AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Feeling unknown and you're all alone flesh and bone (Katsyarina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
August Hastings

avatar
- Illusionniste mythomane -
Le gros Gus
❧ Boucle Temporelle : 22 mars 1941
❧ Particularité : Insuffle des images mentales à tout un chacun, distord la réalité dans la tête d'un individu
❧ Occupations : Expérimentateur chevronné
❧ Miroir : Va cliquer ailleurs :(
❧ Missives : 198
❧ Yeux de verre : 53
❧ Crédits : Lux Aeterna, Musset, Poe


MessageSujet: Feeling unknown and you're all alone flesh and bone (Katsyarina)   Lun 20 Fév - 22:45

Feeling unknown and you're all alone
Flesh and bone

- Katsyarina & August -


Le courage est une vertu dont tu es dépossédé.
Quand bien même, te voilà plongé au cœur d'une singulière expérience de changement et tu es fier de constater que tu t'en sors admirablement. Tu t'en tiens à tes résolutions initiales de bravoure et de voyage, car au delà de tes appréhensions premières, tu remarques, finalement, que l'on n'est nulle part moins en sécurité que dans ta propre époque.
Tu n'es plus à même de tout prévoir, soit : tu fais pourtant face avec la plus grande constance qu'il soit à l'inconnu. Un rien t'angoisse – bon, tu es déstabilisé, on le serait à moins –  mais tu parviens malgré tout, au fur et à mesure des jours, à calmer ces sauvages appréhensions par la perspective grisante de faire sienne une époque dont on ne connaît pour ainsi dire que quelques fictions plus coriaces que leurs consœurs. Toi, August Hastings, tu déambules sur le fil de l'Histoire ! Voilà qu'illusionniste, tu deviens funambule : oh, comme tu trouvais complaisance à l'entrée de la boucle, pris derrière le rideau d'une tenture circassienne !

Tu préfères de loin le passé au futur. Tu peux appréhender un passé, bien sûr, car l'histoire, alors, se répète ; tu deviens témoin charnel de ce dont tu étais antan témoin-lecteur. L'Histoire reprend forme sous tes yeux ébahis, oh, spectacle grandiose ! Mais le futur, voilà, ça, tu ne peux pas ; tu ne comprends rien à ces nouveaux gadgets, à ces nouveaux us et à cette nouvelle génération. Tout te dépasse – la langue, l'habillement, l'architecture, les loisirs, la vitesse ; même la nourriture ! Et que dire des sciences, de la morale, de l'art, de la culture ? Tu es perdu, tout te semble vain ou dérisoire. Oh, qui es-tu en face de l'Histoire ? Bien peu de choses, tu le crains, mais quitte à vivre avec cet état de fait, tu préfères, de loin, t'y prélasser dans quelque temporalité antérieure à ton époque.

Voilà que la matinée est fraîche, rude, dirais-tu même. Te procurer un pardessus suffisamment chaud ne fut pas chose aisée, raison pour laquelle, peut-être, tu t'es adonné à une petite promenade aux aurores. C'est que tu te félicites d'avoir dégotté cet épais manteaux duquel tu refuses de te séparer sauf cas de force majeur. Et remarquant bien que tu ne pourrais le laisser sur tes épaules ad vitam, devant la chaleur d'un feu dans l'âtre par exemple, tu profites de l'extérieur pour te pavaner, dira-t-on, dans ce manteau de laine. Tu ne te lasses pas de l'afficher, comme exhibant avec assurance un bien à la valeur inestimable que les autres devraient te jalouser secrètement.

Le craquement de la neige sous tes pas te ravit. Voilà que tu te trouves de plus en plus en confiance à cette époque. La présence d'Eustache t'es, disons, moins nécessaire qu'au début de votre aventure. Tu oses d'ailleurs t'aventurer, à tâtons, devant la lisière de cette forêt épaisse et effrayante, enracinée de ténèbres et protectrice de secrets nullement connus des hommes. Des frissons hérissent parfois ta colonne vertébrale, à n'imputer non pas au froid cruel mais à ton imagination féconde, qui fait grand cas d'une petite idée saugrenue.
Tu n'es pas rassuré, devant cette forêt, oh, non ; mais marcher te fait du bien, et tu fais partie de ces gens matinaux pour qui l'aube est porteuse de promesses et d'avenir (paradoxe pour qui cherche le passé). Aussi, tu prends ton temps sous la neige, imagines de-ci de-là un cygne, une chouette, un cerf, un ciel rose et doré, un chalet, la cheminée fumante d'une mansarde pittoresque, quelques athlètes dans la neige – mais au détour de la lisière, nenni, il ne s'agit pas d'une illusion !

Une femme est bien là, aussi seule que toi, moins étrangère, peut-être, mais ton cœur ne fait qu'un bond ; magnanime, tu presses le pas, te trouves à sa hauteur, et, manifestant ta courtoisie et ta bonne-volonté, tu inclines la tête tout en ôtant de quelques centimètres le chapeau posé sur tes cheveux blonds.
« Madame, permettez-moi ! Il fait grand froid, ne désireriez-vous pas mon manteau ? »
Comme cette dame est grande et belle et, seigneur, ancrée dans son époque ! Mais n'a-t-elle pas froid, seule dans toute cette neige ? Tu as envers elle un devoir d'assistance : il faut avant tout respecter son hôte, et voilà bien ce que tu es décidé à faire, soucieux de la santé de l'inconnue.

Tu te trouves brutalement grossier d'oser aborder ainsi pareille personnalité et, en un tour de passe-passe, te voilà affublé d'énormes fleurs roses et mauves dans les bras, aussi fictives que tangibles, que tu tends à ton interlocutrice – conscient qu'elle est forcément, en ce lieu, un être tout aussi particulier que toi.
« Pardonnez-moi, je ne veux pas vous paraître rude, mais prenez ceci. C'est un cadeau de l'instant présent, il se peut qu'il se volatilise rapidement. » Sourire encourageant. Tu n'as pas l'habitude de prévenir autrui de tes fantaisies d'esprit : mais cette femme, là, devant toi, te semble dotée d'un cachet que n'ont pas forcément les autres. Aussi, tu préfères prendre tes précautions ; quand les fleurs disparaîtront, tu préfères essuyer regret à colère dès lors qu'il s'agit, tu peux le deviner au premier coup d’œil, d'une personnalité si forte !


Titre : Personal Jesus, Depeche Mode



I became insane with long intervals of horrible sanity.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Feeling unknown and you're all alone flesh and bone (Katsyarina)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» peindre simplement visage avec tallarn flesh
» Flesh Wash - Quand y'en a pu.... comment qu'on fait ?
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» REQUIEM V.2 ◑ « Flesh & Blood. // I'm Alive. »
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-