AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Défi II + Time is running out + Lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Défi II + Time is running out + Lloyd   Mar 15 Nov - 8:22

Time is running out
Défi II
Lloyd & Magda
But don't you know we're stronger now. My heart still beats and my skin still feels, my lungs still breathe, my mind still fears. But we're running out of time...

Le mur qui trembla contre son dos l’arracha à sa torpeur avec toute la violence qu’un réveil en sursaut peut apporter. Le cœur battant à lui en percer les côtes, elle se redressa, inspirant brutalement une goulée d’air. La panique lui serrant le cœur, elle regarda autour d’elle, son esprit encore brumeux tentant d’évaluer la situation.

Un sifflement. Un bruit sourd ; l’impact. Un grondement, puis les murs qui tremblèrent de nouveau, de la poudre blanchâtre s’échappant des joints trop éprouvés du carrelage au-dessus de leurs têtes. Magda inspira par saccades. Le métro ? Ou plutôt une de ses stations, qui comme toutes les autres, servaient d’abri anti bombe et que la guerre avait déjà trop éprouvée. Les lampes grésillaient, clignotant de façon irrégulière, alors que les londoniens se serraient les uns contre les autres dans le silence de mort de cette station-refuge.

Mais que faisait-elle là ? Etait-ce seulement la journée, la nuit ? Magda sentit la panique se diffuser en elle comme de la glace pure dans ses veines. C’était son pire cauchemar devenu réalité. Respirer, Magda. Réfléchir. Une nouvelle secousse se propagea depuis le plafond, unique preuve souterraine que les Allemands abattaient sur Londres un bombardement du feu de Dieu. Un instant… Bombardement ? Etait-ce la nuit, alors ? Réfléchir, Magda. Elle venait de se réveiller. Où ? Une station de métro de Londres. Pas que ça l’avance, mais son esprit en panique avait besoin de se raccrocher à des détails tangibles pour ne pas céder complètement. Quand ? C’était la question. Un vieux réflexe involontaire remonta et elle baissa naturellement les yeux vers sa montre… arrêtée ?! Oh. Oh, était-il possible que…

Son cerveau semblait avoir ouvert grand les vannes d’adrénaline, car elle sentit progressivement revenir cette clarté d’esprit et cette précision de réflexion que seuls les moments d’urgence semblaient à même de procurer. Elle se redressa, bien que toujours assise comme les autres sur le sol de la station, et ses iris claires percèrent l’obscurité ambiante, cherchant dans les visages émaciés et tristes des traits qu’elle reconnaîtrait. Et lorsque son regard s’arrêta sur un visage qu’elle ne connaissait que trop bien, son cœur fit un bond. Sa pire crainte venait de se matérialiser. La partie rationnelle de son esprit avait vite fait le calcul ; ils étaient encore dans le Londres en guerre. En admettant – et elle priait de toutes ses forces pour qu’elle se trompe, mais son instinct lui hurlait le contraire, et jusqu’ici il n’avait que rarement failli – qu’ils soient hors de la boucle, elle ne risquait que quelques années supplémentaires de vieillissement. Mais lui… Elle chercha autour d’elle l’indice qui pourrait confirmer ses doutes. A sa droite, un homme tenait un journal sur ses genoux. Elle y jeta un bref coup d’œil, plissant les yeux pour distinguer la date dans la lumière irrégulière. 28 mars 1941. La goulée d’air qu’elle inspira lui brûla les poumons.

Ils étaient hors de la boucle.

Le cœur au bord des lèvres, elle se força à calmer la panique qui montait. Il fallait agir, et efficacement. Abandonnant sans le moindre regret sa dignité, elle parvint à se frayer progressivement un chemin à travers les gens assis, jusqu’à arriver à Lloyd, visiblement encore inconscient. Passant deux doigts léger sur son cou, elle rassura la partie la plus terrifiée de son esprit qui voulait s’assurer qu’il était toujours bien en vie. Se baissant légèrement, elle attendit le sifflement caractéristique puis le grondement qui suivit pour le secouer fermement. « Lloyd. » Le voir enfin ouvrir les yeux fut un soulagement qu’elle préféra cependant taire. « Tu es blessé ? Tu peux marcher ? » Se focaliser sur l’état de quelqu’un d’autre était toujours salvateur dans des situations où elle menaçait de perdre pied à tout instant. Murmurant toujours, elle ajouta : « Je ne sais pas ce que nous faisons là, mais nous sommes hors de la boucle. Il faut y retourner. Vite. Et discrètement. » Elle avait conscience que cette avalanche d’informations était sans doute beaucoup à avaler alors qu’il venait à peine d’ouvrir les yeux, mais ils n’avaient pas une minute à perdre. Pas une seconde, même.  
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Ambrose Ackerman

avatar
- La Flèche Hyperactive -
❧ Boucle Temporelle : 1941
❧ Particularité : Célérité ;
❧ Occupations : chaque matin il sillonne les rues d'une ville en ruine, s'assurant de ne perdre aucun des leurs
❧ Missives : 261
❧ Yeux de verre : 20
❧ Crédits : wicked games (ava)


MessageSujet: Re: Défi II + Time is running out + Lloyd   Mar 29 Nov - 14:59

Sanctuaire sanglant
La terre tremble dans un fracas d'enfer, la douleur lui foudroie le crâne. Qu'est-ce qui se passait, bon sang ? Au loin, une voix familière résonnait. Il ouvrit les yeux avec difficulté, ses yeux pas encore pleinement adapté à l'obscurité environnante, il lui fallu quelques secondes pour reconnaître le visage de l'Ymbryne en panique. D'instant, il se releva en un bond, où étaient-ils ? Il ne reconnaissait rien au décor, les battements de son cœur commence à s'accélérer lorsqu'il croit comprendre la situation. Un cauchemar, un vrai cauchemar, comment étais-ce possible ? A son grand désespoir, les paroles de Miss Aegithalos ne firent que confirmer sa crainte... Enfer et damnation ! Il ne parvenait pas à trouver d'explication à la situation actuelle, mais une chose était certaine, elle était dangereuse... Trop dangereuse pour qu'ils restent statique ici. Mais dehors, les bombardements semblaient faire rage, la terre trembla une seconde fois puis un troisième grondement fit tremblé leur abris de fortune... Maudits nazis ! Ils étaient plus acharnés que des ânes. Son regard se perdit alors dans la foule qui s'étaient amassé dans ce qui ressemblait à une vieille station de métro. Il ne reconnaissait aucun visage, mais il pouvait percevoir le désespoir dans leur regard, un sentiment qu'il ne connaissait trop bien. Mais le temps n'était pas aux lamentations, surtout pour le Syndrigastis et l'Ymbryne, le temps était sans aucun doute compter. Combien de temps étaient ils resté inconscient ? Il l'ignorait, il espérait pas trop longtemps, pour qu'ils ai le temps de rejoindre l'entrée de leur boucle respective, même si sous les assauts allemand, cela s'annoncerait sans doute une tâche particulièrement ardue.

Son attention se retourna ensuite vers Miss Aegithalos, il avait prit le temps de reprendre quelque peu ses esprits tout en tentant de reconstituer les événements précédent son réveil... Dans tout les cas, il pouvait associer cette douleur au crâne à une agression, même s'il ignorait où et comment surtout. Serais-ce possible qu'il existe des Syndrigastis hostile ? L'idée lui paraissait insensé, même si l'histoire avait déjà démontrer l'inverse. Il cherche dans ses poches son paquet de cigarette, réflexe nerveux, il tapote toute ses poches sans jamais le trouver, merde ! C'était le comble. Mais dans un sens, ils n'avaient pas le temps pour cela, il fallait trouver une solution, vite. Il balbutia quelques mots en direction de sa partenaire de mésaventure. « ça vas... ça vas, mais... Mais comment on est arrivé ici ? Qu'est-ce... Qu'est-ce qui s'est passé ? » Une certitude, la confusion régnait malgré tout dans son esprit, la peur était grande maîtresse et sa lucidité était presque fuyarde dans son crâne. Il avait peur, il tremblait et les secousses causés par les explosions n'aidaient en rien. Ce champ de mort qui d'habitude le berçait, de part sa distance avec son nouveau refuge, était désormais en partie la source de cette panique qui l'envahit petit à petit.

Malgré tout, il tente de reprendre son calme, inspirant et expirant longuement... Il n'avait qu'a penser que ce n'était qu'un champ de bataille comme un autre, non ? Ce n'était pas son premier combat. Étrangement, cette pensée l'apaisa quelque peu, malgré les tristes souvenirs qui l’accompagnait, cela lui offrait un élan de plénitude, lui permettant de réfléchir convenablement l'espace de quelques instants avant la montée d'adrénaline. Il expire alors lentement, en reprenant, plus calmement que quelques instants auparavant. « Bon... Peut importe ce qu'on fait ici, on doit retrouver l'entrée de la boucle. Miss Aegithalos, vous ne connaissez pas cette endroit ? Ni les potentiels agresseurs ? Je veux dire par là qu'il y a quelqu'un qui veut du mal à la boucle. Donc, soit il est déjà loin, soit il est actuellement à la boucle et si d'autres surveillants, gardiens et Ymbrynes sont dans la même situation que nous, tout le monde est en danger, le ou les agresseurs pourraient mettre sans problème le quartier des portes à feu et à sang... Du moins, c'est ainsi que je le vois, il nous faut regagner la boucle au plus vite. » Son discours était digne d'un vétéran d'une quelconque guerre, mais à cet instant, Lloyd ne faisait que s'approprier un rôle sans réellement prend en compte la menace qui pouvait se présenter dans leur situation. Mais si cela pouvait permettre de sauver des vies, c'est ce qui importait le plus à ses yeux, il ne souhaitait que cela. Au fond, sa vie n'avait que peu de valeur et ses pensées s'orientèrent vers la boucle qui risquait à chaque instant de se briser en l'absence d'une ou plusieurs Ymbrynes, c'était une course contre la montre. Il n'y avait donc pas à réfléchir pour Lloyd, il fallait s'assurer que Miss Aegithalos regagne la boucle seine et sauve. Un dernier regard vers les réfugiés, la méfiance brillait dans ses yeux, serait il possible qu'un de ces hommes et femmes soient leur agresseurs ? Il l'ignorait, mais le risque zéro n'existe pas.


Remember who I am
Call us heartless, hollo vessels of what we use to be. Don't you forget about me, now commit this to you memories
Revenir en haut Aller en bas
 
Défi II + Time is running out + Lloyd
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Our time is running out [ Silk ].
» IV, 2. Time is running out (D1, Bloom, Sappho, Tywin)
» *Time is running out* {Ezreal&Irélia}
» Time is running out [Pv Ultear]
» Who is running Haiti for whom?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-