AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Flashback - Lost in your eyes [Lysianna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Flashback - Lost in your eyes [Lysianna]   Lun 2 Jan - 22:40


[color:4d7c= #F6E497]« Père, je crains que nous devions abréger cette conversation. N’avons-nous pas des invités ? Ce serait mal poli de notre part. » Alister avait perdu le fil de la conversation depuis bien longtemps. Les affaires n’avaient jamais été réellement son terrain de prédilection. C’était plus un artiste qu’un réel homme d’affaire. Son père tentait de lui inculquer les ficelles du métier avec beaucoup de patience alors que le fils se perdait dans ses pensées. Il comprenait que que le commerce à l’autre bout du monde n’était pas l’une de ses priorités actuellement mais plutôt une jeune femme présente dans la salle à manger qui lui faisait tourner la tête. Alister était tombé sous le charme de miss Krimson. Monsieur Hamerston, comprenant le trouble de son fils, obtempéra sans émettre la moindre remontrance. Alister s’apprêter à sortir alors que son père le taquina : « Tente de ne pas courir dans les escaliers. Elle ne se sera pas envolée. » Précieux conseil. « Tu sais à quel point mère aime cette nouvelle confiserie. » répondit-il, feignant de ne pas comprendre qu’il parlait de Lysianna.

Alister rejoignit le salon, tentant de calmer les palpitations de son cœur qui semblait décider à bondir hors de sa poitrine. Une légère odeur de jasmin flottait dans l’air alors qu’il passait devant les manteaux abandonnés là par leurs propriétaires. Il en avait fait apporter quelques essences pour la jeune femme, tentant de s’attirer ses faveurs par un moyen détourné. De ce qu’il savait, les jeunes femmes aimaient ce genre d’attention exotique. Il avait bien l’intention de lui en ramener quelques graines pour qu’elle n’en manque jamais. « Bonjour. Pardonnez notre retard. Une affaire urgente. » s’excusa-t’il poliment en rentrant dans la pièce. Il s’approcha de sa mère et déposa un léger baiser sur la joue de sa mère avant de prendre place stratégiquement dans le fauteuil le plus proche des invités, face à une tasse de thé fumante.

Elle était là. Elle était magnifique, comme toujours. Alister rêvait de la douceur de sa peau, son regard animait ses rêves et ses fantasmes. Il n’y avait, à son humble avis, aucune femme aussi belle qu’elle. Et en plus de sa beauté foudroyante, elle lui paraissait vive d’esprit, intelligente, sachant faire preuve de douceur et de fermeté. Il en était définitivement amoureux. Les conversations avaient repris et encore une fois, aucune ne retint réellement l’attention du jeune homme qui était bien loin dans ses pensées. Il répondit poliment aux questions qu’on lui posa et haussa même la voix, par pur égocentrisme, lorsque les opinions se divisèrent. Miss Krimson semblait également s’ennuyer à mourir. C’était l’occasion idéale de jouer au preux chevalier. Il s’adressa à elle : « Vous me semblez bien pâle. Vous sentez-vous bien ? Peut-être puis-je vous proposer de sortir pour profiter de l’air frais ? Cela vous fera le plus grand bien. » C’était bien entendu une diversion. Il lui tendit le bras, la suppliant du regard. Tout le monde avait compris son petit manège depuis longtemps. Ils étaient au centre de bien des discussions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Flashback - Lost in your eyes [Lysianna]   Mer 4 Jan - 12:25

Spoiler:
 


« Bonjour. Pardonnez notre retard. Une affaire urgente, » s’excusa poliment le jeune homme en entrant dans la pièce. L’amour avait un effet très étrange sur les gens. Enfin, plutôt, sur Lys, elle n’avait pas le monopole de l’étrangeté. Comme si, avant l’instant précis où l’être aimé était entré dans la pièce, tout n’avait été qu’ombre, désespoir et désolation. Le Roi de Cœur avait toujours cette étrange facilité à rentre tout beaucoup plus beau, plus resplendissant. Un jour morne de printemps pouvait se transformer en un oasis de bonheur rien qu’avec l’ombre d’un sourire, l’éclat d’un regard. C’était une science bien étrange que la jeune femme essayait de décortiquer depuis qu’elle avait compris qu’elle était tombée sous le charme d’Alister. Comment, alors que rien ne la prédisposait à l’aimer, comment son cœur pouvait-il s’affoler si agréablement lorsqu’il était là ? Il aurait pu s’excuser de tous les maux qu’elle l’aurait juste écouté, pendue à ses lèvres comme une idiote, désireuse de n’avoir ne serait-ce qu’une once d’attention de sa part.
C’était très inattendu, puisqu’au demeurant, elle était restée de marbre face à tous ses assauts répétés. Mais force était de constater qu’aujourd’hui, lorsqu’Alister se glissait dans une pièce pour venir la retrouver, elle ne pouvait s’empêcher d’avoir le cœur battant la chamade, presque prêt à s’éjecter hors de sa poitrine.

Le thé noir saupoudré de fruits rouges embaumait la pièce et Lysianna ne put s’empêcher de sourire discrètement en voyant Alister s’asseoir près d’elles. « Nous comprenons tout à fait, Alister. Vous êtes sur le point de réaliser un grand projet, nous vous sommes déjà gré de passer quelques instants en notre compagnie, » s’enthousiasma la mère de Lysianna, subjuguée par tout ce qui leur arrivait depuis quelques temps. Les affaires allaient de mieux en mieux depuis qu’ils s’étaient associés avec les Hamerston. Ils ne roulaient pas encore sur l’or, mais dans l’esprit des Krimson, c’était tout comme. Une porte sur une vie meilleure, même s’ils n’avaient pas non plus eu à se plaindre jusque-là. Bon nombre de familles vivaient bien plus mal et s’en sortaient tout à fait. Mais l’idée de s’élever un peu de cette basse extraction faisait bien de l’œil. Certains pouvaient les considérer comme des arrivistes, mais Lysianna préférait de loin le terme d’ambitieux. Ils n’avaient pas les yeux plus gros que le ventre : ils travaillaient dur, et voulaient juste avoir des retombées. C’était normal, non ?

Dans le coquet salon de leurs hôtes, Lys ne manquait pas de distraction. Elle pouvait entendre les piverts dehors, saluer gaiement l’arrivée du printemps. Il y avait un vieux chat qui aimait tout particulièrement visite l’arrière-cour, et elle était toujours à l’affût d’un nouvel ami à se faire. Elle pouvait rester dans ces sièges confortables, à siroter une tasse de thé pendant des heures, laissant le bourdonnement des conversations l’envelopper d’une douce couverture. Ou alors, le plus discrètement du monde, elle s’abîmait dans la contemplation du jeune homme en face d’elle, se demandant si un jour ils partageraient plus qu’une tasse de thé. Le destin lui avait appris à ses dépens qu’il était le maître de la taquinerie, et elle ne doutait pas une seule seconde qu’il serait ravi de semer quelques embûches sur leur chemin. Tant pis : ensemble, ils surmonteraient toutes les épreuves, elle en était persuadée.

« Vous me semblez bien pâle. Vous sentez-vous bien ? Peut-être puis-je vous proposer de sortir pour profiter de l’air frais ? Cela vous fera le plus grand bien. » Un petit sourire de circonstance se glissa sur les lèvres de la jeune femme quand Alister lui adressa enfin la parole. Elle ne put s’empêcher de noter la cocasserie de la situation – deux jeunes adultes coincés entre leur mère parlant chiffons… Il lui tendit le bras galamment. Elle reposa sa tasse de thé sur la table. « Je vous remercie de votre sollicitude. Il est vrai que je me sentirais d’autant mieux dehors. » Elle ne savait pas si elle avait vraiment l’air pâle mais elle préféra ne pas prendre cette remarque pour elle. Autant ne pas montrer son côté susceptible dès le début. Elle garderait ça comme petite surprise de dernière minute. « Je vais juste prendre mon manteau. » Attrapant sa veste d’une main, elle l’enfila rapidement, consciente que les regards de leur génitrice étaient braqués sur eux. Elle n’aimait pas cette soudaine attention qu’on leur portait – et encore moins les jacasseries qui s’ensuivraient de leur départ. Lorsqu’ils sortirent, le vent frais la revigora effectivement, la sortant de la torpeur dans laquelle le thé et les conversations badines l’avaient plongée. « Vous êtes un bien preux chevalier. Quelques minutes de plus et je m’évanouissais, s’esclaffa-t-elle en enroulant son bras autour de celui d’Alister. J’espère que la conversation que vous avez eue plus tôt ne vous a pas trop importuné ? » Elle était sincèrement curieuse – elle voulait savoir de quoi ils avaient parlé, là-haut, durant ces réunions réservées aux hommes. Ça devait être certainement beaucoup plus intéressants que les messes basses échangées par leurs harpies de mère qui ne pouvaient s’empêcher de colporter des ragots sur les familles voisines.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Flashback - Lost in your eyes [Lysianna]   Dim 8 Jan - 19:14

La présence de Lysianna dans la pièce l’illuminait. Alister n’avait d’yeux que pour elle et ce n’était pas réellement un secret. Comment rester insensible au charme de la jeune femme ? Beaucoup de jeunes hommes s’étaient déjà laissé prendre au piège avant d’être répudié définitivement à la moindre avance. Le jeune Hamerston avait utilisé une autre technique, après s’être heurté plusieurs fois au mur que dressait la jeune Krimson entre elle et le reste du monde. Il avait fait le choix d’y aller doucement : rentrant petit à petit dans ses bonnes grâces, apprenant à la connaître, se montrant attentionné. Il espérait réussir à la séduire, mais parcequ’il en était tombé amoureux. Il n’avait pas la prétention de se croire l’homme idéal pour elle, mais il n’était certainement pas le plus mauvais choix. En tout cas, il avait déjà sa « potentielle » belle famille dans la poche. Son père avait décidé de s’associer avec la famille Krimson pour quelques projets. Si le fils était amoureux de la fille, les pères s’enthousiasmaient sur les mêmes affaires et avaient les mêmes ambitions. L’équilibre était parfait.

Alister avait beaucoup de mal à s’intéresser à la discussion en cours. Il observait du coin de l’œil la jeune femme, tentant de ne pas paraître trop indiscret, ou insistant. Il devait faire bonne figure même si tout le monde avait compris son petit manège. Il se doutait que les nouvelles affaires entre les deux familles n’étaient pas le fruit du hasard. Alister n’était pas des plus simples à marier. Il était bien trop tête en l’air, artiste à ses heures perdues, voyant la beauté dans un monde qui s’industrialisait à toute vitesse. Une énième tasse de thé fut versée et s’il adorait ce breuvage, il arrivait à saturation. Désireux de quitter la pièce, il proposa, de manière détournée, à la jeune mademoiselle Krimson de l’y accompagner. Il feignit de la trouver un peu pâle, ne trouvant d’autres excuses. Elle accepta de l’accompagner, ne pouvait le rendre plus heureux. Ils prirent la direction du jardin sous les murmures de leurs mères.

L’air frais caressa son visage. Alister laissa échapper, un soupire, satisfait. Il avait l’impression de pouvoir respirer à nouveau, se sentant toujours étouffer dans de petites pièces. Il aimait le grand air. Il s’étira pour réveiller ses muscles endoloris par des heures passées assis. Il ne rêvait que d’une longue balade, ou un moyen de se dégourdir les jambes, mais il allait devoir se contenter du jardin. Il aurait été fort mal vu d’emmener miss Krimson à travers la ville pour une escapade. « A qui le dites vous ! Je ne me pensais pas capable de boire une énième tasse de thé. » Elle lui saisit le bras, Alister ne pouvait être plus heureux qu’à cet instant.

A cette époque, les affaires ne se faisaient qu’entre hommes. Il n’était pas question d’inclure une femme dans des discussions de ce genre. Elles étaient toujours invitées à rester à l’étage inférieur pour cancaner et vaquer à leurs occupations. Alister ne s’était jamais posé de question à ce sujet. Il n’était déjà pas vraiment attiré par les affaires de son père, et avait du mal à penser qu’il était le seul dans ce cas. Monsieur Hamerston avait trouvé un coéquipier et un semblable en la personne de monsieur Krimson. Alister avait donc un peu plus de temps libre. « C’était ennuyeux… Je crains n’avoir pas le goût de mon père pour les affaires. Heureusement, il a trouvé chez le vôtre quelqu’un partageant sa vision du monde. Il en est ravi et me libère quelques heures de libres loin des affaires urgentes. » Il soupira avant de lui faire un sourire plaisantin. « Et ainsi pouvoir vous sauver à mon tour des longues discussions sur le voisinage autour d’une tasse ou plutôt une dizaine de thé. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Flashback - Lost in your eyes [Lysianna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flashback - Lost in your eyes [Lysianna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FLASHBACK] LOST (pv Noburo)
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» LOST LE RPG
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-