal et la fait rire comme personne. Son dernier souvenir de cette époque reste flou. Elle se souvient d'avoir pleuré, d'avoir enroulé ses bras autour de ses jambes sans comprendre ce qu'il disait. « Paris », « Sécurité », « Boucle » sont les mots qu'elle retient même s'ils ne font aucun sens pour son jeune esprit. Elle en a beaucoup voulu à son frère d'être parti. Il marqua la fin des journées de jeu. Elle se mit à suivre sa mère comme son ombre. Marché, cuisine, champs et couture devinrent bientôt les maître-mots de son quotidien.

1932 - Campagne orléanaise
 
Léonie attend la naissance de son premier enfant. Après plus de trois ans de mariage, elle commençait à désespérer et pensait dire adieu à ses rêves de famille nombreuse. Elle vit cette grossesse comme une bénédiction. Charles est plus impatient qu'un gosse devant un paquet cadeau. Il s'épuise à boucler la traite de ses brebis en un minimum de temps afin de rentrer auprès d'elle et veiller à ce qu'elle ne manque de rien. Lorsque la nuit tombe, il s'endort la tête posée sur son ventre rebondi et elle passe inlassablement ses doigts sans ses boucles brunes. Elle remercie dieu chaque matin d'avoir mis cet homme sur son chemin. Sous son air rustre se cache une douceur immense et une générosité inégalable. Il a su la rassurer lorsqu'à tout juste dix-sept ans elle lui promis amour et fidélité sans vraiment comprendre ce que cela impliquait.Il a su la consoler les jours où elle retrouvait ses vêtements tâchés d'un sang qu'elle voulait voir disparaître pour les neuf mois suivants. Il a su l'épauler lorsque, prise de doutes, elle se sentait incapable d'être mère. Elle souhaiterait avoir un fils, une version miniature de cette homme qu'elle aime tant, ils seraient tous les deux comblés.

Septembre 1939 - Paris

L'ordre de mobilisation vient de faire son apparition partout en France et Charles ne pense qu'à une chose : mettre sa femme et son fils à l'abris. Il en parle au frère aîné de Léonie et découvre l'existence des boucles. Hors du temps, hors du conflit, elles semblent être le meilleur moyen de les protéger. Ils entreprennent tous le voyage vers la capitale et vers l'entrée de leur abris. C'est le moment que choisit Charles pour annoncer qu'il ne les suivra pas. Son esprit patriotique et sa fierté le poussent à s'engager et à répondre à l'appel de son pays. S'en suit le premier et le seul conflit du couple. Léonie le traite d'inconscient, lui lance toutes sortes d'arguments sur ses obligations de père et de mari. Lui pense à l'avenir, à la honte qui couvrirait son nom et celui de son fils s'il désertait. Il finit par lui promettre de venir régulièrement pendant ses permissions et elle, épuisée, fond en larmes dans ses bras.
Il reviendra les voir une fois l'année suivante et enverra des dizaines de lettres jusqu'à la fin de la guerre qu'elle se fera lire par une amie. Puis silence radio. Plus rien. Plus de visites, plus de lettres, plus de nouvelles.

1965 - Boucle de 1914 - Paris

Vingt années se sont écoulées et pourtant, rien ne change. Elle regrette de ne pas voir le petit Félix grandir. Avec ses boucles brunes et ses grands yeux noisettes, elle se dit qu'il serait le portrait craché de son père s'il avait vieilli. Elle reprend sa dernière lettre et même si elle ne déchiffre pas les signes, elle en connait le contenu par cœur. Il lui confie sa joie à l'annonce de la victoire des Alliés et son impatience à venir les retrouver. Il pourrait les rejoindre dans la boucle, ou s'installer près de l'entrée. Il veut revoir son visage et la serrer dans ses bras. Il rêve de son fils et de rattraper le temps perdu. Il les aime.
Mais il n'est jamais venu. Quelques mois après la fin de la guerre, Léonie est partie à sa recherche. Elle a commencé par visiter d'autres boucles et notamment celle de 1941. Elle y rencontra un syndrigasti récemment entré dans la boucle et prêt à fouiller quelques registres et contacter leur famille et d'anciens camarades de front de Charles à l'extérieur. Cette situation lui enleva une grosse épine du pied : elle ne voulait pas avoir à subir le regard apitoyé des services administratifs lorsqu'elle leur demanderai de lire les documents à sa place...
Mais sans grande surprise, les recherches ne donnèrent rien.
Le plus dur a été de faire comprendre à Félix que son père ne reviendrait peut-être jamais. Elle aurait préféré avoir à lui dire qu'il était décédé, mort pour son pays, mort en héros plutôt que de ne pas savoir. Peut-être avait-il rencontré une autre femme, peut-être les avait-t-il abandonnés. Elle ne le saura sans doute jamais.
Ces dizaines de questions finirent par la rendre folle. Au diable l'immobilisme de son éducation. Elle se rapprocha de jeunes idéalistes pacifistes tournés vers l'avenir et la beauté dans la boucle de Vegas de 1963, de quoi laisser derrière elle les tourments de son passé. Cela ne dura qu'un temps. Elle pris peur à l'idée d'abandonner ses valeurs. Sans se l'avouer, elle voulait surtout rester celle qu'elle était avec Charles.
Et puis dans la boucle, elle n'avait pas tout perdu. Au contraire, elle retrouva Lazare, autrefois son grand frère et resté adolescent pendant vingt années.  Elle pouvait compter sur le soutien de leur frère aîné, toujours là pour elle. Elle avait ses frères et Félix des oncles aimants prêts à combler tant bien que mal l'absence de son père. C'était déjà un immense réconfort.




PS : So sorry s'il manque des "é", j'ai une touche capricieuse... hurmf


Dernière édition par Léonie Delauney-Moreau le Sam 12 Mai - 20:02, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui imite en tout point l'être effleuré. Doppelgänger. Jumeau factice qui se perd dans l'illusion. L'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gobés à la manière d'une éponge. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six automnes.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2066
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ Morrigan (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Jeu 10 Mai - 22:53

J'en connais un qui va être content hum
Elle est bien jolie cette p'tite/grande soeur tss Hâte de voir ce que tu vas en faire hihi
Tu cries en cas de pépin, même si tu es déjà entre de bonnes mains yy



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Agap Aksenti
panda innocent

avatar
☾☾ Particularité :
Métamorphe panda roux
☾☾ Bizarrerie :
Les bruits brusques l'angoissent. Dans une moindre mesure, le contact physique avec un humain l'angoisse aussi. Quand il est angoissé, il mord
☾☾ Années :
Né en 1894, corps de 25 ans, apparence... d'ado
☾☾ Occupation :
Spectacle animalier
☾☾ Myocarde :
Célibataire, asexuel
☾☾ Missives :
386
☾☾ Trogne & crédit :
Cole Sprouse (c) Agap


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Jeu 10 Mai - 23:32

J'aime énormément ce prénom et ce choix de prédef heart

Avec Laz, tu ne crains rien brill

Courage pour ta fiche ! super
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amos Vaughan
Écran de veille

avatar
☾☾ Particularité :
Technopathie, pathologie. Le contrôle des appareils électroniques.
☾☾ Bizarrerie :
Insecte de nuit, abreuvé de lumières et de néons.
☾☾ Années :
32 ans physiquement, indécis sur les années qu'il se donne à vivre.
☾☾ Occupation :
Conteur de vérités et enseignant des moeurs et coutumes du présent à l'intérieur de la boucle. Dernier levé, couché à l'aube, il assure la surveillance du parc une fois tous endormis.
☾☾ Myocarde :
Le cœur facile pourtant vide de noms. Les désirs vont et viennent, indécis et tout à la fois trop sincères.
☾☾ Missives :
152
☾☾ Trogne & crédit :
Dane DeHaan


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Jeu 10 Mai - 23:47

La soeur de Lazare... What a Face

Bienvenue parmi nous !
Vu le profil de la miss et nos déboires avec Lazare on risque de trouver un lien sympa. mdr


You were never really elsewhere. If you awaken from this illusion, and you understand that black implies white, self implies other, life implies death.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Oisín A. Vasile
monsieur propre

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
les bulles de savon n'ont aucun secret pour lui, son corps émet des bulles et il les contrôle drainant l'énergie de ceux qu'il touche en rendant leur corps lisse ou que ses bulles touchent, lorsqu'il les condense elles peuvent lui servir de bouclier. L'eau annule les effets de son pouvoir.
☾☾ Bizarrerie :
amoureux de la verdure, sa chambre rappel une véritable jungle, murs naturels, pots de plantes et fleurs exotiques venant de ses aventures. Jardin botanique qui déborde dans le reste du manoir, au fil du temps, il décore chacune des pièces du manoir par des plantes qui sied à celles-ci ne manquant ni d'ingéniosité ou de soin pour les mettre à leur avantage.
☾☾ Années :
trente-quatre printemps figé dans cette boucle éternelle, si le temps qui court venait à le rattraper, il aurait 68 ans.
☾☾ Occupation :
botaniste, il collectionne, il pouponne et il écrit, le sujet de toutes ses attentions, les plantes, celles qu'il sème dans le manoir, celles dont il prend soin avec ses camarades, passion que la boucle éternelle enrichie sans leur prendre la vie.
☾☾ Myocarde :
organe sensible, amours étouffés par des tocs, par des peurs, par des mœurs, de regrets en amitié, à manier avec délicatesse.
☾☾ Missives :
248
☾☾ Trogne & crédit :
Domhnall Gleeson / avatar by writerinafoxhole / sign by ASTRA / gifs by tumblr


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Ven 11 Mai - 4:34

Chouette choix et très jowlie bouille. Bienvenue parmis nous miss, plein de bonnes ondes pour le reste de ta fiche! love


green (foamed) thumb.
relax, there are no gardening mistakes, only experiments.


Revenir en haut Aller en bas
Lazare Delauney
Messager de nuit

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Nyctalope
☾☾ Bizarrerie :
Arithmomaniaque ; compteur professionnel
☾☾ Années :
17 ans, 116 ans
☾☾ Occupation :
Coursier
☾☾ Myocarde :
Véritable artichaut, fervent adulateur, et joyeux malchanceux
☾☾ Missives :
376
☾☾ Trogne & crédit :
Alex Lawther / luaneshë (avatar) ; Jack Kerouac (citations)


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Ven 11 Mai - 13:56

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !

brill

Je suis vraiment super contente de te voir poser tes valises ! Et c'est une bien jolie plume qu'on décèle à l'horizon !
L'attente me prend d'en lire davantage - je me languis, je me languis, je me languis dans l'extase ! gurp


L'or est au fond du monde et le monde est sens dessus-dessous
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Léonie Delauney-Moreau
Branchifique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Des branchies apparaissent de chaque coté de son cou lorsqu'elle plonge sa tête sous l'eau
☾☾ Bizarrerie :
Vieux jeu. Vieillotte. Arriérée. Elle a beaucoup de mal à s'ouvrir au progrès.
☾☾ Années :
26 ou 106 ans
☾☾ Occupation :
Cuisinière
☾☾ Myocarde :
Veuve depuis de bien nombreuses années. Entièrement dévouée à son fils.
☾☾ Missives :
27
☾☾ Trogne & crédit :
Freya Mavor (c) Angel Dust


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Ven 11 Mai - 15:24

Non seulement j'ai un frère adorable, mais en plus il me cite du Beaudelaire. I feel comblée meuh

Je suis contente que le début te plaise, je vais essayer de ne pas te faire languir trop longtemps ♥️

Merci aussi les quatre jolis au dessus luv
Revenir en haut Aller en bas
Casper Jones
fruit maladroit

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Lorsqu'elle touche un fruit, sa peau prend l'apparence et la texture de la pelure de celui-ci. Dure généralement quelques heures, elle n'a pas de contrôle sur la durée.
☾☾ Bizarrerie :
Collectionneuse de crayon, vous ne manquerez jamais de quoi écrire avec elle.
☾☾ Années :
16 ans dans la boucle, 18 ans réellement
☾☾ Occupation :
Elle pose des questions et interroge, compile les résultats. Elle les affiche dans le manoir chaque semaine.
☾☾ Missives :
97
☾☾ Trogne & crédit :
Sadie Sink


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Ven 11 Mai - 16:35

Bienvenue! heart Trop jolie Freya plup
Revenir en haut Aller en bas
Léonie Delauney-Moreau
Branchifique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Des branchies apparaissent de chaque coté de son cou lorsqu'elle plonge sa tête sous l'eau
☾☾ Bizarrerie :
Vieux jeu. Vieillotte. Arriérée. Elle a beaucoup de mal à s'ouvrir au progrès.
☾☾ Années :
26 ou 106 ans
☾☾ Occupation :
Cuisinière
☾☾ Myocarde :
Veuve depuis de bien nombreuses années. Entièrement dévouée à son fils.
☾☾ Missives :
27
☾☾ Trogne & crédit :
Freya Mavor (c) Angel Dust


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Sam 12 Mai - 0:37

Merci jolie Casper heart


Berceuse des nids et des berceaux.
Rêve-t-il de ciels inconnus,
L'enfant merveilleux qui vient d'elle ?
Sa voix a des cris d'hirondelle,
Et ses joyeux petits bras nus
Ont comme des battements d'aile.
André Lemoyne
Revenir en haut Aller en bas
Amos Vaughan
Écran de veille

avatar
☾☾ Particularité :
Technopathie, pathologie. Le contrôle des appareils électroniques.
☾☾ Bizarrerie :
Insecte de nuit, abreuvé de lumières et de néons.
☾☾ Années :
32 ans physiquement, indécis sur les années qu'il se donne à vivre.
☾☾ Occupation :
Conteur de vérités et enseignant des moeurs et coutumes du présent à l'intérieur de la boucle. Dernier levé, couché à l'aube, il assure la surveillance du parc une fois tous endormis.
☾☾ Myocarde :
Le cœur facile pourtant vide de noms. Les désirs vont et viennent, indécis et tout à la fois trop sincères.
☾☾ Missives :
152
☾☾ Trogne & crédit :
Dane DeHaan


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Sam 12 Mai - 19:57

Une nouvelle pièce !

Il est des nôtres

C'est tout bon ma brebis, tu peux aller nous cuisiner du gratin. What a Face
En plus de ça j'adore l'idée de la ménagère sexiste. alala

Félicitation, vous voilà désormais nouvelle pièce maitresse. Vous pouvez désormais filer dans le vent et créer votre Fiche de liens & topics ou un scénario/prélien. Vous pouvez également lorgner du côté des défis, ainsi que demander un partenaire ici. Il ne faut guère avoir peur de poster des Questions/Suggestions, le staff est à votre disposition. Enfin, amusez-vous !


You were never really elsewhere. If you awaken from this illusion, and you understand that black implies white, self implies other, life implies death.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Irinna K. Olof
cygne pointilleux

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Ymbryne Confirmée et consciencieuse. Loyale et nostalgique de son époque perdue à jamais...
☾☾ Bizarrerie :
Obsession du temps et de l'espace. Besoin de contrôle qui lui est enlevé et qui laisse place à l'horeur du bruit, lui rappelant la mort.
☾☾ Années :
186 années de service irréprochable, figées dans un début de quarantaine qu'on ne lui soupçonne pas.
☾☾ Occupation :
Ymbryne co-créatrice de la boucle de 1873, relayée au rang de mentor, professeur, protectrice, surveillante,...
☾☾ Myocarde :
Amour unique. Cœur explosé par les bombardements et enterré par une décision à jamais regrettée. Veuve contrariée.
☾☾ Missives :
743
☾☾ Trogne & crédit :
Charlize Theron © Kettricken


MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   Dim 13 Mai - 20:37

Bienvenue jolie petite sirène pliz 3 guerres en retard, oui je sais tss


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I took my love down to violet hill, there we sat in snow.   

Revenir en haut Aller en bas
 
I took my love down to violet hill, there we sat in snow.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Squelettes Anatomiques :: Pièces maitresses-