AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Adrian Hammond

avatar
❧ Boucle Temporelle : vient de poser bagage en 1873
❧ Particularité : Pyrokinésie
❧ Occupations : fuir ces démons
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 8
❧ Crédits : brimbelle


MessageSujet: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 17:43

Adrian Hammond

- Mayday! Mayday!
The ship is slowly sinking They think I'm crazy but they don't know the feeling They're all around me,Circling like vultures They wanna break me and wash away my colors -

❧ Nom : Hammond ❧ Prénom :Adrian ❧ Surnom(s) : essaies un peu de m'attribuer un sobriquet à la con tu vas te faire recevoir ❧ Age : 33 ans ❧ Lieu et date de naissance : Saint Augustine, Floride ,1944 ❧ Boucle Temporelle  : 20 juin 2016 , voyageur,  passe de boucle en boucle à la recherche d'un refuge.❧ Localisation actuelle  : après avoir voyagé c'est en 1873 que je pose bagages  ❧ Occupation : fuir, lutter contre le sommeil, lutter contre les démons, fumer, boire, tenter d'oublier.. rien n'a de véritable saveurs, rien ne semble assez attrayant, dans cette danse avec ces ombres douloureuses. ❧ Statut civil : en relation tumultueuse avec mes démons. ❧ Je ressemble à : chris evans
❧ Particularité  : Allumette qui craque, lampe à huile, feu de cheminée, poudre explosive, une étincelle, une flamme et le brasier s'allume. Puissance du contrôle des flammes qui n'est pas sans danger pour moi et les autres. On a pu le voir au Viêt Nam et je pourrais succomber si je venais à en abuser. Mourir d'épuisement ou périr dans les flammes d'un incendie mal maitrisé, ce don est plus une malédiction qu'un cadeau.
❧ Talon d’Achille  : La pluie, l'humidité, le brouillard, si la douche est un refuge que je m'accorde quotidiennement lorsque je suis seul, c'est bien la seule chose qui ne me fera de mal, qui nuira à mes particularité. Sous l'orage je suis si vulnérable, sans défenses et dans ce monde cruel il vaudrait mieux éviter de l'être.
----------------------
❧ Ce que je pense des autres Syndrigastis : Rien de plus que des monstres, des monstres comme moi. Je ne les déteste pas, ils doivent eux aussi avoir leur lot de souffrances, de culpabilité, indifférent envers les miens, je les fuis plus que ne les approche.
❧ Ce que je pense des  Ymbrynes : De la gratitude peut-être? Ils permettent à mon être de trouver refuge et protection à travers les boucles, ces héro sont probablement trop idéalistes à mon gout, mais peut on les blâmer de tenter de sauver un monde maudit?
❧ Ce que je pense des Humains :  haine... mépris... amertume... ces êtres écervelés et égoistes ont prouvé qu'à travers les âges rien n'est plus important que le profit et le pouvoir. Ils sement le mal autour d'eux pensant prêcher la bonne parole. Je les déteste... tous autant qu'ils sont.
Mes petits Secrets
Prend de trois a cinq douches par jour, il ne pouvait se contenter que d'un sceau d'eau glacée lorsqu'il était emprisonné, maintenant qu'il est de retour dans la civilisation il en prendra avec excès. Savonnant sa peau plus que de mesure les ongles marquant celle-ci ne suffiront à ôter cette peau qu'il estime si sale. Insomniaque et hanté par ces cauchemars, la nuit n'est qu'une glaciale terreur à laquelle il n'a trouvé que peu d'alternatives pour s'en extirper.  Il a parfois la main lourde sur les mélanges anxualitiques et vin, ce qui le plonge dans des délires hallucinatoires avant de sombrer dans un profond sommeil qui durera plus de 12h.   les contacts physiques lui donnent la sensation d'avoir été sali, par une humanité en laquelle il ne croit plus, lingettes ou savon deviendront une nécessité pars un contact physique. Lorsque les couleurs rosées, violacées et orangés de l'aurore s'échappent il s'autorise à fermer les yeux, sentant les premiers rayons caresser sa peau. Dans sa tête chante la douce mélodie de ces paroles, comme si il était encore la avec lui: "goodmorning sunshine." répétera Adrian pour faire écho à ce souvenir que la présence de Kane à rendu doux. C'est une sorte de rituel, de besoin, comme s'il priait pour la paix de son âme, comme si il tentait de faire son deuil deux paquets de clopes et minimum une larme, c'est sa moyenne quotidienne le rouge, fascination morbide qui le plonge dans un état second et entraine chez lui bien souvent de violentes pulsions Plus que l'humanité encrassée, Adrian déteste sa nature profonde plus que tout au monde, celle qui bien malgré lui à servi d'arme au même titre que celles conçues par l'homme qu'il a tenu entre ces doigts. La guerre et sa capture  n'ont pas marqué que son esprit, il porte de longues cicatrices sur sa peau. Instable il passe de l'ange au démon en un rien de temps et s'il regrette ces actes il ne se rend pas compte de la rage de l'instant qui l'anime et lui fait commettre des erreurs. A bien du mal à gérer ses émotions, en particulier lorsqu'il est en compagnie de quelqu'un. Les moeurs légères le rendre ivre, une lueur étrange danse dans les yeux de l'homme aux allures de prédateur féroce. Animal dans un corps d'homme, il se laissera plus facilement amadouer par une bête à poils ou à plumes qu'un être "humain"
Mentalité
Avant la guerre la joie de vivre et la détermination le suivait dans son quotidien. Toujours le mot gentil ou la petite plaisanterie pour détendre l'atmosphère, Adrian rendait un quotidien gris en une journée ensoleillée. Débordant d'énergie le jeune homme se donnait à fond dans tout ce qui lui tenait à coeur mais ne refusait jamais une bonne fiesta. Papillon, il butine de fleur en fleur, notre tombeur ne désirait pas être un briseur de coeurs, jeune,immature et dispersé il ne trouvait jamais assez de temps à accorder à ces messieurs dames. Préférant profiter des joies de la vie, il pense avoir tout le temps de pouvoir fonder une famille. Mais la guerre à transformé cet homme. Il a  développé quelques troubles obsessionnels qui lui rendent la vie moins facile ainsi qu'à son entourage. Si il peine à retrouver toute sa concentration, lorsqu'il parvient enfin à son but personne ne peut le déloger de ces rêves et son objectif. Si quelqu'un s'avisait d'insister fortement, cela pourrait déclencher une violente crise de panique, il pourrait vous marteler de coups avant de s'enfuir et disparaitre pendant quelques jours. Trop nerveux, il a bien du mal à supporter les lieux publiques en particuliers aux heures de pointe. Perte de confiance en l'être humain, il évitera les contact physiques, ne prendra jamais de taxi et ne laissera personne prendre le contrôle de sa direction. Il prendra les marches plutôt que l'ascenseur, il ne se laissera encercler par plus de cinq personnes, ne supporte pas les grilles de fer bordant certains jardins et vomira à la moindre odeur de ce qui s'apparente à la semoule ou le pain. Lorsqu'il se retrouve en situation angoissante, comme une salle bondée de monde, deux solutions s'offrent à lui, se recroqueviller dans un coin ou agir avec ses instincts les plus primaires. Tentative de fuite et mise à distance de l'ennemi. S'il se retrouve en compagnie d'une personne aguicheuse, il n'hésitera pas je cite à faire sa fête" à cette dépravée, plus elle /il crie, plus la douleur s'apaise. Rongé par les remords de ne pas avoir pu sauver "le soldat ryan" et trahi sa nation il parvient difficilement à sourire, sauf en surface, mais cela n'a plus rien de cette lumière qui vous réchauffait autrefois de sa douce chaleur

- Qui se cache derrière ce merveilleux personnage -

Je m'appelle Little buck, j'ai la trentaine sucks, je suis milliardaire naan j'déconne je taffe comme une esclave c'est la loose et je viens de panampanampanam. J'ai trouvé le forum via mes errances à la con et je le trouve tooooooop. Pour finir, je dirai : uuuh .

Spoiler:
 


Dernière édition par Adrian Hammond le Dim 26 Mar - 12:07, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Hammond

avatar
❧ Boucle Temporelle : vient de poser bagage en 1873
❧ Particularité : Pyrokinésie
❧ Occupations : fuir ces démons
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 8
❧ Crédits : brimbelle


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 18:35

Mon Histoire

- You were that foundation Never gonna be another one, no. I followed, so taken So conditioned I could never let go Then sorrow, then sickness Then the shock when you flip it on me So hollow, so vicious So afraid I couldn't let myself see That I could never be held -


1944-1962 Born to die
C'était pas écrit, dans les sillons de la terre propice à la culture de mais, c'était pas écrit dans la mousse de lait chaud qui sortait tout droit des pis de la vache élévé par vos soins, c'était pas écrit dans la vie banale d'un fermier que son fils ne serait en rien un héro, n'aurait en rien une longue carrière d'avocat, ça pouvait être sous entendu mais jamais on aurait pu imaginer que traitre et machine à tuer ne s'inscrive en lettres capitales sur son front.
Le coyote qui hurle à la nuit tombée, l'accident de canoé, le premier bal de promo, l'examen d'entrée à à la fac, rien de tout ça ne signifierait cauchemar angoissant après ce qui suivra. T'as beau trimer à l'école, t'es ni bon ni nul, tu te distingues pas vraiment, t'as beau être fils de paysan tu charmes ces demoiselles comme jamais faisant des sportifs des envieux,t'es fils unique mais pourri gâté t'as jamais connu alors qu'après tes devoirs tu devais bosser à la ferme, t'as rien décidé de ton avenir et t'as perdu du temps à rêver que tu sortirais un jour de là... parce que ceux qui t'aiment...ils t'ont condamné à brûler en enfer, danser avec les démons, vicieuse créature avide de sang, marionnette à la chaire tendre ton avenir c'est écrit entre leurs lignes. M'avaient ils condamnés à ça pour me punir de l'incendie qui à ravagé la grande et les cultures près de six ans auparavant? M'avaient ils fait croire que ce lourd secret de famille pouvait être dompté, maitrisé, pour mieux m'envoyer loin d'eux une fois l'âge requis pour me faire envoyer au front?  Ma famille n'était elle pas en partie responsable de cette sanction qui à bien mal tourné?

1962-1972 It’s time to strap our boots on This is a perfect day to die Wipe the blood out of our eyes We are the ones who will never be broken With our final breath We’ll fight to the death We are soldiers
-Chapter one-
**les ruines, la misère, les habitants vivant dans la terreur, les milices et tous ces morts planant dans leurs esprits. La Kufiya remontée sur le nez pour me protéger de la poussière, de la fumée, le regard scannant les alentours, je me cramponne à mon siège, le camion militaire empli de ces hommes, ceux qui m'accompagneront ces prochains mois, années, je ne sais guère. Ceux qui sont à peine plus agés que moi et dont le regard reflète les mêmes craintes dansant dans le mien. La ville n'est pas sure, ils le savent, et je lis dans les regards déterminés des supérieurs, la peur, l'angoisse, ils se préparent à une nouvelle attaque. Un bruit d'hélicoptère m'indiquant que le quartier est sous surveillance. Mais cela n'empêchera pas ce bruit assourdissant qui fera trembler la terre et emplira ma vision de fumée et de sable. Une explosion, suivit de coups de feu... l'agitation après des images au ralentit. La tension palpable annonçait le début d'une nouvelle attaque.  Les rebelles tentant de mettre la ville à feu et à sang, les cris des habitants, la femme couvrant son bébé et hurlant probablement des prières sous ses sanglots, du rouge, je vois du rouge partout, des corps inanimés en adéquation avec l'agitation du kaki des uniformes. La danse macabre des rangers noires, claquant sur le sol et résonnant sur le béton sous la symphonie des balles, des souffles bruyants, signaux d'alertes et tout un tas de phrases que je ne comprend pas bien qu'il s'agisse pour la plupart de ma propre langue. Les chars sont là, les avions font leur grand retour, un bourdonnement qui ne quittera pas mes oreilles jusqu'à la tombée de la nuit. Et lorsque la grande noire envahi le ciel, on peut encore voir les reflets orangers des flammes apportant jusqu'à mes narines ce mélange de fumée acre. Si la douche du soir me lavera de cette poussière, de ce sang que j'ai l'impression d'avoir sur les mains en tant que compatriote américain, de cette fumée mêlée à cette odeur de poudre, elle ne me lavera pas de ses images. La peur me saisis et l'eau brûlante semble devenir glacée, une seule envie, rentrer et tout oublier... **

Préparé à ça? Je l'étais pas... malgré la propagande, malgré les discours des supérieurs. T'es si jeune, t'es trop jeune et on te balance dans la fosse aux lions. Pour sauver le pays? Le monde? Ou peut-être simplement les intérêts des hauts dirigeants. De toute façon c'est pas de ton ressort, toi t'es qu'un putain de pion, tu l'as été, tu le seras et tu le resteras. C'est ce que je me disais alors que le camion progressait à travers la ville agitée, aussi menacée que menaçante, c'est ce que je me disais dans cette jungle humide, c'est ce que je me disais à chaque balle tirée.

-Chapter two- my song know what you did in the dark.

**L'air saturé d'un odeur infecte de moisissure accroche lors de son passage de ma gorge à mes poumons. Mes paupières lourdes se décollent péniblement provoquant une douleur lancinante dans l'ensemble de mon crâne. Un gémissement s'échappe de mes lèvres désséchées alors que je tente de relever la tête.- 'moorning sunshine! Une voix inconnue et enjouée se fait entendre alors que j'ai à peine le temps de laisser ma vision s'habituer à la semi pénombre. Je ne connais pas ce lieu et ne parviens pas à rassembler le moindre souvenir de ce qui m'a conduit ici. A la vue des barreaux me séparant de la "voix" je me met à paniquer. Me relevant d'un bond. Mais ces muscles engourdis et mon état physique me fait défaut et je m'écroule lourdement sur la terre battue. - Tu devrais y aller doucement et c'est pas comme si t'allais pas avoir le temps de faire la visite des lieux!
Je plisse les yeux sentant le gout ferrailleux du sang emplir ma bouche. Ma main écorchée glisse sur mon front recouvert d'une épaisse croûte. - qu'est c'qui s'passe? J'suis ou? Vous êtes qui? Il me sourit.- Du calme sleeping beauty, ça fait presque deux jours que tu pionces laisses le temps à ton cerveau d'émerger! Putain mais ils y sont pas allés de main morte ils t'ont sacrement amoché! T'as fait quoi pour ça?  Je lui lance un regard noir avant de percuter. Je suis en prison et lui aussi... Je tiens le silence l'espace de quelques instants pour détailler l'homme qui se trouve face à moi. A en juger par son uniforme, il fait partie de l'armée anglaise, mais ce visage m'est inconnu. Qui est il? Qu'est ce qu'il fait la? Et moi alors comment me suis je retrouvé ici? Ou sont les soldats qui m'accompagnaient? Je tente de rassembler mes esprits mais rien à part un chaos et et le bruit assourdissant des balles melé à la mousson rien ne me revient en mémoire. Il approche une écuelle des barreaux nous séparant.- tiens bois, ils sont un peu radins sur le service! Mes sourcils se froncent -provoquant une douleur aigue dans mon crane-me demandant comment cet homme arrive à garder un certain humour dans de telles conditions. Un gémissement de douleur s'explose contre mes lèvres alors que je rampe tant bien que mal jusqu'à "la barrière" nous séparant. Il me tend un bout de tissu humide.- met ça sur ton crane ça atténuera la douleur et lavera un peu ta plaie. C'est pas tellement le grand luxe ici, comme t'as pu voir sont pas à cheval sur l'ménage, alors vaudrait mieux éviter une infection si tu vois c'que j'veux dire. Je lui lance un regard suspicieux, pourquoi est il aussi gentil avec moi? Peut être tout simplement parce qu'il est humain et que lui il sait le sort que nous réserve nos geôliers. La première voix que j'ai entendu depuis mon réveil, douce, mélodieuse, chaleureuse, la clarté de son regard fut la première chose sur laquelle mes yeux se sont posés laissant peu à peu ma vision s'habituer à ce décor macabre. Des murs humides, des traces de sang, des empreintes de balles ou autres marques de lutte, une minuscule ouverture vers l'extérieure nous donnant que peu de lumière. Me voilà à présent entouré de béton et de barreaux avec comme seule consolation, quelqu'un qui comprend, mais pas seulement, quelqu'un qui m'aidera à garder espoir et ne pas sombrer dans la folie.

Plus tard, j'apprendrais qu'il faisait parti des forces spéciales anglaises et mon cerveau fera le lien entre cette "disparition" de soldats et la raison de son emprisonnement. Je rassemblerais un peu le puzzle de mon kidnapping, les rebelles cherchant à faire pression sur nos pays et nous indiquer le chemin de la sortie. Je ferais connaissance avec ces êtres rongés par la colère et prêt à tout pour arriver à leur fins. Un mélange entre la terreur, l'angoisse et ce feu qu'animait et entretenait Kane pour me faire garder espoir. Des jours, des semaines, des mois, passé à discuter avec mon camarade de cellule, mon voisin, mon ami, ma famille. Nous étions seules et abandonné de nos nations et tentions tout de même de survivre à deux. Partage de nourriture, aide à la survie, soutiens moral, tout était la pour nous unir à jamais d'un lien inextricable. Il m'apprenait à garder le fil du temps soit disant pour éviter la folie, garder un lien permanent avec la réalité, il me contait ses souvenirs et je partageais sans mal les miens avec celui ci. mais au bout de quelques temps, cette proximité et ce liens si particulier, de n'être que le seul interlocuteur d'une personne, on s'attache, vite, fort, intensément et votre cerveau en quête de sensations nouvelles vous envoie des signes. ça commencera par des rêves aux teintes chaudes, puis la vision et le son suffiront à provoquer ces images. Cette goutte de sueur qui perle sur son front et que je meurs d'envie d'essuyer, ses lèvres gourmandes se contentant d'un maigre repas semble réclamer tout autre chose, ses mains deviennent alors l'objet de nombreux fantasmes, si bien que parfois j'ai l'impression que de simples regards suffisent à échanger nos désirs inavoués. Il serait si simple de profiter d'un banal échange pour prolonger le contact du bout de ses doigts sur moi, il serait si simple de glisser mes mains entre les barreaux pour apaiser son corps courbaturé par l'insalubrité de ces cellules et nos conditions de détention. Mais si je tais mes rêves, c'est par respect pour ces souvenirs précieux qui le maintiennent en vie, sa famille qui l'attend dans son pays. Sa famille que je commence à envier et même jalouser. Parfois il m'arrive même de vouloir rester ici avec lui, pour le garder à moi à jamais. Je me dis que c'est parce que ça commence à faire trop longtemps que je suis ici, il m'avait prévenu on finit par s'habituer, et je crois bien que nos désirs commencent à changer, une barre de chocolat entre mes lèvres devient un rêve stupide tandis que d'autres désirs bien plus accessibles naissent en moi... en nous? Et si j'attend que ces paupières se ferment, "faire le guet" pendant qu'il laisse son corps épuisé sombrer dans un profond sommeil, il m'arrive de m'approcher, un peu plus près des barreaux, me délecter de la délicieuse image avec le regard que je ne m'autorise pas lorsque ces prunelles sont braquées sur moi. De temps à autre, une main glisse en douceur dans un endroit ne connaissant plus depuis longtemps ce que l'on appelle plaisir et souille mes sous vêtements avec l'image de cet homme marié, qui ici m'appartient... Mais ce secret honteux, ne lui sera jamais partagé, préférant lui offrir à son réveil l'ami dont il a besoin pour lui aussi continuer à espérer.

Cependant une autre distraction occupe nos esprits, bien plus utile, plus plus raisonnable -ou pas- faisant ressortir notre instinct de survie et notre volonté de nous en sortir un jour. Si nous sommes abandonnés par nos nations respectives  -bien que, coupés du monde, nous ignorons totalement les recherches actives nous concernant-  nous sommes certains d'une chose: nous avons confiance l'un envers l'autre et pouvons unir nos forces pour tenter de s'en sortir ensemble. Un plan d'évasion, mené par ces soins, qui nous prendra plusieurs semaines pour le préciser. **

Evasion fictive, l'onirique s'évapore sous la pression de ces doigts sur ma chevelure désordonnée, alors que mes talons raclent le sol humide. Des cris, une confusion, les tiens , les miens, les leurs, on me sort de la cellule et l'éveil est bien plus brutal que quelques mois auparavant. Un poing embrasse mes lèvres ensanglantées, le chocolat à remplacé l'azur, accent tranchant mais je comprend... je n'ai plus le choix. Te sauver je ne peux pas, les aider devient illusoire, la terreur glace mon sang et me fige. Mes parents? Non ils n'ont pas le droit de s'attaquer à eux et si je n'étais si jeune et naif je ne les aurait pas cru, ça t'aurais peut-être sauvé,  ça aurait peut être empêcher ce massacre...



1975 Like a small boat On the ocean Sending big waves Into motion
Like how a single word Can make a heart open I might only have one match But I can make an explosion . I'm into deep. I will scream them loud tonight Can you hear my voice this time?

Rapatrié, héro de guerre, propulsé dans les méandres d'une presse boulimique, incompris par une famille aimante ravie de retrouver cet enfant disparu depuis bien trop longtemps.Je tais honteusement ces lourds secrets qui me hantent. Ce qui avait été menaces ayant pris le pas sur mes décisions, décisions qui ont couté bien des vies à la garnison, traitrise, mensonges, double jeu, je les ai trahi honteusement pour sauver celui dont la cervelle à repeint le mur de nôtre geôle. Qui étais-je pour penser pouvoir faire des accords, déjouer leurs plans, rien qu'un insecte minable, qu'une erreur de la nature, un pion, leur fidèle soldat, celui qui a joué un rôle de héro aux yeux de la nation, celui qui à massacré les siens dans un incendie, un éboulement de tunnel qui passait pour accident et servait et aux ennemis... ceux qui ont ôté la vie de celui que je tentais de sauver par mes actes barbares, bien plus que viser bêtement la cible au bout de mon canon. Troupes massacrées, familles en deuils, tout ça pour rien... rien d'autre que l'ambition destructrice de manipulateurs.

De leçon à ce drame je n'en a rien retiré de plus que ce qu'ils avaient tenté de m'inculper, la culpabilité, celle de n'être qu'un monstre, une erreur de la nature, menant mon retour vers des lieux nouveaux, en quête d'espoir, de renouveau. Mais l'Europe ne m'apporta guère plus que mon lot de culpabilité. Toutes ces lèvres, ces esprits, curieux et avides de connaissances ne faisaient que me rappeler ce lourd passé.Me rappeler que mes erreurs ne m'ont jamais fait rien gagner au contraire... il les a payé lui aussi au prix de sa vie.

** Elle sort de sa voiture, la petite aux cheveux bouclé rit aux éclats, tapis dans l'ombre des cyprès j'observe la scène à distance, scrutant avec attention le visage de cette femme qui semble heureuse. Le bébé de ces souvenirs semble avoir bien grandit,  et elle... elle semble aussi belle que dans les teintes bleutées de son regard. En retrait, j'hésite un instant à traverser la rue, les rejoindre sur le porche de cette maison de briques rouges, celle qui avait été ce foyer chaleureux qui avait maintenu ces espoirs. Ne méritaient ils pas de savoir? Devais-je leur mentir en leur pondant un scénario louffoque, qu'il était mort en héro? Oui j'hésite encore quelques instants avant de voir un homme ouvrir la porte pour accueillir la fillette dans ces bras. Des cris de joie, bien loin des larmes du manque, bien loin du poids de l'attente d'un être parti au combat. Mes lèvres s'entrouvrent, mon coeur se glace alors que l'étreinte de l'homme semble ne laisser place à aucun doute. Amant? Nouveau mari? Comment pouvait elle l'avoir ainsi remplacé? Amertume qui monte à mes lèvres devant l'écoeurante cette de cette sale trainée qui salit la mémoire de son mari. Lui ce héro, lui qui avait chaque jour pensé à elle, à eux pour garder espoir? Je reste interdit, encore quelques longs instants, même après que la porte ce soit refermée derrière eux. Eux qui l'avaient oublié.... moi je ne t'ai pas oublié Kane.**

1941 haunted loop
Chaque nuit, la sombre étreinte glaciale presse ma cage thoracique, je redoute un sommeil qui tarde à venir et m'emporte malgré moi dans la course infernales d'images cauchemardesques. A bout de forces, j'ai parfois pensé à me faire lâche, quitter ce monde morne et sans saveurs, mais si tu me voyais aujourd'hui Kane, tu ne me laisserais pas faire n'est ce pas? Assumer, vivre c'est se battre, j'ai payé le prix de mes erreurs en acceptant de passer ma vie aux côtés de la culpabilité. Pour lui, pour eux... je me dois de continuer. Mais pour aller ou? La réalité est bien trop pesante et je pense trouver refuge dans une boucle, celle du passé, de mon passé... Mais n'était il pas bien trop proche? Trop frais? Combien de temps ais je enduré cela? Le son des avions fendant le ciel, assourdissante menace qui me rappelle chaque jour ce que j'ai fais là bas. Non ce n'est pas une bonne idée, je me suis perdu ici quelques temps, replié, angoissé, meurtri avant de comprendre que si je restais plus longtemps ici je courrais à ma perte. Peggy voulait m'aider, je me souviens encore de ces doigts sur le piano, de son regard perdu et paniqué, de la douceur de ces mots. Elle n'a jamais cherché à savoir, la fille aux cheveux de feu m'a guidé ici, sans jugements sans chercher à outre passer cette présence, cette constante que je tolérais. Etre divin, main tendu, elle est le filet de sécurité qui m'empêche de sombrer et si elle m'a conduit ici, elle ne me jugera pas non plus pour avoir désiré en sortir... comme une question de vie ou de mort... Margaret comme ils l'appellent, sera là sans se montrer pesante, le guide, l'ange gardien, celui qui me transportera à travers les âges pour m'aider à retrouver gout en cette vie que je ne désire plus. Peggy, la constante, la balance, la lueur à travers les ténèbres.

2016 disaster loneliness
Ne sera guère meilleure, un futur lointain, une ile isolée, ce qui semblait être le parfait refuge deviendra un funeste cauchemar. Petit village d'apparence tranquille, il semblerait que bien des mes pairs aient eux aussi trouvé refuge ici, mais quelque chose de sombre semble planer ici, quelque chose de menaçant, ne faisant qu'accentuer ma paranoia évidente et augmentant considérablement le risque de dérapage.

**Une fête, une de ces soirées ou l'on pense que t'inviter est une obligation pour remplir le tableau de ce qu'on appelle la soirée de l'année. Les flashs t'éblouissent  mais le bruit assourdissant faisant trembler la terre, de la symphonie des tanks est absent, ce soir il est remplacé par les cris, les rires et autres explosions de joie en contradiction avec ce que l'on nous cache. Je n'ai pas peur de mourir ce soir, parce que je suis déjà mort et si l'ennemi est partout tout autour de moi, je ne crains pas celui qui y mettra un terme. Que mes souffrances s'envolent, que la couverture noire abatte son silence sur moi et m'enferme dans le calme... la paix éternelle.. Mais encore une fois ce soir n'est pas mon soir, fendant la foule sans visage, discussions superficielles qui ne marqueront pas mon esprit, faux sourires et précaution d'éviter tout contact physique, voila que je termine avec un coup dans le nez a rentrer au bras d'une demoiselle à la robe rouge. Si je ne m'extasie pas devant ces formes généreusement remontées vers son décolté ou encore ses boucles dorées tombant en cascade sur ses épaules, je suis plutôt obsédé par le tissu carmin couvrant son corps pale que le soleil n'a pas désiré dorer. Elle m'assomme de paroles insignifiantes, je garde le silence jusqu'à un certain point, lorsqu'elle me contraint à parler, lui répondre lui porter de l'attention. J'en ai déjà plus qu'assez, je voudrais qu'elle se barre, qu'elle me lâche la grappe, mais tout le long du trajet qu'elle rendait étouffant, je maintiens mon objectif premier: raccourcir ma nuit, repousser ces cauchemars pour quelques heures, tomber d'épuisement pour ne pas avoir à rêver. Je n'apprécie pas sa façon de s'agripper à moi, ni même de me coller son parfum écoeurant sous le nez en ronronnant comme un chaton... J'aime pas les chatons... Au détour d'une ruelle un bruit se fait entendre, je n'y échappe pas, cette nuit on me suit... comme depuis quelques temps... Je ne suis en sécurité nulle part et je n'aime pas devoir argumenter sur ma façon de rentrer chez moi, je n'aime pas l'entendre se plaindre que ces talons la font souffrir . Cette chaudière écervelée n'a pas d'autre choix que d'accepter la marche à pied jusqu'à chez moi. Au coin de la rue elle pense que resserrer son étreinte aidera à la rendre plus attirante, mais la vérité c'est que c'est inutile, je t'ai choisis pour la couleur de ta robe et ce rouge sur tes lèvres, je t'ai choisi pour m'éviter une nuit entière à être hanté... comme toutes les autres tu seras un passe temps utile... Oh petit être infâme et fragile, comme je te hais pour chacun de tes gestes, comme j'ai envie de t'arracher la langue pour chacune de tes paroles, comme ton parfum me file la nausée lorsque tu décides de la jouer sulfureuse en m'attirant contre toi. Je te souris, capture ton regard lubrique et laisse mes mains se promener sur toi avec la décadence que tu mérites. Tu n'as aucune pudeur et je laisse la rue silencieuse en être le témoin. Tes lèvres vicieuses se plaquent aux miennes et je rêverais te voir crever sous ce baiser, sous mon corps tendu qui te plaque contre le mur humide du porche. Un parfum de moisissure me monte aux narines, je sens le frissons s'emparer de moi et me concentre sur toi petit être infâme. parce que j'ai besoin de toi... Je fais taire tes paroles sans importance en t'étouffant d'un baiser, introduisant sans douceur ma langue dans ta bouche remplie de vices. Tu es ravie, tu t'accroches à moi comme si j'étais le coup de l'année, tu ignores encore qu'être consentante risque de devenir déplaisant, que tu prendras ce que tu mérites petite trainée. Et tu commences à résister, alors que je me fais trop pressant, alors que je découvre tes jambes en remontant ta jupe. Envie d'un peu de respect et sensation de pudeur? Pourquoi te comportes tu de la sorte alors? La peur dans ton regard commence à naitre, mais jamais tu n'atteindra mon niveau! Inconscience ou stupidité voila que tu tentes de t'en amuser  - moi aussi j'suis impatiente mon beau, mais on devrait p'tet rentrer que je puisse te montrer tout c'que je peux t'faire babe. Babe? Tu te prends pour qui? Je ne tiens ni à toi et ne suis encore moins pressé que tu viennes salir par ta présence ma maison, ma chambre, mes draps... Mais je sais ce que sacrifice signifie et n'apprécies pas que tu me presses de la sorte. J'aurais peut être du me débarrasser de cette fille, avant qu'elle ne devienne un véritable problème, qu'elle tente de violer mon cocon et de s'accaparer de mon corps. Pressant son corps entre le mur et moi, je tentais de me rassurer sur le physique de cette femme. Frêle et moins forte que moi, elle n'aurait pas le dessus. Je pouvais donc la laisser entrer, mais... laissez moi m'y préparer. Je ne lui répond pas, tentant de poursuivre ce que javais commencé, mais elle insiste. Sur un ton brûlant, dépassant l'érotisme pour virer à la vulgarité à l'état pure. Si tu savais comme je te méprise sale chienne, tu ne mérites même pas l'ombre de ce porche, simplement le caniveau. Je frissonne, grimace lorsque son souffle brûlant gifle mon oreille  - j'te ferais tout c'que tu veux et bien plus encore.... Mon regard s'assombri, un mélange entre l'agacement, la colère et la frustration de réaliser qu'elle ne pourrait jamais m'offrir ce que je veux. Ma main se porte à son cou et mes doigts se serrent sur cette peau brûlante, sentant son pouls s'accélérer.  - Tu ne pourras jamais me donner ce que je veux... personne le peux. Suis je bien clair? Elle se fige sous le choc, ne cherchant pas encore à se débattre et changeant soudainement de ton. Un rire, maladroit, probablement nerveux s'échappe de ses lèvres alors que je desserre mes doigts pour caresser les éventuelles marque que j'avais du créer sur sa peau. - Adrian... c'est pas drôle tu m'as fait peur.. sentant ses mains soudainement devenues glaciales glisser avec maladresse et confusion sur mon torse. Mon regard se replonge dans le siens et le son de ma voix n'est plus qu'un murmure robotique, monocorde, morne et sans vie, probablement plus calme et rassurant que les éclairs dans mes yeux ou encore mes doigts s'emparant de son menton sans douceur. - Peur? Tu ignores ce qu'est la peur. Mais un bruit de métal résonne dans le silence, un sifflement strident s'en suit me faisant sursauter et me retourner vers ce chat qui s'échappe probablement d'une poubelle. Elle? Je n'y fait plus attention, même lorsqu'elle me repousse violemment et me traite de cinglé avant de s'enfuir en courant. Non je reste la figé, le regard empli de terreur et le coeur battant a tout rompre. **

1873 High dive into frozen waves where the past comes back to life. 'Cause you are the piece of me I wish I didn't need Chasing relentlessly, still fight and I don't know why If our love is tragedy, why are you my remedy? If our love's insanity, why are you my clarity?
**Je frissonne sous la morsure du froid, le regard rivé sur cette affiche déchirée jonchant le sol, vieilles traces de lutte et de violence, quel est ce monde des plus étranges? Des monstres.. ces monstres... nous.. moi... rien de plus qu'une piqure de rappel de ma condition, mais je doute que ces hommes avaient la moindre idée de ce qu'était un véritable monstre. Soupire las, je détourne le regard attiré par un croassement étrange. Vole et tourne dans le ciel, le rapace aux allures d'avion de chasse, la guerre est si loin, elle n'a même pas encore existé et pourtant cet oiseau qui me survole semble faire de moi une créature aussi minuscule et sans défense qu''un mulot**

Quelques temps déjà que j'ai posé bagages ici, loin de l'agitation crée lors de mon voyage dans la boucle de 2016, ici je ne suis anonyme et ne risque pas de créer crainte et panique sur la population locale, , à condition que je ne dérape pas à nouveau.

**Fendre la foule d'ombres fait parti de mon quotidien, distant, froid, évasif, je ne me mêle pas aux autres et il semblerait que certains soient plus curieux et déterminés à savoir que d'autres. Tu me suis et je te laisses faire, crois-tu vraiment que je ne sais pas ce que tu fais? J'attire lentement mon suiveur loin de ces murs, dans le silence de la nature et loin des oreilles indiscretes. Des pas qui craquent das la neige, finissent par se stopper, volutes de vapeur s'échappent de mes lèvres faisant écho à ta propre respiration - que me veux-tu? glaciale, tranchante, ma voix est semblable à la température extérieure. Je ne me retourne pas, les bras croisés j'attend que tu te manifestes, que tu sortes de ta cachette. Impatient, agacé, peut être un brin curieux, je finis par me tourner pour observer cette silhouette qui me colle comme une ombre depuis le début de la journée. Mon coeur sursaute, un râté qui le fait bondir férocement, douleur et terreur dansent dans mon regard alors qu'un murmure étranglé s'extirpe péniblement de mes lèvres dessinnant un ovale de stupeur - Kane? ces yeux... ces yeux... c'est impossible... il n'est pas lui. Je peine à m'accrocher à la triste réalité, giflé de toutes parts par les images de son visage, cette confusion de sourires et ces trâces rouges emplissant le sol de sa cellule. Réflexe, repli, les mains sur les tempes, je recule d'un pas, étouffant un gémissement de douleur entre mes dents serrées.  - Enfin.. j'veux dire... qui es tu? bafouillais-je maladroitement comme si la réponse m'importait. Je me bat silencieusement avec mes démons, souffrir en silence fait parti de mon quotidien et les chasses suffisemment pour pouvoir te regarder à nouveau. Non! Je ne veux pas que tu approches, que tu me touches, ni même répondre à tes interrogations. Je prends la fuite une fois... mais tu finiras par me retrouver...

...  - Tais toi! Et... arrêtes de me suivre! grognais-je menaçant alors que j'avais bondit en avant, t'offrant un collier de mes doigts se refermant sur ta gorge comme un étau. Le regard hanté de cauchemars, l'océan agité de douleurs, mes mains tremblent et je te relâche, époussetant ton veston comme pour tenter de rattrapper mon erreur, mon dérapage. - je...euh.. pardon... Tremblant, perdu, terrorisé, je recule d'un pas, puis de deux, le regard figé dans le tien, ma voix n'est plus que murmure à peine audible, chargé de trémolo de douleur - laisses moi... s'il te plait... laisses moi tranquille... Supplique achevée, regard humide, je t'observe un instant avant de partir en courant et fuir cette silhouettes aux allures du passé.**





Dernière édition par Adrian Hammond le Dim 26 Mar - 13:53, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mabel P. Herrera

avatar
- carte du Maraudeur -
❧ Boucle Temporelle : 20 juin 2016 désormais. Elle vécut un temps en 1941, mais les moteurs des avions ronronnaient trop fort à son oreille.
❧ Particularité : Géolocalisation
❧ Occupations : Géotraceuse aux projets bien trop nombreux.
❧ Miroir :
❧ Missives : 141
❧ Yeux de verre : 34
❧ Crédits : © Paon


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 19:19

Bienvenue officiellement. sourcil
J'ai hâte de lire tout ça, mais je suis déjà séduite par le visuel et la citation de la fiche. lol
Donc voilà.



Cercle Polaire.
I'm the girl who is lost in space, the girl who is disappearing always, forever fading away and receding farther and farther into the background. E.W
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 284
❧ Yeux de verre : 71
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 19:26

BAYBAY shock

Du love, même si t'en as déjà eu plein en MP lol JE SUIS TROP IMPATIENT DE LIRE TA FICHE ET DE JOUER AVEC TOI OMG. shock

Bref. Je t'aime. sourcil
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Hammond

avatar
❧ Boucle Temporelle : vient de poser bagage en 1873
❧ Particularité : Pyrokinésie
❧ Occupations : fuir ces démons
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 8
❧ Crédits : brimbelle


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 19:33

Mabel jolie Mabel comment te remercier pour ton accueil tes réponses ces compliments et ta gentillesse? ça veut dire que je te dois un lien d'office à l'avenir ** merci à toi vraiment j'apprécie!! brill

Gilbert (sorry ça va te coller à la peau... enfin pas que ça mais... chut) comment te remercier d'avoir crée ce bijou? tu me donnes du taf mais relances ma flamme à mort t'imagines même pas! pliz pliz pliz pliz uuuh uuuh uuuh fangirl fangirl fangirl fangirl tu veux encore des mp? keur keurr je tente d'être sage ma maman m'a appris à pas harceler les gens xD et a travailler correctement (y'a du taf sur la fichette muhahhaha)




Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 618
❧ Yeux de verre : 179
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 19:35

Bienvenue officiellement dans le coin blbl strip ola
Encore un homme chez le clan des gays, mais où sont les hétéros mdr Bref tu es entre de bonnes mains (ou ailes). keu



Revenir en haut Aller en bas
Adrian Hammond

avatar
❧ Boucle Temporelle : vient de poser bagage en 1873
❧ Particularité : Pyrokinésie
❧ Occupations : fuir ces démons
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 8
❧ Crédits : brimbelle


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 19:39

beeeuh à mon avis le clan des gay devrait trembler en fait c'est bien mieux pour ces dames que je fasse pas partie de ce clan c'est plus secure pour leur vie t'as vu pervv *enleve sa casquette instable et dangereux*
merci gaga merci pour ta patience tes réponses et ton accueil
vous savez que vous me plaisez déja? pliz pliz pliz


Revenir en haut Aller en bas
Marie Balmain

avatar
- Arrache coeur -
Modératrice
❧ Boucle Temporelle : 22.03.1941
❧ Particularité : Arrache-coeur
❧ Occupations : Le plus souvent, Marie s'assoit contre un mur et lit pendant des heures. Cela lui permet d'oublier pendant quelques temps ces jours, tous les mêmes, qui se répètent à l'infini
❧ Miroir :
❧ Missives : 519
❧ Yeux de verre : 56
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 20:10

Nous n'avons pas encore eu le privilège de nous rencontrer pliz
Bienvenue sourcil Bonne continuation pour ta fiche ! J'ai hâte de voir comment tu vas t'approprier Adrian plup



evanescence

Viens, tu verras la route est longue. Parfois le ciel devient sombre, mais les nuages sont encore loin. Et même si de fatigue tu tombes dans ta course vagabonde, ai le courage de continuer ton chemin. Dis-toi que rien est écrit, l'avenir se construit.

Coucou :/ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Hammond

avatar
❧ Boucle Temporelle : vient de poser bagage en 1873
❧ Particularité : Pyrokinésie
❧ Occupations : fuir ces démons
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 8
❧ Crédits : brimbelle


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 20:29

aaaaww pliz pliz pliz c'est gentil tout plein ça jolie marie (je connais pas cette fille mais elle est choupie)
merci à toi brill


Revenir en haut Aller en bas
Darren Flanagan

avatar
❧ Boucle Temporelle : 19 Décembre 1873
❧ Particularité : Champ de Force
❧ Miroir :
❧ Missives : 59
❧ Yeux de verre : 27
❧ Crédits : .


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 21:19

Hey, Bonjour et bienvenue !!!

Je connais un petit Thadounet tout content que tu sois là !! yy  Je me languis de voir ce que tu vas faire de ce scénar qui envoie des lumières de coolitude  ~

Bon courage pour la fiche <3


And I tried to come up with an artistic way to say they don't know you, and neither do I
Revenir en haut Aller en bas
Eustache W. Heddington

avatar
- Husky Docile -
❧ Boucle Temporelle : Londres 1941
❧ Particularité : Se métamorphose en toutou bienveillant aux yeux verrons
❧ Occupations : Horizontale à la nuit tombée
❧ Miroir :
❧ Missives : 138
❧ Yeux de verre : 50
❧ Crédits : (c) mad hattress ♥♥


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 21:39

je n'ai qu'une chose à dire : DIEU QUE TU ES HOT SEXY pervv 
hâte de voir ce que ce ptit gars va donné perv 
bienvenue parmi nous pervv


Au clair de la lune,mon ami Pierrot,filons, en costume présider là-haut ! Ma cervelle est morte. Que le Christ l'emporte ! Béons à la lune, la bouche en zéro.

woufwouf

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Adrian Hammond

avatar
❧ Boucle Temporelle : vient de poser bagage en 1873
❧ Particularité : Pyrokinésie
❧ Occupations : fuir ces démons
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 8
❧ Crédits : brimbelle


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Sam 25 Mar - 22:02

trop de love en vous j'adooooooore!!!
merki mon rouquin j'espere être à la hauteur de ces attentes pliz
Eustache :p hey nice to meet you! t'sais quoi? hot tu pouvais pas mieux dire mais fais gaffe le feu ça brule héhéhé
cet accueil de fifou ça m'encourage beer


Revenir en haut Aller en bas
B. Siarl Ednyfed

avatar
- Grand Père -
❧ Boucle Temporelle : mille huit cent septante trois (1873)
❧ Particularité : change-forme. Il peut prendre la forme de n'importe qui d'un contact
❧ Occupations : grand-père, le vieux qui perd la boule
❧ Miroir :
❧ Missives : 41
❧ Yeux de verre : 13
❧ Crédits : mind dreamer (ava) TUMBLR & ZIGGY STARDUST (signa)


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Dim 26 Mar - 13:10

Avant tout bienvenue parmi nous yy

Et donc, concernant ta fiche mmh Et bien, il me semble pas que tu aies parlé de la découverte de ta particularité, du ressenti face à celui-ci, ainsi que de la manière dont tu as découvert que tu es un syndrigasti (tu as forcément d'autres syndrigastis dans ton arbre généalogique, avec le même style de particularité) ni de la manière dont tu as appris l'existence des boucles temporelles, qui sont quand même des parties importantes de l'histoire d'un personnage mmh

Et après ça, ce sera nickel, il ne manquera plus que l'avis de Thadd plup


FOOL NEW CLOTHE
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Hammond

avatar
❧ Boucle Temporelle : vient de poser bagage en 1873
❧ Particularité : Pyrokinésie
❧ Occupations : fuir ces démons
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 8
❧ Crédits : brimbelle


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Dim 26 Mar - 13:14

merci :)
ah mince je rajoute ça dans la partie histoire?


Revenir en haut Aller en bas
B. Siarl Ednyfed

avatar
- Grand Père -
❧ Boucle Temporelle : mille huit cent septante trois (1873)
❧ Particularité : change-forme. Il peut prendre la forme de n'importe qui d'un contact
❧ Occupations : grand-père, le vieux qui perd la boule
❧ Miroir :
❧ Missives : 41
❧ Yeux de verre : 13
❧ Crédits : mind dreamer (ava) TUMBLR & ZIGGY STARDUST (signa)


MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   Dim 26 Mar - 13:23

Ben, oui, dans la partie histoire. Ah oui, petite précision, n'oublie pas que la boucle de 2016 existe depuis presque un an, donc s'il est passé par 2016, ça ne peut être qu'assez récemment mmh


FOOL NEW CLOTHE
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting   

Revenir en haut Aller en bas
 
the violence caused such silence Who are we mistaken But you see it's not me It's not my family In your head, in your Head they are fighting
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Michael&Lou | I'm so sorry for the pain I caused you
» Mistaken ♥ Logan&&Medee
» ~ Mistaken [H. ♥]
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Squelettes Anatomiques :: Pièces maitresses-