AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Bear Trap – Ulrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Bear Trap – Ulrich    Lun 5 Déc - 14:55



Cela faisait quelques semaines qu’elle vivait dans cette boucle du 19 décembre 1873. Elle ne l’aurait pas cru si on ne lui avait pas montré. Il y avait tellement de capacités, tellement de dons extraordinaires que la jeune femme se demandait encore l’étendue du sien. Une part de son caractère était également blessée car elle aurait voulu être plus spéciale que cela.  Elle voulait toujours monopoliser l’attention, se faire marquer était son mode de vie. Ses traits virginaux se métamorphosèrent légèrement à la vue d’un inconnu qui lui faisait signe. Par habitude, elle  calqua sur son visage ce sourire de façade doux mais effacé qu’elle se collait sur la face pour paraître humble. Comme prévu, l’homme s’arrêta à sa hauteur et la contempla avec une affection non feinte dans les yeux. Katsyarina se demandait fréquemment en observant les autres à quoi l’affection ressemblerait dans ses yeux. Elle n’aimait que les enfants, se montrant attentionnée avec eux comme une mère. Avec les adultes, ça n’était pas pareil. Elle se sentait déjà si lasse et si froide quand il l’aborda.

« Mlle Sokolov, c’est bien vous ! Je n’en reviens pas ! » Au moins lui paraissait heureux de la voir. C’était difficile de faire comme si on s’intéressait à des inconnus qui l’adulaient pour sa beauté ou pour sa voix. Aucun ne la connaissait et d’ailleurs aucun ne voulait. Ils étaient tous les mêmes désirant s’octroyer un morceau de la gloire de leur idole. S’il savait toute la bille et le venin qu’elle pensait en les observant se pavaner ainsi. Elle prit sa voix la plus douce, celle qu’elle utilisait pour amadouer les gens, et répondit avec une amabilité et une humilité parfaitement fabriquées. « Enchanté de faire votre connaissance. » Elle sourit lui tendant une main sans hâte. L’homme s’empressa de lui faire le baisemain. Ses yeux glacés le contemplaient toujours avec un certain ennui. Il reprit la parole galvanisé par sa propre stupidité. « Pourrions-nous aller prendre un café pour discuter ? J’ai toujours rêvé de m’entretenir avec vous. » L’avantage d’avoir presque 17 ans d’expérience dans l’art de plaire, c’est que l’on savait aussi éconduire les jeunes hommes sans qu’ils n’en prennent ombrage. Elle se drapa dans une attitude un peu plus souveraine et répondit toujours ce sourire faux aux lèvres. « Je crains que cela ne soit pas possible. J’ai malheureusement plus d’une obligation à remplir. Je puis vous signer un autographe si vous le désirez. »  Tous les mots avaient été dits avec calme et fermeté. Il n’y avait pas besoin de s’énerver ou de se montrer sec.  L’homme la regardait sans comprendre. Il paraissait ne pas vouloir entendre ce qu’elle disait. Il semblait tellement hébété. « Monsieur, vous allez bien ? » s’enquit-elle presque professionnellement comme un médecin qui tente de poser un diagnostic. La figure de l’homme grandit et son corps se déforma. Il ressemblait maintenant à une version plus grande de lui-même et plus violente. « Vous restez avec moi » lui commanda-t-il en attrapant sa main pour la tirer. Elle commença à se débattre mais la poigne de cet homme était simple trop oppressante. « Lâchez-moi » cracha-t-elle alors qu’elle le griffait comme elle pouvait et qu’elle tentait sans succès de le faire lâcher prise avec des coups de pieds.

Bien qu’elle tente d’être le plus agressif et le plus violent possible, il semblait ne pas s’en soucier. Un pelage se forma bientôt sur sa peau. Un métamorphe se trouvait devant elle. La peur commençait légèrement à l’envahir. Si seulement, elle avait pu réussir à contrôler parfaitement son don. Malheureusement, la vie n’était pas toujours ni charmante ni juste. Elle lâcha un soupire de désespoir et se tourna vers la première personne qu’elle croisa. « Aidez-moi » implora-t-elle avec une attitude moins feinte sur le moment. « S’il vous plaît ». Elle regardait partout mais aucune main secourable ne s’était encore tendue. La panique commençait à refluer à mesure que la main de l’agresseur l’entraînait dieu seul savait où et qu’elle dérapait sur le sol enneigé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bear Trap – Ulrich    Mar 6 Déc - 0:18

Bear Trap

- Katsyarina & Ulric -


Edimbourg était une ville pleine de charme, même l'hiver éternel de 1873 n'arrivait à la rendre monotone, il y avait toujours un petit quelque chose qui échappait à l'oeil habitué aux mêmes mouvements des villageois. Ulric se plaisait à y faire un tour de temps à autre, juste pour la beauté de ce tableau vivant. Mais la présence d'être humain le rendait mal à l'aise, non pas qu'il les ai en horreur, bien au contraire il était tout à fait d'accord pour dire qu'ils n'étaient pas tous mauvais, mais il préférait la solitude ou la rare compagnie d'un ami syndrigastis. Il avait d'autant plus l'impression que tout les regards se tournaient vers lui, ce n'était pas simple d'être étranger à cette terre, cela devait se lire sur son visage qu'il était suédois.

A cette heure-ci de la journée, il n'y avait que peu de personne à l'extérieure, les même habitants vaguaient à leur occupations, une routine qui n'en finirait jamais sauf qu'ils ne s'en souviendraient jamais. Pourtant quelque chose semblait avoir changé dans ce décors figé, et pour cause, au loin il reconnu une silhouette familière, une femme de la boucle, une syndrigastis. Oui, Ulric reconnu un visage qu'il avait croisé au manoir plus d'une fois au cours de la semaine. Son nom ? Il l'avait déjà oublié et cela n'était pas très important, d'autant plus qu'elle semblait en mauvaise posture. Un homme se faisait pressant à son égard, il ne semblait pas être un villageois, s'il s'agissait d'un syndrigastis, Ulric n'avait pas encore eu l'honneur de le rencontrer.  L'ours ne mit que peu de temps à comprendre qu'elle avait besoin d'autre, et personne ne bougeait comme si voir un homme agresser une femme était un acte normal.

Alors qu'il cherchait un endroit où se transformer pour ne pas attirer l'attention, la syndrigastis avait disparu avec son agresseur. Ulric s'empressa de se mettre à l'abris derrière une maison, au diable les habits qu'il avait mit, il n'avait le temps de les enlever, sans doute Miss Pica le réprimanderait mais la sécurité d'une dame était en jeu. Sa peau se changea en fourrure, les habits commençaient à craquer sous la carrure du grizzli qui prenait forme. Les vêtements en lambeaux pendaient sur son corps animal. La bête avait l'air ridicule à porter ainsi des habits déchirés et inconfortables.
Il s’empressa de courir à quatre pattes à travers la rue principale, les regards subjugués se tournaient vers lui, il semblait que les villageois n'avaient jamais vu un grizzli de leur vie. C'est dans une ruelle vide qu'il trouva l'agresseur. Ulric ne prit pas la peine de réfléchir, il bondit entre les deux et de ses pattes, fit tomber l'homme à terre. Son visage proche du sien, il grognait, montrant ses crocs pour intimider l'humain. Pas si humain que ça finalement, l'agresseur était un syndrigastis. Comment un de leur semblable pouvait faire cela ?
Celui-ci semblait même être un métamorphe, un pelage clair prit le dessus sur sa peau blanche et bientôt un visage de chien se dessina. Pas n'importe lequel, un coyote. Tout les deux montraient leur crocs. Plus gros que le canidé, Ulric l'emprisonnait de ses pattes, cela n'empêcha pas le coyote de mordre la patte de l'ursidé. Des coups de crocs et griffes volaient dans tous les sens, blessant l'un et l'autre à la fois, ce n'est que lorsque gémit à la morsure répétée du syndrigastis qu'il le libéra. Ce dernier n'attaqua plus, il prit au contraire ses pattes à son cou et s'enfuit en courant.
Ulric se tourna et avança sur trois pattes vers la femme, il boitait, du sang coulait sur son pelage mais il avait sauvé la syndrigastis, c'est tout ce qui importait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bear Trap – Ulrich    Jeu 29 Déc - 9:59


La vision d’un ours qui s’élance à toute vitesse vers soi avait quelque chose de terrifiant et de fascinant. Bien évidemment dans la confusion dans laquelle se trouvait la jeune femme, elle n’avait pas eu le temps de réfléchir et de construire cette pensée plus en avant. La surprise se lut sur son visage quand l’animal décida de lui venir en aide en s’occupant de l’importun qui désirait prendre un café avec elle. A bien y penser, la situation pouvait sembler de prime abord rocambolesque si on avait tenté de la raconter à un inconnu. Peut-être aurait-il tenté de vous faire enfermer devant les folies que vous profériez.

Katsyarina, elle-même, avait manqué de tourner de l’œil devant cette scène complètement surréaliste. Cela ne faisait pas bien longtemps qu’elle se trouvait dans cette boucle. Elle n’était pas habituée à tout ce remue-ménage. L’ours à côté d’elle lui semblait impressionnant. Brun et massif, ça n’avait rien à voir avec les clichés qu’elle avait vues ou encore les animaux dans les zoos. Il se déplaçait avec souplesse malgré sa grande taille et ces crocs qui lacéraient la chair ennemie…Bon dieu que ça pouvait être impressionnant. Elle se fit la réflexion qu’elle n’aurait pas aimé se retrouver aux prises avec un tel monstre. Monstre ou pas, il l’avait sauvé. Elle ne savait pas bien ce qu’elle devait en penser. Allait-il se retourner vers elle pour l’agresser et en finir ?  Confuse, elle se recroquevilla un peu sur elle-même tentant de conserver un air digne. Lentement et prudemment, la femme se redressa. Elle voyait que la bête semblait boiter. Ne lisant pas d’agressivité particulière, la diva s’approcha de lui. Pas certaine de ce qu’elle devait faire de prime abord, elle glissa finalement une main sur la tête de l’animal pour la caresser avec douceur. Le poil était légèrement plus dru qu’elle ne l’aurait pensé mais ça restait agréable. Ne sachant pas bien si elle devenait folle ou si sa conception de ce qui était possible ou non avait été modifiée, elle se mit à lui parler.

« Tu as été blessé en me protégeant, mon pauvre. » disant cela, elle passa ses mains le long des oreilles de l’animal. « Tu as été brave. » Elle ne savait pas bien si elle pouvait lui parler comme à un humain ou comme un animal. Elle se doutait que les ours ne courraient pas les rues d’Edimbourg surtout en pleine journée et certainement pas en se battant avec des coyotes pour passer le temps. Elle ne toucha pas le sang qui coulait de la plaie car bien que reconnaissante, elle ne désirait pas se salir les mains inutilement. Katsyariana avait beau avoir un caractère pour le moins ombrageux, elle savait se montrer reconnaissante. Même si la plupart du temps, elle considérait que tout lui était dû. « Est-ce que tu connais quelqu’un qui pourrait te soigner ? Je suis bien incapable de le faire moi-même. » N’ayant aucune connaissance médicale et ne se sentant sincèrement pas particulièrement à l’aise avec ce genre de choses, elle préférait largement qu’une personne plus qualifiée s’en occupe. Elle était chanteuse que diable pas infirmière.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bear Trap – Ulrich    Ven 30 Déc - 1:52

Bear Trap

- Katsyarina & Ulric -


Sa patte avant droite saignait, assez pour que les gouttes tombent sur le sol. Oh oui il saignait, mais il ne semblait pas souffrir pour autant, c'est qu'il était costaud ce grand nounours. Ulric ne pouvait pas rester sous cette forme, il ne pourrait guère se faire soigner ainsi, les dégâts n'étaient que peu visibles avec sa fourrure. Contrairement à ses compères oiseaux, lui pouvait redevenir humain lorsqu'il était blessé mais son état risquait d'empirer, il n'osait même pas imaginer dans quel état il allait retrouver son bras ainsi que son épaule s'il se changeait en homme, en homme nu incapable de s'habiller sans son bras qui plus est. Et ses vêtements, en lambeaux sur son corps massif d'animal, étaient bon à jeter. Trop petits, les coutures avaient craqué, ils étaient désormais tachés de sang.

Ulric laissa un petit grognement inoffensif passer entre ses lèvres lorsque la syndrigastis toucha son pelage. S'il n'était pas mal en point, il se serait assis et aurait demandé des caresses. Il ne voulait pas l'avouer, mais l'ours adorait que l'on passe ses doigts dans sa fourrure. Finalement, secoua légèrement la tête à la question qu'elle venait de poser. Non, personne ne pouvait le soigner, la seule qui en était capable était Miss Cya mais en tant qu'ymbryne, elle devait être occupée. Ce ne servirait à rien de la déranger pour ça. De l'alcool sur ses plaies, deux trois bandages et le tour serait joué, il suffirait d'un peu de repos pour qu'il aille mieux. Il ne fallait pas être un grand médecin pour pouvoir faire cela. Mais comment lui dire qu'il avait besoin de son aide pour les soins ? Il ne pouvait parler sans retrouver son apparence d'origine. En équilibre sur ses trois pattes, il prit alors entre ses crocs la manche de la femme et la tira légèrement, pas assez pour la déchirer bien entendu. Il voulait qu'elle le suive. Il n'y avait qu'au manoir qu'ils pourraient trouver de quoi le soigner.

En temps normal, il aurait adoré porter quelqu'un sur son dos cependant ce n'était pas vraiment possible aujourd'hui. L'ours boitait, et heureusement que ce n'était qu'une seule patte. Il pouvait supporter encore un peu, le manoir n'était pas si loin à pied. Il suffisait de se mettre en route maintenant. Les crocs refermés sur la manche de la femme, il commençait à tirer, il ne savait pas si elle suivrait mais il valait mieux tenter le coups. Un ours blessé, habillé de vêtements déchirés, n'était pas fréquent. Les citadins commençaient à pointer le bout de leur nez, se demandant si la demoiselle n'avait pas besoin d'aide. Ils avançaient, ils étaient obligés, sinon dans deux secondes toute la ville les encerclerait. Demain, ils ne se souviendraient de rien.

Bientôt, ils arrivèrent à la sortie de la ville. Il n'y avait plus personne autour d'eux. Le forêt n'était plus très loin, une fois atteinte ils pourraient souffler un peu. La douleur commençait à se faire sentir, ainsi que la fatigue. S'il avait été un homme, on aurait pu voir Ulric suer à grosses gouttes. Il avait la tête qui tournait, il forçait trop, il devait se reposer. Ils marchèrent, marchèrent encore. L'ours ne faisait attention à la syndrigastis, si elle lui parlait, il ne l'écoutait pas. Enfin à l’orée de la forêt, derrière le premier arbre d'une longue lignée, Ulric lâcha la manche de la dame, laissa sortir une plainte avant de s'affaler sur le sol.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bear Trap – Ulrich    Mer 18 Jan - 13:40

C’était véritablement une journée parfaite pensa la jeune femme avec ironie. Plus si jeune que ça quand on pensait qu’elle avait dépassé les trente-quatre ans. Elle se sentait parfois las, usée par la vie comme si elle en avait trop souri, trop ri et trop joui. Son mécontentement était évident alors qu’elle observait l’homme, si c’en était bien un, ours, ça c’était une certitude. Elle fronça les sourcils quand l’ours s’attaqua à sa manche. C’était un manteau tout neuf qui coûtait les yeux de la tête. Hors de question qu’il soit troué. Il n’avait qu’à parler s’il voulait se faire comprendre. Malgré tout, elle n’était pas d’humeur à jouer la diva ce jour-là. Elle comptait rendre la pareille à celui qui l’avait sauvé, le déposer au manoir et puis repartir. Il n’y avait pas non plus de quoi s’étendre éternellement sur ce sujet. L’affaire serait ainsi close. Katsyarina mettait un point d’honneur à ne pas avoir de dettes envers les autres. C’était bien assez compliqué de faire avec son mécène. Son ego supportait mal cette impression d’être libre tant que la laisse n’était pas tirée. Ne se sentant pas l’âme à continuer de dialoguer avec une créature certes duveteuse mais pour le moins dénuée de compétences relationnelles au sens humain du terme. Ils étaient en bon chemin pour le manoir. Elle avait supposé qu’il devait y habiter aussi vu qu’il lui semblait se comporter comme un humain en fourrure. Le chemin ne la détrompait pas bien qu’elle ne fut plus certaine de rien en cette matinée. Ce fut pendant cette réflexion et à la naissance de la certitude que tout pouvait définitivement arriver ici, qu’elle entendit le bruit lourd de la chute de l’ours. Katsyarina ne jure pas, ça ne fait pas très dame de faire cela. Pourtant le premier mot qui lui vient est un juron qu’elle voudrait lancer comme une imprécation divine à un dieu hypothétique. Elle se contente de soupirer fortement et se penche.

« Je.. n’ai jamais dit ça et…c’est vrai que c’est une phrase relativement étrange mais.. ne pourrais-tu pas te retransformer en humain ? Je ne peux pas te porter. » Elle allait lui demande s’il pouvait encore faire un effort mais elle avait la conviction à observer la bête que c’était tout ce dont elle serait capable pour le moment. En vérité, la diva ne savait pas du tout s’il pouvait se retransformer dans cet état, peut-être que ça demandait trop de… trop de. Elle cherchait ses mots intérieurement, d’efforts magiques ou quelque chose dans ce style-là. La patte dégoulinait de sang et elle se refusait à déchirer sa tenue pour faire un bandage de fortune ou quoique ce soit. C’est alors qu’elle avisa un bout de vêtement déchiré. Il ne servait plus à rien maintenant alors autant s’en servir pour autre chose. Maladroitement parce qu’elle n’en avait pas l’habitude mais consciencieusement elle se mit à bander la patte de l’animal comme elle put. Elle réalisa au final que c’était exactement comme les bandages qu’elle mettait autour de ses chevilles pendant les entraînements rigoureux de danse qu’elle avait pratiqués. Elle se redresse. « Je … ne peux rien faire de plus, je vais aller au manoir pour te trouver quelqu’un. Ça te va ? » demanda-t-elle curieusement inquiète à l’idée de laisser un animal blessé tout seul au milieu de la nature. C’était étrange pour elle que de ressentir une vague inquiétude pour une autre personne qu’elle-même. Elle en fut troublée un instant mais décida que c’était son sens du devoir qui la faisait agir ainsi. Elle se pencha sur la pauvre bête blessée par sa faute et caressa l’oreille timidement puis le crâne de l’animal. « On va trouver une solution. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bear Trap – Ulrich    Mer 25 Jan - 16:46

Bear Trap

- Katsyarina & Ulric -


Allongé sur le sol, Ulric levait les yeux vers la syndrigastis. Il n'avait toujours pas mit de nom sur le visage de la dame qu'il avait sauvé, il aurait bien fait connaissance en se présentant mais la situation ne se prêtait pas vraiment à la discussion. L'ours avait besoin de repos, juste un moment de répit pour ses pattes et il pourrait continuer sa route jusqu'au manoir, mais là-bas il ne trouverait aucune aide. Ou du plutôt, il ne voulait trouver aucune aide, trop fier pour demander à une ymbryne des soins, il devrait expliquer ce qui lui était arrivé lorsqu'il serait à nouveau doté de la parole et il n'était pas friand d'explication, même pour dire qu'il avait sauvé une personne particulière. Pourtant il serait obligé de demander un peu d'aide, sous sa forme d'ours il ne pouvait se soigner seul, alors il ne voyait d'autre solution que d’entraîner avec lui la femme pour qu'elle puisse l'aider à son tour. C'était la moindre des choses qu'elle pouvait faire après ce que lui avait fait pour elle. Il ne demandait pas des compétences médicales extraordinaire, juste de quoi panser ses blessures et les désinfecter.

Oh il aurait aimé se transformer à nouveau, mais il ne s'y risquait pas. Il savait que certains métamorphes ne pouvaient reprendre forme humaine après une blessure, ce n'était pas le cas de l'ursidé, il n'osait simplement imaginer l'état de son bras s'il se risquait à troquer son pelage contre une peau d'homme. Alors il restait là, allongé de tout son long près d'un arbre en attendant de pouvoir marcher à nouveau lorsqu'il aperçu la femme bander sa patte. Il la remerciait du regard, il ne pouvait pas faire grand chose de plus. Lorsqu'elle se releva et lui dit qu'elle allait partir pour le manoir chercher de l'aide, l'ours émit un son comme pour lui dire non. Peut-être connaissait-elle le chemin à travers les bois jusqu'au manoir, mais ceux-ci n'étaient pas sûrs par cette froide journée d'hiver, il était facile de s'y perdre. Et bien qu'il ne voulait se l'avouer à lui-même, il ne voulait pas se faire abandonner. La saison de la chasse était terminée, mais on ne pouvait être à l'abris d'un chasseur.

Ulric plissait les yeux, c'était toujours agréable de se faire caresser l'oreille, il se laissa faire et laissa quelques minutes passer. Il pensait désormais qu'il était prêt à reprendre la route. S'il n'avait pas été blessé, il aurait pu prendre la syndrigastis sur son dos jusqu'au manoir mais cela lui était impossible pour le moment. Il se redressa sur ses pattes, la quatrième ne touchait pas le sol. L'ours connaissait le chemin comme sa poche, en dix minutes, un quart d'heure, ils seraient au chaud dans la grande demeure. Il grogna légèrement pour indiquer à sa compagne de route qu'il était temps d'avancer pendant qu'il le pouvait encore. Marcher lui demander un effort considérable et la neige présente sur le sol freinait l'avancé de l'animal. Ah si seulement il était resté au manoir ce matin là, il aurait évité bien des soucis, mais la pauvre, elle, ne les aurait pas esquivés. C'est un mal pour un bien en soit.

Finalement, après une marche lente et pénible, on commençait à apercevoir, entre les arbres, la sortie qui menait là où ils voulaient aller. Là où, enfin, Ulric pourrait quémander à contre-coeur de l'aide de la femme qu'il a sauvé en espérant qu'elle accepte de s'en occuper un cours instant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bear Trap – Ulrich    Mer 8 Mar - 13:26


Katsyarina n’eut pas le cœur de laisser l’animal tout seul. Curieusement, elle avait l’impression qu’il pouvait lui arriver quelque chose. Elle ne se souciait pas particulièrement des autres en temps normal mais cet ours lui rappelait la Russie. De plus, il lui avait sauvé la vie. La femme possédait de nombreux défauts mais elle savait faire preuve de reconnaissance. De plus, bien qu’elle n’en ait pas, elle appréciait les animaux un peu étranges et originaux. Elle se fit la remarque qu’elle pourrait tout à fait en obtenir un facilement pus se rappela qu’elle finirait sans doute par oublier de le nourrir d’une manière ou d’une autre.  Il lui aurait fallu un animal suffisamment autonome pour se débrouiller seul. L’ours aurait pu faire l’affaire mais bien que connaissant sa capacité à avoir de l’influence, elle savait que certaines personnes ne sont pas de ceux qu’on manipule. Il faut les briser avant et ça ça peut prendre un temps incommensurable selon les caractères des uns et des autres. Ulric n’apprécierait sans doute pas de devenir son ursidé de compagnie. Il y avait même fort à parier qu’il pourrait être outré d’une telle proposition.  La femme est lasse de marcher. Apercevoir enfin les abords du château est un réconfort sans nom.  L’ours et la femme pénètrent alors dans l’enceinte du bâtiment par une  porte cochère qui permet le passage de l’animal sans créer un vent de panique.

Il n’y a pas d’intérêts à ce que tout le monde voit cette histoire, ni à ce que tout le monde sache qu’elle ne savait pas se défendre. Pire encore, qu’elle avait des dettes à payer. Les dettes sont des épées de Damoclès qui tombent sur vous  subitement et vous arrache la tête au moment où vous vous y attendez le moins.  La femme fait signe au blessé d’attendre pendant qu’elle va vers la salle de bain. Se servant de ses connaissances, somme toutes rudimentaires mais bien présentes, elle attrape un bandage, des cotons et du désinfectant. Rasant les murs, la brune fait tout pour ne pas être vu ce qui paradoxalement pourrait plus se remarquer encore. Heureusement, elle ne croise personne dans les couloirs et retourne auprès de l’animal. Se persuadant elle-même qu’elle a décidé de l’aider uniquement pour éviter qu’on la considère comme ingrate et pour payer sa dette, elle commence à défaire le garrot fait précédemment pour en faire un stérile. Elle suppose que ça sera potable de verser l’alcool dessus et de nettoyer la plaie. Une moue de dégoût, non feinte, se forme sur son visage à force d’éponger le sang d’un autre  être humain. On ne peut pas dire que la femme mette souvent la main à la pâte pour ce genre de trivialité.  Finalement, ce ne fut ni si dur ni si long que cela, elle soupire plutôt fière d’elle d’être parvenu à ne pas s’évanouir devant le sang d’un parfait inconnu. Epuisée, comme si la blessure était la sienne, elle se laisse choir à côté de la tête de l’animal qu’elle caresse inconsciemment alors qu’elle la prend sur ses genoux. « Ça va aller mieux petit ours. » dit-elle avec un ton qui friserait presque l’attendrissement. Oui tout allait aller mieux maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bear Trap – Ulrich    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bear Trap – Ulrich
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A hunter ... a bear
» Fiche technique => Trupi D Bear
» Gronde la Tempête au-dehors... [Orme Aryssie & Ulrich Andersen]
» Ulrich Kore [Terminé]
» Kuat, lève-toi ! [Darth Araya & Ulrich Andersen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-