AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Mer 1 Fév - 23:30

Lost in Time

- aller faire un check avec Jules César -

De la neige. De la véritable neige. Froide, glaciale, douce, blanche, immaculée. Depuis combien de temps n'en avais-je pas effleuré, vu de mes propres yeux ? Le sourire s'esquisse alors qu'une main franche se glisse dans la poudreuse, appréciant sa fraîcheur. Cela faisait une éternité, remontant à un passé beaucoup trop lointain, incapable de tenter le moindre voyage dans une boucle aux températures différentes sous peine qu'il ne finisse par une catastrophe au moindre effleurement. Le gant de laine est ensuite remis rapidement en place, pour une fois que j’appréciai leurs douceur chaleureuse. J'avais cette sensation d'être un mioche qui découvrait les bienfaits de l'hiver pour la première fois, des centaines d'étoiles dans les yeux, à promener son regard partout pour enregistrer les images. D'ailleurs la pellicule était soigneusement en place, n'hésitant pas à déclencher l'appareil pour immortaliser l'instant. J'avais préféré l'appareil photo à la caméra, préférant de loin économiser mes bobines pour de folles histoires extraordinaires. Peut-être devrais-je méditer pour en tourner une dans la neige avant qu'elle ne disparaisse avec cette étrange fête foraine.

D'ailleurs il ne faut pas que j'en oublie l'objectif de ma venue, m'obligeant à me concentrer un tant soi peu, garder en tête que je n'étais pas là pour créer un bonhomme de neige. L'appareil est rangé soigneusement dans ma sacoche de cuir emportée avec moi, tout droit sortie des années cinquante, un des biens conservés de mon autre vie d'avant. J'ai déjà revêtu le costume, masque d'humain discret soigneusement emprunté pour quelques longues dizaines de minutes. Il avait à peu près la même corpulence et taille, de quoi ne pas paraître peu crédible au point de vue des vêtements.  Avec de la chance, je parviendrais à entretenir le corps assez de temps pour recueillir un maximum d'informations sans me faire repérer.

Nombreuses étaient les histoires d'horreurs et de fantômes liées aux fêtes foraines pleines de Syndrigastis, leurs horreurs ayant d'ailleurs provoqué de nombreuses boucles. Il n'en avait pas fallu plus que pour me pousser à mener l'enquête avec le matériel requit, à tenter de savoir ce qui se dissimulait derrière ces immenses tentes en parfait désaccord avec le décors apocalyptique du Londres de notre époque. J'avais l'avantage de pouvoir me fondre, ne pas être vu, reconnu, passer d'un visage à l'autre alors que les choses devenaient de plus en plus suspectes. Il y avait des jours comme ça, où mon fléau de particularité devenait ma meilleure alliée, alors que je tentais de prendre le dessus sur tout cet amas d'émotions et de sensations parasites.  

Je déambule comme le ferait un simple visiteur, enregistrant les conversations entendues, posant l'une ou l'autre question discrète. De bien étranges Syndrigastis qui ne voulaient définitivement pas en dire d'avantage. Peut-être me faudrait-il de l'aide sur ce coup ? Retourner dans notre refuge pour convaincre Clarence, bien que l'orgueil me siffle que je devrais me débrouiller, le devancer, prendre la tête dans notre compétition. Il serait le tout dernier recourt.

Une silhouette fini par m'interpeller au bout de quelques dizaines de minutes à tourner en rond. Enric. Qu'est-ce que cet être mystérieux venait faire ici ? Avait-il quelque chose à voir avec cette fête foraine ? Je tente de le suivre, toujours méconnaissable avec ces traits de parfait inconnu. Je m'introduit donc sous ce chapiteau, plutôt sûr de moi. Enfin jusqu'à-ce que le décors finisse par entièrement changer, à des années lumières de notre boucle de quarante-et-un en partie plongée dans l'hiver.

« Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? » La pensée sort d'elle même, surprise provoquant un changement de voix pour retrouver la mienne. Il fallait que je me dissimule, sorte de cette rue tout droit sortis d'un film sur Jules César, que je puisse retrouver mon calme, inspirer profondément, continuer d'entretenir les traits de mon imitation comme je le peux, voir retrouver mes traits sans attirer l'attention, chose peu évidente alors que mon air de voyageur temporel en parfait anachronisme semble attirer les regards. La panique commence à monter, cherchant l'unique repère qu'était devenu Enric du regard. Dans quoi venais-je de m'embarquer ? Ne comprenant rien, ne parvenant même pas à trouver l'entrée de la tente qui s'était volatilisée.



Revenir en haut Aller en bas
Enric Heartgrave

avatar
- Ombre à tout faire -
❧ Boucle Temporelle : 1941
❧ Particularité : Manipule les ombres à sa guise, pouvant les rendre tangibles
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 17
❧ Crédits : Ava: Junkiie


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Mar 14 Fév - 7:28

Lost in Time - Défi III
Quand la neige a commencé à tomber dans notre bonne vieille boucle de 1941, l’inquiétude m’a envahie. Comment un tel phénomène était-il possible ? Les Ymbrynes passaient tant de temps à rassurer les nouveaux arrivants à chaque fois, que j’avais fini par retenir leur petit discours de bienvenu. « Les boucles permettent de continuer à vivre sans que le temps n’ait d’impact » « Le jour de la boucle restera inchangé tant que nous le remontons chaque jour » et ainsi de suite. Ce qui voulait bien dire que nous avions un temps météorologique qui ne pouvait pas changer (à moins que les Ymbrynes ne nous ait caché une partie de leur capacités, mais dans ce cas je leur demanderais bien un peu de soleil). Alors d’où provenait toute cette neige ? Pendant un instant je crus que la boucle avait une déficience, provoquant un retour à une temporalité normale mais je balayai cette hypothèse très vite : j’étais moi-même au Royaume-Uni lors du mois de Mars 1941, pas encore envoyé en France un passé qui est pourtant le présent à cet instant, et il n’y avait plus de neige sur le pays depuis bien deux semaines. Simplement cette pluie qui semblait si caractéristique à notre bon vieux pays.

Puis j’ai remarqué les tentes, et la paranoïa, vestige d’une époque qui je pensais pourtant révolue, me prit au tripes, pour ne plus me lâcher. Que se passait-il avec ces tentes ? Des tentes n’apparaissaient pas en une nuit sans annonce aucune, et certainement pas dans une boucle où rien ne changeait jamais hormis les actions des Syndrigatis. J’ai soulevé la question aux Ymbrynes, mais elles sont restées aussi vagues et mystérieuses qu’elles le sont toujours lorsque l’on parle des boucles. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point cela peut être frustrant...Je n’ai pas caché ma méfiance face à ces tentes, et pourtant, je me suis laissé tenter par l’une d’entre elle. Les grands sourires d’autres Syndrigastis en ressortant de ces tentes, tous sain et saufs, ainsi que la joie ambiante d’avoir un peu de changement dans une boucle finirent par avoir raison de ma paranoïa.

Je déambulais, mon long manteau de laine fermement fermé autour de moi afin de ne pas attraper froid dans un climat pareil, sans réel but, me renseignant tranquillement sur les différentes tentes, essayant de décider quelle tente j’allais visiter. Si la fontaine de Jouvence aurait pu être amusant, je ne m’y dirigeais pas, je ne me sentais pas encore assez vieux pour vouloir retrouver jeunesse, ni trop jeune ou curieux pour vouloir découvrir ce à quoi j’aurais pu ressembler si je n’avais pas trouvé cette boucle. Le labyrinthe de glace…Non, définitivement pas. Je n’ai jamais apprécié ce genre d’animations, d’autant plus que je n’ai pas très envie de revoir la plupart des personnes à qui j’ai pu tenir. Il y avait de quoi se rendre fou dans ce labyrinthe. Bien, dans ce cas, j’allais remonter le temps. Un petit voyage ne pouvait pas me faire de mal, n’est-ce pas ? En revanche, quelle époque choisir ? Il y en avait tellement…J’évitais les époques accessibles via les boucles, car cela manquait un peu d’intérêt à mes yeux. Je finis par me décider et entra, non sans précaution, dans la tente en question.

La Rome Antique. Peut-être pas la période la plus calme, mais au moins une époque qui gardait encore beaucoup de questions et quel meilleur moyen pour connaître quelques secrets que d’aller y faire un tour ? A mon arrivée, j’observais un peu l’endroit, les yeux plissé devant l’agression du soleil sur mes pauvres rétines hypersensibles, avant de remarquer un regard étrange me venant d’un homme passant. Je ne réagis pas sur le moment, mais une fois passé, je jetai un œil à mes vêtements et…oui, effectivement, je ressemblais à tout sauf à une personne de cette époque. Ne serait-ce que par ma peau bien plus olivâtre que la leur, mais plus que cela, je portais toujours les même vêtements. J’allais devoir remédier à cela. Usant d’un coin d’ombre pour me camoufler, j’observai les gens passer, attendant quelqu’un de seul, si possible d’à peu-près ma corpulence, mais je pourrais me débrouiller le cas échéant.

Ce à quoi je ne m’attendais pas en revanche, ce fut pour un autre Syndrigastis de débarquer de nulle part. Bon sang. Usant de mes ombres, je l’amenai jusque moi et le cacha dans l’ombre avec moi, plaçant une ombre sur sa bouche pour le faire taire.

"Si tu te tais pour le moment, ça vaudra mieux…" je le relâche, et reprend "Quel est ton nom ?"
avengedinchains



All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons but always keep 'em on a leash
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Ven 17 Fév - 22:13

Lost in Time

- aller faire un check avec Jules César -

Profonde inspiration, garder le contrôle, na pas tenter de comprendre tant que mon corps tout entier n'était qu'un amas de cellules en ébullition, prête à lâcher prise pour redevenir elles-même sous la panique et le manque de repère. Le soleil est aveuglant, la chaleur étouffante, loin de ce soudain hiver que je venais de quitter pour un voyage des plus étranges et déroutant. Voilà ce qui arrive lorsqu'on fonce tête baissée, qu'on se laisse distraire par un visage, emporter par ses pieds et son insatiable besoin de savoir, qu'on ne prend pas le temps de couvrir ses arrières, de décortiquer les risques, calculer le pourcentage qu'il y avait de se retrouver dans une situation problématique sans avoir élaborer un soupçon de plan. Je ne comprenais plus rien, c'était aussi simple que ça, à croire que je venais de pénétrer dans l'entrée d'une boucle perdue. Mon réflexe est probablement idiot, relevant les mains gantées au visage pour le dissimuler comme je le peux, bombe vivante qui pouvait exploser à tout moment en publique pour révéler la chose tellement mon corps bouillonnait, geste stupide qui ne ferait qu'attirer un peu plus l'attention sur ce que je tente de faire disparaître.

Vint ensuite cette chose qui m'aspire, emportant mon corps dans l'ombre malgré moi, ne faisant faire qu'augmenter les palpitations cardiaque dans un nouvel élan de panique. J'avais cette impression d'être une marionnette qu'on venait de jeter dans un décors pour ensuite la manipuler dans tous les sens. Peut-être que cette étrange époque était en fait synonyme d'un théâtre grandeur nature, où nous autres syndrigastis étions les pions observés, devenus héros perdu malgré moi. Les théories fusent, mon imagination fertile me joue probablement encore des tours, préférant toujours exagérer les choses lorsque j'ai tendance à ne pas savoir à quoi m'attendre. Garder la forme est de plus en plus compliqué, certain qu'une de mes iris a retrouvé sa teinte marron alors que l'autre est restée bleue, à deux doigts de lâcher, entretenant encore le tout dans un effort considérable, serrant les dents.

Je me retrouve face à Enric, hagard, comprenant que le phénomène qu'on pouvait qualifier de surnaturel n'était autre que ses ombres. En cet instant, je n'aurais su dire s'il était complice de toute cette mascarade ou victime lui aussi, surtout à se dissimuler de la sorte. Retrouver la liberté fait le plus grand bien, ôtant les gants qui rendent mes paumes moites dans une sensation qui me répugne. Un bras passe  sur le front, faisant disparaître les quelques perles de sueur qui percent discrètement. Je prend le temps d'enlever les couches qui me paraient à l'hiver, ne laissant que la fine chemise blanche, fourrant le tissus comme je le peux dans la sacoche tout en méditant sur l'identité à prendre. Probablement inutile de mentir, je ne pourrais plus tenir longtemps, une question de minutes, voir de secondes avant que tout ne s'envole.

« Aucune importance pour l'instant. Où sommes-nous ? Un piège ? L'entrée d'une boucle inconnue et lointaine ? Dans le passé ? Un studio de cinéma véritablement bien travaillé ? Une illusion ? » Techniquement, la réponse à ses interrogations n'était pas fausse, emprunt parfaitement inconnu et sans nom, un visage fantôme qui avait croisé ma route durant ma quête de camouflage, rien de plus. Les sourcils se froncent, lui portant un regard vairons à la fois interrogatif et accusateur. Il n'avait pas vraiment la carrure d'un complice de cette mise en scène trop réaliste, plus un individu tout aussi alien dans l'époque, aux vêtements taches et qui attiraient l’œil, loin de la mode qui nous entourait. « Cette tente, ce décors, ça ne rime à rien. Il faut trouver le moyen de sortir d'ici. Peut-être serait-il plus judicieux d'emprunter des vêtements d'époque afin de passer inaperçue, on ne peut pas dire que nous soyons discrets. D'un autre côté, j'ai toujours un peu rêvé de voir des gladiateurs affronter des fauves dans une arène. » Pourquoi une telle confession face à un homme qui se révélait fermé comme une huître, impénétrable ? Un vieux rêve de gosse exposé de la sorte ? Alors que nous jouions autrefois à toute sortes de jeux mettant en scène des héros improbables avec Betty, parfois devenu le grand Galahadus qui affrontait des lions à mains nues. Probablement que mon imitation du jour appréciait un brin trop la franchise et se livrait trop facilement, commençant à cerner les quelques brides d'effets secondaires qui m'arrivent en plein visage.  



Revenir en haut Aller en bas
Enric Heartgrave

avatar
- Ombre à tout faire -
❧ Boucle Temporelle : 1941
❧ Particularité : Manipule les ombres à sa guise, pouvant les rendre tangibles
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 17
❧ Crédits : Ava: Junkiie


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Mer 1 Mar - 16:50

Lost in Time - Défi III
La réponse qu’il me donna fut loin de me satisfaire, mais vu les questions qui fusait, je doutais pouvoir lui faire dire son nom ou un semblant d’identité pour le moment ; peu importait, j’allais attendre et lui reposer la question à un moment plus propice, si la réponse ne venait pas d’elle-même d’ailleurs. En tout cas, il soulevait une question plus que pertinente : si nous avions clairement quitté notre époque en franchissant les rideaux de cette étrange tente, savoir ce qu’était exactement cet endroit avait son importance. Cependant, je ne possédais pas plus de réponse que lui sur ce coup-là…

"Alors là. Possiblement une autre boucle, ou un voyage temporel, mais le comment m’échappe totalement. A moins que ce ne soit une initiative des Ymbrynes, mais j’en doute fort."

Je poussai un soupire las. Dans quoi je m’étais embarqué encore ? Avec qui par ailleurs, là était la grande question. Je ne démordais pas de découvrir qui était mon compagnon d’infortune, je le saurai, le quand restait à définir, certes. Vu le regard que me lance l’autre, je lève les yeux au ciel et retourne à mon poste de guet, à couvert à la fois du mur et des ombres. Que l’autre soit là était une chose, que nous restions aussi visible que le nez au milieu de la figure en était une toute autre. Vu que l’autre ne bougeait pas plus malgré sa liberté de mouvement nouvellement retrouvée, il allait bien falloir que l’un de nous se bouge l’arrière-train pour nous trouver des tenues adéquates, histoire de retourner à l’entrée de la tente sans (trop) se faire repérer.

Puis il ouvrit à nouveau la bouche et j’eu presque envie de le bâillonner à nouveau de mes ombres. Mais cela m’obligerait à utiliser de l’énergie que je préférais conserver en cas de besoin. J’avais déjà vécu de me retrouver trop fatigué pour utiliser mes ombres à leur plein potentiel, j’allais éviter de le refaire. Ca ne m’empêcha pas de me tourner vers lui avec un regard qui en disait long mais qui pouvait se résumer à « no shit sherlock ». Avant de retourner dans mon observation et là, miracle, un homme seul semble s’approcher et se détacher de la rue principale dans notre direction, clairement inconscient de là où il arrive. Un sourire clairement inquiétant prend place sur mon visage et je me tourne une nouvelle fois vers mon acolyte forcé du moment.

"Comme on dit, à Rome, fais comme les Romains. Ne bouges pas d’un poil."

J’attends quelques secondes que l’homme arrive à notre niveau, toujours caché de mes ombres et lorsqu’il est suffisamment proche, je m’élance et passe un bras autour de son cou, ma main rejoignant mon poignet de mon autre bras, serrant suffisamment pour qu’aucun son ne sorte de sa bouche et surtout, le rendre inconscient en un minimum de temps. En quelques secondes, c’est fait et je pose délicatement l’homme à terre.

"Eh bien voilà déjà une tenue de disponible. Espérons qu’ils connaissaient déjà les sous-vêtements dans ces temps reculés…"

Sur ces quelques mots, je me baisse et observe d’abord la tenue pour comprendre comment on l’enlève (et par inversion, comment l’enfiler par la suite) car ce n’est pas le tout de voyager dans le passé, mais ça ne nous donnait pas la science infuse quant aux us et coutumes locales.[/color]
avengedinchains



All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons but always keep 'em on a leash
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Sam 11 Mar - 11:25

Lost in Time

- aller faire un check avec Jules César -

Mon soudain complice semble tout aussi perdu dans ce voyage forcé, emprisonné dans cette époque beaucoup trop lointaine. Sur tout les individus présents dans notre boucle, il avait fallu que mon acolyte soit le type le plus louche et mystérieux, celui dont le prénom restait définitivement entouré de points d'interrogations terriblement agaçants, frustration de ne jamais rien avoir déniché à son sujet qui me rendait fou, de faire face à un véritable mur qui instaure inévitablement la méfiance. J'avais maintes fois imaginé de nombreuses théories toutes aussi abracadabrantes les unes que les autres, Enric n'était qu'une façade, un masque factice, un individu dangereux errant dans l'ombre, à l'image de ses capacités.

Le regard qu'il me lance en dit long, ne faisant qu'augmenter mon mécontentement en gonflant le torse et me redressant. C'était ridicule, puéril, immature, comme si j'allais faire le poids tiens, à moins d'effleurer le premier malabars à la masse musculaire sur-développée. Le sourire qui s'esquisse ne laisse clairement présager rien de bon, faisant soudainement resurgir les fameuses théories. Les gants sont ré-enfilés dans le doute avec une grimace, préférant éviter tout contact accidentel. Quitte à ce qu'il m'étripe, autant que ce soit sans prendre son visage.

La scène qui se déroule ensuite sous mon regard effaré me crispe, perdant définitivement mon emprunt dans un frisson qui me fait regagner mes traits en une seconde à peine. « Mais tu es complètement malade ! » Le cri s'échappe de lui-même, fondant sur le corps inconscient tout en cherchant à savoir si le romain continuait de respirer. « Quand je disais emprunter des vêtements, je ne parlais pas d'un meurtre ! » Après tout nous ne sommes pas certain d'être dans une boucle, peut-être bel et bien perdu dans le passé, bien trop loin de chez nous, peut-être qu'un mort humain ne se relèverai pas le lendemain. Le regard accusateur est lancé, détachant la fibule avec agacement pour ôter la tunique de l'individu. L'avantage d'avoir passé les trois quart de son temps plongé dans des aventures cinématographique et littéraire. Seulement voilà, les gants de laine ne sont pas ce qu'il y a de plus hermétiques, mailles peut-être un peu trop large ou maigre effleurement auquel je ne fais guère attention. Les cellules s'adaptent, se changent à nouveau, parfaite copie et clone du corps assommé. « Shit ! » Comme si la situation n'était pas déjà assez catastrophique.

Regard qui se passerait de tout commentaire en direction de l'Espagnol. Pas le temps d'en dire d'avantage que deux hommes débarquent dans notre coin, cherchant visiblement à retrouver leur acolyte étendu sur le sol. Improviser, se servir de la chose à notre avantage, qu'importe la tenue, tenter de dissimuler le corps tout en attirant leur attention. Je m'avance en leur direction alors qu'ils baragouinent dans une langue parfaitement inconnue au bataillon. Si je connaissais les thermes anatomiques et médicaux en latin par cœur, pour ce qui était de la langue en elle-même, c'était un zéro pointé, faisant couler la supercherie avant même qu'elle ne commence, préférant ne pas prononcer une seule syllabe tout en leur faisant un signe de tête de reprendre notre route. Je me retrouve rapidement embarqué dans les ruelles, pris au piège entre les corps et les peau qui déambulent, n'osant pas bouger sans provoquer la panique, mes vêtements attiraient déjà bien assez l'attention. D'ailleurs les deux autres semblent en parler, ne percutant pas un seul mot, évitant des doigts qui s'approchent un brin trop du col de ma chemise. Ils me poussent presque jusqu'au pied d'une bâtisse immense, déglutissant alors que le mot Thermae est rapidement lu et emmagasiné. Probablement le pire endroit au monde pour un individu dans mon genre, n'osant même pas imaginer ce qui pourrait s'y produire en dehors du fait de devoir me mettre à nu dans une fourmilière de peaux. Une main sur mon épaule m'incite à entrer alors que je cherche désespérément Enric du regard, espérant qu'il soit dans les parages et ne m'aie pas laissé en trouvant une quelconque sortie. Tout mais pas les thermes.



Revenir en haut Aller en bas
Enric Heartgrave

avatar
- Ombre à tout faire -
❧ Boucle Temporelle : 1941
❧ Particularité : Manipule les ombres à sa guise, pouvant les rendre tangibles
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 17
❧ Crédits : Ava: Junkiie


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Sam 18 Mar - 14:33

Lost in Time - Défi III
Le cri suite à ma prise d’initiative me pousse à me retourner, intrigué d’autant plus que la voix n’est pas la même qu’il y a quelques minutes. Mes yeux s’ouvrent un peu plus grand en voyant Galahad. C’est bien ma veine tiens. Il fallait que ce soit sur lui que je partage ce voyage dans la Rome Antique. Karma, qu’est-ce que je t’ai fait au juste ? Je soupire et le regarde aller vers l’homme inconscient en levant les yeux au ciel. Pour qui me prend-il au juste ? Je veux bien que je ne sois pas la personne la plus ouverte sur qui je suis et sur mon passé, loin de là même, ce qui explique les questions que je tire à Galahad (entre autres personnes), mais je ne crois pas avoir un jour montré un comportement suggérant que je puisse tuer quelqu’un. D’accord, je pourrais, en toute honnêteté, mais uniquement si j’y étais obligé. La guerre est la guerre, un endroit et une époque qui m’ont forcé à faire et à subir des choses dont je ne suis pas totalement fier, mais ici, maintenant, je ne vois pas pourquoi je devrais tuer quelqu’un. Cet homme ne m’a rien fait, je n’ai besoin que de ses vêtements, pas de sa vie.

"Il est toujours vivant, juste inconscient pour un temps. Je ne suis pas un meurtrier, mais je note qu’on me voit comme tel."

Le tout est dit sur un ton la fois agacé et nonchalant. J’ai d’autres chats à fouetter que d’écouter les plaintes de Gal. C’à quoi je ne m’attendais pas cependant, fut de voir Galahad prendre l’apparence du romain à terre. Je sais ce qu’il peut faire, m’étant retrouvé la cible de certaines plaisanteries douteuses, mais je vois bien ses gants, sensés empêcher sa particularité de se manifester. Alors pourquoi se transforme-t-il ? La question restera sans réponse, de toute façon, pour le moment c’est presque mieux. De nouvelles têtes ne sont pas forcément les bienvenue et au moins, je suis certain de les vêtements (ou le drap, selon votre choix) lui iront. D’ailleurs, je lève les deux mains en l’air à son regard, lui répondant sans un mot un « no problem dude, whatever ». Parce qu’après tout, c’est vrai dans l’immédiat. Je prends cependant le temps d’observer vraiment le visage du romain, de le mémoriser des fois qu’on se retrouve séparer. Je n’ai pas d’affection particulière pour Gal, mais ce n’est pas pour autant que je veux le perdre dans cet endroit dont on ne sait rien.

Soudain, on peut entendre des pas arriver vers nous et je réagis vite, me cachant moi et l’homme inconscient dans mes ombres, invitant Gal à me rejoindre, mais pas le temps, deux personnes arrivent et emmènent Galahad avec eux. Bollocks ! Je sors des ombres et enfile rapidement les grands pan de tissus qui forment la tenue du romain et avance, grinçant des dents rien qu’en pensant à ce que cette tenue peu laisser voir de ma peau. Surtout avec quelqu’un comme Gal, mais j’ai plus important à faire en cet instant. Je les suis, tentant de les rejoindre malgré la foule et écarquille les yeux en voyant les thermes en vue. Oh non. Mauvais plan. Pour tous. Cette pratique passée de cette période me revient en mémoire, des quelques trucs que j’ai pu lire sur la Rome antique, et j’allonge le pas, pour finalement trottiner jusqu’à eux, posant une main sur l’épaule de l’homme retenant sans en penser à mal Gal. Il se retourne et me regarde bizarrement. C’est vrai que je dois détonner avec ma complexion. Je ne connais pas le latin par contre, alors je me lance en espagnol, tant pis. Avec un peu de chance les racines sont assez proches pour que je puisse faire comprendre quelque chose.

Je prie surtout pour que Gal en profite pour filer à l’anglaise, maintenant que les deux autres types ne lui portent plus attention. J’espère simplement que l’Empire Romain n’avait rien contre les hispaniques…[/color]
avengedinchains



All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons but always keep 'em on a leash
(by anaëlle)


Dernière édition par Enric Heartgrave le Dim 19 Mar - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Sam 18 Mar - 18:03

Lost in Time

- aller faire un check avec Jules César -

Véritable amas de chairs nues, de corps et de membres en mouvement, de cheveux baladeurs qui se glissent dans les courants d'airs chauds, le tout promettant un abominable ballet d'effleurements et de contacts cutanés, de collisions malencontreuses avec toute particule organique. Mon pire cauchemar dans toute sa splendeur. Profonde inspiration alors que les traits se crispent instantanément, attendant presque un miracle, hésiter à décamper à toute jambes sans trop paraître suspect (je l'étais déjà bien assez après tout). Comment protester ? Décliner tout en feintant qu'on maitrise la langue à la perfection ? Ah pourquoi diable l'imitation n'incluait-elle pas également les souvenirs et les apprentissages, ce serait tellement plus simple en cet instant, nettement plus pratique en cas de voyage forcé dans une époque lointaine.

La sueur commence à perler sous la tension tout en continuant de serrer les dents, soupirant enfin à la venue de mon pseudo-sauveur qui ne m'avait visiblement pas laissé tomber. Jamais je n'aurai cru que voir le visage d'Enric serait un tel soulagement. Mais il ne valait mieux pas crier victoire trop vite, pas tant que je ne m'étais pas extirpé de là et fondu dans la masse romaine, à l'abri des regards. Je l'écoute à peine baragouiner dans ce qui semble être de l'espagnol, tâchant de suivre le plan improvisé tout en entamant un repli stratégique et en arrière. Ça semble fonctionner, mes pseudos-kidnappeurs m'ayant oublié l'espace d'un instant, regardant en arrière de temps à autre pour m'assurer que je n'étais pas suivi.

A peine eus-je le temps de descendre les marches que quelqu'un me percuta de plein fouet, sentant ses doigts se poser sur mon avant-bras dénudé avec horreur l'espace d'un instant. Bravo Galahad, quelle merveilleuse idée d'avoir remonté les manches de ta chemise à cause de la chaleur et de les avoir laissées telles quelles. Un foutu idiot incapable de réfléchir ! Ce fut donc le drame, organisme suivant le code qu'on venait de lui souffler, changeant à nouveau de peau dans un regard alarmé. Inutile de préciser que l'individu original devait arborer le même, sans parler des quelques passants qui venaient de tourner leurs regards, ébahis et horrifiés par ce qu'ils venaient de voir. Le rythme cardiaque s'accélère, tambourine à mes oreilles alors que le regard cherche une issue. Tant pis. Mes pieds me portent à nouveau jusqu'à Enric, fonçant la tête la première dans la foule, me fichant du nombre de peaux effleurées en chemin et du nombre de changements effectués à la chaine. Mon corps étouffe, surplus de peaux et d'informations qui me donnent la nausée, chaque contact devient une plaie, ne parvenant plus à suivre. Je saisis l'espagnol par le tissus de sa toge pour lui faire comprendre qu'il était plus que temps de disparaître. « On se tire ! »

Et si nous étions bel et bien dans le passé ? Si provoquer le moindre changement revenait à enclencher la théorie du chaos ? Maigre battement d'aile de papillon se répercutant sur notre futur. Et si j'étais en train de changer l'histoire à cause d'une mésaventure hasardeuse et d'une simple collision ? La fatigue monte, les changements successifs m'ont épuisé, regagnant au final les traits originaux, incapable de conserver une quelconque forme une seconde de plus, tâchant de retrouver mon souffle dans un vertige désagréable. Probablement la métamorphose de trop pour affoler la foule. « Je sais ce que tu vas dire, j'ai merdé, pas la peine d'enfoncer le clou. » Le parfait exemple du pourquoi je ne devais jamais mettre un pied en dehors d'une boucle ou m'éloigner un peu trop du Quartier des Portes, sous peine de semer le chaos en trois secondes et demi de par des dizaines d'emprunts successifs.

Ce à quoi je ne m'attendais pas en revanche, c'était de voir les romains se jeter au sol en ma direction, se prosternant tous un à un comme si l'Empereur se trouvait dans mon dos, prêt à me décapiter de son glaive ou à m'envoyer dans une arène. Bref coup d’œil autour de nous, fronçant les sourcils alors qu'il n'y avait aucun signe d'une quelconque autorité royale. « Qu'est-ce qu'ils ont ? Tu les as tiré à terre ? » Incompréhension qui commençait à s'éclairer, commençant à croire qu'ils y voyaient là un message divin plutôt que de la pure sorcellerie. « Enric ? Fais quelque chose avec tes ombres, je crois qu'ils nous prennent pour des dieux. » Murmure à peine audible en sa direction alors que je bombe le torse pour tenter d'endosser le rôle malgré le fait que mes membres me hurlaient de gagner un lit pour reprendre des forces.



Revenir en haut Aller en bas
Enric Heartgrave

avatar
- Ombre à tout faire -
❧ Boucle Temporelle : 1941
❧ Particularité : Manipule les ombres à sa guise, pouvant les rendre tangibles
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 17
❧ Crédits : Ava: Junkiie


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Dim 19 Mar - 22:00

Lost in Time - Défi III
Pendant que je leur parle, usant à outrance de geste de mains et d’un volume sonore plus élevé que nécessaire, je me force à ne pas jeter un regard à Galahad. Le fait pourrait alerter mes interlocuteurs que quelque chose de louche se prépare, ce en quoi ils n’auraient pas tort, mais le mieux est d’attendre de le voir dans ma vision périphérique et ensuite de filer comme je suis arrivé. Bon sang, moi et ma curiosité…C’est vrai que visiter des époques que je ne connais pas est alléchant, je ne vais pas le nier, mais je ne pensais pas que l’on se retrouverait dans un tel foutoir. Honnêtement, j’ai déjà vécu dans le passé, pourquoi il a fallu que j’entre dans cette maudite tente ? Avec Galahad dans l’équation, trouver la sortie devint de plus en plus urgent.

Moi qui pensais devoir chercher mon compagnon de voyage après être parti, je n’aurais pas dû m’inquiéter. La preuve, le voilà qui me tire par la toge pour que je le suive, sous les yeux médusés des deux hommes à qui je parlais. Enfin, je suppose que c’est lui et non pas un quelconque romain qui me prendrait pour quelqu’un d’autre. D’ailleurs, se pourrait-il que l’on rencontre nos sosie voire nos ancêtre dans ce passé ? Enfin, passé, cela reste encore à prouver. Que ce soit vraiment le passé semble aussi impossible que fascinant, mais j’espère sincèrement que ce n’est qu’une excellente illusion, sinon je ne préfère même pas imaginer ce que nos actions présente sont en train de provoquer dans le futur. Si futur il y a toujours et si nous existons toujours. Grande question existentielle du jour.

Je suis Gal dans les rues jusqu’à ce qu’il s’arrête, et j’en profite pour enlever une partie du drapé qui me couvre, ne gardant que la…sous-toge, allez savoir comment ils appelaient cela ici, et drape Galahad sous le tissu, si on pouvait éviter un maximum les transformations, ce ne serait pas du luxe. Je soupire à ses mots.

"Ce n’est pas ta faute. Tu ne pouvais pas deviner que ce type avait rencard avec des amis pour aller aux bains. Maintenant le plus important c’-"

Je me coupe en voyant arriver les romains, et ouvre de grands yeux quand ils s’agenouillent devant nous, surtout Gal en vérité. Je cligne plusieurs fois des yeux, incapable de faire sens de la scène se déroulant sous mes yeux. Okay…Je ne trouve pas ma voix quand l’autre Syndrigastis me pose une question alors je secoue simplement la tête, avant de m’éclaircir la gorge et de répondre, finalement.

"Ca ne fait pas partie de mes attributions." Mais la suite me fait réaliser quelque chose et je me tourne vers Gal "C’est logique ! Leur religion est basée sur plusieurs dieux, dont Jupiter, dieu de dieux, qui…peut prendre l’apparence de n’importe qui et quoi. Ta particularité leur fait peut-être croire que tu es venu les voir. Quant à mes ombres…J’ai une idée."

Remerciant les cieux d’avoir une toge, je fais appel à mes ombres, leur donnant une forme vaguement humanoïde, avant de les envoyer déambuler parmi la foule. Très vite des gens sursautent, émettent des sons surpris, quelque peu apeurés, voir sautent hors de la trajectoire des ombres. J’observe le tout avant de souffler à Gal.

"Pluton, dieu des enfers et des morts. Frère de Jupiter. Bon, maintenant qu’ils nous prennent pour des dieux, on fait comment pour filer à l’anglaise ?"
avengedinchains



All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons but always keep 'em on a leash
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Mer 29 Mar - 23:29

Lost in Time

- aller faire un check avec Jules César -

Étrange et délicieux sentiment de satisfaction, égo flatté dans le sens du poil et caressé en douceur par les nombreux individus ainsi au sol, acclamant un quelconque dieu qui se reflétait en nos visages. Le genre de chose qui était loin d'être le cas dans notre boucle, à notre époque bien lointaine où notre morphologie est synonymes d'horreurs, où les emprunts et la versatilité font fuir à grandes enjambées dans les couloirs, la tête baissée en faisant semblant de ne pas avoir vu la sources de quelques terreurs. Un sourire s'esquisse, se courbe doucement non sans une légère pointe d'émerveillement. La lourde toge posée sur mes épaules par Enric est enserrée, devenant chrysalide, peu importe la chaleur, alors que ma chair souffre, bouillonne encore dans des frissons désagréables, cherche ses repères, le point central et l'origine.

« Tu crois qu'ils s'attendent à un combat épique ou quelque chose dans le genre ? » Je ne prête pas de suite attention à la question de l'escapade, suivant du regard les ombres déambuler tel des fantômes cherchant le royaume des morts avec détresse, fasciné. « Imagine un instant si nous sommes bel et bien dans le passé, il risque d'y avoir des statues à notre effigie un peu partout à notre retour. » Un rire s'échappe malgré moi à cette pensée, la situation devenant de plus en plus abracadabrantesque, il nous avait suffit d'un voyage dans une tente, passer derrière un rideau pour devenir des divinités adorées.

Un bras se lève, étudiant les réactions, les expressions, les enregistrant. Fascinant. Des visages totalement dépassés, incapable de discerner le faux du culte. Étudier et décortiquer la chose avec une curiosité insatiable, comme toujours. Vouloir pousser les limite, les tester, voir jusqu'où l'imitation peut aller. Comprendre, assimiler, mais peut-être aussi vouloir être aduler le temps d'un jour, être celui qui tire les ficelles, profiter des bons soins, de la flatterie, devenir égoïste et égocentrique. Mes doigts glissent dans ma sacoche sous la toge, cherchent à en extirper l'appareil photo, imaginant qu'ils ne seraient pas plus surpris de voir un objet "divin" s'ajouter à l'équation. « Puis pourquoi filer à l'anglaise, avoue qu'au fond, tu rêves d'en profiter un peu. » Essayer de le convaincre, alors que le doux cliquetis de l'obturateur se fait entendre, capturant la scène avec satisfaction dans le bromure d'argent pour ne pas en perdre une miette en l'immortalisant.

Le rêve s'éloigne pourtant alors que la migraine est foudroyante, me faisant instantanément descendre de mon pied de stalle factice. Forcément, les effets secondaires, les résidus, par centaines, frappant à la porte dans un mélange qui en ferait presque exploser la boite crânienne. Les doigts se portent au front, agrippant les mèches sombres alors que la mâchoire se crispe. Tenter d'engloutir le tout, le faire taire, effacer le superflu, rendre le trop plein homogène, dompter l'indomptable. Le décors tangue dangereusement tout autour, forçant mes jambes à s'encrer dans le sol. Allé Galahad, ce n'est pas le moment, ressaisis-toi. L'air entre difficilement, manque, les émotions s'enchainent, filent beaucoup trop vite, n'y trouvant plus aucun repère. Tenter de faire le vide alors que la foule s'intrigue, n'y prêtant pas plus attention.

Une bonne minute passe, faisant un tant soi peu taire ce capharnaüm épineux qu'était devenu mon être tout entier. Trop de copies en un laps de temps si court, ça ne pardonnait définitivement pas et revenait à avaler une armée entière d'une seule bouchée. Chercher Enric du regard, affichant probablement une expression aussi étrange que mélangée, lui faire comprendre que le plan de la fuite était de nouveau d'actualité, de toute manière ce n'était pas comme si me voir revenir sur mes positions était nouveau, éternel être versatile qui change d'humeur comme de peau. « Tu crois pouvoir nous planquer ? Il doit bien y avoir une sortie quelque part ou du moins un endroit au calme. » Le ton a probablement changé trois ou quatre fois au fil des mots, n'y prêtant plus attention, plus perdu dans une optique de pouvoir faire passer le tout à coup de sommeil qu'autre chose.



Revenir en haut Aller en bas
Enric Heartgrave

avatar
- Ombre à tout faire -
❧ Boucle Temporelle : 1941
❧ Particularité : Manipule les ombres à sa guise, pouvant les rendre tangibles
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 17
❧ Crédits : Ava: Junkiie


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Lun 17 Avr - 12:24

Lost in Time - Défi III
Je ne peux m’empêcher de sourire à sa question. Un combat, peut-être ? Ma connaissance de la mythologie romaine ne s’étend pas aussi loin. Alors je hausse simplement les épaules, mes yeux ne quittant pas la foule, ça me rassure. Etre en mesure d’observer les réactions des différentes personnes se trouvant face à nous ; car qui sait ce que ces gens peuvent penser ? Nous nous trouvons dans un passé qui détient encore nombre de ses secrets, et si les us et coutumes sont plus ou moins clairs, nous ne sommes pas à l’abri d’une erreur de la part des historiens. Si c’est bien le passé, car si ce n’est qu’une réplique avec une forte ressemblance à cette époque, même si les historiens ont raison, rien ne dit que cette réalité en respecte les règles. Rien que cette idée suffit à faire disparaître le début de sourire sur mon visage. En temps normal, j’aurais peut-être même ri à l’idée de voir des statues de moi version antiquité romaine, mais là ça ne m’amuse pas, car je ne connais pas les règles du jeu. Même durant la guerre je connaissais les règles. Elles étaient dures, impitoyables, mais au moins je connaissais mon rôle, ce que je pouvais ou ne pouvais pas faire…

"Je doute qu’on se reconnaisse, actuellement, nous ne sommes pas dans les canons de beauté de cette ère. Ils modifieront pour faire coller leur vision sur nos apparences de base. Peut-être même auras-tu une vraie barbe ici…" finis-je, taquin, alors que mon visage ne s’y prête pas.

Je lève d’ailleurs les yeux au ciel à son insinuation. S’il pense cela, alors c’est qu’il observe encore plus mal que je ne le pensais. Je n’ai jamais eu de rêves de grandeur, tel ma particularité, je préfère avancer dans l’ombre, faire ma vie sans me faire remarquer. Ce qui n’est pas exactement ce que l’on était en train de faire et me retrouver sous le feu des projecteurs m’agace autant que m’inquiète. La dernière fois que je me suis retrouvé comme le centre d’attention…Un frisson de dégoût me prend quand je repense à ces trois années passées dans un véritable enfer sur terre, et serre les poings pour ne pas me perdre dans ces souvenirs.

Mon attention est vite portée sur Gal qui semble ne pas aller bien du tout. Pas si étonnant après ce qu’il venait de vivre. Je ne comprenais que mal comment fonctionnait vraiment sa particularité, mais tout comme lorsque j’utilise de trop mes ombres, il y a forcément un moment où on tombe à sec, ou en trop plein dans le cas de mon compagnon d’infortune. Il ne tangue pas, mais par acquis de conscience, je passe une main autour de son bras, faisant bien attention à ne pas toucher ne serait-ce qu’un millimètre de peau. Le but est de le soutenir un peu, pas de le rendre plus malade encore. Sa question me pousse à observer tout autour de moi, mais je ne peux pas, je n’ai pas de part d’ombres suffisamment importante pour pouvoir nous cacher dedans. Tout comme partir serait compliqué avec tous les regards qui se posent sur nous et qui ne cessent d’augmenter avec le temps que nous passons dans cet endroit. Bon sang si seulement nous étions dans une époque où l’on ferait moins tâche…

Au départ, je pense qu’une drogue quelconque s’est immiscée dans ma tête, car tout devient flou, et je finis par fermer les yeux si je ne veux pas être malade face à la distorsion et quand je rouvre les yeux, plus aucun romain. Plus personne qui nous regarde étrangement (ou presque, je suis toujours en toge après tout), non, nous sommes dans des rues pavées, goudronnées même, des gens habillée comme dans mes souvenirs hors des boucles…Bon sang, aurions-nous fait un nouveau voyage ?

"Gal…Je ne suis pas sûre, mais je crois qu’on est plus ou moins rentré…Enfin, du moins on est plus chez les romains" Voyant un nouveau regard curieux à la limite du choqué de la part d’un homme passant, il est important que je me change. "on bouge."

Je tire Gal derrière moi et avance dans les rues, restant un maximum dans l’ombre, et je finis par trouver des vêtements séchant sur une corde à linge, un coup à gauche, un coup à droite et je prends le minimum syndical, un pantalon et une chemise. Je n’ai pas le temps de faire la fine bouche là, et je lâche Gal, le temps de me changer. Cette situation ne me plaît pas, mais au moins j’ai de quoi passer inaperçu dans la foule et Gal aussi, malgré le pan de tissu le recouvrant. Observant autour de moi, je cherche un indice de où nous sommes et je tombe sur une affiche…

Dé : Oui > Ils se retrouvent dans l’entre-deux guerres, au moins c’est calme
Non > WWII à l’appareil bonjouuuuur.
avengedinchains



All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons but always keep 'em on a leash
(by anaëlle)


Dernière édition par Enric Heartgrave le Lun 17 Avr - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Corbeau

avatar
- Oiseau Suprême -
❧ Boucle Temporelle : Toutes, un battement d'aile et me voilà dans une autre boucle.
❧ Particularité : Maître du destin, l'univers entier me sert de marionnettes
❧ Occupations : Entretenir le monde, le faire tourner.
❧ Miroir :
❧ Missives : 230
❧ Yeux de verre : 275
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Lun 17 Avr - 12:24

Le membre 'Enric Heartgrave' a effectué l'action suivante : Roue du Destin


'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
http://songofthegears.forumactif.com
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Mar 18 Avr - 19:15

Lost in Time

- aller faire un check avec Jules César -

Accueillir le bras étranger qui s’immisce en soutient, tâcher de détendre un brin les muscles, de chercher appuis, maigre hochement de tête en guise de remerciement, oubliant le sarcasme des quelques secondes plus tôt. Pas le moment de plaisanter de rire, d'en rajouter une couche. Froncer les sourcils, continuer de forcer à garder les idées claires, écartant tout résidu, le ravalant dans une déglutition mentale, sensation d'être un million à l'intérieur. Compter sur Enric. Le genre de phrase qui ne serait certainement pas venue à l'esprit quelques heures plus tôt, avant le voyage, alors que j'avais le nez en pleine neige à la manière d'un chien de chasse cherchant le gibier et le croustillant.

Instant vaporeux, flou, se distordant, prenant le tout pour une hallucination, compte du trop plein, de l'épuisement. Fermer les yeux une seconde, commencer à piquer du nez, jusqu'à entendre l'appel de l'Espagnol, relevant la tête tout en écarquillant les yeux comme je le peux, cherchant des points de repères, hâte de retrouver la route du refuge, d'ouvrir la porte de mes appartement plongés dans le noir et être accueilli par un lit moelleux, roulé en boule sous une couverture pour faire passer le tout, retrouver un semblant de fil, retrouver les brides perdues de l'individu initial.

Je ne réfléchis pas plus loin, suivant Enric instinctivement, me laissant entrainer je ne sais où, ne parvenant pas vraiment à reconnaître les ruelles arpentées. Nous n'avons pas l'air loin, reconnaissant quelques éléments significatifs de notre époque, de notre renouveau sans fin, parvenant à esquisser un maigre sourire dans ce fouillis sans nom d'émotions qui grouillent, pullulent, bouillonnent. Réflexe de saisir un impair qui traine sur la corde dépouillée, nettement plus discret comme tissus de recouvrement qu'une toge romaine, pauvre homme qui avait abandonné ses vêtements. Contrairement à Enric, j'avais conservé les couches d'origines sous le tissus de la toge, enfilant la longue veste, la fermant jusqu'au col pour ensuite prendre place sur le sol le temps qu'il se change, m'accordant quelques secondes de répits aux longues inspirations, tête appuyée sur un mur de brique.  

« Ça ne ressemble pas beaucoup à Londres. » La réflexion vient au bout d'une longue minute, soufflée et à peine audible, ne prêtant pas alors attention aux détails de l'affiche de propagande placardée, trouvant sa présence naturelle. Comment diable avions-nous atterrit ailleurs ? Loin de toute cette neige qui nous avait accueilli, loin des ruelles de la capitale anglaise que j'avais fini par connaître sur le bout des doigts. Nous n'y étions pas. Se redresser, tant bien que mal, prenant appui sur le mur, tomber sur la date affichée sur le papier qui se délave doucement sous les rayons du soleil. 1942. Chercher à faire des connexions logiques, lancer un regard d'incompréhension à Enric.

Le rire monte, commençant à glousser, la gorge enserrée, alors que paradoxalement des perles salées se dessinent et roulent le long des joues, effets secondaires traduisant la nervosité, l'incompréhension, la crainte. Temps censé être passé depuis longtemps, paradoxalement situé après notre boucle, année vécue depuis ce qui semble être des siècles, dans la boue et parmi les rats, esquivant la chair désarticulée qui gisaient un peu partout après des échanges abominables. Inspirer, ravaler, dévorer, assimiler, pas le moment de se perdre, ne pas se laisser emporter par les émotions d'autrui, encore moi celle qui me sont propres, nettement plus dangereuses, par la mémoire fourbe, ne pas se laisser embarquer dans les terreurs diurnes. « Une idée d'où est-ce qu'on peut être ? » Faire diversion par une question en restant appuyé au mur, mettre le tout sous le compte du dérèglement, ne pas laisser transparaître cet arrière goût de cauchemar qui fait face hors des boucles, parfaitement illogique, impossible.

Réussite : Endroit tranquille et relativement paisible, un soldat allié arrive, remarque les deux individus, probablement une bonne aide pour se situer.
Échec : Abominable son d'une sirène qui s'élève, une attaque aérienne imminente, il va falloir trouver une cachette rapidement.



Revenir en haut Aller en bas
Le Corbeau

avatar
- Oiseau Suprême -
❧ Boucle Temporelle : Toutes, un battement d'aile et me voilà dans une autre boucle.
❧ Particularité : Maître du destin, l'univers entier me sert de marionnettes
❧ Occupations : Entretenir le monde, le faire tourner.
❧ Miroir :
❧ Missives : 230
❧ Yeux de verre : 275
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Mar 18 Avr - 19:15

Le membre 'Galahad L. Ednyfed' a effectué l'action suivante : Roue du Destin


'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
http://songofthegears.forumactif.com
Enric Heartgrave

avatar
- Ombre à tout faire -
❧ Boucle Temporelle : 1941
❧ Particularité : Manipule les ombres à sa guise, pouvant les rendre tangibles
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 17
❧ Crédits : Ava: Junkiie


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Mar 16 Mai - 14:04

Lost in Time - Défi III
Je repasserai pour la modestie. Je n’aime pas spécialement avoir une audience quand je me change, question de pudeur, de secret que je souhaite garder pour moi, de cicatrices qu’il me ferait bien trop mal d’expliquer, encore. Mais la fin justifie les moyens et en cet instant je n’ai pas le choix, soit je me change le plus vite possible malgré la présence de Galahad avec moi, soit je passe je ne sais combien de temps dans cette toge et on se ferait remarquer en moins de deux minutes et c’est bien là la dernière chose que nous souhaitons tous les deux. Non, ce que nous souhaitons, c’est de retrouver notre boucle, notre chez nous et de ne plus en bouger pendant au moins une semaine. Pour ma part au moins. Je laisse le soin à Galahad de choisir le temps de réclusion qui lui convient, je m’en fiche bien.

Je me tourne vers mon compagnon d’infortune alors qu’il parle et observe tout autour de moi, finissant d’installer les bretelles de mon pantalon sur mes épaules. Il a raison, ça ne ressemble pas à Londres. Pas notre Londres en tout cas. Si l’époque semble correcte, la saison ne l’est pas et l’inquiétude prend le pas sur le soulagement en moins d’une seconde. Où avions-nous atterri maintenant ? Etions-nous seulement encore dans une boucle, en vérité ? Ou bien avions-nous quitté la sécurité de cette dernière, avec le danger supplémentaire de risquer de finir en poussière en quelques heures à peine ? Ou encore est-ce un voyage de plus dans cette tente maudite ? Une autre épopée onirique qui tenait plus du cauchemar en cet instant qu’autre chose. L’entendre pousser un gloussement me surprend un peu et je tourne la tête, pour finalement voir l’affiche et devenir pâle à mon tour. 1942. Nous n’étions donc pas dans le passé de la boucle mais dans son futur. Donc il restait les deux dernières options quant à notre location…

"Aucune idée. Ca ressemble vaguement à Londres, mais en même temps, durant le Blitz toutes les villes bombardée ressemblait à – "

Soudain une sirène retentit et je lève la tête, inutilement car si je vois les avions c’est qu’il est déjà trop tard. Une sueur froide coule dans mon dos en entendant ce son maudit. Un son qui, retentissant dans la boucle, ne m’inquiète plus en temps normal, car je sais que nous sommes en sécurité dans le cocon temporel créé par les Ymbrynes, mais ici ? Ici il pourrait très bien être notre glas, pour Galahad et moi-même. Une pensée qui semble reconnecter mon cerveau au reste de mon cerveau car je me mets en mouvement, attrapant le bras de l’autre brun par-dessus son manteau, et je commence à avancer, rapidement, tâtant sa capacité à courir.

"Il faut qu’on trouve un abri et vite. Tu peux courir ?" lui demandais-je en essayant de surplomber le son de l’alarme.

Je prie tout ce que je connais pour qu’il me réponde oui, alors que je fais en sorte de repousser les obstacles à l’aide de mes ombres. Il n’y plus grand monde dans les rues depuis que la sonnerie a commencé à retentir, et les quelques passants que nous pouvons croiser sont bien plus préoccupé par trouver un abri au plus vite dans leurs caves plutôt que de faire attention à un type manipulant des ombres et son compère semblant au bord de l’évanouissement. Je tente de voir si je trouve une habitation qui pourrait avoir une cave souterraine, mais pas vraiment de chance jusque-là. Finalement, je me décide pour une maison de la ville, quel qu’elle soit, et je descends les escaliers en vitesse grand V, ouvrant la porte à la volée et en force avec l’aide de mes ombres, et embrasse du regard la pièce.

"Est-ce que tu vois l’entrée d’une cave, toi ?"
avengedinchains



All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons but always keep 'em on a leash
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   Dim 28 Mai - 20:43

Lost in Time

- aller faire un check avec Jules César -

Douce mélodie cauchemardesque qui s'étire, parviendrait presque à aspirer l'oxygène, l'abominable crachat qui résonne, envahit les rues, alors que les frissons remontent les échines, que les palpitants se mettent à tressaillir et craindre pour leurs peaux. Animal en état de choc, probablement la seule comparaison qui viendrait durant les maigres secondes qui annoncent la rafale mortifère, douce faucheuse ennemie qui se glisserait dans les rues, sifflant au dessus de nos carnes avant de répandre les flammes de l'enfer. Un son annonciateur de maux, qui passait inaperçue lorsque nous étions dans notre havre, cocon temporel rassurant malgré la sombre époque dans laquelle il se trouvait, pourtant avec cette connotation terriblement réelle en cet instant. Le chant des bombardements du vingt-deux mars étaient connus par cœur, inoffensifs, souvent occultés, ici, ce n'était que chaos certain, forcé de dégoter le moindre trou à rat pour nous y tapir, la tête entre les jambes, priant une divinité quelconque de sauver nos carcasses.

Retrouver tant bien que mal l'attache à la réalité alors que la main d'Enric enserre l'impair, tirant le bras qui se dissimule dessous, aux poils hérissés par la chair de poule. Les pas s'enchainent, automatiques, corps agissant de lui-même malgré l'épuisement, malgré cette incapacité à rester lucide plus d'une dizaine de secondes, réflexe pur et simple de survie, guidé par un instinct enfuit qui refait surface. Ne pas faire l'effort d'user de la parole, préférant l'acte, démarche se changeant en enjambées maladroites, évitant de manger la poussières et de trébucher à diverses reprises, suivant les ombres dévastatrices de mon comparses, capacité terriblement impressionnante, le jalousant une seconde.

Dévaler l'escalier, chercher du regard une issue, une illumination qui se dessinerait sous la forme d'un bunker quelconque ou d'une cave un tant soi peu isolée. Le néant. Le vrombissement s'élève, semblable à une nuée de guêpes mortelles, surplombant les rues. Trop tard. Les grondements et leur abominable mélodie destructrice commence. Sifflement si particulier d'une bombe qui chute, dévale le ciel, danger imminent. Réflexe que de saisir Enric pour nous plaquer au sol brutalement, les yeux clos, la mâchoire crispée, la boule au ventre, enserrant la gorge, coupant la respiration. La fin semble proche, perdu à jamais dans les flots d'un passé capricieux qui oublierait rapidement nos noms.

Fraîcheur de la poudreuse glacée, s'infiltrant dans les vêtements, humide. Aucune explication, le retour du silence, de la fraîcheur printanière et maussade qui surplombe. Regard d'incompréhension qui s'élève, cherche à se rassurer, à savoir si le décors, connu et familier, était bel et bien réel, que le rocambolesque voyage s'était terminé. La tente dans laquelle nous étions entrée parait désormais inoffensive, déserte, comme si nous étions entré dans un canular illusoire qui venait de se volatiliser. « Enric ? Je crois qu'on est revenu. » Voix faiblarde et rauque qui peine à s'élever, membres endoloris qui se relèvent tant bien que mal, tentent de tenir sur les jambes. Le simple fait de prononcer les dires réconforte, rassure, marquent bel et bien le retour dans notre cocon, réalisant à peine. Attendre que l'espagnol se redresse à son tour avant de filer vers un repos mérité, un doux matelas dans lequel m'effondrer durant de longues heures. Enfin.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Lost in time » DEFI III ❧ Ft. Enric
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♣ Lost Time Memory ♣
» Partenariat avec Lost Time Memory ?
» Fin du partenariat avec Lost Time Memory
» All this time I was finding myself and I didn't know I was lost. w/Arthur
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-