AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 I'm yours ft. marie (défis I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: I'm yours ft. marie (défis I)   Mer 1 Mar - 19:10

my heart & my soul
Les heures étaient devenus des jours, les jours des semaines et les semaines des mois. Malgré toute cette distance, malgré tout ces minutes, ces heures qui n'ont jamais eu de cesse de couler hors du cycle du temps. Malgré tout la blessure persiste, toujours ouvertes, une plaie affreuse qui tente en vain de cicatriser, des mots qui restent gravé dans son esprit, bien trop de regrets, d'espoirs réduit à néant. La flèche, le tonnerre silencieux, cette brise qui accompagnait les jeunes syndrigasti dans les méandres des lieux étranges que sont les boucles n'était plus que l'ombre de lui-même. Il ne se sentait ni homme, ni monstre, au fond, il avait appris à mettre de côté ce qu'il était, au point de s'oublier. Pourtant comme chacun, il avait rejoint ce nouvel endroit qui ouvrait ses portes, cette étrange boucles bien loin de tout ce qu'il connaissait, dans un New-York bien plus rayonnant que celui qu'il avait connu, à une époque qui n'est toujours pas la sienne. Alors que la bourse fait des siennes, les gens semblent étrangement heureux, étrangement riche, il ne comprendra jamais cette mentalité issu du pays qui l'a vu grandir.

Un long soupir, une autre cigarette tandis qu'il fait les cent pas dans cette chambre richement décorer. Il l'avait aperçu quelques temps plus tôt, au cœur même de cette boucle, la source de cette tourmente incessante, l'être tant aimée, celle qu'il a lâchement abandonné depuis trop longtemps. Depuis cet instant, le manque s'est fait de plus en plus ardent en lui, cette sensation qu'il n'avait de cesse de refouler s'est soudainement réveiller alors qu'il tentait d'oublier sa terrible défaite sur le champ de bataille de l'amour. Dans sa tourmente, il ne perçu pas un premier craquement sous ses pieds, puis un second et finalement un troisième avant que le sol rongé par les termites cède sous ses pieds. Instant de pure folie, ces fameux moment où les lois de la physique semblent se plier sous sa volonté, sensation illusoire quand vient l'impact, terrible impact.

Il rouvre alors les yeux et c'est alors qu'il prend conscience de la chute et de la personne face à laquelle il fait face. Situation surréaliste, ce qui l'est encore plus c'est lorsqu'il prend conscience que la rousse ne porte rien, lorsqu'il s'aperçoit que pour la première fois, il y a ce contact qui lui manquait tant, comme un fantasme qui venait de se réaliser. Chose étrange vu l'incapacité de la jeune femme à maîtriser sa propre particularité et lorsqu'il voulu se relever vitesse éclair, il se retrouva comme bloquer, au dessus d'elle, incapable d'user de sa particularité. Qu'est-ce qui se passait dans ce maudit manoir ? Les étrangetés s'enchaînaient d'une bien trop juste pour que ce soit naturel. Les soupçons de l'ancien surveillants auraient put s'étendre si seulement elle n'était pas là. Tandis qu'il se relève, il est incapable de détacher son regard d'elle, incapable d'articuler le moindre mot, incapable d'exprimer le moindre ressenti a cet instant précis, incapable de bien trop de choses au fond. Alors il se contente d'une seule, il lui tend une main pour se relever. Prêt à mettre sa vie en jeu pour en avoir la certitude.

Prêt à tout pour elle, depuis toujours.

Cruelle conclusion, terrible vérité. Il ne pouvait pas le nier, la folie de l'amour, c'est ce qui le berçe, le guide encore aujourd'hui, qu'importe les défaites, jamais il ne poserait les armes. Ce qu'il ressentait pour elle était plus fort que tout, que tout ce qu'il a connu jusqu'à aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Marie Balmain

avatar
- Arrache coeur -
Modératrice
❧ Boucle Temporelle : 22.03.1941
❧ Particularité : Copie de mémoire
❧ Occupations : Le plus souvent, Marie s'assoit contre un mur et lit pendant des heures. Cela lui permet d'oublier pendant quelques temps ces jours, tous les mêmes, qui se répètent à l'infini
❧ Miroir :
❧ Missives : 551
❧ Yeux de verre : 60
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: I'm yours ft. marie (défis I)   Mer 1 Mar - 23:58

Contact

- Lloyd Dreemurr & Marie Balmain -

Cette curieuse sensation qui m’avait frappé à la seconde où je m’étais réveillée. Ce vide dans mon corps qui me laissait un goût amer d’abandon, de solitude. Quelque chose s'était comme évanouie en moi, et m’avait laissé pour compte à je ne sais quel moment de mon long repos.

Je ne m’étais levée que lorsque l’horloge avait sonné treize heure, ayant vagabondé dans les rues de New-York. Une belle ville illuminée, vivante toute la nuit, respirant la joie en cette merveilleuse soirée d’été. J’avais arpenté les rues jusqu’au premiers rayons du soleil, tapant sur les coups de cinq heure. La chaleur de la saison, les milliers de visages inconnus, les buildings montants jusqu’à en transpercer le ciel, l’ambiance agitée qui faisait remonter les plus beaux souvenirs de la boucle dans laquelle je m’étais réfugiée quelques années avec Marcus. J’aurais aimé admirer les humains se réveiller aux aurores, aller affronter cette journée dans laquelle ils étaient inconsciemment emprisonnés. Une vraie prison doré, que je leur envie. Mais la fatigue avait finit par m’enlacer, alors je m’étais faite à l’idée de remettre cette expérience à plus tard.

Je me levais du lit dans lequel je m’étais effondrée à mon retour. M’étirant, je sautais pieds à terre, sourire aux lèvres, gagnée d’énergies positives qui ne m’avaient plus entrelacé depuis de nombreuses années. Je remettais maladroitement les draps en place et enlevais les vêtements sales dans lesquels j’avais dormis, bien trop faible pour avoir pris la peine de me changer. Je fouillais dans ma petite valise, cherchant des vêtements adaptés à l'époque. Je ne m’étais jamais résolue à les jeter à mon arrivée dans la boucle de 1941, chaque robe étant un langoureux souvenir de cette magnifique période de ma vie.


Soudain, le plafond émis un craquement, je relevais la tête, fixant celui-ci. J’eus l’idée étrange et saugrenue que le lambris allait s’effondrer sur ma tête. Je rigolais bêtement, tellement cela semblait ridicule. Un second craquement fit écho dans ma chambre, bien plus menaçant, bien qu’assez sourd. Je jetais les vêtements sur le lit, et c’est ce moment là que choisit le sol de mon voisin du dessus pour s’écrouler sur ma tête. Mon dos alla se cogner au sol, écrasé par quelques débris venant du haut ainsi que la personne qui y résidait quelques secondes plus tôt. Le choc m’assomma quelques temps, me faisant tourner la tête et brouillant ma vue. Je tentais de ma masser les tempes afin d’atténuer la douleur. Quand je repris totalement mes esprits, je regardais autour de moi et fis face au jeune homme. Je restais béat quant aux circonstances. J’étais plantée là, complètement dénudée, devant un visage qui m’étais bien trop familier. « Je… mais … » Mon coeur fit un bond, une séduisante chaleur parcouru instantanément chaque recoin de mon corps, mes veines gonflaient, mon sang devenait coupant comme du verre et venait taillader les paroi fragiles qui protègent mes organes.

Je mis quelques instants afin de réaliser que Lloyd était vraiment devant moi, que c’était réellement lui qui venait de s’écraser dans mes appartements. Mon coeur penchait entre la colère et le ravissement. Nous ne nous étions pas revus depuis si longtemps. Pourtant, ce fut bel et bien la honte qui prit le dessus, lorsque je vis son visage félicité à la vue de mon physique complètement dévêtu. Un cris strident, bourré de stupeur et d'affront, sortit de ma bouche. Je m’étalais sur le sol et tendais le bras pour attraper la robe que j’avais précédemment lancé sur mon lit, et me cachait au mieux en la plaquant contre ma peau. J’étais embarrassée, et je me sentais rougir comme une tomate. « ...Est-ce réellement possible? »  Je tentais de cacher mes joues avec ma main libre. « On dirait… Une mauvaise blague! »

Je le regardais se relever. Il tendait sa main, que je saisis à la hâte. Une brusque pensée, celle d’un contact interdit que je venais de commettre tant j’étais encore choquée des évènements. Je la lâchais aussitôt, un frisson de torpeur s’emparait de moi. Je priais pour ne pas le voir s’effondrer, complètement raide. Yeux écarquillés de peur, main sur ma bouche, étouffant un deuxième cri qui ne demandait qu’à sortir. Mais rien ne se passa, il semblait tout aussi hébété que la seconde précédente. Je repensais à cette sensation inexplicable qui me portait depuis le saut du lit, celle de ne pas être complète aujourd’hui. M’étant tombé dessus il y a quelques minutes, il ne lui était rien arrivé non plus. Je fronçais les sourcil, complètement abasourdie par ce semblant de normalité, et je m’enquis à attraper sa main une seconde fois. Cette chimère à laquelle j’avais rêvé tant de fois depuis mon départ pour ce long voyage qui devait soulager ma peine. Mon coeur fit un énième bon dans ma poitrine au toucher de sa peau, m’octroyant par la même occasion un puissant haut-le-coeur, auquel je ne pris pas la peine de m’y attarder. Ma particularité avait-elle disparu? Je me relevais maladroitement, fragilisée. Je repensais à nos derniers mots échangés, et mis un terme à ce contact que j’aurais pourtant voulus voir durer une éternité.



evanescence

Viens, tu verras la route est longue. Parfois le ciel devient sombre, mais les nuages sont encore loin. Et même si de fatigue tu tombes dans ta course vagabonde, ai le courage de continuer ton chemin. Dis-toi que rien est écrit, l'avenir se construit.

Coucou :/ :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm yours ft. marie (défis I)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Marie Fouquet [Terminé]
» Bienvenue à Marie-Cé
» Arrestation de Pierre Sardi [PV Marie Bergman]
» Marie Morgane (Mary Morgan) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-