u are a part of me | cristina&moïra
 ::  :: Flashbacks

Moïra P. Ivanov
livreuse de pensées

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
mutisme indésirable, unique. don de la parole par télépathie, être fascinant. douces mélodies chantonnées dans les pensées d'autrui.
☾☾ Bizarrerie :
doigts caressant le front de l'être devant elle. condition primaire à la violation des pensées, à la compréhension d'un langage venu d'ailleurs. une fois la confiance accordée la condition devient obsolète. peur de l'obscurité, de ce qui règne dans les abîmes. besoin constant de lumière. être qui vis la nuit, sous l'astre lunaire et les bougies. être qui dors peu à l'aube. être toujours en forme.
☾☾ Années :
vingt-huit ans éternellement.
☾☾ Occupation :
dessin, écriture, photographie. art permettant d'exprimer les sentiments enfouis.
☾☾ Missives :
97
☾☾ Trogne & crédit :
adélaïde kane - (c)sweetdreams


MessageSujet: u are a part of me | cristina&moïra   Jeu 2 Aoû - 9:45

a part of me
cristina
« ohana » signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié


le temps s'est arrêté pendant quelques heures. obscurité totale, cœur au ralenti. les bras de morphée t'ont accueillie aux premières rosées t'emportant dans des rêves interdits, insensés. le monde semblait si beau là-bas et tellement irréel que tu étais persuadé qu'il était éphémère. tu y chantais, tu y dansait, là dans une robe que tu n'avait jamais eu. résultat de la cupidité d'une femme qui t'avait mis au monde pour te détester. tu aurais aimé y rester. ne plus rien sentir, ne plus rien voir. rester dans ce paradis créé par la simple force de ton esprit. mais un autre t'appelle, bien moins fabuleux. et pourtant tu l'apprécie, à ta manière. même si tu te sens prisonnière d'une vie que tu n'as pas choisi.

l'obscurité s'est envolée. le jour est déjà bien installé. tu te tournes et emporte le peu de draps qui recouvre ton corps à moitié dénudé. tu n'as envie de rien, pas même de te lever mais tu sais que ton ennuie serait encore plus grand dans ce lit. d'un pas non décidé, tu poses un pied à terre et frissonne au contact du sol gelé. le chemin semble long jusqu'à la salle d'eau mais tu te dois de garder une hygiène irréprochable même si la boucle t'empêche de dépérir.
le manoir semble s'agiter, un peu plus que d'habitude. tu fronces les sourcils et te rends dans les immenses couloirs une fois ton corps recouvert d'une odeur fleurie et de simples habits. certaines personnes parlent entre elles, d'autres se hâtent dans un élan de panique comme-ci quelque chose d'important allait se produire. tu fronces un sourcil et soupir avant de te rendre dans les cuisines pour y attraper l'un des mets mis à la disposition des particuliers. il ne reste plus grand chose au vue de l'heure tardive mais tu arrives tout de même à attraper un fruit traînant dans un coin de la pièce. tu y plantes les crocs et te rends dehors pour profiter de la fraîcheur du vent. les ymbrynes semblent avoir été alertées de quelque chose. tu observes la scène. curiosité maladive. tu arrêtes une personne qui passe devant toi et lui demande ce qu'il se passe.

Nouvelles arrivées.

cela explique l'agitation des plus anxieux. peu encline à être la première vision des nouveaux particuliers, tu te relèves un peu agacée et retourne à l'intérieur de l'immense bâtisse. être enfermée entre ces murs ne te convient pas mais tu n'es pas tellement dans ton meilleur jour pour parler aux autres. la nostalgie de ton rêve prends le dessus sur ton caractère plutôt jovial. les minutes passent et ton regard ne cesse d'être attiré par l'extérieur. tu es admirative devant ce paysage que tu contemples pourtant tous les jours et ce depuis un bon nombre d'années. tu entends du bruit et tourne le regard vers l'immense porte pour apercevoir les visages inconnus se dessiner soudainement. peu de nouveaux aujourd'hui contrairement à ce que tu as pu voir auparavant. ce n'est pas plus mal, tu n'aimes pas que ton quotidien soit dérangé par trop de facteurs extérieurs auxquels tu n'étais pas préparée. ton regard se pose sur une âme perdue qui aurait pu être toi tant ses traits te sont familiers. tu observes l'accueil qui leurs est réservé et reste dans ton coin, comme à ton habitude.  
leurs regards parcourent la pièce et croisent le tiens le temps de quelques secondes. tu relèves alors la main, les saluant avec un simple sourire. impossible de leurs parler tout de suite pour ne pas révéler qui tu es. un simple geste de la main suffira pour le moment.
tu poses de nouveau ton regard vers l'extérieur et l'envie te prends d'y retourner, le spectacle étant terminé. tu ne fais pas attention aux éléments qui t'entourent et manque de faire tomber l'âme en perdition qui allait s'installer près de toi. tu t'excuses d'un geste de la main mais n'ose pas encore entrer dans ses pensées. il est trop tôt, tu pourrais l'effrayer plus qu'elle ne l'est déjà.

Made by Neon Demon


† Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits ; ces miroirs jumeaux.|
Revenir en haut Aller en bas
Cristina Shallow
Pensée vagabonde

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Télépathie, si vos dermes se touchent, vos pensées envahiront sa cervelle, de même vous pourrez capter des éléments de ses propres pensées.
☾☾ Bizarrerie :
Journal "intime" tenue scrupuleusement chaque jour, collectionne les tasses à thé en porcelaine de préférence. Élastique au poignet claquant à chaque sensation de stress ou pensées noires.
☾☾ Occupation :
Rester en vie.
☾☾ Missives :
16
☾☾ Trogne & crédit :
Emily Browning // Thinkky


MessageSujet: Re: u are a part of me | cristina&moïra   Mer 22 Aoû - 21:41


a part of me.
On me pousse on me bouscule, j'ai peur et j'ai froid. On m'explique ce qui se passe, mais je veille juste à ce que l'on ne me touche pas. On me regarde, attendant une réponse, je hoche la tête sans savoir de quoi il s'agit et soudain j'entre dans un nouveau monde.

Cristina vient tout juste de sortir de son enfer, on ne faisait que très peu attention à ne pas toucher sa peau nue et on la droguait aux moindres hurlements. Mais ils ne comprenaient pas, qu'elle avait parfois l'impression que son cerveau implosé sous cette déferlante de mots, de phrases qui ne lui appartenaient pas et qui se mélangeaient aux siennes, lui faisant parfois tourner de l'oeil. Sa soeur lui avait tout de même apporté de quoi se changer, un haut vaporeux noir et rouge et un jean taillent haute, couleur bleue foncé et ses snickers préférées noires enfilées même sans chaussette, oubli de la soeur, mais elle ne s'en voit pas réprimandée. Une dernière accolade un peu crispée en évitant tout contact avec une peau mise à nu, elle lui glisse une tasse de thé -vide- dans sa main et la voilà emporté loin des siens, loin de l'enfer et dans une époque qu'elle ne connaît pas.

On lui dit qu'elle n'est pas folle, qu'elle est juste spéciale, possédant une particularité qui semble être bien plus une tare qu'un don pour la jeune femme. Elle cache la tasse, du mieux qu'elle peut, tente de repousser l'envie de se ronger les ongles ou de s'asseoir au sol pour se balancer, l'angoisse. Une crise d'angoisse commence à l'avaler tout entière, alors elle se tient un peu à l'écart, tambour battant dans sa poitrine à l'endroit où se trouve son coeur. Crisina se déplace lorsqu'elle voit les autres en faire autant, toujours aux minimums deux pas en arrière de la file, faisant des gestes lorsque l'on tentait de s'approcher d'elle, elle le voit dans les yeux des autres, on la prend déjà pour une enfant sauvage. Les explications sont simples, ils sont ici chez eux, se verront attribuer une chambre dans la journée où ils pourront disposer de ce qu'ils voudront, il est conseillé de participer à la vie en communauté et aussi surtout aux tâches quotidiennes, mais pour le moment ils pouvaient prendre leur marque.

Ainsi lâchés dans la nature, ou plutôt dans l'enceinte d'un manoir, chacun se retrouve un peu perdue, des personnes semblent venir leur parler, Cristina, elle recule jusqu'à toucher un mur, espérant se fondre dans le décor, fusionner avec le papier peint et les briques. Une bousculade, un simple contact qui l'a fait hoqueter de surprise et de peur, manquant de tomber de tout son long, heureusement rien ne vient perturber ses pensées. Geste de défense, reculer de deux pas, pourtant elle semble inoffensive la jeune femme, un petit geste de la main en guise d'excuse et elle répond d'un simple hochement de tête pour montrer qu'elle les accepte. Elle semble peu loquace, la brunette qui faillit la faire tomber, leurs regards se plongent l'un dans l'autre l'espace d'un instant et Cristina est la première à baisser ses yeux sur ses chaussures. S'agrippant à la tasse de porcelaine qu'elle ne cache plus vraiment, elle tourne et retourne l'objet tout en faisant attention de ne pas la lâcher, ne pas la briser en mille morceaux. Puis elle prend son courage à deux mains, la tête toujours basse, un seul son sort de sa bouche, cristallin, presque inaudible.

« Bonjour. »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





   
I'm no Gypsy, I'm no crazy
   
But for the love of God, please don't touch me until I say so.

   
Revenir en haut Aller en bas
Moïra P. Ivanov
livreuse de pensées

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
mutisme indésirable, unique. don de la parole par télépathie, être fascinant. douces mélodies chantonnées dans les pensées d'autrui.
☾☾ Bizarrerie :
doigts caressant le front de l'être devant elle. condition primaire à la violation des pensées, à la compréhension d'un langage venu d'ailleurs. une fois la confiance accordée la condition devient obsolète. peur de l'obscurité, de ce qui règne dans les abîmes. besoin constant de lumière. être qui vis la nuit, sous l'astre lunaire et les bougies. être qui dors peu à l'aube. être toujours en forme.
☾☾ Années :
vingt-huit ans éternellement.
☾☾ Occupation :
dessin, écriture, photographie. art permettant d'exprimer les sentiments enfouis.
☾☾ Missives :
97
☾☾ Trogne & crédit :
adélaïde kane - (c)sweetdreams


MessageSujet: Re: u are a part of me | cristina&moïra   Mer 29 Aoû - 14:52

a part of me
cristina
« ohana » signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié


il recule d'un pas, puis de deux, le petit oisillon que tu as manqué de faire tomber par mégarde. elle baisse ses yeux, s'amuse avec une vieille tasse en porcelaine et tente de ne pas attirer l'attention, que ce soit la tienne ou celle des autres, signe infaillible d'une anxiété incontrôlable. tu ne sais pas si tu dois l'approcher ou au contraire la fuir en la laissant tranquille au milieu des particuliers qu'elle doit sans nul doute prendre pour des sauvages, des étrangers, qui lui semblent plus effrayants les uns que les autres.
à chaque nouvelle seconde qui s’écoule le doute s’installe davantage dans tes pensées. elle semble perdue, bien plus que tu ne l’étais à ta venue ici et ton cœur se serre alors en pensant à cette âme perdue, arrachée si subitement du monde où elle a grandi pour arriver ici, dans une reproduction trop faussée de la réalité.
tu esquisses un sourire forcé et t'approche lentement d'elle pour ne pas épouvanter la demoiselle plus qu'elle ne l'est avec des gestes brusques et pose ta main sur la sienne, condition inévitable pour t'inviter dans son esprit. mais la rencontre entre vos épidermes ne te confère pas le résultat tant espéré ; tu retires alors ta main et scrute cristina d'un air consterné. tu entends une voix. celle d'une femme beaucoup trop terrifiée pour que ce ne soit pas celle qui se tient devant toi à cet instant précis.
tu restes immobile avec un air ahuri. tant d'années à croire que tu étais seule à posséder cette particularité. trop de temps passé à te remettre en question, à penser véritablement que tu étais une abomination et que personne ne pouvait te comprendre concernant le fardeau que te procurait un tel don, mis à part ta regrettée sœur jumelle.

« c'est toi que j'entends dans ma tête ? je croyais être la seule capable de pouvoir communiquer à travers les pensées... c'est... fascinant. »

tu dévoiles de nouveau un sourire, beaucoup plus sincère face à celle qui te ressemble plus que tu n'aurait pu l'imaginer et tends ta main vers elle en signe de bienvenue.

« je suis moïra. je comprends que tu ne te sente pas à ta place mais ne soit pas effrayée avec moi. certaines personnes peuvent te sembler dangereuses ou de mauvaise compagnie, mais nous formons une famille et tu en fais partie maintenant. tu es en sécurité ici. »

Made by Neon Demon


† Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits ; ces miroirs jumeaux.|
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: u are a part of me | cristina&moïra   

Revenir en haut Aller en bas
 
u are a part of me | cristina&moïra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Mentor/Apprentie Le Départ!
» Départ de Sybille pour Limoges {Nathan
» Roberto - Pot de départ 16/17 avril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Flashbacks-