AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Alter (ft. Galahad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
B. Siarl Ednyfed

avatar
- Grand Père -
❧ Boucle Temporelle : mille huit cent septante trois (1873)
❧ Particularité : change-forme. Il peut prendre la forme de n'importe qui d'un contact
❧ Occupations : grand-père, le vieux qui perd la boule
❧ Miroir :
❧ Missives : 41
❧ Yeux de verre : 13
❧ Crédits : mind dreamer (ava) TUMBLR & ZIGGY STARDUST (signa)


MessageSujet: Alter (ft. Galahad)   Lun 26 Déc - 15:37

Révélation du millénaire
Une bien étrange rumeur était parvenu jusqu'à ses oreilles. Un nom qui sonnait de manière familière, Ednyfed. C'était le nom qu'il portait, il ne fait aucun doute, mais il entendu dire qu'un autre homme portait ce nom, dans le futur... Étrange, étrange. Il fallu un certains temps pour que le brun comprenne le sens entier de cette phrase, il faut l'admettre que cette hirondelle est rarement clair. Bref, Siarl fini par comprendre ! Un Ednyfed semblait vivre dans la boucle de mille neuf cent quarante et un. Et si les premières semaines ne furent pas guider par la curiosité après avoir apprit cette nouvelle, finalement, une question demeura. Qui aurait put avoir un gosse ? Il semble que son frère étaient quelques peu... Homosexuel comme on dit en deux mille seize. Et sa sœur ne s'est jamais marié, elle a simplement sombrer dans le fétichisme félin au fil  des années. Donc, il ne voyait pas comment il pouvait encore avoir de la descendance... A moins qu'il soit à moitié chat. Une vision d'horreur qui le hanta plusieurs nuit, il fini par abandonner cette théorie folle, la science ne permettrait sûrement pas une telle abomination, et si la science ne détruirait pas un tel monstre, la reine le ferait sans aucun doute. Bref, c'est un soir, alors qu'il était bien installé dans son fauteuil, sa vieille pipe entre les dents qu'il prit une grande décision. Il irait jusqu'en mille neuf cent quarante et un ! Mais avant ça, il lui fallait connaître l'emplacement de l'entrée de la boucle. Il récolta les informations auprès des ymbrynes restantes à la boucle avant de s'en aller pour un long voyage... Évidemment, long est relatif. Deux jours ont suffit pour qu'il pose ses pieds à Londres sous le visage du chauffeur de calèche. Une poignée de main qui avait mal fini.

Bref, le traumatisme d'un homme ne brisa en rien son élan pour rejoindre cette fameuse boucle. Encore une journée de vagabondage au cœur de la capitale Anglaise et un autre visage emprunté avant de trouver cette fameuse entrée. C'était plutôt frustrant comme particularité lorsqu'on y réfléchissait, c'était fréquent que Siarl changeait de visage de manière incontrôlé, sans parler de la taille des vêtements... Il n'est jamais certain que sa ceinture soit assez serrer. Il a cette manie de perdre son pantalon sans s'en rendre compte lorsqu'il change de visage... Passer de forme masculine à une silhouette svelte de femme, cela faisait souvent un certain choc pour son entourage, du moins au début. En ce qui le concerne, il en avait prit l'habitude, il préférait presque portée des robes, bien plus confortable qu'un costume masculin, mais là encore c'est une question de point de vue. Une femme qui fume la pipe, pour beaucoup, ce n'est pas élégant, mais il ne va pas changer ses manies pour une histoire d'élégance.

Il se rapproche donc de l'entrée de la boucle, un bâtiment scolaire en apparence... Merveilleux, il soupire, profitant que sa route croise celle d'un étudiant pour simplement l'effleurer... Un échec, merde ! Toujours lorsqu'il en a besoin. Il n'a plus le choix, il croise un second jeune homme semblant étudier ici, il ne pouvait pas rater. Il bondit alors sur lui, lui lèche grossièrement l'oreille avant de se faufiler dans la masse avant qu'il est le temps de dire quoique ce soit. Un nouveau visage, question de discrétion pour lui. Même si cette approche ne l'était guère. Bref, il s'engouffre dans le bâtiment, il s'égare quelques instant avant d'entrer dans une salle. L'odeur du formol lui pren à la gorge, soudainement le décor semble vieillir, il écarquille quelque peu les yeux, peu habituer à changer de boucle temporel. Le voilà en dix neuf cent quarante et un. Un étrange parfum lui tourmente les narines, comme une odeur lointaine de poudre et de flamme. Il paraît que c'est la guerre ici. Il soupire longuement avant d'explorer ce nouvel endroit.

Il erre l'espace de quelques minutes, reprenant sa forme initial avant de croiser un autochtone de cette époque, par réflexe il lui saisi la main pour le saluer en se présentant. « Bonjour habitant du futur, je me prénomme Siarl et je cherche... » Il sent son visage changer, il voit ce qui semble être aussi une transformation dans les yeux de son interlocuteurs. « Fichtre ! Excusez-moi. » Il lâche immédiatement la main de son interlocuteur. « C'est un très mauvais réflexe que m'a enseigner une drôle d'hirondelle... Bref ! Je cherche quelqu'un qui se prénommerait Ednyfed. Car il se trouve que c'est aussi mon patronyme. Drôle de coïncidence. Pour être franc, ça me fait un peu peur de le rencontrer... Pourquoi je suis venu alors ? Je sais pas. J'avoue, je le regrettes un peu sur le coup. La curiosité, c'est un peu de la folie et c'est pas vraiment mon domaine d'expertise. J'y penses depuis deux jours, pensez vous que je sois lâche ? »


Dernière édition par B. Siarl Ednyfed le Mer 28 Déc - 2:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   Lun 26 Déc - 20:26

Ednyfed's Collision

- What the hell ? -

Une cigarette. Je tuerai probablement pour du tabac en cet instant même, vieille habitude toujours présente, prise sur le front alors que la mort et son ombre rôdait dans les tranchées. J'en avais toujours dans mon casque, économisées avec soin. C'était étrange de penser que je me trouvais à un second endroit dans cette boucle, probablement perdu dans la boue, les pieds humides dans mes bottes, à trembler comme un animal chétif au fond d'un trou. J'aimerai probablement voir ça, une fois, voir mon ombre passée, tellement lointaine. Réflexion idiote, effets du manque de tabac qui me fait défaillir. Peut-être aurais-je du copier un mioche au lieu de foncer dehors à la recherche d'un butin rare. Même pas un peu de tabac à glisser dans ma pipe, geste qui faisait toujours rire les plus jeunes arrivants quand il ne me fuyaient pas par les étrangetés dues à ma particularité.

Mon regard se lève d'instinct vers le bâtiment qui menait à la sortie, porte vers un autre monde futur qui ne faisait que m'effrayer malgré la curiosité de savoir. Il devait bien y avoir du tabac dans le Londres extérieur, enfin si je me réfères aux quelques individus provenant de temps beaucoup plus avancés. Quelle idée de penser ne serait-ce qu'une seconde de mettre le nez dehors, d'affronter le monde moderne et surtout sans même songer aux conséquences d'un simple effleurement, risquant de me faire repérer dès le premier individu croisé. Un don parfois pratique, mais surtout un véritable fardeau que pour espérer vivre de façon normale. Les individus normaux n'avaient de toute manière rien compris, préférant user de mots barbares et impressionnants pour tenter de rationaliser la chose à leur échelle, évitant de peu des électrochocs ou lobotomies en tout genre.

Une silhouette interrompt mes réflexion, parfait inconnu qui vient visiblement d'entrer dans notre boucle, notre journée sans fin. C'est étrange, un corps et un visage parfaitement inconnu, mais comme un léger air de "déjà vu". J’entame un mouvement de recul immédiat à ses mots, alors qu'il s'avance et entame un geste pour me serrer la main. « Non, ne faites p... » Trop tard.

Pourtant l'effet attendu n'est pas là, enfin si, mais pas vraiment le même qu'à l'habitude. Le regard s'écarquille d'instinct, observant l'homme aborder des traits pour le moins... familiers, faisant face à la parfaite réplique de moi-même. Mon corps, le vrai, se fige un instant, enfin si on oublie le fait qu'il venait d'adopter les traits précédents de l'énergumène d'en face. Situation tordue et pour le moins incompréhensible, pensant d'abord qu'il s'agissait d'une partie de mes capacités qui venait de dérailler. Je ne peux m'empêcher de tourner autour de lui, regard de chouette aux sourcils froncés et empruntés qui le (enfin me) regarde avec curiosité, ressentant ce sentiment que devaient ressentir tout individu imité par ma chair au moindre contact. D'où il sortait celui-là ? Je ne peux m'empêcher d'enfoncer un doigt dans sa joue, essayant de comprendre la structure de la peau de cet individu alors qu'il déblatère, enregistrant vaguement les informations. C'est drôle, j'aurai cru qu'un simple contact m'aurait fait reprendre mon apparence, à moins que ma particularité ne soit un peu en panne, dysfonctionnant, comme toujours.

J'en reviens aux mots prononcés, explications arrivant toutes seules à mes oreilles et ne faisant qu'augmenter la curiosité. Ednyfed, copie conforme, pas de doute, nous avions les mêmes patrimoines génétiques. Est-ce que mes sœurs avaient enfanté un individu qui me ressemblait ? Capable de passer d'une forme à l'autre en un simple contact ? Dans ce cas pourquoi terme habitant du futur ? C'était-il réfugié dans une autre boucle beaucoup plus lointaine ? A moins que les quelques murmures entendus de quelques voyageurs ne soient réelles, trou mystérieux et jamais retrouvé dans notre arbre généalogique. Je ne me souviens plus du prénoms employés, quand bien même ma grand-mère aurait prononcé le moindre nom désignant l'individu étrange qui a disparut sans laisser de traces.

Je tente d'ouvrir les lèvres, bloqué dans la même position depuis une bonne minute, seul le regard arpentant mon corps vu de l'extérieur. Une étrange sensation d'ailleurs. « Je euh... » C'est un bon début, profonde inspiration, on reprend. « Pourquoi seriez-vous lâche ? Je... Je pense que je suis celui que vous cherchez, Galahad, Galahad Ednyfed. Je... excusez-moi. » Je m'arrête là, quelque chose ne va pas, ne convient pas. Mes chaussettes, l'une est plus basse que l'autre, c'est extrêmement dérangeant, envie de remettre de l'ordre dans tout ce qui cloche prenant le dessus, manie visiblement empruntée qui me fait me baisser, remontant la chaussette droite, une verte, à la même taille que sa comparse, rouge, paire dépareillée comme toujours. Le bord du pantalon est ré-ajusté avec soin, tout comme les lacets. D'ailleurs mes chaussures sont un brin trop petite, alors que mon pantalon un peu trop large, resserrant ma ceinture d'un cran tandis que le corps emprunté devenu le mien se déplie de nouveau.

« C'est beaucoup mieux, bien que mes chaussures ne sont vraiment plus à la bonne pointure, c'est dérangeant. Vous n'auriez pas une cigarette par hasard ? Étrangement cela n'a pas fait disparaître l'envie, vous devez être fumeur. Dites-vous voulez bien me rendre mon corps ? C'est extrêmement déplaisant de ne pas avoir de vêtements pile à sa taille, je suppose que ça vient de vous cette sensation de vouloir que tout soit millimétré. On peut aussi échanger, ce n'est pas comme si je ne m'étais jamais vu nu. Quoi que j'ignore combien de temps encore cela va durer, ce n'est jamais bien longtemps lorsque c'est accidentel, enfin pour ma part. Dites-donc, vous êtes un bavard vous. Dites-moi j'ai perdu le fil et j'aimerai bien comprendre ? De quelle année êtes-vous, enfin à l'origine ? C'est extrêmement déroutant de faire face à soi-même. Vous pensez que si nous nous touchons nous reprendrons nos formes ? »
Revenir en haut Aller en bas
B. Siarl Ednyfed

avatar
- Grand Père -
❧ Boucle Temporelle : mille huit cent septante trois (1873)
❧ Particularité : change-forme. Il peut prendre la forme de n'importe qui d'un contact
❧ Occupations : grand-père, le vieux qui perd la boule
❧ Miroir :
❧ Missives : 41
❧ Yeux de verre : 13
❧ Crédits : mind dreamer (ava) TUMBLR & ZIGGY STARDUST (signa)


MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   Sam 31 Déc - 18:20

Révélation du millénaire
Bien étrange situation, il était loin de se douter que ce serait aussi facile, aussi fulgurant. Certes, il lui fallu quelques instants pour comprendre que la personne face à lui avait revêtu son visage... S'il avait sut, avant de lui serrer le main. Mais évidemment, Siarl n'était pas assez vif d'esprit pour comprendre au premier regard, pour percer ce qui se cachait derrière un visage. En réalité, il lui arrivait même d'être « à la ramasse » comme on dit aujourd'hui, de ne pas réellement comprendre ce qui se passe sous ses yeux. Mais le stress montant à la place de l'excitation stimule quelque peu son activité cérébral. Assez pour qu'il n'est aucun doute, pour qu'il lâche par réflexe la main de sa descendance... Ou du moins, de l'avenir de son arbre généalogique lorsque celui-ci ouvrit pour la première fois la bouche. S'il avait sut, s'il lisait les étoiles, s'il maîtrisait l'écoulement du temps, il aurait sans doute repousser encore et encore cet instant, il n'aurait jamais franchi les marches de ce bâtiment, il ne lui ferait pas face à cet instant. Il ne se retrouverait pas complètement désarmé face à... Il ne sait quoi, petit neveu, ou autre absurdité dans le genre. Il n'y croyait pas vraiment ses yeux, il refusait de croire ce qu'il avait face à lui. Il voulait simplement retrouver son fauteuil miteux, fumé sa pipe et oublier tout ça, il espérait que ce soit un cauchemar, un terrible cauchemar.

Il soupire longuement en sortant de la poche de sa veste sa pipe et un peu de tabac. « En ce qui me concerne, c'est un peu plus complexe que ça. Je veux dire, concernant le... vous voyez quoi. » Tout en terminant sa phrase, il agita sa main devant son visage pour illustrer cette particularité commune qu'ils semblent partager. Il plonge ensuite à nouveau sa main dans sa veste pour attraper ses allumettes. « Ma particularité ne se manifeste pas toujours quand je le désire au simple toucher. Je pourrais même préciser que lorsque je veux prendre ou reprendre un visage, un contact... Comment dire ? Buccale ? S'impose. Quoique, non. » Il aspire profondément l'épaisse fumée blanche de sa pipe qu'il expulse ensuite lentement. « Ma langue, doit toucher un morceau de peau. Par contre, ça ne fonctionne pas avec les objets, j'ai déjà essayer. »

Il soupire une seconde fois, tout en fumant sa pipe. Il observe cet homme qui a prit son visage, c'est la première fois qu'il se voit ainsi, c'est... Troublant. Après quelques instants de silence, il décide de reprendre la parole. « Alors, monsieur... Ednyfed. Pour vous éclairez, je viens du XIXe siècle. Je suis né dans une bourgade du Pays de Galles, j'en ai oublié le nom et j'ai été baptisé, du moins je penses, Siarl Ednyfed. Mais c'est mon second prénom, j'ai malencontreusement oublié le premier après avoir passé sept ans sous le visage d'une femme anonyme. Et vous, d'où venez vous ? Car je dois l'admettre que je suis quelque peu perdu... Je sais que mon jeune frère aurait succombé aux vices et aurait fini dans les draps d'un pauvre autre hommes. Ma jeune sœur a fini vieille fille, une rumeur circulait comme quoi elle serait même devenue folle. Et me concernant, je suis divorcé, du moins en théorie, depuis fort longtemps. Enfin, dut à un quiproquo immense, elle pensait que j'étais le ''diable'' lorsque ma particularité s'est ''éveillé'' du jour au lendemain. Enfin, une période troublé par un événement troublant. Et à ma connaissance, elle n'était pas enceinte durant cette période. Évidemment, je n'ai jamais reçu les papiers de divorces, mais c'est dut à un soucis d'adresse et de communication. Donc, je ne vois pas de qui vous pourriez être la descendance, voici toute l'origine de ma certaine appréhension, de mes troubles. J'avoue avoir repousser cet instant depuis quelques semaines, si j'ose dire. J'ignore pourquoi, sans doute par méfiance. Enfin bref, je pense m'égarer, mais je ne vois pas qui aurait put... Vous mettre au monde au sein de mon arbre généalogique. Pourtant, celui-ci à toujours été maintenu très à jour, une fierté que je n'ai jamais comprise par contre, peut être que vous, vous le savez si vous êtes un Ednyfed ? »

Une nouvelle fois, il déguste sa pipe, l'épaisse fumée noire l'envahit, lui donnant presque une allure fantomatique avec ce visage qui n'est pas le sien, cette silhouette qui flotte dans sa veste et cette ceinture qu'il a resserré quelques instants plus tôt pour éviter de perdre son pantalon. Un réflexe qu'il avait presque complètement acquit au fil des années, même si encore certaine fois il lui faisait défaut


FOOL NEW CLOTHE
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   Dim 1 Jan - 21:34

Ednyfed's Collision

- What the hell ? -

Quelques secondes pour reprendre de l'oxygène, pas habitué à envoyer un nombre de mots pareil d'une seule et unique traite sans reprendre une bouffée d'air. Cet individu devait avoir des capacités pulmonaires impressionnantes, ce qui n'était pas vraiment mon cas hors entrainement. Je ne peux m'empêcher de fixer sa pipe du regard, image même de mon propre corps la fumant me démangeant encore plus les doigts. Il serait plus que déraisonnable de la lui dérober pour quelques bouffées, pas alors que le mystère et que les interrogations planaient, ne laissant que le goût de la curiosité et de l'incompréhension. Il fallait que je sache, c'était impératif, je devais comprendre, apposer un mot sur cet individu étrange.

Par contact buccal ? Je n'ose imaginer si je devais embrasser cet énergumène à pleine bouche pour récupérer mon corps. Bien que les explications suivantes furent plus rassurantes, quoi que. Même s'il avait bel et bien ma peau, on ne sait pas vraiment où il avait trainé au par avant. Une contrainte à la particularité que je n'enviait pas vraiment, bien que probablement plus vivable que de toujours changer au moindre contact, même infime, avec une matière organique provenant d'un individu humanoïde. Je n'ose d'ailleurs pas imaginer si tout contact nous changeait en objet, changements de forme déjà bien assez difficiles à vivre par moment, particularité tantôt ennemie, tantôt parfaite alliée.

Les explications sont ensuite écoutées avec soin, malgré la difficulté de se concentrer sur une si longue tirade, continuant à me demander comment il y parvenait et avec ma propre bouche qui plus est. Je cherche, médite un instant, fais quelques pas dans le vide, les mains derrière le dos. Les fils se relie, toile d'araignée prenant forme alors que l'arbre devient plus clair. L'Ednyfed manquant, l'aïeul mystérieux et disparut on ne sait où. Visiblement, une pièce du puzzle lui manquait aussi, ce qui me donnait la lourde responsabilité de tenter d'éclaircir tout ça. Pourquoi moi ? J'allais probablement lui déclencher une attaque, même s'il n'avait pas l'air si vieux que ça. Enfin si je me fiais aux quelques secondes ou j'avais plus apercevoir son visage avant de le dérober.

« Je crois savoir d'où vient le mystère effectivement. Par contre, pour votre bien, je vous conseille de vous asseoir. » Énième regard sur sa pipe, approchant mes doigts (enfin techniquement ses doigts) en douceur. « Puis-je ? » Je n'attends pas vraiment la réponse, la lui dérobant des mains, aspirant quelques bouffées histoire de me préparer à ce qui devait suivre. Je la lui rend, établissant un contact cutané, espérant reprendre mes traits, ce qui serait probablement mieux pour ce genre de discussion et de bouleversement. Si ça se trouve, je ne faisais que copier son véritable lui, pas vraiment ce qu'il imitait. C'était amusant de tenter de comprendre nos limites dans nos particularités semblables. L'histoire du contact buccal me revint en tête, hésitant un instant. Et si ça fonctionnait beaucoup mieux ? Ou si je restais bel et bien coincé plus longtemps dans sa forme vu que copiant son corps d'origine. Ça devenait tordu. Tant pis, je devrai faire avec, prenant une profonde inspiration avec cette étrange impression de me parler à moi-même.

« Je ne sais pas vraiment comment vous dire ça, mais ça risque d'être assez déroutant. J'ai bien l'impression que votre femme n'était pas si... pas enceinte que cela vous me suivez ? Et je pense que celle-ci est en fait ma... enfin vous voyez, il se pourrait que vous soyez en réalité mon aïeul mystérieusement disparut et dont ma grand-mère parlait peu. Je ne l'ai pas vraiment connue d'ailleurs, mes sœurs en revanche oui. Enfin toujours est-il que notre particularité commune vient en fait... de vous. » Je m'embrouille probablement, mains essayant d'expliquer les choses avec de grands gestes qui s'emballent. « En d'autre terme, je suis votre petit-fils et vous, mon grand-père paternel. » La phrase sonnait étrangement, impression qu'il y avait quelque chose de faux. Depuis combien de temps n'avais-je pas penser à ma généalogie, à ma propre famille, à tout ceux qui n'étaient plus depuis longtemps alors qu'encore paradoxalement en vie quelque part dans cette boucle, piégé à jamais ? Depuis combien de temps ils n'étaient plus que des souvenirs et fantômes lointain, comme un songe qui se brouillait de plus en plus au fur et à mesure que la boucle recommençait sa course folle. C'est ce moment que choisit mon organisme pour devenir lui-même, retrouver ses propres traits, pantalon soudainement plus serrant et chaussures de nouveau à la bonne taille. Il était temps.



Revenir en haut Aller en bas
B. Siarl Ednyfed

avatar
- Grand Père -
❧ Boucle Temporelle : mille huit cent septante trois (1873)
❧ Particularité : change-forme. Il peut prendre la forme de n'importe qui d'un contact
❧ Occupations : grand-père, le vieux qui perd la boule
❧ Miroir :
❧ Missives : 41
❧ Yeux de verre : 13
❧ Crédits : mind dreamer (ava) TUMBLR & ZIGGY STARDUST (signa)


MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   Jeu 2 Fév - 17:06

Révélation du millénaire
C'est l'impact. Cet instant terrible où notre esprit se brise, ce moment où toute nos fondations s'ébranlent comme jamais, cette terrible vérité qui était caché depuis tant d'année. Cette chose qu'il a préféré ignorer jusqu'au dernier instant. Il se souvient, de ses nausées, cette rondeur qui se dessinait peu à peu, il s'en souvient, il a toujours ignorer les signes, jusqu'à ce terrible soir. Et après, il a continué a ignorer cette possibilité avant de finalement, oublier, comme à son habitude, le temps avait effacé les traces. Du moins, c'est ce qu'il pensait, c'est ce dont il s'était convaincu pendant tout ce temps. Alors cette découverte ne pouvait avoir que l'impact d'une bombe, celle qui s'abat sur la ville une fois la nuit tombé. Et comme celle-ci, il chuta, heureusement pas d'aussi haut. Mais sa chute sembla durer une éternité, tout autour de lui tournait au ralenti et son esprit tentait encore de comprendre, calculant toute les possibilités, alors qu'une partie de lui-même n'en doutait bien, il avait bien eu un enfant, jamais il n'a eu le temps de le connaître, mais il a pourtant bien exister. Finalement, il n'était pas si stérile que ça, voici le seul point positive de cette découverte. Car a cet instant, c'était le point de rupture, il n'était pas prêt à encaisser cela, jamais il n'aurait put imaginer une telle chose, jamais il n'aurait cru que sa malédiction reposait dans ses gênes... Quoique, avec le temps qu'il a passé dans les boucles temporels, il avait fini par comprendre que cette particularité qu'il possédait, cette chose qui le distinguait du genre humain coulait dans ses veines, comme ce sang qui bouillit parfois en soi.

Puis vint le choc et l'obscurité, ténèbres profond de son esprit encore bien brumeux face à cette découverte. Peu à peu, autour de lui se dessine le fil de ses pensées, son conscient et son inconscient se mêlant dans une valse passionné. Des échos, des souvenirs, il les parcours, la vérité se dessinant sous ses yeux clos. Ces images qu'il avait inconsciemment altéré, comme pour ce protéger, ce fœtus qu'il avait ignoré, se pensant infertile, incapable d'offrir une descendance. Ou peut être craignant inconsciemment ce qui coulait dans ses veines, avant même de découvrir cette malédiction. N'aurait-il pas mieux fait que de crever dans la rue ? Celle qui l'a accueillit alors qu'il n'avait plus de toit ? Dehors, le temps défile, mais dans son esprit, une éternité est déjà passer, une infinité de question qui n'amènent qu'a d'autres questions. Réflexions idiote, absurde pensée qui finissent par s'effacer alors qu'il revient peu à peu à lui et qu'il articule ses premiers mots...

« Comment est-ce... possible ? » la question résonne encore et encore dans son crâne dans un affreux brouhaha. Une migraine infernal vint le tourmenter en plus de tout cela, ça ne fait aucun doute, cette journée était une mauvaise décision. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait récupérer son visage pendant son inconscience, qu'il ne portait plus le visage d'un descendant. Chose des plus rassurante, n'est-ce-pas ? Pour une fois, il ne s'était pas retrouvé bloquer, pour une fois, tout était presque normal. Il bondit, secouant quelques peu la tête dut à la migraine, reprenant sa pipe entre ses doigts. Il était plutôt énergique le vieux, un peu trop même, mais d'un côté, ce genre de divertissement était si rare que la pensée suffit à le faire se redresser avec énergie.

« Donc, je récapitule. Finalement, je n'étais pas aussi stérile qu'on le pensait. Oh oh oh ! Tu n'imagines pas le mal qu'on a eu, le nombre de fornication qui ont été nécessaire mon petit bonhomme... Hum, bref, Galahad, c'est ça ? Qu'est-ce que c'est pour un nom ça. Bon, tu te prétends être mon petit fils donc et tu aurais des sœurs ? Mmmmh, fascinant. » Il rallume sa pipe. « J'ai déjà entendu parler de Syndrigastis qui rencontre leur ascendance ou descendance, mais qui aurait cru que cela pouvait m'arriver ? Intéressant, c'est presque stimulant, si seulement ce n'était pas aussi choquant. » Depuis quelques instants, il n'arrêtait pas de dévisager son petit fils. « Regarde toi ! On dirait un clown ! Et pour être franc, je ne trouve pas du tout qu'on est quelques airs de famille... Mmmmh, non, on ne se ressemble pas, on dirait que ta mère était chinoise ! » Divagation d'un esprit embrumé, peut être confondait il les visages qu'il comparait, après tout, il s'était vu tant de fois dans le miroir avec les traits d'un autre que tous se confondaient dans son crâne.


FOOL NEW CLOTHE
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   Sam 4 Fév - 21:43

Ednyfed's Collision

- What the hell ? -

L'espace d'un instant, nous sommes des jumeaux, parfaite copies en tout point semblables, miroir l'un de l'autre. Ça en devient encore plus déroutant, s'affronter tout en restant soi-même. Profond malaise et pas seulement à cause de cette situation rocambolesque et surréaliste. J'ai cette impression de vol, qu'il me dérobe jusque dans mon intimité, espérant que ma faiblesse ne soit pas également la sienne, que je ne me mêle pas à lui, que je ne l'influence pas de par mes goût et mon comportement initial, enfin en admettant. L'arroseur arrosé, voilà ce que j'étais désormais, mis au pied du mur, m'infligeant ce que je provoquait chez autrui au moindre changement.  

Le malaise est lisible sur ses traits, enfin ceux qu'il m'avait dérobé, le voyant perdre pied au fil des secondes. Je lui avait bien dit de s'asseoir après tout, il n'en avait fait qu'à sa tête. Et là, il s'écroule sur le sol tout en regagnant ses traits, ce qui n'étais pas plus mal en un sens, cherchant la paire de gants en cuir dissimulée dans la poche de mon impair. Je ne supportait pas leurs contacts, enfermer mes doigts, avoir cette impression d'être intouchable, dangereux, mais je les gardait en général à portée pour les cas d'urgence. Je devais m'assurer qu'il allait bien, lui ouvrant les paupière tout en le secouant sèchement. Il respire, fort heureusement. Le malaise est bref, le voyant déjà revenir à lui tout en fronçant les sourcils. Mouvement de recul alors qu'il bondit déjà. « Vous êtes certain que tout va bien ? Je devrais peut-être examiner votre crâne. » Les sourcils se froncent alors qu'il semble s'être pris un sacré coup sur la tête dans sa chute, quoi que son comportement était tout de même déroutant depuis le début. Probablement les réflexes d'un presque médecin qui n'aura jamais obtenu de diplômes, bien que les boucles ont permis de connaître les choses sur le bout des doigts, bien trop fasciné par la décortication des diverses particularités.

Un amas de mots tombe à nouveau, affichant instantanément une grimace face aux phrases pour le moins... explicites. Comme si je désirais faire face à ce genre d'image peu ragoûtante qui me fait frissonner d'effroi. Je ne veux pas savoir, rien, zéro, nul, nada, occultant tout instantanément. Étrange personnage qui s'ouvrait comme un livre en y dévoilant son intimité, me demandant comment un tel individu pouvait être à l'origine de notre famille. Définitivement, j'avais besoin d'une cigarette, du geste rassurant qui pourrait me détendre, jouant avec mon zippo en argent qui de trouvait dans ma poche. « Déroutant en effet. »

Je m'indigne tout de même à ses derniers mots, visiblement le genre à tout confondre. Peut-être que son âge physique était beaucoup trop trompeur, qu'il avait les pathologies d'un vieillard qui ne voyait plus clair. Étrange. A moins qu'il n'en ait copié un dans la journée, ce qui tendrait à expliquer les choses. « Ma mère était une femme respectable, je tenais beaucoup d'elle en effet. » Irritabilité, ridicule de m'indigner pour ce genre de chose alors que les visages changeaient comme les chemises, qu'importe le mien au final. Il pouvait bien parler, lui, le fuyard, le peureux, qui s'est enfermé dans une boucle sans rien savoir, attendant des décennies avant de se présenter alors que j'avais eu besoin de lui à mon entrée dans cette boucle.

« Vous n'êtes d'ailleurs pas vraiment bien placé pour apposer des jugements avec votre regard de hibou. Puis on peut très bien parler de votre disparition comme de ce fichu fardeau de particularité que vous m'avez refourgué par ailleurs. Un véritable cadeau empoisonné si vous voulez mon humble avis. Ils m'ont tous pris pour un fou, un schizophrène bon à enfermé. » Lui lançais-je d'un revers, ce qui était parfaitement ridicule, puéril. Long soupire. « Laissez tomber, vous n'y êtes pour rien. C'est drôle je vous imaginait plus... vieux ? Probablement l'effet des boucles, forcément, mais avouez que c'est assez déroutant comme image. Vous avez quoi ? Dix ans de plus physiquement ? Bien que je n'ose imaginer le chiffre astronomique qui doit se cacher derrière, forcément. D'ailleurs dans quelle boucle êtes-vous ? Vu votre accoutrement, certainement pas celle de deux-mille-seize. Ça y est je recommence, vous m'influencez. Enfin pas vous vous, mais vous... ne cherchez pas c'est un truc terriblement désagréable, comme des grumeaux qui rendent la pâte peu terrible et veulent se mélanger. Étrange comparaison, l'image y est, mais ce n'est pas ça, laissez tomber. J'aurai dû choisir celle de l'huile et l'eau, enfin je crois. Enfin soit, j'admire votre capacité pulmonaire, bien que je vais probablement faire exploser les miens à force de mots. » Je suis forcé d'arrêter, essoufflé comme si je venais de courir un nouveau marathon.  



Revenir en haut Aller en bas
B. Siarl Ednyfed

avatar
- Grand Père -
❧ Boucle Temporelle : mille huit cent septante trois (1873)
❧ Particularité : change-forme. Il peut prendre la forme de n'importe qui d'un contact
❧ Occupations : grand-père, le vieux qui perd la boule
❧ Miroir :
❧ Missives : 41
❧ Yeux de verre : 13
❧ Crédits : mind dreamer (ava) TUMBLR & ZIGGY STARDUST (signa)


MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   Mer 1 Mar - 17:33

Révélation du millénaire
Alors, on ne lui avait pas menti. L'éternité regorgeait d'imprévu, de surprise un peu hors du commun. Père et fils qui se retrouve à des époques bien différente, où encore ancêtres qui ont effleuré ces bâtiments avant soi. Au final, un monde bien étrange et malgré toute ces décennies, malgré le siècles passés, au final Siarl était quelque peu perdu. Encore prit par surprise comme aurait put l'être un quelconque mioche. C'était ridicule, complètement absurde de ce comporter ainsi. La situation aussi surréaliste qu'elle pouvait semblait l'être était pourtant réelle... Après tout, il n'avait jamais été très inspiré pour les rêves, rien d'aussi, surprenant, donc le pire pouvait être vérité, le plus fous simple réalité. Aussi ironique que ce soit, en temps qu'anomalie de cet univers fort troublant, la réalité avait depuis longtemps dépassé ses plus troublants fantasmes. Bien souvent, il se retrouvait déplacer par ce « surnaturel » qui régit sa vie, par cette particularité bien plus handicapante qu'en apparence. Les possibilités de contrôle dessus étaient particulièrement limité en réalité, surtout pour Siarl, tandis que d'autres maîtrisaient à merveilles leur capacité, lui n'a jamais fait un pas vers le progrès. Comme si celle-ci avaient ses propres désirs, ses propres inspiration, sa personnalité. Idée complètement absurde, mais qui restait définitivement ranger dans un coin de sa tête.

Mais retour à la réalité, tandis qu'il place quelques miettes de tabac dans sa vieille pipe avant de l'allumer. Il n'écoute que d'une demi-oreille, c'est suffisant. Après tout, il ne comprenait pas grand chose, il n'a jamais été fort en cuisine, donc les métaphores culinaires, ce n'était pas vraiment son milieu. « Heum... On ne demande pas son âge à son aîné. On ne vous a jamais apprit cela, la jeunesse ? C'est bien ce que je craignais en voyageant, les temps changent bien trop vite. Et franchement, je ne comprends rien a cette histoire de grumeaux, pâte, huile ou eau. Vous cherchez la cuisine ? Et ben je n'en sais rien mon cher, c'est votre boucle temporel, pas la mienne. Mais je refuserais pas un petit en-cas, le voyage fut long malgré tout. Et pourrions nous bouger ? C'est fort poussiéreux ici, bien plus que de l'époque d'où je viens. Il y a du laisser aller mon cher, on dirait presque que vous êtes en période de guerre. » Une remarque bien plus vrai qu'il ne le pensait. Cet endroit le déranger, lui qui aimait un certains confort, pour le moment l'entrée de cette boucle n'en offrait aucun. Lui qui avait un certains appétit et quelques courbatures, comme il aimait le prétendre, ne refuserait pas un peu d'hospitalité, chose que le temps semble avoir balayer avec les époques et les changements incessant.

Sans reprendre son souffle, il continue sa tirade. « Et jeune homme, penses-tu vraiment que je voulais de cette chose ? J'ai fais mes recherches, mon petit bonhomme, on peut pas vraiment dire que la mémoire soit notre fort depuis quelques générations. J'ai trouvé de vieux contes parlant de nos ancêtres, mais pas grand chose de plus, j'ai aussi hérité de cela du dernier abruti en date qui l'a porté. J'ai oublié son nom, mais c'est mon... Arrière, arrière grand père je penses et donc ton arrière, arrière, arrière... euh, arrière grand père ? Je sais plus ! Fichtre, par la couronne, l'âge, un terrible fléau, je commence a perdre mon latin certains jours. On devrait pas pouvoir vivre aussi longtemps, j'te le dis gamin. Sinon, toi, tu tapes autour de combien d'années ? »


FOOL NEW CLOTHE
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   Sam 4 Mar - 20:36

Ednyfed's Collision

- What the hell ? -

Le voir rallumer sa pipe m'irrite, me démange, réflexe que nous avions visiblement en commun exacerbé par son emprunt qui ne faisait que prouver qu'il s'agissait d'un grand fumeur. Au moins il avait du tabac, dommage que ma pipe était restée dans mon tiroir, à l'abri, préférant de loin la chaleur et la discrétion d'une cigarette. Toujours est-il que le vieux semblait s'être pris un sacré coup sur la tête vu son discourt plus qu'incohérent, pas certain qu'il aille si bien que ça. Les sourcils se froncent à nouveau, les mains sont glissées dans les poches, gardant tout de même les gants juste au cas où. J'acquiesce à sa proposition, il était probablement plus sage qu'il s'asseye dans un fauteuil confortable et laisser son esprit se reposer. Je lui fait signe d'emboiter le pas tout en reprenant la route vers notre quartier des portes.

« Vous ne vous êtes donc vraiment pas renseigné sur cette boucle ? Mille-neuf-cent-quarante-et-un, la seconde guerre mondiale, le blitz londonien ? Cette boucle a été créée pour protéger de la guerre. » Long soupir, était-il sérieux ? Venir ainsi à l'aveugle sans même avoir ouvert un livre ? Quand bien même il provenait du passé, les voyageurs étaient nombreux. « Vous devriez vous y faire rapidement. » Après tout c'était toujours plus simple pour les non contemporains, les voyageurs avides d'histoires et de rebondissements, ceux qui n'ont pas connu l'horreur des bombardement et des tranchées. Je les jalousais souvent, bien qu'ils avaient probablement connus d'autres maux pour la plupart, à choisir je n'aurai certainement pas préféré servir de monstre de foire dans un freakshow, touché à longueur de journée afin de devenir le jumeau parfait pour quelques pièces que je n'aurai pas gagné.

« Qui en voudrait de toute manière. » Réflexion à voix haute, probablement plus pour moi-même, long soupir alors que nous étions dans le même bateau. A quoi bon lui en vouloir ? Nous étions visiblement tous deux les parfaits pantins d'une seule et même particularité hasardeuse et indomptable qui nous rendait en quelque sorte seuls, incapables d'exécuter un contact sans qu'il ne vire au drame, avec une influence quasi nulle sur la chose à part pour ce qui était de l'entretient de la forme. Du moins dans mon cas.

« Je croyais que vous ne vouliez pas aborder la question de l'âge. Avouez, vous avez perdu le fil et oublié de compter, j'en étais sûr ! Vu le flux de pensées et paroles en tout genre que vous m'infligez, votre cerveau ressemble à un vieux grenier en désordre où même un chat n'y retrouverait pas ses jeunes. Je ne suis pas tout à fait certain, mais cela doit faire quelque chose comme nonante-quatre ans. Pas mal pour un "gamin", je suis sûr que ça vous impressionne. » Maigre rire, bien qu'il n'y avait probablement rien de drôle. Un siècle à quelques années près, vieillard derrière un mioche qui n'aura jamais atteint les trente ans, piégé à tous jamais dans les vingt-neuf ans, quelques jours à peine avant le chiffre rond de la troisième dizaine. Ça avait quelque chose de triste, comme si le temps avait filé sans vraiment avoir profité de la vie extérieure, sans jamais pouvoir ressortir avec cette malédiction.  

Notre refuge apparaît, lui ouvrant la porte pour qu'il s'y glisse. Je lui énumère quelques pièces tout en évitant les plus jeunes tornades courant dans les couloirs. Il ne les retiendrait certainement pas, qu'importe. « On devrait facilement vous trouver une chambre. Je pense que celle juste au dessus de mes appartements est libre depuis quelques jours, elle sert beaucoup aux voyageurs. D'ailleurs vous ne m'avez pas répondu, d'où venez vous ? Enfin de quelle boucle ? Quelque chose de sacrément lointain pour n'avoir jamais entendu parlé de la guerre. D'ailleurs comment vous avez fait pour voyager sans... vous voyez. » Je mime le mot tout en faisant un geste circulaire autour de mon visage. Je l'admirais d'avoir osé traverser toute une boucle, avoir pris la route, d'avoir mis notre particularité à l'épreuve. Peut-être étais-je un brin trop peureux pour partir véritablement à l'aventure ?



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Alter (ft. Galahad)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alter (ft. Galahad)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galahad le retour
» Enfermé ? Pouvoir ? Alter Ego ? C'est un GAG ??!!!!.... [Libre]
» Alter-ego de vos personnages
» Galahad - Midi ! Je vais me faire des taliatelles.... des tagliatheltes... des tahliatèles... des tagliatailes... ET MERDE !!!!! Je vais au kebab !!!
» alter ego astral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-