AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 « Elémentaire mon cher Watson » – Elvire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: « Elémentaire mon cher Watson » – Elvire   Sam 12 Nov - 18:15

Elémentaire mon cher Watson

- Petite citation de la mort qui tue -


Dire que les jours se ressemblent serait un euphémisme ; dans la boucle du 22 mars 1941, les bruits d’obus et les cris servent de musique de fond à la vie routinière de ses occupants. Mais malgré cela, malgré l’horreur et l’éternel recommencement, Erin est heureuse ; elle n’est pas un horrible secret ici. Il lui arrive d’avoir des regrets, de réfléchir avec une certaine tristesse à ce qu’aurait pu être sa vie, mais cet endroit l’avait sauvé. Elle accepte donc avec plaisir la routine établit et se consacre donc à ce qui fait sa fierté : sa bibliothèque. Les centaines d’ouvrages rassemblés ici sont l’accomplissement de sa vie ; les livres avaient été ses compagnons par le passé, elle se sentait donc bien obligé de les dorloter. Alors quand ils commencent à disparaître, victimes d’étranges disparitions ou de dommages irréparables, Erin ne peut rester sans rien faire.

Cela fait plusieurs jours que la jaune femme a remarqué que sa collection s’est quelque peu appauvrit ; jusque là, elle ne s’est pas réellement inquiétée, pensant que qu’ils avaient été empruntés. Puis dans la boucle, rien ne se perd réellement. Mais aujourd’hui, un véritable massacre se présente à ses yeux, des dizaines de livres éparpillés sur le parquet, les couvertures en morceaux, les pages en miettes. Il est clair que quelqu’un en veut à ses bouquins.

Elle ramasse un ouvrage, le visage crispé, attristée d’un tel gâchis. Un cadavre dans la bibliothèque A la vue du titre à demi mâchouillé, le visage de la rouquine se renfrogna. Un réel gâchis… Elle feuillette quelques pages et  lentement  ce qu’elle voit atteint son cerveau. Ce livre a été mâchouillé. Quelque chose, quelqu’un avait mangé ce livre. Elle pense d’abord à un rat, mais une chose si petite serait bien incapable d’infliger de tel dégât. Erin ramasse ses possessions une par une, et à chaque fois le même constat : elles ont toutes été attaquées par des dents.

Elle ramène la pile à son petit bureau, souriant au passage lorsqu’elle voit Elvire plongée dans un roman, bien plus posée qu’à l’ordinaire. La magie des mots… Elle redevient néanmoins plus sérieuse à la vue des dégâts devant elle. Certaines pages sont entièrement déchirée, d’autres sont marquées par douze jolis creux. Placés en arc de cercle, il est clair qu’il s’agit de marque de dents, et au vu de leur forme, il ne s’agit pas d’un rongeur géant.

Un soupir désespéré sort des lèvres de la jeune femme ; un fou mangeur de livres a décidé de s’en prendre à sa bibliothèque chérie. Pourtant rien de tel ne s’est jamais passé jusque là, et l’environnement de la boucle est peu prône aux changements. Un tel maniaque n’est donc pas sorti de nulle part. Elle pense brièvement à un Syndrigastis fraîchement arrivé, qui peut-être désorienté, aurait laissé le côté animal de sa particularité prendre le dessus. Mais cette idée est tellement improbable, les Syndrigastis sont des êtres humains civilisés, pas des bêtes sauvages. Elle laisse échapper un grognement de frustration, persuadée qu’un tel massacre va maintenant faire partie de son quotidien ; elle n’a jamais demandé tout ça, la seule chose qu’elle a toujours est une vie des plus tranquilles.

Elle relève la tête, ne voulant pas se laisser abattre par une chose aussi futile ; des gens mourraient au-dehors, tout cela n’est rien. Erin croise le regard d’Elvire, son roman maintenant poser sur ses genoux. « Excuse-moi de t’avoir dérangé Elvire, j’ai … hum.. quelques ennuis, mais rien de bien grave. » Elle déteste cela. Elle déteste interrompre les autres, elle déteste se faire remarquer.  Mais tant qu’à faire, elle pourrait au moins utiliser les connaissances de la jeune lectrice à son avantage ; elle est ici depuis les débuts de la boucle et doit donc en connaître ses occupants. « Dis, tu ne connaîtrais pas quelqu’un dont le don serait de se transformer en rongeur géant par hasard ? » Non, les rongeurs ont été éliminés Erin. « Ou en autre chose susceptible d’aimer mâchouiller quelque chose ? » Quelle éloquence, tu es sûre d’aller loin avec de tels mots.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Elémentaire mon cher Watson » – Elvire   Lun 14 Nov - 8:55


élémentaire mon cher Watson


Elvire lit un roman, tranquillement posée dans la bibliothèque de la boucle. Elle aime beaucoup lire, contrairement à ce que son image un peu simplette laisse penser. C'est un des seuls moments où elle prend du temps pour sa petite personne. Et puis, elle a l'avantage de pouvoir lire en toutes les langues, point non négligeable quand on n'a pas trop le luxe d'avoir des millions d'ouvrages à disposition. Elle note quand même une nette amélioration de la collection de la boucle depuis l'arrivée d'Erin. C'est la bibliothécaire depuis un peu plus d'une cinquantaine d'années déjà, si ses souvenirs sont bons.

En parlant du loup... Voila justement Erin qui l'aborde. Elvire ferme son bouquin, l'île du docteur Moreau de H.G. Wells -un de ceux qu'elle ne se lassera jamais de relire-, et le pose sur ses genoux, l'air intriguée par cette soudaine interpellation. Il est vrai qu'elle passe assez souvent à la bibliothèque, en revanche, elle ne peut pas dire qu'elle soit particulièrement familière avec Erin, ce malgré les quelques conversations de courtoisie échangées. Elle se sent d'ailleurs bizarrement honorée qu'Erin vienne lui demander de l'aide à elle. Ça a peut-être à voir avec le fait qu'il n'y ait justement... Qu'elle dans la bibliothèque, mais qu'importe, un large sourire orne à présent ses lèvres. Et quand Erin énonce finalement le fond de son problème, la figure d'Elvire change du tout au tout. Son doigt vient se poser sur son menton tandis qu'une ride se dessine sur son front. Elle semble prendre la question très à cœur. Et on la comprend, c'est si rare qu'on lui fasse confiance pour ce genre de réflexions... « Il y a bien Wally... Je n'ai jamais vraiment pris la peine de lui parler, mais il est bizarre. Miss Aegithalos m'a dit qu'un jour, elle l'avait retrouvé dans le restaurant, entrain de ronger les meubles de la cuisine. Il a un petit problème avec la pleine lune je crois... Une histoire de métamorphe. D'ailleurs, je n'ai jamais trop compris en quoi il se transformait vraiment... Un castor croisé avec un teckel ? Ou peut-être un teckel croisé avec un castor... Je ne sais pas, je me pose toujours la question à vrai dire. En tous les cas, il a de grandes dents ! Et c'est la pleine lune tous les soirs, dans cette boucle... » Elvire a trop parlé, et trop vite, comme d'habitude. Mais c'est la conclusion qui lui semble la plus probable.

Au-delà de la problématique posée, elle se demande pourquoi Erin cherche un rongeur. « Mais au fait... Pourquoi cette question ? Il est arrivé quelque chose ? » Elle s'imagine déjà des scénarios tous plus dantesques les uns que les autres. Elle reprend la parole de plus belle, ne laisse même pas le temps à la discrète Erin de répondre. « Nooooooon ? » Un soupçon d'inquiétude et de drame parsème le fond de sa voix. Elle prend un air grave qui fait durer le suspense. « Il a quand même pas mangé tes chaussures ? Tu sais, les superbes escarpins que tu avais il y a une trentaine de jours ? Avec le petit talon noir et le dessus marron, bien lustré. » Elle a l'air tout à fait sérieuse.

Elvire est observatrice, mine de rien. Et il faut aussi dire qu'elle a un rapport plutôt étrange aux chaussures. On ne va pas crier au fétichisme, mais presque. Elle n'en a jamais vraiment eu durant son enfance, alors forcément, ça laisse des séquelles indirectes.




codes par sapphire
Revenir en haut Aller en bas
 
« Elémentaire mon cher Watson » – Elvire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elémentaire, mon cher Watson — Sherlock
» [Event] élémentaire, mon cher Lochranza. bêêêêh oui !
» Cours N° 4 - Elémentaire mon cher Evan !
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Petit décor rapide pour pas cher.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-