AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Mabel ◊ Purple, Blue and Orange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mabel P. Herrera

avatar
- carte du Maraudeur -
❧ Boucle Temporelle : 20 juin 2016 désormais. Elle vécut un temps en 1941, mais les moteurs des avions ronronnaient trop fort à son oreille.
❧ Particularité : Géolocalisation
❧ Occupations : Géotraceuse aux projets bien trop nombreux.
❧ Miroir :
❧ Missives : 139
❧ Yeux de verre : 34
❧ Crédits : © Paon


MessageSujet: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 17:27

Mabel Phyllis Herrera

- I wish they would only take me as I am -

❧ Nom : Herrera ❧ Prénoms : Mabel Phyllis ❧ Surnom(s) : May. ❧ Age : 27 ans en apparence. 30 ans réellement. ❧ Lieu et date de naissance : 18 septembre 1986 à Fredericksburg, Texas. ❧ Boucle Temporelle  : 20 juin 2016 ❧ Localisation actuelle  : Le Village. ❧ Occupation : Géotraceur, ses occupations personnelles n'étant jamais menées à termes. ❧ Statut civil : Célibataire. ❧ Je ressemble à : Brie Larson.
❧ Particularité  : Géolocalisation. Votre caleçon porte bonheur ne s'est pas égaré. Il est resté accroché au tambour de la machine à laver. Quant à la fille que vous traquez depuis des semaines et dont vous avez perdu la trace, elle s'est simplement dirigée vers la plage.
Mabel saura localiser chaque objet, chaque personne. Une Carte du Maraudeur pas toujours conciliante.
❧ Talon d’Achille  : L'espace se révèle vite bien trop vaste. Il lui sera aisé de retrouver ce qu'elle cherche dans une maison, un petit village. Mais plus la distance est grande, plus il lui faut se concentrer. La géolocalisation devient moins précise. Elle saura certainement que Karl est en Chine, peut-être à Pékin. Il lui sera beaucoup plus difficile de savoir où exactement. Les réponses restent aléatoires, la fatigue elle, devient parfois le frein à ses recherches.
Le temps l'arrête. Ses réponses sont celles de l'instant. Elle ne pourra retrouver une personne extérieure à la boucle.
Il lui faut savoir qui elle cherche. Pas de femme disparue ou d'enfant né sous X. Elle ne pratique pas l’ésotérisme et ne lis pas dans les pensées. Donnez lui un prénom et un nom, une photo.
----------------------
❧ Ce que je pense des autres Syndrigastis : Elle apprécie être avec eux. Ils partagent ensemble le secret de leur existence. Elle vient à les aider comme s'il s'agissait d'un devoir, mais se retrouve parfois à leur claquer la porte au nez quand ils abusent de ses pouvoirs.
❧ Ce que je pense des (autres) Ymbrynes : Mabel se repose un peu trop sur elles. Elle n'a jamais réellement été seule, comptant sur sa tante pour l'empêcher de sombrer dans la solitude, la folie. Elle est malgré elle devenue dépendante de cette compagnie, et en vient ainsi à la remplacer par celle des Ymbrynes. Elle leur apporte son aide. Par reconnaissance pour leur dévouement aux Syndrigastis. Par besoin d'être parfois maternée.
❧ Ce que je pense des Humains : Elle n'est pas la plus apte à juger. Les humains étaient les pensionnaires de sa vie, et elle fût à l'origine du mal qu'elle leur imaginait. Ils sont aujourd'hui les figurants d'une bobine que l'on remonte, et elle doute de la réalité qu'ils peuvent avoir.
Mes petits Secrets
Mabel fût diagnostiquée bipolaire à l'âge de 22 ans. Elle entrepose chez elle des objets qui ne lui servent pas. Une guitare, car elle eut voulu apprendre la musique. Des pinceaux, car il lui fallu une fois devenir peintre. Elle rêverait d'être bonne cuisinière mais ne peut s'empêcher de modifier les recettes qu'elle cherche à suivre. Elle court chaque jour sur la plage. Lorsqu'elle n'en a pas la force, elle se contente de marcher. Il lui arrive d'aller jouer avec les enfants. N'ayant aucune notion de danger et de responsabilité, il est préférable de ne pas la laisser seule avec eux. Sa vie est une succession de phases, et l'une d'entre elles l'a un jour menée à l’hôpital. Elle n'avait pas la carrure d'une vraie texane, mais en garde aujourd'hui les stigmates. Mauvaise perdante, qu'il s'agisse de jeux de sociétés ou de jeux sportifs. On lui a retiré son permis, mais elle continue de nier son incapacité à prendre le volant. Les initiés sauront qu'il ne faut pas jouer une partie de poker avec elle. Ne sachant nager, elle ne peut aller dans l'eau si celle-ci dépasse son nombril. Elle aime les vaches. Comme une fermière. Comme une princesse aimerait une licorne. Elle est arrivée dans la boucle de 1941 avec une valise, deux sacs de voyages et un sac en bandoulière. Voyager léger lui semble impossible. Traverser Londres sous les bombes chargée comme un âne aurait dû lui servir de leçon mais... non. Enfin elle ne sait pas chanter, mais ne sait pas non plus qu'elle chante mal.
Mentalité


La phase maniaque.
Les cernes se creusent sous le poids de l’insomnie. Il lui faudrait dormir mais la fatigue la quitte, les projets s’accumulent. Il y’a un livre de cuisine qu’il lui faut terminer, des recettes à élaborer, un gâteau à oublier dans le four. L’ambition s’empare d’elle sans qu’elle ne puisse jamais être menée à termes.
Mais elle est heureuse, de toutes ses idées. Heureuse à l’excès, euphorique. Son corps ne peut tenir en place, il lui faut bouger, s’animer. Accomplir ses missions. Car rien ne peut lui faire comprendre qu’elle put avoir tort.
Ses vêtements sont un ensemble de vieux tissus aux motifs colorés et à vomir. Il lui faut manger, boire, parfois l’oublier. Il lui faut chanter, raconter des fables, changer de sujet avant d’oublier une idée.
Il lui faut être l’impératrice du monde qu’elle n’a pourtant pas choisi.

La phase dépressive.
Le plaisir disparaît, et avec lui l’intérêt. Il n’y a plus de raison de se lever, plus aucune de s’agiter. Aucun désir, aucun appétit. Mabel devient coupable et dénigrée.  Elle n’a plus la force de s’énerver, elle est en torts. Il lui faut attendre des heures au fond de son lit, laisser se lever l’aube alors qu’elle a toujours détesté la manquer.
Ses pieds traînent sur le plancher, son corps avançant au ralenti. Soutenir le regard des autres alimente sa culpabilité. Il lui faut espérer que la tristesse ne s’en aille, mais l’espoir lui aussi est entamé.

L’Euthymie.
Une once de lucidité dans une vie en manquant. Elle se sent redevenir la personne qu’elle a toujours été, et non plus le symptôme d’une maladie répertoriée. Elle se lève du mauvais pied, marmonne dans sa barbe que le soleil devrait se lever plus tard. Elle pourrait rester au lit, mais a toujours craint de louper le coche de la vie. Alors elle se lève, fait profiter le monde de sa mauvaise humeur matinale. L’après-midi vient et avec elle le sourire manquant à sa sévérité.
Elle aime le sentir étirer ses lèvres, joviale lorsque le monde tourne dans son sens. Car à présent qu’elle n’est plus sous la protection de sa tante, il lui faut subir les contrariétés que celle-ci avait tout fait pour éviter. Mabel ne supporte pas le changement. Elle ne supporte pas qu’il lui soit dit non. Elle est docile et bienveillante, vivant dans un monde n’appartenant qu’à elle. Mais lorsqu’il s’agit de partager ses caprices, de dire non par simple manque d’envie, elle devient le souvenir de l'enfant gâtée qu'elle eut été.
Elle a également toujours manqué de courage lorsqu’il s’agissait de prendre sa vie en main, mais cela n’a plus réellement d’importance aujourd’hui. Devoir se contenter d’une journée infinie est pour elle un nouveau moyen d’y échapper.

- Qui se cache derrière ce merveilleux personnage -

Je m'appelle Paon, j'ai 22 ans, je suis Mister Hyde et je viens de Lyon (encore). J'ai trouvé le forum via ma double personnalité et je le trouve un peu trop addictif. Pour finir, je dirai : JUST DO IT.

Spoiler:
 


Dernière édition par Mabel P. Herrera le Jeu 29 Déc - 21:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mabel P. Herrera

avatar
- carte du Maraudeur -
❧ Boucle Temporelle : 20 juin 2016 désormais. Elle vécut un temps en 1941, mais les moteurs des avions ronronnaient trop fort à son oreille.
❧ Particularité : Géolocalisation
❧ Occupations : Géotraceuse aux projets bien trop nombreux.
❧ Miroir :
❧ Missives : 139
❧ Yeux de verre : 34
❧ Crédits : © Paon


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 17:27

Mon Histoire

- Purple in the morning, blue in the afternoon, orange in the evening -



Je viens avec la pluie


Il ne put y avoir de bonne façon d’élever son enfant. Il pût être désiré, certains n’avaient jamais été prêts à en avoir la charge. Carrie Garner était de ceux-là. Elle avait porté Mabel, lui reprochant ses vergetures. Lui reprochant d’avoir tardé à sortir, l’obligeant à rester allongée des jours entiers. Son enfant s’accrochait à ses entrailles et elle dû l’y arracher. Déjà, elle ne supportait plus d’être une mère.

     Juliet Garner aimait les enfants, les chérissait. Elle rêvait d’en avoir mais ne pouvait le faire seule. Une règle scientifique, chimique, atomique. Une injustice alors que sa sœur Carrie élevait sa fille sans supporter de le faire. Après la mort de Franck Herrera, jeune premier devenu flic de Fredericksburg, elle se retrouva en charge d’une gamine de trois ans qu’elle n’avait jamais réellement su élever. Elle avait offert Mabel a Franck, gage de son amour pour lui, et il avait eu le devoir de s’occuper d’elle comme s’il fût son seul parent. Carrie aimait sa fille, mais se dégoûtait devant le spectacle des couches à changer, de la bave à essuyer. Elle ne savait quoi lui dire et se contentait de l’admirer de loin. Mais Franck s’était fait tiré dessus par un vieux fou au fusil chargé. Carrie avait bien essayé de se remarier. Allan Monroe s’était présenté à elle comme un homme gentil et bienveillant. Il avait semblé être la personne parfaite pour remplacer Franck. Mais l’homme, aussi bien attentionné qu’il pouvait être, avait succombé à la tâche qu’il eut à avoir en vivant avec elle. Il aimait Carrie et avait la volonté de pouvoir aimer Mabel comme sa fille. Il ne fût au sein de cette équation, que la nounou utilisée par une femme ne sachant s’occuper de son enfant.
     Il y’eut un compromis entre deux sœurs que tout opposait. Juliet aurait la garde de Mabel, Carrie s’occuperait d’elle lorsqu’elle le souhaiterait. Deux harpies se partageant un jouet. Vivre avec Juliet n’était pas désagréable. Elle plaçait Mabel sur un piédestal, cédant à ses désirs de tartes jusqu’à risquer les crises de foie. Elle l’emmenait voir les chevaux de l’écurie voisine, lui payant plus tard des cours de Barrel racing. Mabel remplaçait l’amour d’un homme et rendait à Juliet sa dignité de femme. Carrie venait la chercher parfois, lorsque l’envie lui prenait d’être une mère. Il fût étrange de la savoir vivre dans la même ville qu’elle, de la croiser comme si elle ne fût que de passage. Mais Carrie était ce qu’elle était et Juliet eut offert à Mabel tout ce qu’elle n’aurait jamais avec elle.



Jours polaires


23 août 2008 (Mabel 21 ans)

     Carrie était chez elle. Mabel le savait. Elle était allée à la boulangerie le matin, puis à l’épicerie de Jerry. Un homme dont l’embonpoint dépassait l’entendement, et qui voulait se faire appeler Jéjé par tous les enfants. Il était répugnant. Déjà petite fille, il faisait peur à Mabel. Il lui sembla qu’il adorait ça, les enfants timides. Alors elle se mit à le fixer du regard, roseau fragile se déployant face au vent. Il y’eut des histoires amusantes à raconter sur lui, mais s’il lui fallut penser trop intensément à l'épicier, elle en venait à oublier de surveiller sa mère.
     Car Mabel avait besoin de savoir ses faits et gestes. Il consistait en un processus de victimisation et d’auto apitoiement. Allongée dans son lit depuis des heures maintenant, elle observait le parcours de Carrie, se demandant quand elle viendrait lui rendre visite. Elle lui eut toujours manqué, sans dramatisme, mais la tristesse se déployait pourtant une fois la dépression arrivée. Il lui fallait ouvrir une plaie qu’elle n’avait jamais regardé jusqu’à présent. Il lui fallait utiliser sa mère pour savoir qu’elle n’était pas utile à ce monde. Cela faisait deux semaines que la dépression approchait. Elle la sentit s’emparer d’elle comme un froid gelant ses doigts, et elle fût bien trop faible pour ne pas baisser les bras.
     Le papier peint de sa chambre la rendait triste. Elle avait décidé de le changer il y a deux mois pour du bleu, et un seul mur fût dénudé pour recouvrer la couleur du ciel. Elle avait souhaité pouvoir voir l’horizon de sa chambre, et le bleu l’y permettrait. Mais le travail était trop long et aujourd’hui elle déprimait. En réalité, cela faisait des jours qu’elle se recroquevillait sur elle-même en se sentait indigne de l’amour qu’on lui portait. Indigne de celui de sa mère, car elle en doutait. Indigne de Juliet, car elle ne serait jamais sa fille. C’était pourtant elle qui venait l’étreindre, lui apportant des pois gourmands car elle adorait ça.

10 octobre 2008 (Mabel 22 ans)

     Juliet était venue lui rendre visite à l’hôpital. Elle l’avait fait régulièrement, même s’il lui avait été demandé de ne pas venir trop souvent. Mais aujourd’hui le diagnostic avait changé. Mabel n’était pas une dépressive, elle était bipolaire. Changement de traitement. Place aux thymorégulateurs. Le lithium pour la dépression, les anti-épileptiques pour la manie. Quant aux antipsychotiques, il fût certain que l’on y échapperait pour le moment.
     L’hôpital lui manquerait malgré elle. La dépression n’avait pas aimé la compagnie des autres. Mais la manie s’en était délectée. Les pensionnaires souriaient à ses farces, ses mots. Elle les fît rire lorsque les infirmières tentèrent de la calmer et qu’elle se mit en colère. Carrie lui avait rendu visite. Elle lui avait caressé la joue, hésitante mais sincère. Cela ne lui avait rien fait. Mabel devait penser à l’œuvre qu’elle proposerait à l’atelier peinture.
     Le médecin la croyait intelligente. Non pas qu’elle fût stupide. Elle savait faire des choses qu’il ne comprenait pas. Lorsqu’il parla à Juliet de sa capacité à deviner où chaque objet se trouvait, du fait qu’elle gagnait systématiquement aux jeux de cartes et à la bataille navale, celle-ci regarda Mabel, feignant d'être impressionnée. Elle lui répondit, avec humour, que sa nièce avait un esprit de compétition redoutable.



Le Grand-Oncle Wallas


13 décembre 2013 (Mabel 27 ans)

     Juliet rencontra un homme. Elle devint étrange. Il lui fallait vivre son histoire mais celle de sa nièce prenait de la place. Sa maladie prenait de la place. Mabel s’était refusée à vivre seule. Elle était incapable de gérer ses crises, craignait que celles-ci redeviennent violentes. Il était hors de question de retourner à l’hôpital par manque d’attention. Elle avait peur, une fois seule, de devoir poursuivre un nouveau traitement. Il n’était plus question de bipolarité mais d’enfantillages, et Juliet s’en fatiguait. Elle lui posait des questions sur ses amis, sur les hommes qu’elle fréquentait. Mais Mabel eut suivi son exemple de femme solitaire. Elle devenait aussi aigrie qu’elle, envisageant un avenir sans amours de ce genre. Il n’était pas question d’homosexualité. Les hommes, elle les aimait. Elle en avait fréquenté deux ou trois, très peu car ses états ne lui facilitaient pas la tâche. Mais elle n’était pas tombée amoureuse, et aucun d’entre eux n’aurait été capable de l’aider dans sa maladie comme Juliet le faisait. Car c’est cela que cherchait à faire sa tante. La remettre aux mains d’un homme pour qu’elle puisse faire sa vie. Jouer à la poupée avec Mabel lui avait suffi. Carrie elle, trouvait inconcevable l’idée de la reprendre à 27 ans. Elle était adulte, devait se débrouiller seule. Elle reprochait à Juliet de l’avoir laissée vivre avec elle aussi longtemps, mais ses mots n’avaient pas leur place alors qu’elle n’avait pas été présente.
     Juliet eut l’idée de l’envoyer dans les boucles. Là où son oncle était parti lorsqu’il avait 30 ans. Wallas Garner était comme elle. Juliet lui racontait souvent ses histoires. Il était taquin et maladroit. Il aimait la vie et parler de ses exploits. Il était de ces Garner cachant un secret. Celui de savoir où les gens étaient. Lorsque Mabel, jeune enfant de 13 ans, se rendit compte qu’elle détenait elle aussi ce don, elle se sentit fière d’être à l’image de son oncle. Héros des histoires que lui racontait Juliet avant de dormir. Elle rêvait qu’il puisse venir la chercher et l’emmener avec lui. Ils auraient une écurie et quelques vaches. Un conte de princesse Texane. Mais Mabel avait grandi, et ses rêves étaient emplis de toutes autres choses.

22 mars 1941 (Mabel 27 ans)

     L’Europe était hautaine. 1941, hostile. Le soleil lui manquait, l’odeur des vaches aussi. Mais elle se retrouvait là à respirer l’air d’une Guerre qu’elle aurait préféré ne pas connaître. Elle s’était imaginée son oncle comme un Texan pure souche. Bien sûr il ne porterait pas le chapeau et les bottes de cuir. Cela aurait juré dans le Londres de la Guerre. Mais elle espéra qu’il lui souffle ce doux "Yes Ma’am" qu’elle adorait entendre. Il lui rappellerait les terres couleur brique qu’elle avait été contrainte de quitter. La déception fût de voir ce cher Wallas se fondre dans la masse Londonienne. L’idée de savoir qui il était fronçait son nez. Lui était heureux de la rencontrer, d’apprendre que Juliet se construisait une vie, que Carrie allait bien. Mabel dû se contenter de lui.
     Juliet l’avait accompagnée à Londres, cherchant avec elle la piste de Wallas. Elle lui avait laissé une lettre qu’il n’ouvrit que lorsqu’il fût seul. Le dépaysement faisait mal, les Adieux aussi. Le Texas avait peut-être permis à Mabel d’affronter les hommes, mais elle n’avait jamais été entourée que de femmes. Être avec Wallas la rendait triste, déclencha le début d’une crise. A long terme elle réussit à s'habituer à lui, plus encore à une forme incertaine de solitude. Tout n’était que temporaire. Le temps laissait s’éteindre le bruit des bombes et des cris. La Manie lui avait fait peindre une fresque dans sa chambre. Celle d’un champ embrasant un ciel bleu. Cette peinture lui faisait oublier la pluie. Mais la pluie revenait la hanter lors de journées plus tristes.



En mer


20 juin 2016 (Mabel 29 ans)

     Elle avait rendu à la mer son déjeuner, son dîner. Elle avait cru mourir en n’ayant plus rien à vomir, sa main tremblante retenant les cheveux collant à sa peau. Les vagues étaient bien trop grandes, le bateau bien trop rapide. Elle ne comprit pourquoi il leur fallait les affronter de face, alors qu’elles devaient elles aussi rejoindre l’Île de Man. Cela l’énervait, cela l’agaçait. L’eau était une chose qu’elle n’avait jamais comprise. Elle n’était pas aussi intelligente que ce qui avait été dit.
     Il avait semblé nécessaire de rejoindre une époque différente. Il était évident qu’elle ne se ferait jamais à la Guerre, ni même à Londres. Castletown ne lui permettrait pas de rejoindre le côté de l’océan qui était sien, mais la boucle la rapprocherait d’une époque qu’elle maîtrisait. Lorsque des bruits coururent sur sa création, il lui fallut la rejoindre. Ce ne fût ni la manie, ni la dépression qui l’y poussèrent, mais bel et bien elle qui le demandait. Wallas l’avait quittée depuis 9mois déjà. La joie qu’avait été de retrouver la petite fille de son frère, lui rappela amèrement ce qu’il avait quitté. Il devint maussade, d’une compagnie désagréable. Il adorait la compagnie de sa boucle, offrant généreusement tout ce qu’il fût à même de leur donner. Il eut été ambitieux et plein d’entrain lorsqu’il avait trente ans, mais si son visage était resté le même, il fût facile de croire que la flamme animant sa jeunesse s’était éteinte. La décision de renoncer à celui qu’il lui était possible de rester, fût une décision ne concernant que lui. Il aurait 80 ans une fois sorti. Il lui resterait assez de temps pour retrouver sa lucidité, accepter le changement qui serait opéré et s’éprendre des dernières années, s’il eut de la chance, qui rythmeraient la fin de sa vie. Il pensait les avoir méritées.
     Une fois seule dans la boucle, Mabel se sentit étrangement seule. Wallas n’avait su être la personne sur qui tout reposer, mais il l’avait aidée. Assez pour préserver ce qui lui restait de dépendance. Il raconterait à sa nièce combien vivre éloignée lui avait été bénéfique. Elle-même senti quelque chose se briser en elle. Une forme de chaîne qui ne pût malgré tout entièrement disparaître. Elle quitta la boucle quelques mois plus tard. Une décision longue nécessitant qu'un peu de courage. Le 20 juin 2016 n’appartenait qu’à elle seule.


Dernière édition par Mabel P. Herrera le Jeu 29 Déc - 21:44, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 17:36

Je l'aime déjà huhu huhu huhu
Re-bienvenue, contente de te voir avec un vagin en fin de compte mdr
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 19:56

Quand je disais que c'était contagieux yy

Rebienvenue ♥

Quelle rapidité! shock xD
Revenir en haut Aller en bas
Mabel P. Herrera

avatar
- carte du Maraudeur -
❧ Boucle Temporelle : 20 juin 2016 désormais. Elle vécut un temps en 1941, mais les moteurs des avions ronronnaient trop fort à son oreille.
❧ Particularité : Géolocalisation
❧ Occupations : Géotraceuse aux projets bien trop nombreux.
❧ Miroir :
❧ Missives : 139
❧ Yeux de verre : 34
❧ Crédits : © Paon


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 20:25

J'ai rejoins le côté obscur de la force... shock
On t'y attend d'ailleurs.

Merci à tous les deux. keu



Cercle Polaire.
I'm the girl who is lost in space, the girl who is disappearing always, forever fading away and receding farther and farther into the background. E.W
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 20:46

Après le Nouvel An si tout se passe bien, attendez moi perv *est si faible*

Tu me garderas un lien d'ailleurs? Elle sera sûrement en 2016 ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 21:24

Encore un, z'êtes d'attaque pour les DC shock
Re-bienvenue alors yy
Elle m'a l'air bien chouette ta demoiselle hehe
Revenir en haut Aller en bas
Mabel P. Herrera

avatar
- carte du Maraudeur -
❧ Boucle Temporelle : 20 juin 2016 désormais. Elle vécut un temps en 1941, mais les moteurs des avions ronronnaient trop fort à son oreille.
❧ Particularité : Géolocalisation
❧ Occupations : Géotraceuse aux projets bien trop nombreux.
❧ Miroir :
❧ Missives : 139
❧ Yeux de verre : 34
❧ Crédits : © Paon


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Mer 28 Déc - 21:47

Lavinia
Je te garde la place au chaud. What a Face
Et avec plaisir ! Surtout qu'on a pas de lien avec Clarence.

Ulric
Merci !
Apparement toi aussi t'y penses. What a Face



Cercle Polaire.
I'm the girl who is lost in space, the girl who is disappearing always, forever fading away and receding farther and farther into the background. E.W
Revenir en haut Aller en bas
Margaret Nebulosa

avatar
- Jeune Chouette -
❧ Boucle Temporelle : Edimbourg, 1873
❧ Particularité : Apprentie Ymbryne
❧ Occupations : Lire et jouer du piano.
❧ Missives : 101
❧ Yeux de verre : 29
❧ Crédits : Bazzart


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Jeu 29 Déc - 11:28

Oh Clarence ton perso est trop cool!!

Vivement ta validation que tu nous rejoignes encore une fois!!


On a beau chercher, on ne trouve jamais que soi même.
Revenir en haut Aller en bas
Mabel P. Herrera

avatar
- carte du Maraudeur -
❧ Boucle Temporelle : 20 juin 2016 désormais. Elle vécut un temps en 1941, mais les moteurs des avions ronronnaient trop fort à son oreille.
❧ Particularité : Géolocalisation
❧ Occupations : Géotraceuse aux projets bien trop nombreux.
❧ Miroir :
❧ Missives : 139
❧ Yeux de verre : 34
❧ Crédits : © Paon


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Jeu 29 Déc - 12:50

Merci Margaret ! brill



Cercle Polaire.
I'm the girl who is lost in space, the girl who is disappearing always, forever fading away and receding farther and farther into the background. E.W
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   Jeu 29 Déc - 22:43

Une nouvelle pièce !

- Il est de nôtres -

Zizi bâton.
Très belle fiche et très beau personnage, ça fait du bien à mes yeux et chaud à mon cœur. Allez file et va t'amuser avec ton bijou brill

Félicitation ! Maintenant que vous êtes validé, vous pouvez passer à l'étape suivante et bien entendu aller rp ! Vous pouvez créer votre Fiche de liens & topics, référencer une Occupation si vous en possédez une utile à une boucle et n'oubliez pas de référencer votre boucle dès que vous voyagez. Il ne faut pas avoir peur de poster des Questions/Suggestions, le staff est à votre disposition. Vous pouvez également aider le forum à se faire connaître ici. Enfin, amusez-vous !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mabel ◊ Purple, Blue and Orange   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mabel ◊ Purple, Blue and Orange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Blue max
» Haïti : 26 enfants morts de malnutrition à Baie d’orange
» Petit job, grosse galére [Orange Town, Rang D, Civil, Livraison]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Squelettes Anatomiques :: Pièces maitresses-