AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darren Flanagan

avatar
❧ Boucle Temporelle : 19 Décembre 1873
❧ Particularité : Champ de Force
❧ Miroir :
❧ Missives : 82
❧ Yeux de verre : 37
❧ Crédits : .


MessageSujet: This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)   Lun 27 Mar - 21:04

This doesn't mean I lost my dream,
It's just right now I got a really crazy mind to clean. - Daphné




Darren repoussa d'un geste presque énervé la feuille devant lui, le sol était jonché de ces dernières, toutes plus ou moins recouvertes de ratures. Quelle n'avait pas été son erreur que de vouloir se mettre à l'écriture. Lui qui lisait énormément, s'était décidé à se tenter à prendre un crayon et à rédiger, à son tour. Outre le fait qu'il devait faire des fautes à outrance, ce qu'il ne remarquait pas, il devait clairement admettre que son manque d'imagination rendait cela réellement mauvais. Il avait donc vainement tenté d'écrire un morceau d'histoire, de la sienne, mais cela s'était avéré tout aussi mauvais, en plus de lui faire du mal en lui faisant ressasser ces choses. Il se leva donc finalement pour ramasser le tout, et aller fourrer toutes ces feuilles dans sa corbeille, avec un long soupir. Il se dirigea ensuite vers sa petite cuisine pour se préparer un thé, avec lequel il alla s'asseoir à sa table à manger, une cigarette coincée entre les lèvres. La cigarette... Quelle merveilleuse invention ! Il n'avait plus besoin de préparer sa pipe pour pouvoir fumer, et il avait pratiquement doublé sa consommation de tabac, mais cela lui plaisait, et un paquet neuf, ainsi qu'un briquet traînait toujours non loin. Il ferma les yeux un instant et apprécia le silence que leur conférait l'heure tardive, dans le petit appartement qu'il se payait parfois pour ne plus passer son temps chez Gustave...  Plongé dans ses pensées, comme à son habitude, il n'avait de cesse de se rappeler le passer, on devait le penser bien aigri, pour quelqu'un ayant son apparence. Il était pourtant bien plus vieux que la majorité des personnes auxquelles il avait déjà pu poser la question, mais il n'en restait pas moins jeune dans son esprit. Il se demandait parfois si les boucles ne provoquaient pas un certain blocage dans les esprits, cependant, il devait admettre que non. Il était juste un idiot dans l'incapacité la plus totale d'évoluer, c'était pour cette raison même qu'il n'était pas capable de s'adapter à la boucle de 2016, pour son plus grand malheur. Il adorait les personnes qu'il y côtoyait, vraiment, et si jamais il n'aurait osé les traîner dans sa boucle d'origine, il en avait l'envie la plus profonde.

Un coup donné à sa porte le fit néanmoins relever le nez, et il invita la personne qui frappait à entrer, la porte étant pratiquement toujours ouverte. Voyant Daphné entrer, il eut un adorable sourire, tout en se levant pour aller lui préparer une tasse de thé aussi. La jeune femme et sa bonne humeur constante avait tendance à lui faire du bien, et il était heureux de la voir, surtout à un moment pareil, alors qu'il était seul, et clairement parti pour de nouveau avoir des pensées noires. Il ramena rapidement la tasse de thé et la posa devant la sienne.

- Alors, qu'est-ce qui t'amène ? Demanda-t-il de but en blanc. Ma magnifique gueule te manquait ?

Il eut un léger rire, il savait très bien qu'il pouvait parler comme il en avait l'habitude devant elle, et qu'elle ne lui en tiendrait pas le moins du monde rigueur. Il adorait les libertés que lui conféraient cette époque, preuve en était le Jeans coupé au niveau des genoux qu'il portait, sous une chemise ouverte, laissant à nu sa peau d'albâtre. Il avait même songé à se faire tatouer, dans cette boucle, tout lui était permis, et en voyant Daphné, il se rendait d'autant plus compte qu'il était heureux ici, et que ce serait probablement une déchirure de leur annoncer qu'il repartait. Il avait encore trop de pensées noires, et  il devait retourner chez lui pour faire la paix avec lui-même, et il n'y arriverait pas tant qu'il n'aurait pas réussi à arrêter de penser que tous les autres syndrigastis de sa boucle le détestaient. Cela dit, pour qu'il réussisse à passer ce cap, il fallait déjà que quelqu'un l'aide à réaliser qu'il avait ce blocage là, car il n'en avait pas totalement conscience, et se refusait farouchement à en parler.

Darren regarda néanmoins Daphné comme si elle était folle lorsqu'elle se rapprocha de lui pour passer les doigts dans sa tignasse couleur automne. Qu'est-ce qu'il lui prenait si soudainement, à minauder de la sorte et à se faire volontiers séductrice avec lui ? Elle n'était pas sans savoir qu'il n'était pas sensible à ses charmes, il le lui avait avoué un jour au détours d'une conversation, et avait été surpris du peu de sa réaction, elle n'en avait presque rien eu à faire, au final... Un agréable surprise, il fallait l'avouer. Il l'écouta donc parler, et finit par éclater de rire en la repoussant tout doucement.

- Tu veux me tirer les cartes ? Demanda-t-il toujours en train de rire. Chérie, je viens d'un cirque, les cartes, ça me connaît. Il alla s'asseoir à la table et croisa les jambes. Mais vas-y, je te regarde. Je pourrais même t'apprendre comment manipuler les gens pour leur faire croire que tu as effectivement vu quelque chose dans des bouts de carton. Il sourit en coin, appuyant un coude sur ladite table. Non aller, j'arrête de me moquer, montre moi, je te dirai si tu ferais une bonne diseuse de bonne aventure, et si tu veux, je te fais même une représentation acrobatique après, ça restera dans le thème, et je suis pas si rouillé.

Il gardait un sourire amusé aux lèvres, et se montrait volontairement moqueur. Même s'il aimait beaucoup Daphné, le fait qu'elle essaye de lui montrer quelque chose comme ça était hilarant. Il avait grandit dans un cirque, et en avait vu des vertes et des pas mures à ce sujet. Il s'était néanmoins retenu de lui demander s'il devait aller chercher des ossements ainsi qu'une boule de cristal. Elle était son amie, par une personne étrangère qui essayait de l'impressionner, et sa petite moquerie n'était pas méchante. Il n'allait cependant pas lui faciliter la tâche, et lorsqu'elle se serait installée, il s'amuserait à prendre le visage plus inexpressif possible, et à ne montrer aucun signe corporel quelconque pouvait lui donner des indications sur les approximations qu'elle allait formuler. Cela se promettait d'être divertissant.


lumos maxima


And I tried to come up with an artistic way to say they don't know you, and neither do I
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Iversen

avatar
- Sirène collectionneuse -
❧ Boucle Temporelle : 22 mars 1941
❧ Particularité : elle envoûte les hommes d'une seule chanson susurée. pratique pour qu'ils lui offrent un verre, beaucoup moins agréable quand ils deviennent insistants.
❧ Occupations : si voler les secrets des uns et des autres ne suffit pas à occuper son temps, elle le passe à chercher et collectionner tout et n'importe quoi.
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 12
❧ Crédits : POLARIZE (av.)


MessageSujet: Re: This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)   Lun 15 Mai - 1:36


darren, daphné ◊ ”I am a distant voice, i'm inside your head, and you don't know me, i am over it.”

Elle avait amené des fleurs. Un bouquet de tout et n'importe quoi, ce qu'elle avait pu trouver à voler dans un jardin ou un autre. Elle avait récupéré quelques jonquilles, deux-trois roses, un tournesol qu'elle ne se serait jamais attendu à trouver par ici. Daphné n'avait jamais aimé les fleurs – ou plutôt, elle les aimait immobiles, immortelles. Elle appréciait leur délicatesse en peinture, leur douceur en photographie, leur légèreté en sculpture, mais elle détestait les vraies fleurs. Celles qui laissent traîner les pétales morts sur la table, celles qui perdaient leur couleur, celles qui se recroquevillaient jusqu'à n'être plus bonnes qu'à jeter. Daphné n'aimait pas la beauté éphémère, elle n'aimait pas qu'on lui rappelle le temps qui passe. Elle n'avait jamais apprécié, du temps où le temps passait encore, penser à ses propres pétales se faner, à ses propres couleurs s'estomper, se mettre face à l'évidence que tout ne durait pas, que tout changeait – bien trop tôt. Et maintenant qu'elle n'avait plus ce problème, elle trouvait encore le moyen de ne pas aimer leur beauté éternelle. C'était trop faux.
Elle les avait prises quand même. Réunies aussi harmonieusement qu'elle pouvait, avant de descendre les quelques rues qui la séparaient de Darren. Rien ne l'obligerait à fixer le bouquet une fois qu'elle le lui aurait offert – et elle n'avait ni pu ni, il est vrai, eu envie de trouver autre chose à lui amener. Ce serait bien suffisant pour cette fois.

Daphné faisait l'effort d'arborer son plus beau sourire, jouant du bout des doigts avec les pétales les moins colorés d'une rose bien rouge – comme si elle ne voulait maintenant plus les quitter. Elle avait presque l'envie d'en arracher quelques uns pour les laisser flotter dans la tasse de thé que lui avait versé Darren, mais elle s'en empêcha.
Elle ne répondait pas à sa question, n'avait pas décroché un mot depuis son arrivée. Pour une fois, elle cherchait comment formuler les choses, elle réfléchissait à quoi dire avant de le dire. Se laissant le temps de la réflexion, Daphné prit une gorgée, reposa sa tasse, la reprit entre deux doigts pour en examiner les motifs fins avant de la reposer à nouveau; puis elle se pencha, adressa un regard à la pièce avant de se concentrer sur Darren; elle joua avec ses cheveux, les replaça derrière son oreille comme on le faisait dans les films pour adolescents; elle se pencha un peu plus, non sans mettre son décolleté en avant, posa un paquet de cartes sur la table comme si c'était naturel et sans aucune intention; puis elle laissa traîner sa main sur la table, en détaillant le relief du bout de ses doigts trop pâles, avant d'aller tapoter la jambe de Darren, trouver sa main à lui, jouer un peu avec ses doigts comme si elle l'avait fait tous les jours de sa vie.
C'est le rire de Darren en réponse à sa demande qui la fit grimacer en premier. Daphné n'avait pas l'habitude qu'on lui refuse grand chose – elle avait, pour certains, les charmes suffisant pour arriver à ses fins; pour d'autres, elle était connue pour être bien trop chiante quand on ne coopérait pas. C'était, dans la plupart des cas, ce pourquoi on la laissait faire comme bon lui semble. Darren ne tombait pas réellement dans la première catégorie, puisqu'assez peu attiré par ses charmes – quand à la seconde, elle ne savait qu'en penser. Il lui semblait qu'il s'amuse bien trop de ses conneries pour en avoir quelque chose à foutre. Simple résultat de sa bouderie, Daphné poussa d'un coup de main Darren – comme si sa force avait un quelconque effet sur quiconque.
Je ne suis pas venue te montrer l'étendue de mes talents, ô ta divine cartomancienne, je suis venue pour que tu m'aides à savoir quoi faire de quelques cartes. Elle prit le paquet qu'elle avait posé dans ses mains, retourna quelques cartes pour les scruter avec attention. Elle avait trouvé ça quelque part au fond d'une maison, en 1873, et l'avait gardé depuis son dernier voyage. J'ai besoin de quelque chose pour passer le temps – et l'idée de raconter de la merde à quelqu'un qui croit en ces trucs, ça m'amuse. Daphné, la moue boudeuse, prit la première carte du paquet entre son pouce et son index, la courba légèrement avant de l'envoyer dans la tête de Darren – parfaitement entre les deux yeux. J'te prédis que ça veut dire que tu vas finir ébouillanté avec du thé si tu m'aides pas et que tu te moques de moi.


burn ◊ ”You and your words flooded my senses, your sentences left me defenseless; you built me palaces out of paragraphs, you built cathedrals.”
Revenir en haut Aller en bas
Darren Flanagan

avatar
❧ Boucle Temporelle : 19 Décembre 1873
❧ Particularité : Champ de Force
❧ Miroir :
❧ Missives : 82
❧ Yeux de verre : 37
❧ Crédits : .


MessageSujet: Re: This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)   Sam 20 Mai - 15:13

This doesn't mean I lost my dream,
It's just right now I got a really crazy mind to clean. - Daphné




Il était vrai que Darren ne s'était pas attendu à recevoir des fleurs, et aussi, qu'il n'avait pas le moindre vase où les mettre. Contrairement à Daphné, il n'avait pas grand chose à faire des végétaux, il ne se prenait pas la tête sur ce qui pouvait y avoir d'éphémère dans ces fleurs coupées, il voyait seulement le cadeau qu'une amie lui faisait. Il avait donc prit une bouteille de plastique, qu'il avait coupée en deux pour former un faux vase, dans lequel il avait mit de l'eau, et ensuite plongé les fleurs, souriant un peu de l'odeur des roses, qui venait lui chatouiller le nez. D'où il venait, le froid n'était pas très propice à la poussée des plantes, et si ce n'était les quelques conifères présents, il voyait rarement une végétation colorée...

Il était ensuite revenu vers la table, et avait laissé Daphné faire son petit manège, la regardant jouer avec la tasse d'un air un peu interloqué. Sa petite phrase de bonjour n'avait pas eu l'effet escompté, il n'avait récolté qu'un silence, où il aurait espéré un rire, au moins en demi-teinte. Il se demanda un instant ce qu'il avait pu faire de mal, et la suite des événements lui avait semblé encore plus étrange.  Le tapotement sur sa jambe, puis le fait qu'elle joue avec ses doigts, après avoir posé devant lui, un paquet de cartes qui semblait au moins aussi âgé que lui. Il avait conscience que Daphné n'avait pas pour habitude de se voir refuser quoi que ce soit, aussi, il avait presque attendu cette grimace qu'elle avait eue, lorsqu'il s'était gentiment moqué d'elle. En ce qui concernait sa capacité à être pénible lorsqu'on lui refusait quelque chose, Darren se battait tout aussi bien sur cette ligne là, et s'ils avaient un jour l'occasion de vouloir chacun une chose différente à propos d'un même sujet, il était certain qu'ils n'étaient pas sortis d'affaire, simplement car leur obstination leur vaudrait des heures de chamailleries, et dans le pire des cas, cela pourrait sans doute finir en dispute idiote. Darren aurait sans doute cédé, à n'en pas douter, dans le seul et unique but de faire plaisir à son amie, cependant, il ne se serait pas retenu pour râler, faire la tête, et même peut-être aller bouder dans son coin comme l'enfant qu'il était. De plus, il fallait avouer que la voir bouder aurait eu quelque chose de drôle au final... L'issue d'un tel conflit pathétique était donc incertaine, et il préférait ne pas trop y songer. Il fut néanmoins quelque peu blessé, lorsqu'elle le repoussa de la sorte, même si cela était des enfantillages, il n'appréciait pas réellement cela, simplement car être repoussé de la sorte lui rappelait trop de mauvais souvenirs, et une légère moue boudeuse était venue ourler ses lèvres.

Lorsqu'elle reprit la parole, il cessa cependant ses pitreries, et l'observa d'un œil nouveau, plus intéressé. Elle cherchait donc à apprendre de sa part, et non pas lui montrer l'étendue de potentiels talents. Ils étaient plutôt semblables, si cela l'amusait et il avait fait un geste, bien trop tard pour essayer d'empêcher la carte de venir heurter son visage, et il avait récupéré le bout de carton tombé sur ses genoux avec un petit grognement.

- Et moi je te prédis que tu apprendras rien du tout si tu essaies de m'ébouillanter. Marmonna-t-il en reposant la carte sur le dessus du paquet. Mais si tu veux apprendre, soit. Il haussa les épaules. Premièrement, si ton but est effectivement de mentir aux gens, saches qu'il te faut un bon talent d'actrice, ce dont je ne doute pas un instant. Il sirota un peu de son thé. Deuxièmement, il te faut une certaine ambiance, il ne faut pas que tu arrives devant quelqu'un en mode «Bonjour, je tire les cartes, tu veux tester ?! » Au milieu d'une boite de nuit ou quoi. Il te faut un peu de mysticisme, quelque chose qui donnera déjà quelques doutes aux plus sceptiques.  Il prit le paquet de cartes. Bien sur, tu ne peux pas trimballer un chapiteau et des accessoires partout, donc il faut que tu apprennes à faire cela avec ton corps, regarde. Il prit la première carte doucement, du bout des doigt, dans un fluide mouvement du poignet, et il la posa sur la table avec une délicatesse presque féminine, relevant un peu les yeux pour lui faire un petit sourire en coin, accompagné d'un regard sûr de lui. Il faut que ton interlocuteur croit que tu as un don particulier, travaille ton regard et tes gestes, même s'ils te semblent ridicules, ils font partie de ce tout qui mènera le client à penser que tu ne mens pas. Il se recula dans sa chaise. Ensuite, il te faut une bonne connaissance de tes cartes, la plus part du temps, les clients n'y connaissent rien, mais il ne faudrait pas que tu te mettes à bégayer idiotement en cherchant une explication. Le client ne veut pas entendre qu'il va mourir, il veut des choses belles, il faut que tu apprennes comment manier tes phrases, de manière à laisser la question ouverte tout en dirigeant l'autre à penser ce que tu veux qu'il pense. Il fermera la phrase de lui-même, dans son esprit, et pensera que c'est toi qui lui a dit ça. Il s'alluma une cigarette, pianotant de sa main libre sur la table. Puis il faut que tu observes, surtout ça. Les cartes ne sont qu'un accessoire, tout ce que tu vas dire n'aura en réalité aucun rapport avec cela, c'est pour ça qu'on peut faire de la divination de mille façons différentes. Tu vas devoir apprendre à décoder le langage corporel de la manière la plus poussée qu'il soit, et ça, c'est le plus difficile. Il te faudra de la patience, mais je peux t'apprendre, si tu te sens de taille. Ce que je veux dire, c'est que je peux pas t'apprendre ça en un après midi, il nous faudra un bon mois pour que tu commences à donner un bon effet, enfin ça, c'est si tu veux être vraiment bonne, sinon je peux t'apprendre les ficelles courtes, et en un mois tu pourras aller tirer les cartes aux faibles d'esprit, mais ne tente pas ça sur quelqu'un de cultivé.

Il avait coincé sa cigarette entre ses lèvres, croisant ses bras avec un petit sourire en coin. Il avait conscience que les choses seraient bien plus longues ici, simplement car les sceptiques étaient plus nombreux, et les gens cultivés aussi. Il mettait en jeu surtout la crédulité maintenant, et cette fâcheuse tendance qu'avaient les gens aujourd'hui, à vouloir à tout prix s'évader du monde réel. De son temps, les gens rêvaient aussi à un autre monde, mais le seul endroit où ils étaient quand ils se faisaient tirer les cartes suffisait, maintenant, ils voulaient du rêve à long terme, et il fallait qu'ils jonglent avec cela, preuve en était les diseuses de bonne aventure, qui étaient devenues presque inexistantes dans ce monde, alors qu'à son époque, c'était bien plus courant. Bref, si Daphné voulait vraiment jouer, il leur faudrait du temps, et Darren le prendrait volontiers pour elle.

lumos maxima


And I tried to come up with an artistic way to say they don't know you, and neither do I
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Iversen

avatar
- Sirène collectionneuse -
❧ Boucle Temporelle : 22 mars 1941
❧ Particularité : elle envoûte les hommes d'une seule chanson susurée. pratique pour qu'ils lui offrent un verre, beaucoup moins agréable quand ils deviennent insistants.
❧ Occupations : si voler les secrets des uns et des autres ne suffit pas à occuper son temps, elle le passe à chercher et collectionner tout et n'importe quoi.
❧ Miroir :
❧ Missives : 46
❧ Yeux de verre : 12
❧ Crédits : POLARIZE (av.)


MessageSujet: Re: This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)   Mar 22 Aoû - 4:15


darren, daphné ◊ ”I am a distant voice, i'm inside your head, and you don't know me, i am over it.”

C'était dans un livre que lui lisait sa grand-mère que Daphné avait pour la première fois entendu parler de divination, de cartes de tarot, de destin. Elle n'avait jusque là jamais eu ne serait-ce que l'étincelle d'une idée concernant le futur – ce qui allait arriver comment tout arriverait lui passait bien au-dessus de la tête; si les choses devaient arriver elles arriveraient, et le fait qu'une force quelconque puisse décider de sa destinée ne lui plaisait à moitié.
Elle se demandait si c'était un Dieu, qui en décidait? Son futur joué aux dés ou aux échecs, voilà une idée étrange.
Mais sa grand-mère, les doigts longs et fins et ridés perdus dans ses mèches blondes, lisait chaque mot de ce vieux livre avec tant d'assurance que Daphné n'avait pu qu'y croire. Au diable la logique et le hasard, si les pages trente-deux à quarante-six rapportaient l'existence d'un Destin qu'elle ne contrôlerait pas, elle voulait bien l'accepter.
C'était peut-être son premier tirage de cartes – après réflexion, elle se disait que sa grand-mère aurait fait une excellente diseuse de bonne aventure. Elle avait un don pour le demi-mensonge, pour manier les mots à sa guise et en tirer l'opposé de ce que d'autres auraient eu.
Daphné ne connaissait plus la signification que de deux cartes, qu'elle avait lues et relues comme si ç'avait été un poème à apprendre pour l'école – elle retenait bien mieux les cartes que les poèmes. Le pendu et le magicien; deux cartes qui lui convenaient parfaitement.

Son regard retomba du plafond aux murs aux tasses sur la table – qu'elle leva délicatement pour siroter quelques gorgées avant de reposer la porcelaine – avant de s'aventurer le long du nez de Darren et enfin à ses yeux. Ses pensées l'avaient emportée loin, et elle ne retenait que quelques bribes de son discours. Elle était trop distraite par... tout – dieux, une mouche sur le mur suffirait amplement à détourner son attention – pour se concentrer, quand bien même elle était venue d'elle-même demander de l'aide. Elle voulait aller directement à ce qu'elle devait savoir du tirage de cartes, un souvenir flottant de sa grand-mère et de son livre tard le soir; d'une princesse orientale qui se servait de quelques tours comme d'une grande magie; de la fascination qui animait ses rêves quand sa tête s'amplissait de tout ce fantastique. Elle avait beau être venue avec l'idée en tête d'arnaquer et de raconter des conneries à qui veut les entendre, la version que lui offrait Darren lui semblait bien moins merveilleuse que celle romancée de ses six ans. C'était peut-être le temps, qui avait perdu sa magie entre son enfance et ce siècle qu'elle n'aurait pas du connaître.

Du bout des doigts, Daphné prit sa cigarette à Darren pour la placer entre ses lèvres à elle, bras croisés sur la poitrine. Se séparant de son ami de quelques nuages de fumée, elle soupira lascivement, une minute au moins après que le silence l'ait gagné.
Tu parles trop, Da. Par réflexe et habitude, elle mordilla l'ongle vernis de son pouce, réfléchissant pour quelques secondes de plus. Puis, comme si une épiphanie la gagnait, elle se redresca vivement pour fixer son ami, les yeux rond de surprise et de déception. Attend- un mois?! Voudrais-tu par hasard attendre que je meure d'ennui avant de pouvoir tirer les cartes à mon premier pigeon, Darren? Es-tu fou? Tombé sur la tête? Daphné retomba contre le dossier de sa chaise, laissant les cendres de la cigarette qu'elle avait volée tomber dans la soucoupe de sa tasse de thé presque froid. Je ne sais pas si tu es au courant, mais ma patience a des limites assez peu étirables. Bon dieux, s'il ne s'agit que de jouer la comédie et de faire quelques gestes, je suis dehors dans quelques jours tout au plus. Elle lui redonna sa cigarette après avoir tiré une dernière fois dessus, effleurant ses lèvres du bout des doigts, avant de se rapprocher de lui. Je ne suis pas sûre de tenir aussi longtemps à ne faire que m'entrainer, Da.
Et si je restais ici,
pensa-t-elle à haute voix, si je dormais ici, qu'on ne bougeait pas de cette maison jusqu'à ce que tu m'aies dit tout ce que tu avais à me dire de la divination et de ses arnaques, est-ce qu'on ne pourrait pas réduire les délais? Il ne gagnerait pas grand chose à se coltiner Daphné jours et nuits, mais elle n'avait pas de gêne à proposer la chose. Elle pourrait bien se forcer quelques jours, mais un mois – c'était trop pour elle. La seule chose qu'elle n'avait pas abandonné au bout d'un mois avait été le patinage artistique – et sa blessure l'y avait forcé des années plus tard. Tant de temps passé à se crever à la tâche, ça ne valait pas la peine; et même si elle avait une éternité ou deux devant elle, un mois lui semblait être plus long que sa vie.


burn ◊ ”You and your words flooded my senses, your sentences left me defenseless; you built me palaces out of paragraphs, you built cathedrals.”
Revenir en haut Aller en bas
Darren Flanagan

avatar
❧ Boucle Temporelle : 19 Décembre 1873
❧ Particularité : Champ de Force
❧ Miroir :
❧ Missives : 82
❧ Yeux de verre : 37
❧ Crédits : .


MessageSujet: Re: This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)   Sam 2 Sep - 12:41

This doesn't mean I lost my dream,
It's just right now I got a really crazy mind to clean. - Daphné




Darren émit un léger grognement mécontent lorsque Daphné récupéra la cigarette qu'il s'était allumée, et il appuya son coude sur la table, plaçant sa tête dans sa main d'un air bougon. De toute évidence, sa présence ici depuis quelques mois déjà avait eu raison de son mauvais caractère, par le passé, il se serait sans doute emporté sur la pauvre jeune femme pour avoir osé lui voler ses précieuses bouffées de nicotine. Bien sur, l'affection qu'il avait pour la jeune femme aidait aussi, mais il se rendait quand même compte des progrès qu'il avait faits, même s'il venait parfois à regretter sa force de caractère, notamment en ce moment même. Allons bon, il parlait trop. Il roula des yeux, croisant les bras en la regardant d'un air presque défiant. Est-ce qu'elle croyait vraiment que ce genre de choses étaient aussi simple ? Qu'il lui suffisait de claquer des doigts pour que tout devienne naturel pour elle et qu'elle devienne la parfaite cartomancienne ? Croyait-elle que ce ne serait qu'une partie de bonheur ? Oui, elle allait s'ennuyer, et oui, elle serait fatiguée par ce qu'il lui demandait. S'il avait bien une chose qu'il pouvait reprocher à cette époque était le fait qu'ils avaient tous l'air de penser que tout était simple. Ici, plus personne ne se disait que l'entraînement était le mot d'ordre. Ils pensaient tous que tout serait simple, et que le monde s'offrait à leurs doigts graciles, bien trop peu calleux pour avoir connu ne serait-ce qu'un début d'expérience dans ladite vie. Elle ne semblait en rien différente aux dames de son époque, qu'il avait moquées des centaines de fois, apprêtées comme il se devait, incapables de faire quoi que ce soit d'elles-mêmes. Oui, il lui semblait avoir en face de lui une dame de bonne famille, à qui on avait donné l'habitude de tout avoir en l'ordonnant simplement. En quoi pouvait-il la blâmer de ce fait ? C'était la société dans laquelle ils évoluaient qui lui avait donné cette impression, et s'il réfléchissait un peu, peut-être était-ce lui, le problème, avec ses vieilles idées et la manière dont il avait été élevé. Il n'y avait rien d'autre là, qu'un paysan devant une princesse.

Lorsqu'elle laissa tomber la cendre dans la soucoupe il eut un léger sourire en coin et poussa le cendrier dans sa direction, avant de récupérer sa cigarette qu'elle lui rendait. Il roula des yeux en regardant cette dernière avoir été consommée loin de ses lèvres, ne faisant même pas attention à l'effleurement de ses lèvres du bout des doigts de princesse de Daphné. Puis, le coup de grâce. Cette fois, il éclata d'un rire clair avant d'écraser la cigarette, finissant son thé lui aussi froid d'un trait.

- Tu es impatiente, beaucoup trop ! Dit-il avec un nouveau rire. Tu sais, ça ne s'apprend pas aussi vite, il faut de l'entraînement, c'est plus compliqué que ce dont ça a l'air, et t'es venue demander à un prof particulièrement pénible. Il sourit en coin en sortant une autre cigarette, oui, il fumait trop. On pourrait réduire le délais, oui, si je te fais un entraînement massif, mais je suis pas certain que son altesse soit prête à ce genre de supplice. Il rit en s'appuyant dans sa chaise. Tu peux rester si tu veux, si tu te sens de taille à supporter mon mauvais caractère pendant plusieurs jours. Mais si on fait ça, tu ne sortiras pas d'ici tant que je n'aurais pas décidé que tu étais prête, et si tu dois rester un mois, je m'y ferais. Il coinça sa cigarette entre ses lèvres et croisa les bras. Il va falloir que tu sois attentive et dévouée, qu'est-ce que tu en dis ? Il bascula la tête en arrière pour regarder le plafond. Et sinon, qu'est-ce que j'y gagne moi, à passer du temps à t'apprendre ça ? Et si tu me dis « mon éternelle reconnaissance » en me donnant un mouchoir blanc, je te le fais manger. Il reporta son attention sur elle. Il va falloir que tu sois plus attentive que ce que tu l'as été tout à l'heure, si tu veux que ça aille vite. Cela dit, tu as l'avantage d'être une belle femme, ça focalisera l'attention des gens sur toi.

En réalité, il n'attendait pas gagner quoi que ce soit à le faire, en plus de quoi, il voulait bien lui apprendre quelques petites choses juste pour le plaisir de partager, et de la voir sortir de chez lui avec un sourire sur les lèvres. De plus, il doutait qu'elle puisse le supporter si longtemps, il n'était pas facile à vivre, au moins sur cela ils se ressemblaient, et elle devait bien le savoir. Jamais il n'aurait songé que son passé de charlatan aurait du bon....

lumos maxima


And I tried to come up with an artistic way to say they don't know you, and neither do I
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)   

Revenir en haut Aller en bas
 
This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. (Daphné - Flashback)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lost in my dream ( pv raven et ginger)
» Lost, dream and love
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Le Village :: Les Ruelles-