AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Jeu 24 Nov - 12:53

Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle

- Comme un air de fable de La Fontaine -

Les aiguilles filent, légers sursauts de celle des secondes qui démontre le temps qui s'écoule et glisse non sans laisser un certain mécontentement, réajustant le col de la chemise avec minutie, un geste probablement ridicule puisque le tissus serait probablement abandonné au profit d'une forme nettement plus agile et adroite. Déjà quarante-sept minutes et vingt-trois secondes que l'enfant était venu exprimer son inquiétude vis à vis d'un bruit étrange et inhabituel en forêt, un déplacement suivit de grondements à en juger par ses dires. Quarante-sept minutes et toujours personne, alors que j'étais probablement le moins à l'aise des trois sur mes pieds. C'était probablement ridicule d'être aussi à cheval sur le temps, montre à gousset dans le creux de la paume et observée avec attention, vieux réflexe encré venant d'une éducation minutieuse chez les Ymbrynes, considérant le temps comme primordial et qu'une montre se doit toujours d'être à l'heure et à portée de main pour éviter que tout ne sombre dans le chaos le plus total.  

Mais plus le temps filait, plus la chose risquait de s'enfuir, voir d'attaquer dans le pire des scénarios possibles. Quelque chose de suffisamment terrifiant pour qu'un jeune Syndrigasti vienne en courant frapper à la porte, le souffle saccadé à cause de la course et la voix tremblante qui mélangeait les mots. Il avait eu pour consolation un sourire rassurant, ainsi qu'une main ébouriffant ses mèches sombres. Certes, il pouvait très bien s'agir de son imagination fertile, les enfants sont souvent capables de craindre leurs propres ombres, mais on était jamais trop prudent après tout, mieux valait faire une ronde, vérifier que tout avait repris exactement le même court que la veille sans aucun élément perturbateur. Le gosse était donc partit chercher l'Autour comme indiqué, même si à l'heure actuelle, je me demande s'il ne s'est pas perdu en chemin, tandis que je m'étais réservé une tâche potentiellement mortelle et extrêmement périlleuse ; réveiller le Grizzly. S'il fallait faire face à un "monstre" ou un quelconque syndrigasti avec une forme imposante et dangereuse, il valait mieux avoir un gabarit nettement plus supérieur et impressionnant que deux oiseaux.  

Le point de rendez-vous pour débuter les recherches avait donc été donné, à l'entrée du bois, à exactement dix heures tapantes. Saufs qu'ils avaient une minute et quarante-huit secondes de retard, ce qui était loin d'être sérieux et presque inadmissible. Encore, qu'il n'y avait rien de bien étonnant pour Ulric, se plaisant à me faire perdre patience, bien qu'il y avait une priorité qui ne concernait pas ses petites vengeances personnelles, pour Thaddeus en revanche c'était une autre histoire.

« Messieurs » Ils finirent par arriver, recevant avant tout pour accueil un regard accusateur tout en désignant la montre. « Il semblerait que nous ne soyons pas tout à fait sur le même fuseau horaire, vous avez un peu plus de deux minutes de retard. » Remarque tout à fait sérieuse, droit comme un I dans ma redingote d'un bleu sombre, parfait contraste avec un comportement presque hyper-actif qui me serait habituel. On ne plaisantait jamais avec un problème de boucle ou quoi que ce soit d'autre en rapport avec la protection de Syndrigastis après tout, prendre ce genre de tâche à la légère pourrait inévitablement apporter des ennuis. « Apparement ce "quelque chose" aurait été aperçu et entendu dans la partie nord de la forêt, au cœur des conifères. Mais étant donné que le temps coule, il n'est pas étonnant qu'elle se soit déplacée ailleurs. Je crois que nous n'auront pas plus d'informations, le garçon était effrayé et il peut tout aussi bien s'agir de son imagination, mais dans le doute, il vaut mieux examiner le périmètre. » De grands gestes maladroits accompagnent les dires, prenant tout de même soin de garder les pieds bien encrés au sol et dans la neige qui commençait déjà à percer les chaussures tout en humidifiant les chaussettes. Rien de très agréable, mais l'hiver était loin d'être mon élément, encore plus s'il rimait avec forêt au sol glissant ou gelé et maladresse innée.
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 284
❧ Yeux de verre : 71
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Ven 25 Nov - 18:14

Le Grizzly, l'Autour & l'Hirondelle
Alosyus, Ulric & Thaddeus



"Quelque chose rôde. Il faut que vous retrouviez Monsieur Alosyus… Il m'a chargé de vous prévenir." Quelque chose en moi est piqué au vif. Ma fierté sûrement. Pourquoi d'abord aller chercher l'aide de la fragile hirondelle quand je suis le prédateur ? L'autour chasse, l'hirondelle chante. J'aurais dû être le premier au courant. Mais soit. Il me faut accepter qu'étant là depuis bien plus longtemps, c'est vers lui qu'on se tourne en premier. D'un claquement de langue agacé, je fais taire ma fierté froissée. "J'ai vu quelque chose… J'ai eu peur."  Je n'ai pas insisté, ni même cherché à savoir ou à comprendre. L'enfant voulait être rassuré, et entre les mains douces de Cya, je l'ai laissé. Pour lui je ne m'inquiète plus, mais je plains cette chose que nous allons retrouver. Je plains cette créature ou cette personne sur qui j'abattrais mes serres vengeresses, celui qui devra subir la cruauté du rapace. Je plains la proie. Amusant non ? Sûrement. Un soupire glisse d'entre mes lèvres alors que la neige craque sous mes pieds. Le nez dans mon écharpe, je tente de me protéger du froid qui picote ma peau et fait rougir mes joues. Au fil de mes pas, je me dis que j'aurais dû me revêtir mon plumage. Puis je me ravise, trouvant cette idée stupide. Qu'aurais-je fait une fois face à lui ? J'aurais gonflé mes plumes, eu un cri et quoi ? Nous aurions recommencé ce jeu ridicule ? Sûrement. Alors autant apaiser les tensions et venir à lui ainsi. Après tout, nous devrions être deux alliés, deux amis qui s'entraident et s'apprécient… Non des rivaux qui veulent se convaincre de la faiblesse de l'autre.

J'entends au loin des pas qui se mêlent aux miens mais n'y prête pas attention, préférant simplement rejoindre Alosyus dont la silhouette se découpe entre les arbres. Un soupire manque de m'échapper quand il nous accueille plutôt sèchement, Ulric et moi. D'un regard je salue l'ours avant de reporter mon attention sur le jeune homme qui, droit comme un I, tente de se faire autoritaire au possible. Un sourire discret se glisse sur mes lèvres pour se faner bien rapidement quand les reproches arrivent. Je détourne le regard pour m'empêcher de le lever au ciel, me contentant à la place d'un simple murmure contrarié.

"Ciel, plus rigide qu'une Ymbrine."

Deux minutes. Ce n'est rien. Si nous étions hors de la boucle, je ne dis pas, mais en cette journée éternelle qui se répète sans cesse, deux minutes sont si peu. Deux minute ça se rattrape. C'est de la poussière, trois fois rien dans notre quotidien qui semble sans fin. Sans un mot de plus, je l'écoute et surtout l'observe tanguer sur place, attendant presque avec impatience l'instant où il chutera dans la neige… Moment qui malheureusement ne vient jamais. J'hausse un sourcil, jette un regard à Ulric puis me racle la gorge.

"Je n'ai rien pu tirer de lui plus qu'un simple "J'ai eu peur…" Donc quoi que ce soit, c'était suffisamment menaçant pour le faire fuir et lui donner envie de venir en parler. Le mieux est de se rendre sur place pour voir si nous aurions un début de piste… Car il serait idiot de partir à la chasse sans avoir la moindre idée de ce que nous traquons. Sans compter que là-bas, nous saurons où le chercher." Une volute m'échappe. Un battement de coeur passe. "Tout le monde laisse des traces. La neige joue en notre faveur."

Vers le ciel, je lève le nez et dévoile mon visage qui jusqu'ici était dissimulé dans l'écharpe. Nous avons le temps et quoi que cette chose puisse être, nous sommes plus rapides. Deux oiseaux, un ours… Rien ne peut nous résister.

"Nous ferions mieux de nous mettre en route. Nous faut-il un éclaireur ?"

Il faudrait oui. Mon regard se pose à nouveau sur l'hirondelle que je nargue d'un très léger sourire.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Dim 27 Nov - 23:11

LE GRIZZLY, L'AUTOUR ET L'HIRONDELLE

- Ulric, Thaddeus & Aloysius -

Ulric semblait condamné à s'extirper du pays des songes contre son gré chaque éternel jour de décembre. Les autres syndrigastis ne semblaient pas avoir retenu cette leçon fondamentale qui était de ne jamais réveiller un ours qui dort, d'autant plus si celui-ci était censé hiberner, ce qu'il ne pouvait évidement pas se permettre de faire.
Si la raison pour laquelle Aloysius s'était donné tant de mal pour réveiller la bête ne s'était pas montrée importante, il aurait bien volontiers mit fin à la vie de ce dernier. Mais il se contenterait d'arborer son habituelle mauvaise humeur jusqu'à l'heure du couché.
Entre temps, l'ours manquait de se rendormir mais il se souvint brusquement qu'il s'agissait de la sécurité des jeunes syndrigastis et en tant que grand-frère auto-proclamé des plus jeunes, il se devait de les protéger. Ainsi quelque chose rôdait dans la forêt au point d'en effrayer un enfant. Ulric comprenait mieux pourquoi Aloysius avait sollicité son aide, un oiseau de son envergure ne pouvait faire le poid face à ce qui avait effrayé le pauvre enfant. S'il y avait bel et bien une créature dans la forêt, qu'aurait fait l'oiseau seul ? L'attaquer à coups de bec ? Par chance, il avait eu l'intelligence, ou plutôt le courage, de venir sortir l'ursidé de son sommeil. L'aide d'un grizzly ne serait pas de trop.

Chaudement vêtu, Ulric traînait les pieds en se lamentant intérieurement de la froideur éternelle d'Edimbourg. Qu'il avait hâte de troquer son enveloppe humaine pour un pelage animal.
Au loin, il apercevait les silhouettes de Thaddeus et d'Aloysius. Plus il approchait, plus il discernait l'expression de ce dernier, il semblerait que lui et Thaddeus étaient en retard pour que l'hirondelle les regarde ainsi. Et il n'y avait pas manqué, à peine arrivé l'oiseau les réprimanda. Deux minuscules minutes de retard, seulement deux minutes. La réflexion irrita Ulric, Aloysius l'avait sorti de son sommeil mais en plus de ça, il osait se plaindre d'un retard de rien du tout. Pour simple réponse à cela, l'ursidé lâcha un juron suédois entre ses lèvres.

L'heure n'étais pas aux chamailleries, ils avaient quelque chose de plus important à faire que débattre sur leur retard. Ulric écoutait et s'accordait avec l'idée de Thaddeus plutôt que celle d'Aloysius. Se rendre sur place semblait une meilleure solution, la bête aurait sans aucun doute laissé une odeur qu'Ulric pourrait flairer. Une chance qu'en tant qu'ursidé, Ulric possédait un odorat assez développé sous sa forme animale. Et avec un peu de chance, son flair les mènerait tout droit à ce qui avait effrayé le pauvre enfant.

"Je suis de l'avis de Thaddeus, si nous nous rendons là où la scène s'est déroulée je serais capable de flairer son odeur."

Un éclaireur, ce n'était pas une mauvaise idée, Ulric proposerait bien Aloysius pour se charger de cela mais si celui-ci tombait bec à nez avec une créature assez imposante pour effrayer un enfant, il ne donnerait pas cher de son plumage. Bien que l'hirondelle irritait Ulric à un certain niveau, il ne se permettrait pas de risquer sa vie.

"Allons-y ensemble, ce serait plus judicieux et moins dangereux."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Jeu 1 Déc - 21:59

Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle

- Comme un air de fable de La Fontaine -

Brimades puériles, enfantines, ridicules, les mots s'élèvent à peine et la situation s'envenime déjà, regrettant presque de ne pas d'abord été avertir les trois Ymbrynes en priorité plutôt que les deux métamorphes. Comme si c'était le moment de bomber le torse et de jouer à ce genre de chose. La mâchoire se resserre instinctivement, peu de considération qu'ils semblent accorder à la chose devenant particulièrement irritante. Avaient-ils seulement conscience qu'une boucle ne signifiait pas "risque zéro" ou encore hors de dangers ? Que certains êtres, mêmes syndrigastis, se disant être nos semblables n'étaient certainement pas des enfants de choeur ? Le sourire en coin et narquois de l'Autour fut de trop.

« Sache Thaddeus, qu'une situation peut dégénérer en une seconde à peine, d'autant plus que nous ignorons totalement ce à quoi nous avons à faire, je te rappelle que ce n'est pas parce que nous sommes dans une boucle temporelle qu'il ne peut guère y avoir de morts. Mais bien entendu si tu veux prendre le risque de prendre tout ton temps, je ne te retiens pas. Par ailleurs vous ne pensez pas qu'il s'agit d'une urgence et non d'une promenade dans les bois pour "montrer qui a la plus grosse" pour reprendre les termes utilisés aux vingt-et-unième siècle ? Un peu de sérieux, il en va de la protections des syndrigastis de la boucle. »

Le ton était sec, regard impénétrable allant de l'un à l'autre, tout à fait sérieux, un brin de reproche avant d’acquiescer aux dernier dires d'Ulric. User de nos formes et nos avantages respectifs pour former un tout restait le plus judicieux et non d'entrer en compétition chacun de notre côté par orgueil. « Nous y verront mieux d'en haut, d'autant plus que nous n'avons pas le flair d'un grizzly. Mieux vaut ne pas trop s'éloigner les uns des autres. »

Pas le temps de déblatérer pour en dire d'avantage, la redingote glisse et est rejointe par d'autres couches de tissus soigneusement pliés et organisés pour ne rester que le linge. Le froid est mordant, provoquant une chaire de poule instantanée, mais il valait mieux souffrir quelques secondes, le temps de mettre les vêtements dans un endroit sec, plutôt que de les retrouver humidifiés dans la neige à notre retour, en admettant que les choses se passent sans encombre. D'autant plus si cette "chose" rodait dans les parages, laisser des traces n'est pas la meilleure des choses à faire. Un tronc creux et stratégique sert d'armoire temporaire, manquant de glisser sur le sol enneigé par la même occasion, pieds nus n'attendant que le décollage pour rompre tout contact. Le froid resterait, éternelle menace malgré le plumage, mais il serait moins présent, atténué le temps de la traque. Le haut du linge glisse à son tour pour ne pas perdre de temps à chercher une sortie lorsque ma taille aura diminuée, dévoilant la chair qui rougit sous le froid et dans un frisson désagréable, quelques traces indélébiles laissées par un autre temps, signes incontestables qu'une fraction de seconde peut en effet tout faire chavirer, dévoilées l'espace d'un bref instant avant de disparaître sous les plumes.

Le corps se contracte, les doigts se font rémiges, les ongles griffes, les derniers restes d'une tenue humaine tombent alors que le corps s'envole, gagnant les cimes en quelques battements agiles, contraste absolu avec mon autre forme maladroite et gauche, moins agréable à arborer selon moi, même si plus pratique point de vue conventions. Il n'y avait plus qu'à attendre que les deux autres suivent, glissant alors entre les branches, me faufilant par des endroits beaucoup trop étroits pour que l'Autour puisse suivre, bien que nos vitesses respectives étaient similaires, maigre vengeance personnelle dissimulée et non avouée. J'avais l'avantage de la discrétion, petite hirondelle frêle et imperceptible dans les épines, confondue avec rouge-gorges et moineaux en tout genre, un œil partout et qu'on remarque à peine. Il n'y avait plus qu'à chasser ce "monstre", guettant la moindre trace, observant le Grizzly de loin, espérant que sa quête d'odeurs soit plus fructueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 284
❧ Yeux de verre : 71
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Sam 3 Déc - 16:13

Le Grizzly, l'Autour & l'Hirondelle
Alosyus, Ulric & Thaddeus



L'hirondelle se crispe immédiatement à mon sourire, et si je suis plutôt heureux d'entendre que l'autre métamorphe est de mon avis, j'avoue rapidement déchanter quand Aloysius, agacé par mon comportement et celui d'Ulric, nous réprimande sèchement en nous rappelant que nous sommes ici, non pas pour une promenade dans les bois mais pour retrouver ce qui a pu tant effrayer le pauvre enfant qui est allé le trouver. J'hausse néanmoins un sourcil quand il use de cette expression du vingt-et-unième siècle, me faisant de ce fait me tourner légèrement vers Ulric, comme pour lui demander si il comprend la même chose que moi. Le ton sec du jeune homme suffit tout de même à me faire perdre mon sourire et m'excuser d'un regard qui se porte sur la neige à nos pieds. Mon silence devient le témoin des excuses que je ne prononce pourtant pas tandis qu'Aloysius rejoint l'avis de l'ours, décidant qu'il est temps pour nous de quitter le confort de nos vêtements pour celui des plumes ou de la fourrure. D'un hochement de tête, je m'accorde à eux, alors que sous nos yeux se déshabille déjà Aloysius. Étrangement gêné, je détourne une fois de plus le regard, le nez dans mon écharpe. Un raclement de gorge m'échappe, et alors que s'effeuille devant moi le jeune homme qui devient bien vite l'agile hirondelle, je cherche moi-même un endroit où déposer mes vêtements. Et alors que j'entends quelques battements d'ailes vifs, je trouve une branche assez solide pour accueillir autant mon manteau que le reste de mes vêtements. Sans un mot pour Ulric et quelque peu en retrait, dans l'espoir de ne pas me dénuder sous le regard de l'autre métamorphe, je laisse mon épais manteau glisser le long de mes épaules déjà frissonnantes, le pendant à la branche en question, avant d'abandonner tour à tour, veston, chemise, chaussures, chaussettes et pantalon. Tout se retrouve d'une façon ou d'une autre, protégé de la neige mais pas du froid qui de toute façon fera trembler mon corps à peine remis du brusque changement. Simplement vêtu de mes dessous, pieds nu dans la neige, je claque des dents alors que j'entame cette métamorphose qui force mon corps à perdre sa forme humaine pour revêtir celle du rapace. Un frisson dévale mon échine quand je ferme les yeux et rapidement, ma peau se recouvre de plumes tandis que mes ongles deviennent serres et mes lèvres bec. La transformation bien que rapide me laisse avec le coeur affolé et les ailes à peine assez puissantes pour me soulever de la neige et du sol. Vers une branche je m'envole et me pose le temps de m'ébrouer. Un léger piaillement m'échappe, son que je réserve à l'ursidé avant d'enfin m'élever à nouveau vers les cieux. Entre les branches et arbres, je me faufile, battant des ailes jusqu'à retrouver l'immensité du ciel au-dessus de mon crâne tandis que sous mes serres s'étend la forêt. En un réflexe qui tient plus de l'instinct qu'autre chose, j'entame un vol circulaire alors que se pose sur la cime des arbres mon regard perçant. Un frisson glisse sous mes plumes avant que je ne me laisse quelque peu retomber, m'amusant de cette chute que je feins, qui doit angoisser plus d'une créature qui doit penser ici-bas que l'autour que je suis se cherche une proie. Après quelques minutes à ainsi jouer dans les airs, je retrouve le couvert de la forêt, me glissant à nouveau entre branches et branchages, cherchant d'abord Ulric, autour duquel j'effectue quelques cercles avant de me mettre en chasse de l'hirondelle auprès du quel je devrais être depuis de longues minutes. D'un battement d'aile, je remonte vers les hauteurs et cherche celui qui fort de sa taille, a déjà dû se faufiler là où je ne pourrais le rattraper. Le plus silencieusement possible, je tente de le rattraper et c'est au détour d'un arbre que je trouve le frêle oiseau que d'un coup d'aile puissante, je rattrape, non sans soulever quelques cristaux de neige. Me retrouvant désormais à sa hauteur, et joueur comme je ne peux l'être que sous cette forme, je m'autorise quelques figures de voltige à ses côtés, non par pour tenter de le dépasser et de l'impressionner, mais par simple pulsion dictée par ce plaisir de retrouver cette forme animale qui m'est si chère. Un léger cri m'échappe alors que je ralentis ma course, faisant bien attention à rester derrière-lui, comme pour lui faire comprendre que je n'essaye pas de prendre sa place ou de lui prouver que je suis plus à même de prendre la tête de cette expédition, mais juste que je suis là, à veiller, de loin... Ou alors serait-ce une façon pour moi de m'excuser ? Peut-être. Un jour il me faudra peut-être lui expliquer que les taquineries et l'arrogance ne sont qu'une manifestation de la pointe de jalousie que je ressens en le voyant. Lui a ce que j'avais avant que je ne quitte mon ancienne boucle... Et si, ici j'ai aussi ma place et mon utilité, je ne peux m'empêcher que lui est plus à-même d'aider ceux qui se trouvent en ce refuge... Me donnant parfois l'impression d'être tel un coucou, un oiseau qui cherche à faire sa place dans le nid des autres oiseaux. A l’affût, je guette et écoute les bruits, les échos qui courent et chantent entre les arbres, alors que toujours derrière-lui, je me demande si un jour, je retrouverais la place qui est la mienne. Mais le temps n'est pas à ça. Au loin je crois entendre les pas de l'ours derrière-nous, tandis que devant nous, s'offre la possibilité de tomber sur la fameuse menace qui rôde peut-être au coeur de ce bois.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Dim 4 Déc - 22:47

LE GRIZZLY, L'AUTOUR ET L'HIRONDELLE

- Ulric, Thaddeus & Aloysius -


La réprimande semblait faire son effet sur le camarade d'Ulric, alors que ce dernier, bras croisés, fixait Aloysius attendant qu'il finisse son discours. Il ne s'excusait pas, du moins pas de la même manière que Thaddeus, il se contentait de hocher la tête. Oh il lui en voulait toujours de l'avoir sorti de son sommeil mais l'oiseau avait raison, il s'agissait là d'une affaire sérieuse et pour le moins inquiétante. Mais quelque chose chiffonnait l'ours, qu'entendait-il par "montrer qui a la plus grosse"? La plus grosse quoi au juste? Il employait de drôle d'expression, s'il voulait dire par là "qui a la plus grosse carrure" il était indéniable qu'il s'agisse d'Ulric. Qu'importe là n'était pas le sujet.

Il était finalement temps de revêtir une apparence animale. Thaddeus semblait gêner de voir son compère l'hirondelle se mettre à nu dans la neige, à croire que l'oiseau n'avait jamais vu d'homme nu dans sa vie. Ulric, lui, n'y prêtait pas attention et lorsqu'il se décida à se dévêtir à son tour, les deux autres avaient déjà troqué leur peau contre des plumes.
Le métamorphe laissait tomber ses vêtements un à un dans la neige, qu'importe s'ils finissaient humides par la suite. Il grelottait, s'empressait d'enlever le moindre habit qui le couvrait. Contrairement aux deux oiseaux, lui ne pouvait garder quelque chose sur lui, trop imposant sous sa forme d'ours il les aurait déchiré. Combien de fois s'était-il fait réprimandé pour avoir gâcher du tissu en se transformant? Une bonne centaine.
Ses pieds dénudés touchaient à présent la neige glacée, s'il restait une minute de plus sous sa forme humaine, il était certains qu'il y laisserait un ou deux orteils, si ce n'est le pied entier. C'est alors que la magie se mit en marche, il troqua sa peau frigorifiée pour un pelage brun foncé, un museau avait prit la place de son nez et des pattes s'étaient créées. Debout sur ses pattes arrières, Ulric retomba à quatre patte dans la neige. Qu'il était agréable d'être un ours. Il affectionnait son apparence animale plus qu'il n'aimait sa véritable forme, il se sentait plus libre, plus vivant quoi que fatigué par ce jour éternel d'hiver.

Ulric attrapa ses vêtements entre ses crocs et les nicha dans le tronc d'un arbre avant de s'accrocher à celui-ci pour l'escalader avec ses griffes, il leva son museau vers le ciel essayant de distinguer les deux oiseaux du haut de son tronc. Ayant perdu l'usage de la parole sous cette forme, il se contenta de gronder en leur direction lorsqu'il les aperçu. Toujours à l'aide de ses griffes, l'ursidé redescendit de l'arbre. Ses deux compères se trouvaient au dessus de lui, d'un coup de patte il tenta de les attraper, sans succès, ils étaient trop haut.
Trêve d'enfantillage, il n'était pas ici pour chasser les oiseaux. Son museau proche du sol, il s'était mit à la recherche d'une odeur inhabituelle, quelque chose qui pourrait laisser entendre que la créature était passée par là. L'ours ne fit plus attention à ses compères dans le ciel. Il avançait cherchant, avec la plus grande concentration, une piste qui pourrait les mener jusqu'à cette menace. Chacun avait sa propre odeur, il reconnu celle de l'enfant qui ne s'était pas dissipée, ce qui voulait dire qu'ils approcheraient bientôt de celle de l'inconnu.
Ulric se stoppa, il renifla le sol plusieurs fois, balançant sa truffe de droite à gauche. Il sentait quelque chose qu'il ne connaissait pas, cette odeur ne lui était pas familière, elle avait quelque chose d'inquiétant. Il leva sa tête d'ours vers le ciel et grogna, seule façon qu'il avait pour appeler l'hirondelle et l'autour, leur faire savoir qu'il avait une piste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Sam 10 Déc - 12:34

Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle

- Comme un air de fable de La Fontaine -

L'air est glacial, brise hivernale qui se faufile entre les plumes au moindre battement, ennemi naturel et vicieux, mais peu importe cela n'ôtait en rien les sensations délicieuses du vol, bien loin d'une marche mal-habille sur un sol glissant, au moins une choses que nous avions en commun avec Ulric, instinct et forme animale plus appréciées à défaut d'avoir des tempéraments totalement à l'opposé. J'avais tenté de dompter l'hiver éternel depuis longtemps déjà, oiseau des belles saisons chaudes et ensoleillées, image même d'un printemps qui pointait le bout de son nez, qui affrontais les flocons dangereusement. Il ne faudrait pas que j'en abuse hélas, gèle risquant de me dévorer les plumes qui ne sont malheureusement pas aussi épaisses que celles d'un harfang ou tout autre oiseau paré pour le froid. Petit et fragile, toute la contre-partie amer de la chose.

Le vrilles débutent, instinct joueur sans doute éveillé par les quelques acrobaties de l'Autour qui suit derrière, tâche sérieuse et des plus importante devenant malgré-moi terrain de jeu immense entre les branchages, tournoyant autour du rapace, figures en duo nettement plus appréciables qu'en solitaire, malgré les différences d'envergures, le tout dans de maigres trissements amusés et à peines audibles ne préférant pas alerter notre présence, raison toujours bel et bien présente malgré tout, dictant que la discrétion devait dominer, hirondelle tâche dans cet hiver, censée être partie depuis longtemps déjà et qui risquait d'alerter de par ses cris facilement reconnaissables.

Je ne peux m'empêcher de jeter un œil, peut-être un brin malicieux, à l'Autour alors que le Grizzly tente de nous attraper, sans succès, espérant que son instinct ne lui dicte pas de nous dévorer, il ne ferait qu'une bouchée de nous avec ses griffes et ses crocs s'il parvenait à nous atteindre. Mes griffes se saisissent alors de quelques flocons sur une branche, entamant ensuite un piqué en vitesse de chasse, frôlant les poils épais, qui se soulève dans le mouvement d'air, de cet être immense qu'était devenu Ulric, à moins que cette impression ne soit due qu'à ma maigre taille. La neige est déposée furtivement sur son museau en guise d'avertissement ou de maigre revanche, n'étant absolument pas prêt à servir de petit four pour l'instant -ni jamais d'ailleurs-, avant de remonter hors de sa portée, reprenant l'observation aérienne. Au fond, je m'en voulais un peu de l'avoir déconcentré dans son jeu de piste, partie de mon être qui n'avait rien de sérieux ayant dicté le geste, tendance presque naturelle et instinctive à vouloir narguer tout prédateur de façon risquée et intrépide. Bref sifflement d'excuse envers l'ursidé, seul de nous trois qui possédait un flair infaillible et permettait de suivre à distance, sans avoir besoin de contact visuel, notre avantage avec l'Autour qui se révélait être bien inutile pour l'instant.  

Puis les branches se mettent à crisser, probablement quelque chose qui joue entre les arbres, peut-être un animal qui possède le courage de quitter son nid, neige tombant alors par paquet sur le sol, accompagnée de quelques stalactites de glace, beaucoup plus dangereuses, cri d'alerte s'élevant alors, tâchant d'éviter au mieux les obstacles qui tombent, finissant par me faire emporter par un amas de neige qui chute, me retrouvant bien vite sur le sol blanc et immaculé, enfoncé dans le tapis qui recouvre le sol et venait d'amortir mon atterrissage forcé. Je ressors bien vite de mon trou en secouant les plumes pour ensuite les faire gonfler, corps d'hirondelle doublant alors de volume, non seulement contrarié, voyant venir d'ici les regards moqueurs, mais frigorifié. Un nouveau cri s'élève, voulant m'assurer que mes comparses allaient bien et ne n'étaient pas blessé à cause d'une stalactite gelée. Enfin pour le Grizzly, ce ne serait sûrement pas bien grave, pour un autour en revanche, c'était plus risqué.
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 284
❧ Yeux de verre : 71
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Lun 26 Déc - 13:38

Le Grizzly, l'Autour & l'Hirondelle
Alosyus, Ulric & Thaddeus



Je m'oublie en cet instant, et cesse de penser, de cogiter et de ressasser les souvenirs, les angoisses et les questions qui pouvaient jusque-là me troubler. Tout en ce moment d'allégresse disparait et ne devient que de vagues pensées que je chasse d'un battement d'aile ou d'une pirouette que j'effectue en compagnie de l'hirondelle avec laquelle je voltige et m'oublie. Les secondes passent alors que nous nous enfonçons dans les bois, à la recherche de ce mal auquel je ne prête plus la moindre de mes attentions. Insouciant et inconscient, je me fous de tout et ne pense plus qu'au plaisir de voler librement et de taquiner du bout des ailes, autant le danger, que les griffes immenses de l'ours, qui sûrement contrarié de se retrouver seul, la truffe dans la neige, tente de ses grosses pattes de nous attraper. Vaguement taquin, et tout aussi joueur que l'autre gardien, je viens voleter entre ses pattes, et autour de sa tête, cherchant vaguement à agacer l'ursidé qui peut se faire grincheux quand pas d'humeur à ainsi être embêté par deux Syndrigastis taquins. Non, peut-être n'appréciera-t-il pas, mais en cet instant, ça n'a aucune importance. Tout ce qui compte, c'est ça, ce moment de détente et de jeux, qui repousse au loin le moment où nous devrons faire face à une menace à laquelle je ne veux pas penser. Un léger piaillement m'échappe, et d'un battement d'aile, je glisse loin de la fourrure de l'ours, préférant ne pas tenter plus longtemps ma chance et m'éloigner pour retrouver la relative sécurité des arbres et de leurs branches. Je me pose sur l'une d'entre elle et observe mes deux compagnons avant de me secouer pour tenter de faire disparaître le frisson qui court sur ma peau et fait se hérisser mes plumes.

Puis un bruit vient. Un mouvement discret, fluide et rapide qui me prend au dépourvu. Un quelque chose qui se glisse entre les branches et qui les dérange, soulevant sur son passage givre, neige et aiguilles. Un courant d'air, presque frais, qui me fait m'envoler et retomber sur la pauvre hirondelle un bon paquet de poudreuse qui l'écrase à moitié au sol. Inquiet, je me pose sur une branche plus basse avant de me pencher vers lui, ayant un léger cri qui trouve écho au sien quand il nous rassure, pointant le bout de son bec hors de la neige. Si j'étais humain, j'aurais eu un soupir de soulagement mais à la place, j'enfonce simplement un peu plus mes serres dans le bois humide de la branche où je me trouve, ignorant encore les stalactites de glace qui bien rapidement chutent vers moi. Car si les premières, j'ai évité en simplement voletant plus loin, d'autres se décrochent en ce instant, et si une frôle mon aile et m'arrache un cri de surprise, voilà que je me retrouve à devoir esquiver les suivantes qui ne rêvent que de se planter dans ma chair. Affolé, et paniqué, je commence voler au loin, essayant d'éviter les pics de glace qui chutent. J'en évite un premier, puis un second tandis que s'emballe dans ma frêle cage thoracique mon coeur de rapace. La peur me fait être maladroit et empressé, et c'est peut-être à cause de ça, que je finis à mon tour par prendre une décision peut-être un poil précipité et qui me semble être le genre de bonne idée que je finirais par regretter, mais tant pis. Sous les pattes et surtout sous le vendre de l'immense ours, je viens chercher refuge, atterrissant sous lui sans la moindre grâce et en soulevant un peu de neige quand je touche enfin le sol. Sous la silhouette imposante de l'ours, je trouve refuge et m'autorise à reprendre mon souffle, espérant simplement qu'Ulric ne se décide pas à tenter de me croquer au passage.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Mar 27 Déc - 22:24

LE GRIZZLY, L'AUTOUR ET L'HIRONDELLE

- Ulric, Thaddeus & Aloysius -


Les oiseaux virevoltaient dans les airs, ils s'amusaient, semblaient apprécier leur liberté. A les voir comme cela, Ulric sentait une pointe de jalousie monter en lui, il aurait aimé avoir des ailes pour planer au dessus des arbres, pouvoir fuir au loin. Non pas qu'il n'aimait pas sa forme d'ursidé, il pourrait rester ainsi jusqu'à son dernier souffle mais les voir ainsi s'amuser dans les airs alors que lui était cloué au sol lui donnait simplement envie de pouvoir faire de même. A force de les observer, il s'était écarté de sa mission. Assis dans la neige froide, il posa ses pattes sur son visage animal comme pour se ressaisir puis il se remit à la traque. Une odeur qui se faisait plus subtile au fur et à mesure, il jetait quelques regards vers le ciel et grognait. L'autour et l'hirondelle jouissaient de leur liberté, un peu trop peut-être, ils semblaient oublier ce qu'ils étaient venus faire dans cette forêt. Le seul à se concentrer, ou du moins essayer, était Ulric, lorsqu'il n'avait pas les deux volatiles entre les pattes. A cet instant, il aurait remué ciel et terre pour en faire son casse-croûte, mais non, il ne pouvait les manger, ce n'était pas une sage décision, il se contentait de montrer ses crocs lorsque l'un d'eux s'approchait trop près de lui.

Alerté par un bruit, la tête de l'ours se releva rapidement, observant l'hirondelle tombée dans la neige, il s'approcha d'elle. Son regard passait du sol au ciel régulièrement, des stalactites, sortis de nulles part, tombaient droits sur eux. L'une d'elle tomba horizontalement sur sa tête, Ulric grogna et se frotta le crâne de sa patte. La première salve de stalactites passée, il se disait qu'une seconde pourrait arriver rapidement. Il gronda pour assurer à ses compagnons qu'il allait bien et s'empressa d'attraper l'hirondelle d'une de ses pattes, il tenait l'animal et s'éloignait de l'endroit où ils s'étaient fait attaqué par des morceaux de glaces aiguisés. Bientôt, il fut rejoint par l'autour qui se glissa sous sa fourrure. Ursidé protecteur d'oiseaux en tout genre. Voici une pancarte qu'il aurait fallut accrocher autour du cou de l'ours. N'avions-nous pas affaire à une situation pour le moins comique? Un prédateur protégeant ses proies.

Les yeux rivés sur le ciel, il semblait qu'ils étaient désormais hors de danger. Mais avant de les laisser s'envoler à nouveau, Ulric était bien décidé à les taquiner comme ils l'avaient fait auparavant, pour se venger un peu  il allait les effrayer. Aussitôt l'ursidé mima une expression inquiétante, une expression d'ours affamé, en regardant l'hirondelle et l'autour, il sorti ses crocs et grogna à pleins poumons, espérons que les oiseaux ne soient pas cardiaques sinon on pouvait leur dire adieu. Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, il n'allait pas les croquer, bien au contraire, pour leur faire comprendre que cela n'était qu'une vulgaire blague, il lécha leur plumage avant de les laisser s'envoler à nouveau vers les nuages. L'ours laissa échapper ce qui pouvait s'apparenter à un rire avant de se remettre sur ses quatre pattes, truffe dans le sol. Trêves d’enfantillage, ils avaient un monstre à chasser et des enfants à protéger.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Jeu 29 Déc - 20:13

Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle

- Comme un air de fable de La Fontaine -

La glace tombe et mes yeux ne font que fixer l'Autour qui tente d'éviter les pics dangereux, silencieux dans une concentration qui pourrait être comparé à la mâchoire qui se crispe, crainte qu'une stalactite ne l'emporte et ne blesse son aile en plein vol. Je préfère d'ailleurs ne pas bouger pour l'instant, pattes enfoncées dans la poudreuse gelée et qui me fait frissonner. Le froid me mord, sentant sa caresse sous mes plumes humides. Je ne pourrais plus rester dehors bien longtemps, pas sous cette forme, pas dans ce froid. Peut-être que nous aurions du être plus prudent, écouter les grondements de l'ursidé qui tentais de calmer nos instincts joueurs, nous comportant comme deux oisillons qui n'avaient plus volés en groupe depuis longtemps.

Pas le temps de méditer d'avantage que je me retrouve emporté par la patte énorme du Grizzly, me mettant à rêver de son pelage chaud et de ses poils semblables à une couverture. L'image que donnait Ulric en cet instant devait être assez extraordinaire, imaginant d'ici le regard hagard d'un promeneur en direction de l'ours qui gardait précieusement deux oiseaux. J'en venais presque à regretter le manque de présence dans ces lieux pour voir ça.

Je finis par rapidement déchanter face aux crocs acérés qui ne feraient qu'une bouchée de mon être, capables de me broyer les os comme une simple brindille. Déjà pour un corps humain, le Grizzly était une menace alors pour deux volatiles, nous étions le casse-croûte parfait livré sur un plateau d'argent. Mes ailes s'agitent, tentent de s'extirper de son emprise, cris d'alerte, semblable à celui poussé en cas d'arrivée de prédateur, visant à lui faire reprendre ses esprits, persuadé que son instinct primal venait de prendre le dessus, probablement causé par l'impact de la stalactite sur son crâne. Je voyais déjà la fin alors que la gueule approchait dangereusement, mort idiote que de se faire gober par un ours qui n'en était pas vraiment un, brève pensée pour Lavinia alors que je ferme les yeux, ne songeant même pas à reprendre forme humaine pour me dégager de son emprise, minuscule coeur battant à tout rompre dans ma poitrine.

Humidité peu ragoûtante. Voilà tout. Ouvrant à nouveau les yeux sur un ours visiblement fier de sa vengeance et de sa mise en garde. Bref trissement mécontent qui s'apparenterait à une grimace alors que je tends les ailes pour constater l'étendue de la bave laissée par l'ursidé, plumes encore un peu plus alourdies. Par mesure de précaution, je préfère m'envoler sur le haut d'une branche, vol plus ralentit par l'humidité, prenant soin de me mettre hors de portée du prédateur, jetant un œil à l'Autour qui venait de probablement avoir une frayeur identique. Les plumes se gonflent de mécontentement, air boudeur en direction du mammifère alors que j'espère sécher rapidement. Une partie de mon instinct me dicte que remettre le couvert de le tourmenter à nouveau serait une bonne chose, alors que la logique humaine tentait de rationaliser. Avec tout ça, nous en avions oublié cette fameuse menace et à part un ours farceur, il n'y avait pour l'instant pas grand chose à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 284
❧ Yeux de verre : 71
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Ven 30 Déc - 20:44

Le Grizzly, l'Autour & l'Hirondelle
Alosyus, Ulric & Thaddeus



J'enfonce mes serres dans la poudreuse et bats des ailes presque frénétiquement, soulevant au passage quelques cristaux de neige qui s'envolent et dansent tout autour de moi avant de retomber avec grâce, se fondant à nouveau dans la masse comme si jamais je n'étais venu les déranger. Tout redevient uniforme et semble ignorer l'agitation de l'être vivant et apeuré que je suis, alors que mes deux compagnons restent vaguement impassibles, l'hirondelle visiblement bien trop occupée à craindre pour sa propre vie et l'ours lui, le nez en l'air et les pattes non loin de nos frêles silhouettes, semble s'accommoder de ce nouveau rôle de protecteur des petites créatures qui pourraient pourtant aisément lui servir de casse-croûte. Je me secoue, piaille et lève ensuite le bout du bec vers le ciel, cherchant dans le silence qui nous entoure, une caresse rassurante, ou du moins un signe, qui pourrait nous faire sortir de notre cachette de poils et nous inviter à poursuivre notre quête. Je soupire, m'ébroue une fois de plus et en voyant l'ursidé remuer, je suis tenté de m'envoler avant d'être rapidement coupé dans mon élan par un coup de langue qui en plus de me surprendre, me fait à moitié chanceler dans la neige. Rendu gluant et collant par la salive épaisse de l'ours, je me retrouve à écarter les ailes et contempler avec dégoût mon plumage, qui si il y a quelques secondes était majestueux ou tout du moins des plus noble à contempler, semble désormais miteux et poisseux. Je tente de me débarrasser de cette bave en me roulant dans la neige, comprenant que notre cher Ulric ne cherchait pas à goûter ce qu'il allait croquer mais juste à s'amuser de notre fragilité qui nous a poussé à venir s'abriter sous ses épaisses pattes. À nouveau et sous sa truffe, je soulève un peu de neige avant de me relever, sautillant quelque peu avant de m'envoler, non par vers une branche comme Aloysius le fait, mais vers la tête du grizzly. Bien décidé à me venger, je me pose sur le sommet de son crâne et enfonce à peine mes serres dans sa fourrure épaisse, ne voulant tout de même pas le blesser. Sans hésiter, ou attendre, je me penche et referme mon bec sur le bout de son oreille droite, la pinçant très légèrement avant de tirer dessus en geste joueur. Je sais que l'heure n'est pas à ce genres de chamailleries mais j'ai ce défaut, cette petite imperfection parmi tant d'autres qui me fait entrer dans ce jeu puéril et me pousse ainsi à l'agacer gentiment, allant jusqu'à descendre jusque dans son cou, par prévention. Là j'attrape ses poils et tire légèrement dessus, entre deux piaillements fugaces.

Et ainsi, je me joue de lui, devant le partenaire de jeu que l'on ne voudrait pas avoir, celui qui ne sait pas quand s'arrêter et qui souvent perd de vue ce qui était important. La mission devient secondaire, la menace avec. Je suis trop occupé à voleter autour de l'ours, à chantonner à ma manière pour lui, tout en faisant le beau comme le rapace persuadé de ne rien craindre en cet instant, et encore moins un coup de patte qui pourrait s'abattre sur moi et définitivement me clouer au sol.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Mer 4 Jan - 12:32

LE GRIZZLY, L'AUTOUR ET L'HIRONDELLE

- Ulric, Thaddeus & Aloysius -


Et l'ours riait. Il en fallait beaucoup pour qu'un son semblable au rire sorte de la gueule de l'animal, ce n'était pas chose courante, Ulric était plutôt du genre grincheux que joyeux. Mais cette fois il avait prit sa revanche et voir ses compagnons frôler la crise cardiaque était assez comique. Avec le temps, ils n'avaient toujours pas retenu qu'Ulric était un ours inoffensif, enfin la plupart du temps. Cela n'avait pas l'air d'avoir plu au plus gros. Alors qu'Aloysius restait à l'écart, Thaddeus, lui, se posait sur le crâne d'Ulric et commençait à se venger. Ce n'était pas bien méchant, rien que de la taquinerie. Et s'il croyait que l'ours allait laisser passer cela, il pouvait se mettre le bec dans l'oeil.

Debout sur ses deux pattes arrière, l'ursidé asseyait d'atteindre la bête volante sur sa tête avec ses pattes avant. Il les balançait d'avant en arrière, mais comme cela ne semblait pas fonctionner pour le faire partir. Il se laissa tomber sur le côté dans la neige froide, le pelage trempé à cause de celle-ci, et roula encore et encore jusqu'à ce que le rapace lâche prise. Mission accomplie cependant ce dernier semblait ne pas en avoir fini avec son jeu, il s'était mit à voleter autour d'Ulric. Il faisait le beau ainsi, cela ressemblait un peu à une parade nuptiale, dommage pour Thaddeus, l'ours n'était pas intéressé par les volatiles. Cela commençait à devenir agaçant, il avait l'impression d'avoir une mouche qui tournait autour de lui. Alors d'un coup de patte, il le stoppa net. Le rapace sur le sol enneigé n'avait pas l'air blessé, l'ours au dessus de lui montrait ses crocs. Les deux joueurs n'avaient plus l'air de faire attention à Aloysius qui sans doute n'allait pas tarder à intervenir. Mais en attendant, Ulric, qui ne voulait en aucun cas blesser le pauvre autour, ne trouvait d'autre idée de vengeance que de lécher ses plumes pour qu'il devienne encore plus collant. Tiens, il se demandait si, lorsque Thaddeus redeviendrait humain, il serait aussi poisseux qu'il ne l'était maintenant. Il jubilait d'avance.

A force de passer sa langue sur les plumes de son compagnons, l'ours commençait à se demander s'il ne pouvait pas y goûter un tout petit bout… Non, non, non. Ulric devait se ressaisir, il n'était pas sauvage, il ne croquerait personne, pas même pour connaître le goût d'un autour. Avant que le jeu ne tourne mal, il recula et se contenta de jeter de la neige sur l'oiseau avec ses pattes. Puis il en envoya dans les airs, espérant que cela touche Aloysius. Dire qu'ils étaient censé protéger la boucle et qu'au lieu de ça, ils étaient en train de jouer comme de grands gamins dans la neige, au moins, Ulric ne se plaignait pas et c'était quelque chose d'assez rare.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Lun 9 Jan - 0:06

Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle

- Comme un air de fable de La Fontaine -

Je secoue mes plumes comme je le peux et à plusieurs reprises, tâchant également de faire partir au mieux les restes de liquide, pour le moins visqueux, qui s'est infiltré entre mes rémiges, du bout de mon bec. Je ne rêve que d'un bain, d'une eau chaude et propre, loin de toute notre agitation qui prend une tournure pour le moins... gluante. Je me sens sale, fierté balayée en moins d'une seconde par Ulric. Le Grizzly ne paie rien pour attendre, imaginant déjà des réveils plus horribles les uns que les autres, ne rêvant que de m'installer fièrement en haut d'une poutre de sa chambre et de produire toute sorte de grincements insupportables, le bec en l'air, de lui lancer un linge dégoulinant d'eau glacée avant de m'envoler en vitesse. Les stratégies s'enchainent encore et encore tandis que je tente de me contenir au mieux, ce qui ne semble visiblement pas être le cas de Thaddeus, qui ne préfère pas méditer, mais agir.

Je les observe un instant, me renfrognant légèrement alors que la langue de l'ours se pose un peu plus sur les plumes du pauvre Autour. J'en riait, léger trissements s'élevant dans les airs avant que la neige ne m'atteigne en partie, manquant de me déséquilibrer. Ce fut trop, hirondelle prenant le dessus sur le reste, définitivement emporté dans un élan provocateur et instinctif, prêt à rendre paranoïaque le moindre prédateur en se jouant de lui. Le reste n'existe plus, oubliant définitivement la raison de notre présence, de toute manière, au vu du tintamarre, si menace il y avait, nous étions repérés.

Tout commence par un vol provocateur, minuscule oiseau agaçant qui lui tourne autour comme un insecte dans sa vitesse de chasse, effleurant son museau à plusieurs reprises, furtif, tâchant de faire détourner son attention de l'autour histoire de lui accorder quelques secondes de répits. Oh j'aurai pu utiliser la méthode forte, sauter sur son dos tout en reprenant forme humaine, de quoi lui faire tirer une sacrée tête, mais ce serait terriblement inconvenable, sans parler du fait que je voulais encore profiter de mon agilité, de mes ailes. Je finis par m'éloigner pour jouer avec les arbres, gardant mes distances avec l'ursidé tout en restant au dessus de lui, pattes s'agrippant aux branches les plus fines pour en secouer les épines, laissant leur neige tomber sur l'ours, restant inatteignable. Je le nargue en étirant mes plumes d'un bleu nocturne, je chante haut et fort, fier comme un paon, lui hurlant presque de m'attraper et me saisir entre ses pattes alors que la neige tombe encore et encore dans son pelage.

J'appelle l'Autour, propose une alliance d'un regard espiègle, à deux nous serions certainement plus à même pour faire tourner l'ours en bourrique. Je quitte ma branche pour entamer une course, narguant une dernière fois Ulric avant de filer droit devant lui entre les arbres, battements d'ailes à un bon mètre du sol seulement, de premier abord facile à atteindre, mais prêt à glisser encore plus vite dans le vent frais pour rester inaccessible, doutant qu'il puisse frôler la centaine de kilomètre-heure qui pouvait nous emporter Thaddeus et moi.  
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 284
❧ Yeux de verre : 71
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Ven 3 Fév - 12:08

Le Grizzly, l'Autour & l'Hirondelle
Alosyus, Ulric & Thaddeus



Le danger semble si loin, à nous voir ainsi à jouer au milieu des arbres et de la neige, à ne nous soucier de rien, à part de nous-même. Dans un élan presque égoïste, voilà que les gardiens du refuge, au lieu d'enquêter sur cette mystérieuse présence qui roderait éventuellement dans les bois du domaine, sont là, soit à se chamailler comme le feraient deux enfants sous l'oeil avisé de leur mère, soit effectivement perché dans une branche, à devoir surveiller l'autour et l'ursidé qui ont décidés d'avoir à nouveau dix ans, et qui entre deux coups de becs et de pattes, en viennent à se rouler dans la neige, puis à se tourner autour, mimant avec ridicule un semblant de parade nuptiale, qui si elle m'amuse, semble gentiment agacer Ulric, qui finit d'un coup de patte plutôt vif, par me clouer au sol dans la poudreuse.

Quelque peu sonné, car non préparé à ainsi me faire cueillir en plein vol, je reste sur le dos et les ailes encore un peu écartées, à observer l'animal qui vers moi s'approche et profite alors de ma vulnérabilité passagère pour passer sa langue râpeuse dans mon plumages. Un piaillement offusqué m'échappe tandis qu'Ulric s'amuse à couvrir de sa bave poisseuse mes plumes, et si jusque-là, je n'avais osé bougé en voyant ses crocs se dévoiler d'entre ses babines retroussées, me voilà désormais assez courageux pour gigoter et faiblement remuer les ailes, en vain. Car… Que pourrais-je réellement faire pour le dissuader d'arrêter ? Peu de choses. L'ours a en ce moment tout pouvoir sur moi, et si il reste amical et se contente simplement de recouvrir mon plumage d'une épaisse couche de bave, je devrais m'estimer chanceux qu'il n'essaye pas de découvrir si j'ai bon goût ou non… Légèrement étourdis par cette pensée, je la chasse au loin, me disant que pour l'instant, je ferais mieux d'oublier les crocs et cette gueule immense qui pourrait m'avaler, et me rassurer en me disant que mon bon ami ne va pas céder à une pulsion animale et décider que Thaddeus ne soit au final qu'un casse-croûte de plus. Le coeur affolé et en vérité de moins en moins rassuré, je me retrouve à devoir lui faire confiance et à espérer que je ne vis pas en ces instants mes derniers moments en ce monde, là où lui dérange, ébouriffe et poisse mes plumes.

Et heureusement, après ce qui me semble être une éternité, l'ours décide qu'il en est assez et se recule, me laissant alors seul un instant avant de venir me recouvrir d'un peu de neige. Surpris, j'émets un petit son apeuré et surement ridicule tandis que mes deux compères m'oublient un peu, Ulric décidant que c'est l'hirondelle avec qui il désire s'amuser… Et si celle-ci répond à ses avances, moi je me tente de m'extraire de la poudreuse et de me remettre sur mes pattes. Non sans batailler, je me secoue plus d'une fois, les ailes grandes ouvertes et froissées. Agacé, je passe mon bec dans mes plumes que je tente de lisser afin de faire retrouver à mon plumage un semblant de dignité, tandis que les deux s'amusent sans moi.

Au fil des minutes, je tente de discipliner le chaos baveux qu'est désormais mon être, ne levant la tête vers mon compère l'hirondelle qu'au moment où il se décide à m'appeler, m'invitant une fois de plus à entrer dans la danse et ainsi oublier le danger qui devrait pourtant ne pas tarder à lui même faire son entrée dans cet instant d'oubli et d'allégresse que nous partageons. Peu sûr de moi, j'enfonce tout d'abord mes serres dans la neige avant de battre des ailes, encore incertain de ne pas être handicapé par la bave épaisse de l'ours. Du bout des ailes, je soulève un peu de neige, puis m'élève, entamant un vol incertain et quelque peu maladroit jusqu'à une haute branche, décidant de prendre un peu distance avec tout ça. Désormais en sécurité, je pousse un cri à l'attention de l'ours, cherchant sûrement à lui faire comprendre que lorsqu'humain je redeviendrais, il devra s'attendre à une vengeance personnelle qui viendra le moment venu. Un tremblement fait se secouer mon plumage encore humide et débarrassé de l'envie de jouer, j'observe désormais les alentours, guettant la moindre piste qui pourrait nous mener jusqu'à ce fameux danger. Et enfin, quelque chose attire mon regard. Un mouvement, discret, éphémère, qui se faufile hors de jonc hampe de vision, réveillant alors mes instincts les plus primaires. Sans hésiter ne serait-ce qu'une seconde, je prends mon envol et m'élève dans les cieux, disparaissant dans la cime des arbres, partant alors en chasse sans prévenir les deux, qui au sol, jouent encore. De longues minutes, ainsi, je traque ma proie, ne fondant sur elle qu'au bout d'un moment et sans prévenir, l'attrapant alors dans mes serres pour fièrement venir la présenter ensuite à l'ours et l'hirondelle. La poitrine gonflée, je me pose devant eux, le bec levé vers le ciel et entre celui-ci, la queue du mulot qui se débat furieusement pour sa vie.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   Ven 24 Fév - 22:44

LE GRIZZLY, L'AUTOUR ET L'HIRONDELLE

- Ulric, Thaddeus & Aloysius -

A l'état humain, après cette bonne partie de jeu d'enfant, tout ne serait que vengeance réciproque entre les trois compères. Chacun semblait vouloir gagner, avoir le dernier mot et lorsqu'ils n'auront que la peau sur les os, ils continueront d'une façon plus espiègle, mais entre nous Ulric finira par gagner non pas sans sacrifier quelques heures de son précieux sommeil d'ursidé. Comme on dit, on ne déplume pas des oiseaux sans réveiller un ours, ou serait-ce plutôt on ne fait pas d'omelette sans casser quelques oeufs. C'était une petite guerre amicale et animale, comme si les plumes et la fourrure les faisaient retomber en enfant, cela faisait longtemps qu'Ulric n'avait pas prit autant de plaisir à rester les pattes dans la neige. Qui aurait cru qu'un ours puisse apprécier deux bêtes à bec autrement que dans son assiette.

Fier d'avoir atteint l'autour et l'hirondelle avec de la neige, l'ours se mit assit dans un grand fracas, son arrière-train contre le tapis de flocon, le museau vers Aloysius, il bailla comme pour le provoquer, attendant qu'il réagisse à cet affront qu'il venait de lui faire. Cela fut assez rapide, l'hirondelle tournait et re-tournait passant sous le nez du suédois à fourrure, cela n'eut d'autres conséquences que de le faire éternuer, plusieurs fois de suite. Il chassa l'oiseau de ses pattes avant mais resta assis tout du long, il bailla bruyamment lorsque ce dernier se posa sur une branche jusqu'à ce qu'un amas de neige lui tombe dans la bouche, sur le pelage, formant plus un ours des neiges qu'un grizzli au poil sombre.

Vengeance, cher Aloysius, les oiseaux peuvent voler jusqu'à de hautes branches mais il semblait oublier qu'un ours, lui, pouvait aussi grimper aux arbres. Et c'est bien évidement ce que s'empressa de faire Ulric mais à mi-hauteur il abandonna, jugeant que c'était trop d'effort pour une bête n'ayant que la peau sur les os. Cela ne l'empêcha pas de courir après l'oiseau qui reprit son envol et de grogner si fort qu'au printemps tout les oiseaux seraient sortis des arbres en hurlant pour leur survie. Il s'arrêta rapidement admirant l'autour qui venait de faire son grand retour, dans le bec, une bestiole qui gesticulait. Ulric avait beau être un ours, il n'était pas complètement un animal cruel, il donna un léger coups sur son bec de façon à libérer le rongeur. A quoi cela servait de tuer un petit être alors que ce soir au repas, nous aurions tout ce qu'il nous fallait. L’instinct animal plus prononcer chez l'autour sans doute.

Ulric s'était lassé d'essayer d'emprisonner les volatiles entre ses pattes, lassé de tenter de les ensevelir sous une couche de neige, car il le savait bien, ses compagnons avaient un avantage que lui n'aurait jamais. A la place, il se mit à courir à travers la forêt sans crier garde, sans but précis, hormis pour voir si ses deux amis à plumes allaient le rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Le Grizzly, l'Autour et l'Hirondelle » ❧ Ft. Ulric & Thaddeus
» Petite excarpate [PV: Vague Hirondelle et Cannabis]
» Regarde autour de toi, les arbres sont en fleurs
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp
» Amitié authentique [PV Nuage d'Hirondelle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-