AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan Dawkins

avatar
- Immature Rouge-Gorge -
❧ Boucle Temporelle : 20 Juin 2016, ma prison, mon tombeau sans doute.
❧ Particularité : Métamorphose en Rouge-Gorge, un oisillon immature qui n'assume pas sa transformation.
❧ Occupations : Supposé suivre une formation d'Ymbryne mais passe plus de temps à explorer les boucles qui ne sont pas les siennes.
❧ Miroir : don't forget me, i beg
❧ Missives : 67
❧ Yeux de verre : 24
❧ Crédits : crazyninjadreamer sur tumblr, et tumblr pour les gifs


MessageSujet: Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]   Mer 15 Mar - 19:56

Take these broken wings and learn to fly

- Et que tremblent ceux qui pensent autrement -

Un voyage de plus, une boucle supplémentaire, quelques instants volés sans éprouver le besoin de se cacher ou de se sentir humilié, c'était tout ce que Morgan demandait, tout ce après quoi il volait. Oui, volait, et pas courait. Parce que son voyage dans la belle boucle de 1873 n'était vraiment qu'une excuse, finalement, pour se promener sur et au-dessus des plaines enneigées. Elles l'avaient toujours fasciné, aussi longtemps qu'il se souvienne, depuis son tout premier voyage et ce jour-là, encore. Il parcourait de ses yeux perçants les immenses, même interminables étendues d'un blanc qui, de là où il était, paraissait immaculé, mais qu'il savait fait de multiples teintes d'écru, coquille d’œuf, crème, gris, nuage et asphalte, mêlées à la poussière et au sol humide, noirs et bruns. Il adorait ça. Il adorait que tout ne soit pas uniforme, les petites différences visibles un peu partout, les écarts de hauteurs, d'états, les endroits que nul pied n'avait foulé et qui étaient uniquement faits de poudreuse. Il adorait les rayons du soleil, qui perçaient les nuages avec courage et vigueur et caressaient les plumes colorées de ses ailes, et le ciel aussi gris et blanc que le sol, dans une infinité d'horizons différents, à perte de vue. Il aimait voler. Il avait toujours aimé voler, et ce n'était pas près de changer, c'était le seul avantage de sa transformation en rouge-gorge, rien d'autre ne l'intéressait vraiment, ni de chanter, ni d'être un adorable petit oiseau – non, ça, ça le complexait, à vrai dire. Mais voler... Flotter sur les courants chauds et fuser dans l'air limpide et glacial, virevolter à perdre haleine dans les hauteurs et au ras du sol, frôler du bout des plumes le ciel infini et redescendre en piqué pour creuser la neige avec son bec, ça, c'était ce qu'il préférait au monde. La sensation de liberté que cela impliquait l'enivrait, il se sentait seul mais en parfaite adéquation avec l'univers. Et ce, jusqu'à ce qu'il perde le contrôle...

Ça ne lui était jamais arrivé auparavant, pas ici, en tout cas, ni si vite. Mais lorsqu'il fut aspiré dans le courant d'air vif et brusque, il n'avait rien à quoi il pouvait se raccrocher, forcément, puisqu'il était au milieu du ciel. Tout l'oxygène quitta ses poumons. Il était en chute libre, et s'il continuait à aller à cette vitesse jusqu'au sol, il s'écraserait et briserait chacun de ses petits os, mourant sur la neige blanche tintée de carmin sans personne pour savoir où il était. De toutes les forces de ses ailes, qui lui paraissaient soudain minuscules, il s'efforça de se redresser, sans même regarder où il allait. Tout ce qu'il voulait, c'était s'échapper du courant, rester en vie encore un peu, il ne pouvait pas s'empêcher de songer à tous les verres qu'il n'avait pas bus, à toutes les filles qu'il n'avait pas draguées, à sa mère, à qui il n'avait jamais avoué qu'il l'aimait, de tout son cœur... Au prix d'un énorme effort qui lui coûta bien plus que son souffle, il parvint à s'extraire de la tornade et à se remettre sur un courant chaud, mais il n'avait plus une once d'énergie, en lui. Il se laissa donc lentement glisser, ailes déployées, tombant comme une feuille morte de courant d'air en courant d'air, et n'essaya même pas de se rattraper aux branches – façon de parler, dans la plaine, il n'y en avait pas, ou plus exactement, pas à proximité de lui.

Il finit néanmoins par retrouver un semblant de forces, et reprit de la vigueur. Les yeux clos, sans regarder, il mit quelques coups d'ailes, essaya de rester droit, fonça le plus vite possible. Il fallait qu'il se perche, d'urgence, qu'il puisse reprendre son souffle, il ne pensait qu'à ça, désormais, il ne devait pas mourir, il fallait qu'il se perche, il ne devait pas mourir... pas mourir... Dans un bruit sourd, il s'écrasa contre quelque-chose de doux et de solide, de chaud. Là, il laissa tomber les armes. Loin de se douter qu'il s'était échoué au creux des bras d'un autre Syndrigasti, il croyait sa fin arrivée et se laissa donc aller, les ailes en croix, entre les mains de Thaddeus. Sa minuscule poitrine duveteuse se soulevait au rythme de sa respiration erratique, et à vue d'oeil, son aile gauche était froissée par les courants chauds et froids par lesquels il était passé pour essayer de s'en sortir. Rien que quelques jours d'écharpe ne pourrait pas régler, heureusement, et sous sa forme humaine, cela le ferait déjà nettement moins souffrir. Ouvrant ses petits yeux d'obsidienne, vitreux et teintés d'une douleur qu'il n'avait pas remarquée avant d'atterrir, il tâcha de scruter la personne qui le tenait, voulant deviner si c'était un ami, ou un ennemi. Mais il n'y parvint pas. Il savait juste que cette odeur d'homme était douce et rassurante, que sa chaleur était comme une lumière au bout d'un très long tunnel, et que quitte à mourir, il voulait bien que ce soit là, et maintenant, tant qu'il était soutenu, choyé par ces grandes mains fortes et aux doigts assurés. Persuadé qu'il était à la fin du livre de sa vie, il referma lentement les yeux, et se laissa totalement aller...


don't open before 8:30:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 289
❧ Yeux de verre : 72
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]   Sam 18 Mar - 18:30

Broken Wings
Morgan & Thaddeus
I'm not big on sermons - broken bones teach better lessons.

La vie est une chose étrange, le destin en est une autre. Il est dit que l'histoire aime bien se répéter voir hoqueter, mais il est aussi admis qu'il est désagréable de s'entendre répéter deux fois le même conte. Il parait que nous aurions besoin de nouveauté pour ne pas sombrer dans une routine qui en plus de nous agacer, nous forcerait sans cesse à regarder par-dessus notre épaule et ainsi contempler le passé que nous ne devrions qu'évoquer de temps à autre avec une pointe de nostalgie et d'émotion dans la voix. Il faut que nous nous forcions à regarder demain et maintenant, plutôt que de se perdre dans des regrets et dans de vieilles histoires, qui en plus de nous laisser un goût bien amer sur les bout des lèvres, ne font que nous détourner de ce que nous pourrions accomplir entre deux battements de coeur ou de cils. Et pourtant, là, en cet instant, où je suis vivant, conscient et dans un présent qui ne prendra jamais fin, je me trouve être incapable de ne pas être happé par mon propre passé. Face à l'oisillon dans mes mains, je redeviens cet homme lointain, ce Thaddeus à peine redevenu humain, et d'un battement de cils incertain, je remonte encore un peu le temps, redevenant à mon tour l'autour qui dans les bras d'une Ymbryne a eu le droit de revenir à la vie. Un soupir douloureux glisse d'entre mes lèvres tandis que la fraîcheur éternelle de l'hiver nous enveloppe et fait ainsi courir sur ma peau de longs frissons qui pourraient s'apparenter à des tremblements, là où les yeux perdus dans le vague, je contemple pourtant cette pauvre créature qui dans mes mains s'est échoué, sûrement poussé par son instinct de survie et sa rage naturelle de vivre. Je penche légèrement la tête sur le côté et reste perplexe alors que je comprends enfin ce qu'elle, à l'époque, à dû ressentir quand de la boue elle m'a tiré. Je ressens comme il a dû être dur pour elle de voir ainsi la douleur en un si petit être et de se sentir si impuissant de ne rien avoir pu faire pour l'éviter ou pour protéger cette petite chose qui souffre désormais en silence aux creux de mes mains grandes ouvertes. D'un battement de coeur je reviens à une autre époque, et la neige, le froid, l'oisillon, laissent tous place à la boue, la pluie et le sang. Quelque chose dévale le long de mon échine et paniqué, le souffle court, il me semble presque sentir apparaitre le long de mes vertèbres quelques plumes qui viennent taquiner la chemise que je porte. L'angoisse prend le dessus, les souvenirs aussi, et tel un homme tiré dans les fonds marins par des sirènes auxquelles il ne peut que succomber, je me noie dans un flot d'émotions et de souvenirs qui me reviennent, revoyant alors le regard de cette femme que j'ai aimé et qui a fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Au loin, je crois revoir ses prunelles, sentir ses doigts dans mes cheveux, son souffle contre ma joue alors qu'elle riait. J'ai l'impression à nouveau de l'entendre et alors que le petit rouge-gorge ouvre ses yeux pour moi, j'ai le genre de sourire qu'elle a eu à mon égard et les mots qu'elle a eu à notre première rencontre, ceux qui m'ont fait tomber amoureux de la personne qu'elle était.

"Doucement mon beau…" Dit-elle en choeur avec moi, au travers de mes souvenirs et paroles. "Là… Cesse de te battre, le combat est terminé… Tout va bien se passer. Tu as été brave."

Du bout du pouce, je viens tendrement caresser les plumes sous son bec, espérant le rassurer d'une douce caresse alors que d'un murmure délicat je reprends.

"Je vais m'occuper de toi…" Lentement je le fais s'allonger dans une seule de mes paumes tandis que de ma main libre, je viens tirer de la poche de mon veston un mouchoir de soie blanc dans lequel je l'enroule précautionneusement, un léger sourire aux lèvres mais une réelle inquiétude dans les prunelles. "Tu vas en avoir pour un moment comme ça, tu sais ? Sûrement." Je pousse un long soupir avant de faire demi-tour, abandonnant sur mes pas la neige et cette envie que j'avais eu de sortir pour retourner retrouver la chaleur du refuge. Derrière-moi je ferme la porte alors que sur mon chemin vers ma chambre, je croise quelques Syndrigastis qui inquiets me demandent ce qu'entre mes mains je tiens avec tant d'amour.

"Un égaré." est tout ce que je réponds alors que je monte les escaliers jusqu'à ma chambre, que j'ouvre d'une légère pression de mon épaule gauche. Sans un mot, je viens le déposer sur l'un de mes oreillers, lui souriant faiblement.

"Je te fais une place dans mon nid, mais gare à toi si tu déranges tout, petite tête." Je me fends d'un sourire que certains pourraient trouver paternel. "Il parait que les autours sont rancuniers." Du bout du doigts j'effleure son bec et m'éloigne ensuite, allant jusqu'à mon armoire de laquelle j'extrais une vieille boite en bois et une vieille écharpe aux couleurs défraîchis, revenant ensuite pour m'assoir sur mon lit et préparer ce qui sera le sien, le temps qu'il se remette de ses émotions. J'ouvre la boîte, en vide le contenu sur mes draps, dévoilant ainsi aux yeux fatigués du petit quelques souvenirs de mon passé, se composant surtout d'un vieux ruban carmin et de quelques babioles. Je fourre l'écharpe dans la boîte et l'arrange un peu pour rendre tout ceci confortable.

"Tu seras au chaud là-dedans… Tu pourras trouver le repos et ne t'inquiètes pas, tu ne crains rien ici… Tu as tout le temps du monde pour te remettre. Personne ne t'en voudra de vouloir te faire un peu chouchouter… Surtout pas moi." Comment le pourrais-je ? J'ai été moi-même égoïste pendant de longues années, quand dans sa chambre à elle, j'ai été en pleine convalescence. Je termine d'arranger le tissu et me tourne ensuite vers lui, venant l'extraire de son cocon de soie. "Je vais devoir t'embêter un peu… D'accord ?" Du bout des doigts, je viens attraper ses ailes. "Si ça fait mal… Tu me le dis." J'essaye de lui faire replier les ailes avec douceur, me sentant alors en cet instant comme cette femme qui a tant pris soin de moi. Serait-elle fier de savoir que je fais avec d'autres ce qu'elle a fait pour moi ? La connaissant… J'en suis sûr. Elle a toujours eu foi en moi, et si en cet instant, elle me voyait, je suis persuadé qu'elle ne regretterait pas un instant de m'avoir tiré la boue dans laquelle elle m'a trouvé. Mais la vérité, est que j'ai pitié de cette petite créature qui me rappelle tant ce que j'ai été à une époque. Le simple fait de croiser ses minuscules prunelles, fait se serrer douloureusement mon coeur alors qu'entre mes mains que j'estime encore indignes d'apporter le moindre bien à qui que ce soit, je tente de protéger celui qui me semble être un reflet de ce que j'étais. Un être perdu, vulnérable et faible. Je peine à déglutir convenablement alors qu'une étrange impression m'étrangle et m'empêche de respirer correctement. J'aimerais l'aider et pourtant je lui souhaite de ne pas être moi, et d'être fort. J'aimerais lui demander de me le promettre, mais conscient qu'en cet instant il a besoin que quelqu'un soit fort pour lui, j'admets que demain il sera temps de lui faire promettre qu'il doit rapidement recommencer à voler.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Dawkins

avatar
- Immature Rouge-Gorge -
❧ Boucle Temporelle : 20 Juin 2016, ma prison, mon tombeau sans doute.
❧ Particularité : Métamorphose en Rouge-Gorge, un oisillon immature qui n'assume pas sa transformation.
❧ Occupations : Supposé suivre une formation d'Ymbryne mais passe plus de temps à explorer les boucles qui ne sont pas les siennes.
❧ Miroir : don't forget me, i beg
❧ Missives : 67
❧ Yeux de verre : 24
❧ Crédits : crazyninjadreamer sur tumblr, et tumblr pour les gifs


MessageSujet: Re: Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]   Dim 19 Mar - 16:26

Take these broken wings and learn to fly

- Et que tremblent ceux qui pensent autrement -

L'obscurité et la douleur. C'était ce qu'avait retenu Morgan de ses premiers instants dans les mains de Thaddeus, avant que celui-ci ne le ramène à la lumière par la chaleur et la douceur de ses mots. Pauvre oisillon perdu à l'aile toute froissée, comme une page de son livre qu'il aurait eu trop de mal à tourner, le rouge-gorge, sous sa forme d'oiseau, ne pouvait plus bouger, il restait là, gisait, fermement maintenu, fort heureusement, par ces doigts qui semblaient vouloir le protéger. Il ne comprenait pas, n'était-il pas supposé connaître sa fin, en cet instant ? N'était-ce pas sa dernière bêtise, son dernier vol durant son dernier voyage ? Apparemment pas. Le destin avait placé sur sa route Thaddeus Gentilis, qui était aussi gentil que son nom le laissait présager. Sauvé du froid, des courants d'air, blotti tout contre le corps ferme à l'odeur masculine et douce qui resterait à jamais gravée dans sa mémoire, vive comme au premier jour, l'oisillon Morgan se sentit inspirer profondément et pépia en réponse aux doux mots de son sauveur, celui qui veillerait sur lui pour les jours qui suivraient. Il n'essayait même pas de bouger son aile blessée, sachant pertinemment que ça ne lui apporterait que douleur, et se laissait transporter sans chercher à savoir où ils allaient, persuadé qu'il était, désormais, qu'il était sain et sauf. Tout doucement, ses petits yeux noirs comme des têtes d'épingles s'entrouvrirent et vinrent se poser sur le visage dessiné, et néanmoins légèrement masqué par les vêtements, de l'homme contre qui il s'était écrasé. La mâchoire volontaire lui fit imaginer une certaine sévérité, peut-être aussi un côté un peu trop sérieux qui voudrait venir s'éclairer à la lumière d'une compagnie légère. Les démons et les souvenirs de Thaddeus échappaient totalement à Morgan, qui l'observait maintenant avec une reconnaissance qui se rapprochait de la dévotion dont il aurait pu faire preuve à l'égard d'une entité bénéfique ayant volé à son secours. Et ce n'était pas loin d'être la vérité, après tout. Les grands yeux plantés dans ce visage marmoréen n'étaient que douceur, affection, protection. Pelotonné dans le mouchoir de soie, Morgan plongea dans ces yeux qui frôlaient ses plumes humides de neige, et eut un petit bruit plus joyeux. Oui, il savait qu'il en avait pour un moment comme ça, mais il ne se faisait plus de souci quant à son avenir, il savait qu'il était entre de bonnes mains.

Le trajet jusqu'à et à travers le refuge s'effectua dans une sorte de flou artistique pour le minuscule oiseau, et il se laissa transporter sans plus faire de bruit, pelotonné autant que possible dans les grandes mains qui le protégeaient. S'il avait été sous sa forme humaine, en entendant les voix parler autour de lui, il aurait sans doute eu un de ses inénarrables sourires en coin, sous l'amusement. Un égaré, oui... Mais n'est perdu que celui qui souhaitait se rendre quelque-part et qui s'est retrouvé ailleurs. Ce que Morgan fuyait étant désormais derrière lui, il n'était perdu qu'aux yeux de ceux qui l'avaient retrouvé. Ou par l'esprit, alors, seulement, oui, cela, peut-être. Il n'avait jamais été très certain de ce qu'il pouvait, devait, était supposé faire. Et il n'avait jamais été très capable de se plier aux exigences des autres non plus. Se trouver là, choyé, protégé, soigné était une première pour lui. Sa personnalité ne lui avait que trop rarement attiré la sympathie des autres. Il en venait à se demander s'il reprendrait sa forme humaine un jour, et s'il ne valait pas mieux qu'un matin, il s'envole par la première fenêtre ouverte, que Thaddeus n'entende plus jamais parler de lui et vive sa vie au mieux, sans l'influence d'un minuscule, immature et vulnérable moineau pour le mettre dans des situations désagréables pour lui. En attendant, sa voix résonnait aux oreilles de Morgan comme le doux refrain d'une comptine chantonnée à un enfant. Je te fais une place dans mon nid, le plus jeune n'aurait jamais osé en demander autant. Si Thaddeus avait voulu le poser dans le boîte à chaussures et l'expédier en express jusque dans la boucle de 2016, il l'aurait parfaitement compris. On ne prenait généralement pas le temps pour lui, et il était rare qu'on propose de le soigner, de le choyer. Une fois sur les oreillers, il pépia encore et ses petites pattes s'agitèrent, comme s'il essayait de se redresser. Même ébouriffer ses plumes lui faisait mal, alors que ça ne lui demandait pas d'utiliser trop de muscles. Il n'aurait jamais pensé se retrouver dans pareille situation, et il ne savait pas s'il devait se trouver ravi de la manière dont les choses avaient tourné, ou s'inquiéter de ce qu'il allait advenir de lui, au futur proche et lointain. Penchant sa petite tête duveteuse, il aperçut les souvenirs de Thaddeus, le ruban, les quelques babioles. Puis il releva un œil torve vers l'homme qui l'avait sauvé. Que lui était-il arrivé ? Qu'est-ce qui l'avait amené à être tant en empathie avec un oiseau blessé ? Que représentaient ces maigres possessions étalées sur le lit, et quelle importance pouvaient-elles avoir pour lui ? Trop de questions, pas assez de réponses.

Sorti de sa chrysalide soyeuse, le papillon Morgan pépia de mécontentement mais il se laissa manipuler, signalant parfois qu'un mouvement ou un autre était douloureux. Il bougeait la tête, mais ses yeux ne quittaient pas le visage de Thaddeus. Il cherchait à imprimer ses traits, ses yeux bleus et tendres, son sourire paternel, et tout ce qui le composait au plus profond de son esprit, comme si tout cela risquait de disparaître à tout jamais en une demi seconde d'inattention. Comme s'ils risquaient de ne plus jamais se revoir s'il ne faisait pas très attention au moindre de ses gestes... L'inspection terminée, il fut relâché et décida de se rapprocher, du bout de ses petites pattes griffues, comme il pouvait. Thaddeus n'avait pas l'air bien, et il n'aimait pas cette expression qu'il avait, cet air torturé, comme sous l'emprise de quelques pensées blessantes, quelques souvenirs désagréables. Confus, et pas très sûr de ce qu'il pouvait faire pour qu'il se sente un peu mieux, Morgan fit de petits sauts jusqu'à se retrouver sur le bras de Thaddeus, et là, monta le long de sa manche, en s'y accrochant avec son bec. Bientôt, il parvint jusqu'à son épaule, et là, il marqua juste un minuscule instant d'hésitation, puis il se pencha. Sa petite tête duveteuse vint se poser tout contre la joue chaude de l'homme qui l'avait secouru, il se frotta tout doucement contre lui, le câlinant à sa manière, à la manière du minuscule oiseau qu'il était, sous la forme duquel il était bloqué jusqu'à son rétablissement. Il n'y avait jamais eu d'hommes, dans sa vie. Il n'avait toujours été entouré que de femmes, de fortes personnalités dominantes et qui, souvent, souhaitaient le faire plier à leurs exigences, plutôt que de le laisser s'envoler et faire ses propres expériences. Son père, comme lui, avait choisi la fuite. Il n'y avait jamais eu autour de lui d'exemple à suivre, de personne de laquelle il pourrait s'inspirer, et sur laquelle il pourrait se reposer en temps de crise. Peut-être Thaddeus pourrait-il prendre cette place, vacante depuis trop longtemps. Mais Morgan n'était plus un enfant. Il avait grandi, il pouvait comprendre, et parfois, on pouvait aussi se reposer sur lui. Sans le savoir, il possédait toutes les qualités requises pour devenir un incroyable protecteur de la cause des Syndrigastis. C'étaient elles qui s'exprimaient, en cet instant, alors qu'il posait son aile valide le long de la joue de Thaddeus, dans une maigre tentative de le câliner mieux. Il voulait juste l'apaiser, comme il était certain que le plus vieux l'apaiserait, lui, avec du temps...


don't open before 8:30:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 289
❧ Yeux de verre : 72
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]   Sam 8 Avr - 13:11

Broken Wings
Morgan & Thaddeus
I'm not big on sermons - broken bones teach better lessons.

"C'est l'aile… Ça arrive souvent, mais ce n'est jamais bien grave. Une petite attelle et bientôt, tu pourras voleter à ton aise."

Un léger sourire se glisse sur mes lèvres, alors que délicatement, je libère le rouge-gorge de l'emprise de mes doigts, cessant ainsi de lui arracher des piaillements douloureux, tout en lui offrant toute de même la possibilité de se redresser et de peut-être s'autoriser quelques petits sauts qui lui permettront de mieux découvrir le nid que nous allons partager jusqu'à sa guérison. Alors qu'un soupir discret glisse d'entre mes lèvres, je délaisse le pauvre petit pour chercher dans les poches de ma veste, de quoi jouer les infirmières de fortune. Du bout de mes doigts je trouve mon paquet d'allumettes et si mon premier réflexe est d'aller ensuite trouver mon étui à cigarettes, je m'interromps à l'instant même où sur mon bras, je sens se poser la petite boule de plumes qui devrait, au lieu de tenter d'escalader les plis de ma manche, se reposer et se laisser dorloter par l'être désireux de faire quelque chose de bien pour une fois que je suis. Les sourcils froncés et un sourire aux lèvres, je l'observe pourtant faire, une main jamais trop loin de sa silhouette afin de le rattraper si malheureusement il venait à chuter. Mais comme pour me donner tort et me montrer qu'il est fort, le petit oiseau se hisse jusqu'à mon épaule, et ose, après une seconde d'hésitation, à venir poser son crâne duveteux contre ma joue râpeuse, m'arrachant de ce fait un autre sourire tendre qui si me fait douloureusement fermer les yeux, aide aussi mon coeur à cesser de se serrer et de se laisser ronger par les doutes que font fleurir en ma cage thoracique les souvenirs de cette femme qui dans ses bras m'a offert un amour que je ne connaîtrais très certainement jamais plus. Pour cette petite chose blessée et visiblement désireuse de se faire aimer, j'ai un léger rire, celui qu'un père pourrait avoir pour sa progéniture et un murmure pour tenter de rassurer le pauvre petit oiseau, qui de plus en plus inquiet, en vient même à caresser le creux de mes joues du bout de ses ailes.

"Je vais bien, petite tête…. Je vais bien."

Du bout des doigts, et avec délicatesse, je l'espère, je viens ébouriffer son plumage tandis que du coin de l'oeil, je l'observe, essayant de trouver en sa présence quelque chose qui pourrait faire fuir les démons, qui tentent dans mon ombre de ramper jusqu'à ma personne et de teinter à nouveau mes prunelles de cet éclat de tristesse qui jamais ne semble s'éteindre et qui toujours semble raviver en mon être un brasier aux flammes incapable d'éveiller des passions mais tout juste bon à réduire en cendres le peu de courage et d'envie d'avancer qu'il me reste.

"Que dirais-tu d'aller manger quelque chose… Hein ? Tu dois être affamé et j'avoue que je ne dirais pas non à un bon thé… Tu sais quoi ? Allons prendre un goûter tout les deux, mais attention, il ne faudra pas le dire aux Ymbrynes, sinon elles vont encore se plaindre que je donne de mauvaises habitudes aux enfants."

Après un sourire complice, je me relève et abandonne sur mes draps, cigarettes et allumettes, ayant tout de même un instant de doute quand sur ce ruban de satin prune, se pose mon regard. Un instant, je me revois, serres en avant et ailes grandes ouvertes, avec celui-ci entre mon bec. Les feuilles de l'automne sont encore là, à voleter et danser avec moi tandis qu'à quelques pas de là, elle est là, les cheveux détachées, à tenter de me rattraper. Je me souviens de ce larcin qui avait été réprimandé par ce même ruban que j'avais dû porter autour d'une patte pendant un mois… "Jusqu'à ce qu'il s'use et qu'il casse." Je déglutis difficilement et quitte alors ma chambre, en fermant la porte derrière-moi avant de m'avancer dans les couloirs, le regard au loin et pourtant une attention pour chacun des Syndrigastis que nous croisons.

Jusqu'à la cuisine je descends, et une fois seul, je m'occupe de faire bouillir de l'eau pour mon thé et de préparer tasses et théière pour notre goûter avant d'enfin piocher dans une des boites à biscuits, quelques sablés au beurre qu'il est préférable, pour ne pas s'étouffer, de tremper dans un peu de lait ou de thé quand il n'est pas l'heure de les couvrir de confiture à la mûre. Sur une petite assiette je pose les quelques biscuits et alors que l'eau chauffe, je m'installe à table, poussant vers le petite oiseau que je fais descendre de mon épaule, une tasse pleine d'eau fraîche et un sablé qu'entre mes doigts je brise pour créer quelques miettes qu'il pourra plus aisément picorer. Une moitié de biscuit termine sur le bois sombre de la table tandis que l'autre trouve mes lèvres, puis mes incisives. Pensivement, je commence à mâcher le tout, jetant tout de même un dernier regard à mon petit protégé.

"Mange. Une aile brisée ça ne se répare pas en faisant les timides, tu sais."

De mon pouce je chasse quelques miettes au coin de mes lèvres avant de terminer d'une bouchée mon encas pour mieux aller retirer du feu la bouilloire qui siffle sans moi. Précautionneusement, je remplis la théière et pendant que le thé infuse, je reviens m'assoir avec lui, passant le temps en brisant en petits morceaux sa moitié de biscuit.

"J'ai été comme toi, tu sais… Il y a longtemps." Les miettes me semblent être du sable qui sur la table se répand. "Perdu et blessé. J'ai eu de la chance d'avoir quelqu'un pour me recueillir et m'offrir quelques miettes de pain et son amour." Un sourire glisse sur mes lèvres, le genre tendre mais teinté d'une tristesse que seul les hommes au coeur fendu savent exprimer. "Je vais t'aider… Mais il faut que tu me promettes quelque chose, petite tête." Je pose mes prunelles bleutées sur la frêle silhouette du rouge-gorge. "Tu vas recommencer à voler, hein ? Parce que les oiseaux qui restent dans des cages… C'est triste, n'est-ce pas ?"
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Dawkins

avatar
- Immature Rouge-Gorge -
❧ Boucle Temporelle : 20 Juin 2016, ma prison, mon tombeau sans doute.
❧ Particularité : Métamorphose en Rouge-Gorge, un oisillon immature qui n'assume pas sa transformation.
❧ Occupations : Supposé suivre une formation d'Ymbryne mais passe plus de temps à explorer les boucles qui ne sont pas les siennes.
❧ Miroir : don't forget me, i beg
❧ Missives : 67
❧ Yeux de verre : 24
❧ Crédits : crazyninjadreamer sur tumblr, et tumblr pour les gifs


MessageSujet: Re: Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]   Dim 9 Avr - 23:15

Take these broken wings and learn to fly

- Et que tremblent ceux qui pensent autrement -

Et cela prétendait aller bien... Si Morgan avait été sous forme humaine, il aurait levé les yeux au ciel, malheureusement il était coincé sous sa forme d'oiseau pour un certain temps, et il se contenta donc de chantonner tout doucement, à l'oreille de Thaddeus, pour annoncer son désaccord avec ces mots qu'il venait de prononcer. Il n'avait vraiment pas l'air d'aller bien, et si l'oisillon ne comprenait pas pourquoi, du moins pas encore, il savait que ça l'attristait, que ça lui faisait regretter de ne pas être humain, de ne pouvoir chercher les mots justes pour réconforter son aîné. Il n'avait que ses plumes, ébouriffées, et ses petites pattes griffues accrochées au tissu le long duquel il avait grimpé pour venir faire des câlins à Thaddeus. Cela étant posé, aller grignoter quelque-chose lui disait bien, et il exprima son consentement par un autre chant, plus mélodieux encore que le précédent, un peu plus gai, sans doute. Sa petite tête tournait de tous côtés, il observait chaque détail du refuge dans lequel ils étaient, un endroit qu'il n'avait jamais pénétré auparavant. Sous quel prétexte aurait-il pu, après tout ? Il n'en était pas membre, n'était pas un Syndrigasti de cette boucle, pire, avait mauvaise réputation, pas seulement chez lui, mais partout où il y avait des Ymbrynes en contact avec sa mère... c'est-à-dire absolument partout. Miss Rubecula était une personnalité importante. Elle était à la tête de sa boucle, et à l'origine de sa création, accompagnée par d'autres Ymbrynes tout aussi influentes qu'elle. Morgan Dawkins était son unique rejeton. Peut-être bien que si Thaddeus avait su qui il était, il n'aurait pas été aussi pressé de l'aider, de lui rendre service... C'était en tout cas ce que pensait le rouge-gorge, sur son perchoir, en l'occurrence l'épaule de son gentil protecteur. Il n'en descendit que lorsqu'ils furent parvenus jusqu'à la table, et en quelques petits sauts, se précipita sur les miettes de gâteau qu'on lui proposait, les accompagnant d'un peu d'eau fraîche également offerte par le bienfaiteur qui l'avait secouru. Il se trouvait presque chanceux... Sous sa forme d'oiseau, il n'avait pas à répondre aux questions, et pouvait rester masqué, ses plumes et son duvet comme armure. Il n'avait jamais autant apprécié sa métamorphose qu'en cet instant, à vrai dire.

Il répondit à l'ordre de Thaddeus par un autre petit chant joyeux, et sa petite tête adorable et duveteuse se tourna vers son aile bandée, vers l'attelle qui le gênait. Il ne pouvait nier avoir hâte que tout soit terminé, et ses délibérations mentales n'y changeaient rien, il n'avait jamais été à l'aise dans ses plumes auparavant. Il était bien caché, certes, mais il ne se sentait pas forcément mieux pour autant. L'avantage du morceau de bois qui retenait son aile dans la bonne position était cependant qu'il n'avait plus mal, il put donc se concentrer sur les miettes posées sur la table, et sur les petits chants irréguliers qui montraient son approbation des événements présents. Jusqu'à ce que Thaddeus se remette à parler. Là, il se tut, et sautilla sur le bois jusqu'à être face à lui, tête levée, attentif comme seul un enfant pouvait l'être si son père se mettait à parler. Était-ce pour ça que l'autre avait l'air si triste ? Cette situation lui rappelait-elle son passé... et cet autre, qu'il avait visiblement beaucoup aimé ? Morgan ignorait si c'était une femme ou un homme dont parlait le plus vieux, il ne connaissait pas le nom de cette personne, tout ce qu'il pouvait deviner, c'était qu'elle avait eu de l'importance. Une très grande importance, à n'en point douter. Chantonnant, il se rapprocha encore du plus vieux et plongea le bec dans son thé, sans crainte, pour lui en voler une gorgée de moineau. Il espérait le faire rire. C'était brûlant, et cela lui fit du bien, il ne se retint que de justesse d'ébouriffer toutes ses plumes, de contentement, ce qui n'aurait pas été très agréable avec l'attelle. Et Thaddeus qui lui demandait de promettre qu'il volerait encore... Il fut tenté de le pincer, en représailles. Bien sûr qu'il allait se remettre à voler, c'était tout ce qu'il avait, l'autre ne pouvait pas le savoir, c'était entendu, mais il avait si peu de choses amusantes dans sa vie qu'il ne pouvait véritablement pas se permettre d'en perdre une. Et surtout pas celle-ci. Tout inquiet qu'il serait durant son prochain vol, il ne se demandait même pas s'il y allait en avoir un. Il sillonnerait les courants d'air autour de son île comme à son habitude, danserait avec les bombes en 1941 dès son prochain voyage, et même, apprivoiserait les trous d'air de cette boucle qui, cette fois-ci, avait eu raison de son aile. Un jour, il les connaîtrait par cœur et saurait surfer sur eux comme sur les vagues qui léchaient les berges de la boucle de 2016.

Retournant à ses miettes, Morgan picora jusqu'à se sentir bien plein, fit passer la sensation à grandes gorgées d'eau – du moins autant qu'il le pouvait sous cette forme – et revint aussi vite que possible jusqu'à Thaddeus, sur la main de qui il se dépêcha de grimper. Quelques sauts et quelques acrobaties plus tard, il était de retour sur son épaule, et il ébouriffait ses plumes pour les nettoyer, déloger les grains de poussière coincés en leur creux. Il ne bougeait pas son aile blessée, et se contenterait d'attendre patiemment qu'elle guérisse. Loin de lui l'idée d'inquiéter son tendre protecteur plus que de raison. Un nouveau petit chant scella sa promesse : il volerait à nouveau, la question ne se posait même pas. S'il avait été sous sa forme humaine, il aurait souri. Sous sa forme d'oisillon, il ne pouvait que bouger gaiement la tête, heureux d'être en vie et d'avoir été ainsi recueilli. Tant qu'il était là, il avait bien l'intention d'essayer de rendre la pareille à celui qui était venu à son secours, autant que possible, en tout cas. Avec un peu de patience, peut-être pourrait-il contribuer juste un peu à soigner ses plaies, toutes béantes qu'elles soient. Une autre bonne résolution, qu'il voulait réellement tenir. Prendre ce type de responsabilité lui ressemblait pourtant peu, mais comment résister à l'adorable visage de Thaddeus ? Comment s'empêcher de ressentir pour lui une affection toute infantile, lorsque l'autre se posait, peut-être même sans le vouloir, en figure paternelle ? Comment ne pas l'aimer déjà, lorsqu'il lui devait la vie ? S'il ne l'avait pas ramené au refuge, s'il ne s'était pas occupé de lui, Morgan aurait pu mourir dans la plaine, seul, sous forme d'oiseau, victime des intempéries, peut-être, ou de quelque animal qui aurait été bousculé dans ses habitudes par sa présence étonnante et différente. Incapable de voler, il n'aurait pas non plus pu sautiller jusqu'à l'être humain le plus proche, il n'aurait pas pu se porter secours tout seul. Sans Thaddeus, ça aurait été la fin de ses aventures. Il avait hâte de retrouver sa forme humaine, ne serait-ce que pour lui dire merci...


don't open before 8:30:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Take these broken wings and learn to fly. ᛄ [Thaddeus | Morgan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Narcissa ♠ Blackbird singing in the dead of night take these broken wings and learn to fly
» Alanka ∆ Takes her broken wings and learn to fly
» ✬ broken wings.
» With my broken wings ~ Marcy [Finie]
» KROKMOU ♉ broken wings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Édimbourg :: La Plaine-