Time to sleep ! [Lazy Laz]
 ::  :: Le Manoir

Léonie Delauney-Moreau
Branchifique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Des branchies apparaissent de chaque coté de son cou lorsqu'elle plonge sa tête sous l'eau
☾☾ Bizarrerie :
Vieux jeu. Vieillotte. Arriérée. Elle a beaucoup de mal à s'ouvrir au progrès.
☾☾ Années :
26 ou 106 ans
☾☾ Occupation :
Cuisinière
☾☾ Myocarde :
Veuve depuis de bien nombreuses années. Entièrement dévouée à son fils.
☾☾ Missives :
27
☾☾ Trogne & crédit :
Freya Mavor (c) Angel Dust


MessageSujet: Time to sleep ! [Lazy Laz]   Dim 13 Mai - 23:38

No one's about and it's kinda creepy.

It's an understatement to say it's sleepy.


Une nouvelle journée de ténèbres s'achève dans la cuisine. Une fois de plus, la table du dîner était à peine remplie de moitié et Léonie se retrouve avec une tonne de lard et de pommes de terre sur les bras. Cette pénombre constante perturbe l'horloge biologique de bien des pensionnaires et plus personne ne semble vivre au même rythme. Cela a le don d'agacer la cuisinière au plus haut point. Avant l'heure, c'est pas l'heure, après l'heure, c'est plus l'heure, point. Elle prend tout de même soin de mettre les restes bien en évidence dans la cuisine pour les retardataires éventuels.
Si elle désapprouve ce manque cruel de savoir vivre, elle se contentera d'une remarque désobligeante au petit déjeuner, elle n'est pas cruelle au point de laisser la maisonnée mourir de faim toute la nuit.
La vaisselle et le rangement lui prennent encore une bonne demi-heure puis vient le moment de raccrocher le tablier.
Elle monte ensuite aux chambres pour border Félix et lui raconter une courte histoire avant qu'il ne plonge dans les bras de Morphée. C'est sans conteste son moment favoris de la journée. Elle opte ce soir pour un classique et conte de mémoire La Belle au Bois Dormant. La vieille fée n'a pas encore jeté son sort sur la jeune enfant que les yeux du petit garçon se ferment déjà. Sa mère continue son récit quelques minutes supplémentaires pour s'assurer qu'il est bien endormi, repousse quelques mèches brunes de son front pour y déposer un baiser et sort de la chambre sans un bruit.
Elle se dirige ensuite vers le grenier. En, chemin, elle croise deux jeunes filles encore habillées et les somme d'aller se changer en vitesse. Arrivée devant la chambre de son frère, elle frappe deux coups. « Lazare, c'est moi. » Pas de réponse. Elle frappe à nouveau. « J'ai la liste des commissions pour demain. » Elle observe le papier et les symboles plus ou moins mystérieux qui s'y trouvent. Toujours rien du coté de la porte. Elle tente d'actionner la poignée mais se retrouve confrontée au verrou. Elle lève les yeux au ciel et marmonne dans sa barbe quelques mots à propos du rythme de vie de son frère. Elle finit par glisser la liste sous sa porte comme elle le fait bien trop souvent à son goût. Elle s'apprête à quitter le grenier lorsqu'elle entend le verrou s'actionner depuis l'intérieur de la pièce. Elle a peut être parlé trop vite finalement...     



Berceuse des nids et des berceaux.
Rêve-t-il de ciels inconnus,
L'enfant merveilleux qui vient d'elle ?
Sa voix a des cris d'hirondelle,
Et ses joyeux petits bras nus
Ont comme des battements d'aile.
André Lemoyne
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Delauney
Messager de nuit

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Nyctalope
☾☾ Bizarrerie :
Arithmomaniaque ; compteur professionnel
☾☾ Années :
17 ans, 116 ans
☾☾ Occupation :
Coursier
☾☾ Myocarde :
Véritable artichaut, fervent adulateur, et joyeux malchanceux
☾☾ Missives :
376
☾☾ Trogne & crédit :
Alex Lawther / luaneshë (avatar) ; Jack Kerouac (citations)


MessageSujet: Re: Time to sleep ! [Lazy Laz]   Ven 18 Mai - 0:53

No one's about and it's kinda creepy.

It's an understatement to say it's sleepy.t


Qu'il est suave, le sommeil, bien au chaud sous les épaisses couvertures ! Que les rêves sont doux au dormeur ! Que l'air est tranquille, sous la nuit sacrée ! Et que la Lune est belle, lorsqu'elle étire ses ombres sur le visage de Lazare ! Ses rayons célestes enlacent la chambre d'une quiétude bleutée ; et pour toute musique, ronronne la respiration paisible du garçon. Lazare se sent bien, au plus profond des songes. Qui se pencherait au dessus de lui décèlerait un sourire sur son portrait. Et dans le tableau de la pièce, son profil opalescent se détache en clair-obscur sur le désordre ambiant.

Un insecte vient chatouiller le visage du garçon, qui se contracte pour l'en éloigner. C'est qu'il dort si bien, qu'il ne tolérerait point la présence envahissante du moindre moucheron sur son derme. Mais l'insecte revient à la charge.
Non, ça n'est pas un insecte. C'est quelqu'un qui frappe à la porte. On glisse d'ailleurs une feuille de papier sous le battant clos ; Lazare, ensommeillé, l'entend distinctement, alors que sa conscience lui revient peu à peu. Un mot glissé sur la porte : signe que Léonie se tient de l'autre côté. Lazare ne croit plus aux mots d'amour.

Le garçon soupire. Se frotte les yeux. L'air si doux de ses rêves envolés lui reste sous les paupières, un instant, qui s'étire comme une éternité de nostalgie. Lazare refuse de se lever pour le moment. La chaleur et le confort de son lit l'en empêchent. C'est, pour ainsi dire, la première nuit décente que s'accorde Lazare sous ce jour infini – le repos l'a quitté avec le soleil. Si le garçon se trouve habituellement décalé par rapport à ses camarades, les récents événements ont achevé de mettre à mal ses cycles de sommeil.
Pourtant, il se résigne à ouvrir à sa sœur, traînant des pieds sur le plancher.
- Salut, Ni, dit-il d'une voix engourdie par la torpeur, en se frottant les yeux.
Ni, c'est ainsi qu'il surnomme Léonie, sa grande sœur, ou sa petite sœur, il ne sait plus vraiment. La vie est bien étrange, sans aucun doute.
Lazare ramasse le billet et tente d'y déchiffrer les caractères ; mais la lumière électrique du couloir lui ronge les prunelles, et son seul désir consiste à se calfeutrer à nouveau sous les couvertures. D'un geste, il invite sa sœur à rentrer. Pourtant, il craint d'avance les reproches que celle-ci pourrait lui adresser ; trop de désordre, pas assez à l'heure, et pourquoi porte-t-il toujours son pyjama, et pas assez responsable, et que-font-ces-vêtements-par-terre, et qu'en sait-il... Il s'oblige toutefois à sourire :
- J'ai rêvé de toi. T'étais avec Félix et on était à Paris, dans le jardin des Tuileries. Et... J'crois qu'on mangeait des... marrons chauds... et... j'crois qu'il y a un truc avec Poincaré aussi, mais j'suis plus sûr.
Lazare hausse les épaules, et, dans un bâillement, s'installe sur son lit où il remonte ses couvertures jusqu'au menton.


L'or est au fond du monde et le monde est sens dessus-dessous
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
Time to sleep ! [Lazy Laz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Le Manoir-