Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

structure ton délire ☾ ft. Fantine
 ::  :: Le Manoir :: Chambres

Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2792
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ kozmic jumble bbfreddiechou (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Jeu 31 Mai - 23:33

structure ton délire
fantine & galahad

« Woke up on the wrong side of reality. And there’s a madness that’s just coursing right through me. Oops I, did it again, I forgot what I was losing my mind about. Oh, I only wrote this down to make you press rewind. And send a message that I was young and a menace »
Paluche pernicieuse. Drame. Môme détestable se complaisant dans les chaos, le rictus aux babines en cherchant à provoquer l'ombre d'une malédiction. Sourde oreille qui ne voulut guère entendre une remontrance, connaissant les fils vicelards, annihilant la sérénité d'une soirée qui s'ébauchait dans l'obsidienne de la sorgue éternelle. Réorganisation de carne, les phalanges retenant tant bien que mal les pans de tissus baillant, couvrant le derme juvénile d'un tout jeune adolescent. Mirettes accusatrices, foudroyant l'autre qui jubilait, se plut visiblement de trouver son parfait reflet. Volte face immédiat, peu désireux d'entrer d'avantage dans ses jeux et plaisirs, retrouvant le tracé menant tout droit en direction de combles auto-appropriés, salvateurs. Antre protectrice.

Et elle court, l'émotivité grandissante, prenant aux tripes, mordantes. Fils détestables. Il ne fut que pantin de ses propres jeux de carnes Galahad, éponge glanant ce qu'il y eut à prendre, comme si la carcasse eut décrété que pour survivre, il fallait mieux emprunter pour se fondre, théorie absurde de l'évolution, d'un foutu gène récessif persistant. Perdition amère, coutumière, peinant à en saisir les relents dans l'immédiat, empêtré dans des humeurs étrangères. Les pieds s'emmêlent, trébuchent entre chaussure et pantalon trop amples, épousant le sol en un fracas épouvantable. Grommèlement. Les babines persiflent, envoient valser les semelles et le tissus à travers la pièce dans un agacement qui ne fut guère naturel, ne conservant que sous-vêtements et chemise trop longue.

Il bougonne le voleur de peaux, cherchant l'ombre d'une pipe qui fut fourrée de tabac d'un geste ferme. Addiction douçâtre, accroche et fil conducteur. Le geste permis souvent de ramener plus aisément les fils d'une personnalité propre, détail insignifiant aux premiers abords. Et il tousse le mioche, peinant à supporter le fumet délétère, les poumons fragiles et certainement trop jeunes que pour en connaître les effluves. Malaise exacerbé, maudissant l'emprunt qui fut incapable de fumer.

Coups qui raisonnent, priant intérieurement qu'il ne s'agisse guère du propriétaire de la carne venu quémander son reste. « Il n'y a personne. » Ton sec, la voix fluette et en pleine mue donnant la réplique. Hésitation, l'espace d'un instant, finissant par capituler. La porte s'ouvre sur Fantine et son ciel de nuit, ne prenant pourtant guère le temps d'en enregistrer une nouvelle fois les nuances en une fascination délicieuse. « Qu'est-ce que tu veux ? » Locution partagée entre hostilité et cri de détresse, éprouvant à la fois ce besoin de lui claquer la porte au nez et de l'enfermer précieusement. Nouvelle bouffée, par réflexe, menant inévitablement à une autre quinte de toux incontrôlable. Le spasme eut au moins l'effet de provoquer une réorganisation des angles, poussée de croissance soudaine pour mieux en revenir au faciès d'origine, les jambes à l'air et uniquement serties de chaussettes dépareillées, spectacle dépourvu de gloire dont elle se serait certainement passée. « Mieux. » Songerie à voix haute, retrouvant immédiatement le bec de pipe en un soupir de soulagement.
(c) DΛNDELION





Dernière édition par Galahad L. Ednyfed le Mer 27 Juin - 19:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fantine Lervannec
Reflet du ciel

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
la peau aux étoiles, la lueur de la lune dans les mains.
☾☾ Bizarrerie :
les cartes du monde et du ciel s'entassent dans ses quartiers, et elle peut vous lister tout ce qui existe dans le ciel nocturne sans sourciller.
☾☾ Années :
dix-neuf ans d'éternité, plus d'un siècle d'existence.
☾☾ Occupation :
les cuisines deviennent son domaine quelques nuits par semaine.
☾☾ Myocarde :
tout chamboulé.
☾☾ Missives :
101
☾☾ Trogne & crédit :
nicola peltz, DΛNDELION.


MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Mar 12 Juin - 22:55

structure ton délire

galahad & fantine

Les atlas s'entassent près de son lit et les cartes, fragiles comme du cristal, ont envahi la surface déjà encombrée de son bureau, mais elle préfère s'intéresser à sa dernière acquisition. Elle l'a dégottée tout au fond de la bibliothèque du manoir, sale et usée et presque illisible à certains endroits, mais c'est une jolie carte des îles Shetland. Elle sait que ce sont des îles écossaises. Galahad est Gallois, pas vraiment la même région du pays, mais ça vaut toujours le coup de lui amener la chose. Peut-être que ça pourrait l'intéresser de voir ça. Elle se demande aussi s'il saurait la restaurer— les couleurs sont passées, et certaines lignes, notamment sur les côtes, ont disparu avec l'âge et l'usure. Le papier est sérieusement jauni, aussi, menace de se déchirer par endroits. C'est dommage, parce qu'il y a beaucoup de détails sur cette carte, avec une frise incroyable et une calligraphie d'enfer, et vraiment elle aurait bien aimé la voir quand elle était neuve. Alors c'est décidé, elle enroule la carte avec toutes les précautions du monde, rattache le lien de cuir autour du papier et se glisse hors de ses quartiers, sans oublier d'éteindre toutes les bougies derrière elle. Ce serait dommage de finir avec une chambre cramée à cause de son inattention.

Le grenier n'est pas très loin. Elle n'est pas encore arrivée mais déjà il y a un sourire sur son visage, à Fantine, mais elle aime passer du temps avec Galahad, et ça fait déjà quelques jours qu'ils ne se sont pas vus. Elle espère pouvoir s'incruster pour une tasse de thé et pourquoi pas pour une nuit de discussion sans fin, mais l'accueil qui lui est réservé fait l'effet d'une douche froide aussitôt qu'elle frappe à la porte. Elle peut entendre une voix fluette au travers du panneau de bois, si éloignée de celle de Galahad, qu'elle en est presque à se demander si elle ne s'est pas trompée de porte— mais non, c'est bien le grenier, et il y a bien quelqu'un, derrière, qui clame et dément à la fois une absence totale de vivants. « Si y'a personne, pourquoi ça répond ? » Elle en fait presque une moue boudeuse, la blonde, qui se transforme toutefois en une expression pleine de confusion dès que la porte s'ouvre. Ce n'est pas Galahad qu'elle a en face d'elle, mais un gamin vaguement familier, qu'elle a peut-être déjà croisé dans les couloirs une ou deux fois. Un gamin en chemise trop grande et en caleçon, les jambes maigres à demi couvertes par des chaussettes dépareillées, et la jeunette se retrouve à l'observer avec des yeux ronds, l'air un peu idiote. « Euh, je cherche Gal ? » Elle en oublierait presque qu'avec ce qu'il considère comme une malédiction, ça pourrait très bien être lui sous ces traits juvéniles.

Et c'est bien le cas. La quinte de toux que le tabac lui arrache réarrange os et muscles et épiderme, et il y a quelque chose de fascinant à observer la métamorphose. Elle reste à le dévisager, pendant un moment, même après qu'il ait retrouvé son apparence naturelle— il y a quelque chose de drôle à voir son ami dans une tenue si débraillée, et elle n'a jamais pensé qu'il ait les jambes aussi poilues, maintenant qu'elle y pense. Elle a l'habitude de le voir avec ses noeuds papillons et ses bretelles, incarner toute l'élégance de son époque, vraiment, mais là... Il a l'air fatigué, et elle se retrouve à froncer les sourcils, Fantine. Elle s'inquiète vite pour les personnes auxquelles elle tient. « J'ai trouvé une carte des Shetland. » Elle serre la carte jaunie contre sa poitrine, mais elle préfère se concentrer sur lui. Elle aime pas vraiment l'expression sur son visage. « Gal... Ca va ? T'as pas l'air bien. » Elle hésite, tend une main pour la poser sur un avant-bras couvert de tissu. « Pourquoi tu avais l'apparence d'un môme ? Il s'est passé un truc ? »



AND WHEN YOUR FANTASIES BECOME YOUR LEGACY, PROMISE ME A PLACE IN YOUR HOUSE OF MEMORIES.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2792
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ kozmic jumble bbfreddiechou (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Ven 22 Juin - 17:20

structure ton délire
fantine & galahad

« Woke up on the wrong side of reality. And there’s a madness that’s just coursing right through me. Oops I, did it again, I forgot what I was losing my mind about. Oh, I only wrote this down to make you press rewind. And send a message that I was young and a menace »
Gloire anéantie. La pudeur fut pourtant un fait ancré, régie par une éducation millimétrée au delà d'avoir pris le réflexe de faire disparaître les parcelles de derme pernicieux, esquivant plus aisément les incidents, au delà de ne guère aimer être visible. Du moins dans la mesure du possible. Il eut toujours été comme ça Galahad, tiré à quatre épingles dans ses chemises, bien que désuet depuis trop longtemps, pris pour un amateur de vintage dans les allées étrangères de la réalité linéaire, peinant à établir une scission pour passer à une modernité qui fit certainement trop peur. Couenne pourtant dénudée, reléguée au détail abstrait malgré le regard féminin de Fantine face à qui elle fut exposée, insufflé par un môme qui fut le genre à s'affaler dans un canapé en sous-vêtement sans même prêter attention à autrui.

Fumée épaisse, observant Fantine en quémandant une réponse valable. « Ennuyeux. » Volte face après avoir haussé les épaules à la manière d'un gosse désintéressé, le ton demeure tout aussi sec, détourné d'une curiosité qui fut maladive, là où les phalanges seraient probablement déjà à effleurer le papier jaunit pour en analyser l'encre. Elle ne fut visiblement guère encline à filer, en partie désireux à ce qu'elle demeure, partagé, détestable que de la voir s'imposer en un tel instant de faiblesse. « J'vais parfaitement bien. » Il a ce petit air snobinard détestable dans le ton et le regard le Voleur de carnes, tout droit emprunté d'un original dont le faciès fut pourtant envolé, s'ancrant encore de trop, poursuivant sa gangrène.

Les doigts de la belle de nuit s'approchent, dangereusement, n'ayant en réponse qu'un geste trop brusque accompagné d'un mouvement de recul, bête effrayée. La pipe tombe sur le sol, dégueule son tabac sur le plancher en un bruit sourd, elle demeure abandonnée. Contre-nature. « Ne me touche pas ! » Les lippes persiflent, vocifèrent, interdisent de façon hostile. Distance de sécurité.

Iris rondes, écarquillées, elles demeurent un instant, tandis qu'un surplus émotif s'immisce en réalisant le geste probablement trop violent. Il s'est perdu l'Excentrique, peine à retrouver son fil conducteur qui vient d'être anéantit par le tabac répandu sur le sol. « Il... il... » Lippes qui balbutient, incapable d'apposer les mots au fil que la gorge se noue, s'enserre. La carne trouve refuge contre un mur pour mieux s'y replier en boule, reniflant. « Il a voulu me toucher. » Les mots durent suffire, reniflant à nouveau avant de sombrer en un sanglot de môme à qui on venait d'avouer que le père noël ne fut que vaste plaisanterie douteuse, égaré dans une image aussi pitoyable que ridicule d'un point de vue extérieur, n'offrant en spectacle que le délire d'un aliéné de trente-ans, débraillé et replié dans son coin. « Va-t-en ! » Locution étouffée dans le repli, faux-mioche n'assumant guère le tout en un élan de conscience, refusant qu'elle en ingurgite d'avantage.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Fantine Lervannec
Reflet du ciel

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
la peau aux étoiles, la lueur de la lune dans les mains.
☾☾ Bizarrerie :
les cartes du monde et du ciel s'entassent dans ses quartiers, et elle peut vous lister tout ce qui existe dans le ciel nocturne sans sourciller.
☾☾ Années :
dix-neuf ans d'éternité, plus d'un siècle d'existence.
☾☾ Occupation :
les cuisines deviennent son domaine quelques nuits par semaine.
☾☾ Myocarde :
tout chamboulé.
☾☾ Missives :
101
☾☾ Trogne & crédit :
nicola peltz, DΛNDELION.


MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Mer 27 Juin - 20:32

structure ton délire

galahad & fantine

La façon dont il la congédie lui fait l'effet d'une claque au travers de la figure, et la voilà qui l'observe, un air paumé et franchement blessé sur le faciès. Elle s'attendait à son impatience et son éternelle curiosité, à ses doigts gantés manipulant le papier jauni avec toute la délicatesse du monde. Elle est bien déçue. Et l'air de gamin snobinard qu'il arbore fièrement lui donne de vagues envies de l'attraper par les épaules pour le secouer un bon coup, jusqu'à ce qu'il redevienne le Galahad dont elle a l'habitude, avec qui elle peut passer toute une nuit à discuter sans voir les heures défiler. « Ca c'est un mensonge gros comme une maison et tu le sais aussi bien que moi. » Sa bouille juvénile se renfrogne, à Fantine, mais ça ne l'empêche pas de tendre une main, de chercher un contact sécurisé par la chemise qu'il a sur le dos, et surtout de s'inquiéter. Parce qu'elle s'inquiète, malgré son attitude déplorable et détestable, une attitude qu'elle ne reconnait pas et qui la laisse complètement perdue.

Elle ne s'attendait pas à ce rejet violent non plus. Elle retire sa main comme si elle s'était brûlée avec sa chemise, les yeux écarquillés, et elle se sert de cette carte défraîchie comme d'un bouclier, serrée contre une poitrine maigre. Elle peut déjà sentir les larmes piquer ses yeux et une boule douloureuse qui se loge dans sa gorge, et elle préfère fixer son regard sur la pipe abandonnée au sol, même s'il lui répond, difficilement, la voix tremblante et le nez qui renifle. Elle reste silencieuse Fantine, n'ose pas bouger d'un cheveu, même pas quand il lui hurle de partir, de dégager le plancher et de le laisser seul. Oh, elle est tentée d'obéir, ne serait-ce que pour ravaler cette envie de chialer terrible qui lui pique les yeux et lui fait mal à la gorge, mais elle se ravise, à la dernière minute, vraiment.

A la place elle pose le rouleau fragile de la carte sur la surface la plus proche, et surtout libre. Elle se penche pour ramasser la pipe abandonnée sur le parquet usé, sans pouvoir faire grand-chose pour le tabac répandu. Puis elle s'en va piquer une couverture sur son lit, simplement pour revenir vers Galahad, et l'emballer dans cette couverture, comme ils ont l'habitude de faire lors de leurs soirées interminables. C'est un moyen comme un autre d'éviter le contact de leurs épidermes, et elle prend soin de rabattre la couverture sur son crâne, alors même qu'elle l'attire dans une étreinte un peu maladroite. La tête du voleur de carnes est sur sa poitrine, et la joue de Fantine se pose sur le dessus de son crâne, et elle se contente de serrer, pendant un moment, silencieuse comme l'obscurité qu'elle incarne. « J'vais décider de pas t'en vouloir, » elle annonce finalement d'une voix toute douce, parce c'est évident qu'il y a un truc qui cloche avec lui. Elle n'a pas encore assez l'habitude de sa malédiction, à Galahad, pour savoir qu'il absorbe personnalités en plus de voler les apparences. Et qu'il les garde. Peut-être vaut-il mieux qu'elle ne sache pas tous les détails. Une demi-vérité, ou un mensonge par omission suffirait amplement, et ça lui éviterait de trop s'inquiéter pour lui. « Je t'en voudrai pas non plus si t'as envie de pleurer un coup, tu sais. Ca fait du bien parfois. » Mais c'estt à lui de voir.



AND WHEN YOUR FANTASIES BECOME YOUR LEGACY, PROMISE ME A PLACE IN YOUR HOUSE OF MEMORIES.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2792
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ kozmic jumble bbfreddiechou (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Mer 4 Juil - 0:57

structure ton délire
fantine & galahad

« Woke up on the wrong side of reality. And there’s a madness that’s just coursing right through me. Oops I, did it again, I forgot what I was losing my mind about. Oh, I only wrote this down to make you press rewind. And send a message that I was young and a menace »
Silence. Calme entravé par les soubresauts, provenant tout droit d'une carne repliée en un œuf qui fut presque parfait, le faciès enfui en une paire de genoux enlacés qui firent office de bouclier. Il peine à saisir l'égaré, à assimiler le fait que Fantine n'eut guère suivi l'ordre vociféré entre deux sanglots irrationnels qu'il peinait lui-même à s'expliquer, qu'elle fut toujours prostrée au beau milieu de la pièce principale en chien de faïence, les mirettes arrondies et en ce qui put se rapprocher d'un état de choc apparent, enregistrant à peine les mouvement marquant sa présence, les lippes pincées comme s'il voulut s'empêcher Galahad, de persifler une nouvelle fois pour la faire déguerpir pour de bon.

Douceur. Elle ne fut en rien méritée. L'étreinte s'immisce, cotonneuse, semblable à un nuage embaumant l'échine. Soupir. D'avantage d'aise que de résignation, s’extirpant difficilement entre les couches. Sensation amère d'être de verre, le derme emballé en une momification pourtant rassurante. Pression chaleureuses. Les yeux se ferment, trouvant un réconfort tout aussi irrationnel que les hoquettements qui persistent. Les syllabes tombent, ont l'effet d'un électrochoc, écartant un peu le chef pour mieux capturer son regard avant de le perdre, préférant sombrer honteusement dans le tracé sinueux des lignes abstraites du plancher. « J..j..je suis désolé. » Lèvres malhabiles, encore emportées dans leur trop gros chagrin de mioche.

Nouvelle percutions entre les carnes, trouvant en la comparse épistolaire des airs familiers avec un pilier, les paluches dénudées se cramponnant dans le dos de sa robe, oubliant probablement que les muscles ne furent guère ceux de gosse mal nourri, poigne peut-être trop solide dans leur étreinte. Nouveau silence, recouvrant l'esquisse d'une respiration douçâtre, retrouvant peu à peu les fils d'un cheminement qui fut propre au fil d'une longue minute à se complaire dans sa chaleur.

Il s'écarte Galahad, relâchant l'otage méticuleusement, les pommettes teintées d'un cruor honteux qu'il eut bien trop de mal à assumer, les iris fuyantes, alors qu'il eut jusqu'alors été chanceux d'esquiver la chose avec la belle de nuit. Excentricités qu'on eut fini par lui trouver coutumier, voyant fleurir quelques bruits de couloirs effrayants, le grenier devenu un antre qu'on ne voulut guère arpenter, il en jouait le voleur de carnes, conscient qu'il y eut une vérité certaine. « Oublie ça. » Rictus navré, lippes demeurant muettes. Profonde inspiration qui se glisse, cherche un élan de concentration. Les paumes s'apposent de chaque côté des pommettes noircies par l'encre de nuit de Fantine, les lèvres trouvant son front en un geste qui se voulut gratifiant, annihilant tout contact au bout de quelques secondes pour instaurer à nouveau cette éternelle distance de sécurité réglementaire.

L'échine se déplie, maladroite, retrouvant des gestes et mouvements coutumiers qui furent propres. Réflexe primaire de retrouver un pantalon qui eut été précédemment malmené en un excès colérique. Mutisme dominant, soudainement mal à l'aise et ignorant comment tourner l'explication qu'elle dut inévitablement attendre, les lui devant. Les phalanges se perdent, déroulent la carte avec distraction, vagabondant en ses tracés en une fuite incontestable.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Fantine Lervannec
Reflet du ciel

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
la peau aux étoiles, la lueur de la lune dans les mains.
☾☾ Bizarrerie :
les cartes du monde et du ciel s'entassent dans ses quartiers, et elle peut vous lister tout ce qui existe dans le ciel nocturne sans sourciller.
☾☾ Années :
dix-neuf ans d'éternité, plus d'un siècle d'existence.
☾☾ Occupation :
les cuisines deviennent son domaine quelques nuits par semaine.
☾☾ Myocarde :
tout chamboulé.
☾☾ Missives :
101
☾☾ Trogne & crédit :
nicola peltz, DΛNDELION.


MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Mar 7 Aoû - 20:03

structure ton délire

galahad & fantine

Elle le laisse s'accrocher à elle, à la façon d'un naufragé qui s'accrocherait à une planche de bois flotté, seul espoir de survie au milieu d'un océan déchaîné. Les mains de Galahad s'agrippent au dos de sa robe, froissent le tissu au motif floral. Fantine se contente de l'étreindre un peu plus fort, un peu plus étroitement, la joue sur le dessus de sa tête, les épidermes protégés par le tissu réconfortant d'une couverture trouvée sur son lit. Et elle le tiendra comme ça autant de temps qu'il faudra, parce qu'elle a beau ne pas comprendre ce qui se passe, être un peu perdue et un peu blessée aussi, c'est pas très grave. Tout ce qu'elle constate c'est que Galahad va mal, et qu'il a besoin de réconfort, et de temps, plus qu'elle n'a besoin de réponses à ses questions. « T'as pas à l'être, tu sais. Ca arrive à tout le monde de péter les plombs de temps en temps. » Elle se contente d'apposer un baiser sur sa tempe au travers du tissu, mais déjà il se dégage, glisse entre ses bras comme de l'eau.

Il lui suggère d'oublier, appuie ses mots de ses deux mains sur ses joues et de ses lèvres sur son front qui feraient presque l'effet d'une bénédiction, mais Fantine se contente de hausser un sourcil et de le fixer de ces yeux à la couleur indéfinissable. Elle l'adore, vraiment très fort, comme on adore un frère idolâtré, mais il devrait savoir qu'elle ne lâchera pas de sitôt. Ca fait des décennies maintenant qu'ils correspondent, qu'ils se sont découvert au fil des mots. Il devrait connaître son entêtement particulier. Elle garde le silence, cependant, se contente de l'observer encore alors qu'il se rhabille un peu maladroitement, le rouge aux joues et le regard fuyant. Elle a la soudaine impression d'avoir un gamin perdu avec elle, une impression qui disparaît presque aussitôt qu'elle la prend à la gorge, et elle se lève, lentement, pour le rejoindre là où elle a déposé les cartes anciennes. « Galahad... » Elle garde la voix toute douce, et surtout dénuée de toute accusation. Elle ne veut pas le braquer. Tout sauf ça. « Tu sais, je vais pas te forcer. Mais j'aimerais bien des explications, un jour. Quand tu te sentiras prêt. » Elle penche la tête, l'observe un instant au travers d'un rideau de cheveux dorés. « Ca te va, comme ça ? »



AND WHEN YOUR FANTASIES BECOME YOUR LEGACY, PROMISE ME A PLACE IN YOUR HOUSE OF MEMORIES.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed
reflet excentrique

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Miroir. Échine capricieuse réorganisant les courbes et les angles sous la friction d’un code organique soufflé. Doppelgänger. Gémellité factice et derme pernicieux, l'imitation s'infiltre, se glisse, caractères et manies gangrénant pour évincer le propre. Excentricités d'un égaré qui finit par ignorer ce qu'est d'être lui-même.
☾☾ Bizarrerie :
Versatilité constante, imprévisibilité. Fascination des objectifs et pellicules. Voyeur inconditionnel qui fouine et récolte, collectionne les dossiers sur autrui, curiosité maladive qui ronge les tripes.
☾☾ Années :
Frustration éternelle, carcasse figée quelques jours avant la trentaine qui ne sera jamais atteinte, traits mensongers, censés afficher nonante-six printemps.
☾☾ Occupation :
Anatomie adulée et répugnée, médecine opérée lorsque nécessaire bien que l'épiderme demeure problématique, brillant avenir dérobé. Parfois projectionniste pour le plaisir des regards avides de curiosités.
☾☾ Myocarde :
Palpitant embourbé dans les fils d'un idylle platonique. Carne répugnée par les chairs. Interrogation demeurant, de qui voudrait d'un être devenant soi-même. Odieuse fatalité.
☾☾ Missives :
2792
☾☾ Trogne & crédit :
Brendon Urie ☾ kozmic jumble bbfreddiechou (ava) / DΛNDELION (gifs/sign)


MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Ven 10 Aoû - 18:04

structure ton délire
fantine & galahad

« Woke up on the wrong side of reality. And there’s a madness that’s just coursing right through me. Oops I, did it again, I forgot what I was losing my mind about. Oh, I only wrote this down to make you press rewind. And send a message that I was young and a menace »
Fuite habile, l'invitant à rejoindre la table où se déroulent les parchemin avec toute la précaution du monde. Versatilité, retrouvant les gestes et timbre coutumier, la curiosité appâtée au delà du fait de vouloir esquiver, le temps de trouver les mots, les remettre dans le bon ordre, ne pas l'effrayer. Il le sait pourtant Galahad, qu'elle ne fut guère du genre à fuir, obstinée, les fils d'un lien trop solide qui fut probablement incompréhensible pour beaucoup, dont ils furent les seuls à en connaître les nuances et tonalités. « Voyons un peu quels trésors tu as dégotté. » Murmure suave, une paume ayant retrouvé son cuir nocturne s'étirant en sa direction, l'invitant  à sombrer dans un cocon dont ils eurent le secret. Les phalanges se perdent sur le papier, suivant le tracé hasardeux d'un cours d'eau.

Les mots s’immiscent au même instant, enregistrant les syllabes, méritant quelques mots et brides d'explications, incontestablement. Les mirettes se relèvent, cherchent Fantine. « Ce n'est rien. » Sincérité, les fait furent coutumier, ancré depuis trop longtemps, passagers. Bien qu'il purent être terribles, dangerosité incontestable d'une bombe à retardement qui put emprunter et pomper un individu hostile, reproduire son tracé. Perdition dangereuse. « Que ferais-je sans toi, Awyr. » Rictus bienveillant, presque rassuré par ses mots, lui plaçant le dénominateur de ciel en un langage qu'elle ne connut certainement pas.

Alors il inspire Galahad, trouve le courage, puise, préférant ne pas la laisser dans son ignorance et ses inquiétudes. « Tu te souviens, la première fois que tu es venue et que nous avons discuté tous les deux ? J'ai l'impression que ça fait une éternité. » Maigre rire, désignant un lit gisant plus loin, désormais encombré de quelques effets personnels d'un autre ayant investi les lieux, songeant qu'elle ne fut probablement guère au courant de l'existence de Carter devenu second propriétaire des lieux, répandant ses effets parmi l'amoncèlement déjà omniprésent au point d'en passer inaperçue. Sujet à part, secondaire, évincé pour mieux en revenir à la trame principale, guère le moment d'entamer une seconde fuite.

« Je t'ai parlé du fait que ma peau tendait à reproduire ceux qu'elle effleurait, jusqu'à s'imprégner de leur fonctionnement. » Maigre pause, cherchant à ranimer un souvenir certainement déjà trop enfui, alors qu'ils eurent passé une première nuit paisibles enlacés par des draps. « C'est ce que tu viens de voir. » Soupir, mettant des mots sur ce qui fut qualifié de crise, perpétuellement, à chaque époque. « Il me faut toujours un peu plus de temps pour me retrouver, un peu comme des résidus bien accrochés. Je n'ai pas voulu te faire du mal. Du moins pas intentionnellement. » Nouvelles excuses, la suppliant du regard de ne pas s'effrayer. « J'aurai préféré que tu n'assistes pas à ce genre de scène. » Les iris se détachent, retournent se perdre dans le lointain.
(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Fantine Lervannec
Reflet du ciel

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
la peau aux étoiles, la lueur de la lune dans les mains.
☾☾ Bizarrerie :
les cartes du monde et du ciel s'entassent dans ses quartiers, et elle peut vous lister tout ce qui existe dans le ciel nocturne sans sourciller.
☾☾ Années :
dix-neuf ans d'éternité, plus d'un siècle d'existence.
☾☾ Occupation :
les cuisines deviennent son domaine quelques nuits par semaine.
☾☾ Myocarde :
tout chamboulé.
☾☾ Missives :
101
☾☾ Trogne & crédit :
nicola peltz, DΛNDELION.


MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   Lun 10 Sep - 21:49

structure ton délire

galahad & fantine

Les trésors peuvent attendre, et elle aimerait qu'il soit du même avis, mais il semble avoir besoin d'un échappatoire, de quelque chose, peu importe quoi, pour oublier ce qui vient de se passer — ou peut-être pas oublier, mais du moins laisser le temps aux émotions de retomber. Fantine se contente d'un soupir, peut-être un peu fatigué, mais sa main délicate se glisse dans la paluche gantée de Galahad, parce qu'elle a beau vouloir savoir, elle a beau vouloir des réponses, elle n'a surtout pas envie qu'il se hérisse et s'enferme dans un silence qui les blesserait tous les deux. Elle entrelace leurs doigts, serre sa main dans la sienne et laisse sa joue s'appuyer contre l'épaule du Gallois, juste un instant, les épidermes protégés par le tissu de sa chemise. « J'sais pas trop, pour tout avouer. Les Shetland ? C'est ce qui est indiqué en haut, mais elle est plutôt abîmée, donc ça pourrait être autre chose d'assez proche. C'est des îles, en tout cas. » Mais il sait qu'elle est têtue, et qu'elle veut son explication. Elle attendra qu'il soit prêt à la donner, cependant, même si ça prend tout un siècle dans les couloirs cotonneux de la boucle.

Elle ne s'attend pas vraiment à ce qu'il la donne dans l'immédiat, et pourtant c'est ce qu'il fait. Sa tête blonde s'incline au mot inconnu — elle qui a toujours du mal avec l'anglais, par moment, l'accent français trop prononcé par moments, elle ne risque pas de connaître cette langue étrange qu'il utilise. Elle ne relève pas, cependant, pas immédiatement. Ca, ça peut attendre. Elle se contente de resserrer sa prise sur les doigts de Galahad, comme pour lui dire qu'elle est là, et qu'elle n'est pas prête de s'enfuir. « Mm. Le fameux jour où on a fini endormis comme des paresseux au fond de ton lit et où j'ai tellement eu peur en me réveillant que je suis tombée par terre ? J'ai un vague souvenir de ça. Très vague. Je préfère oublier l'humiliation. » Mais il y a un sourire sur sa figure, et elle hoche la tête, juste un peu. Et l'explication vient, un peu hachurée, un peu embrouillée aussi, et elle se retrouve à froncer les sourcils. Les sous-entendus finissent par la frapper, et ses mirettes s'écarquillent, sa bouche forme un O de surprise. « Attends, attends, si je comprends bien tu... absorbes la personnalité de l'autre personne aussi ? En plus de l'apparence ? » Elle se retrouve à le fixer, un long moment. Elle a envie de lui demander comment il fait pour garder un semblant de bonne santé mentale, malgré toutes ces personnalités qu'il a dû avaler à la façon d'une éponge. Préfère se taire. Ne pas remuer le couteau dans la plaie. « Je suis désolée. » Et c'est tellement peu.

Les bras de Fantine se glissent autour de Galahad, et elle cale sa silhouette mince sous son bras, se contente de le garder contre elle. Ses excuses lui briseraient presque le coeur, mais elle se contente de secouer la tête. « C'est pas très grave, ça. Enfin... Ca m'a blessée, sur le coup, mais c'est pas grave. » Elle s'en remettra. Ce n'est pas la première fois que son ego prend un bleu, et ce n'est qu'un bleu, qui s'effacera après quelques jours. « Je regrette pas, personnellement. Au moins je sais à quoi m'attendre maintenant. » Elle finit par se détacher de lui lentement, lève le nez pour observer son visage. Il n'a pas vraiment l'air de vouloir la regarder. Elle se contente d'un soupir. « Tu sais, tu peux tout me dire. Je te jugerai pas. C'est pas quelque chose que tu peux empêcher, et franchement je t'admire. T'es quelqu'un de fort. » Un instant de silence puis, finalement, elle tape d'un doigt sur son bras. « Ca te dit, des cookies au chocolat ? J'crois que ça nous ferait du bien à tous les deux. »



AND WHEN YOUR FANTASIES BECOME YOUR LEGACY, PROMISE ME A PLACE IN YOUR HOUSE OF MEMORIES.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: structure ton délire ☾ ft. Fantine   

Revenir en haut Aller en bas
 
structure ton délire ☾ ft. Fantine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Aimez vous lire ?
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Lire sous les sapins
» ROK ORK APPO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Le Manoir :: Chambres-