AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Chapeau melon et pattes de velours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Felicia Crane

avatar
- Chat-pardeur -
❧ Boucle Temporelle : 1873
❧ Particularité : Métamorphose en chat noir
❧ Occupations : Empêcheuse de tourner en rond et siesteuse pro
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 14
❧ Crédits : Audacious Squirrel - Anaëlle


MessageSujet: Chapeau melon et pattes de velours    Ven 31 Mar - 16:16

Chapeau melon et pattes de velours
Ah ! Le faste et la décadence des années vingt ! Comment j’ai pu me sentir mélancolique de cette époque bénie durant laquelle j’ai vécue. Certes, ce n’était pas parfait, les droits des femmes avaient encore bien du chemin à faire, mais au moins, on connaissait les routes goudronnées et les automobiles ! Sans compter que…On savait s’amuser, au moins. Bon sang, l’ère victorienne me semble si coincée par fois. Certes, le fait que je me balade régulièrement nue à travers le Manoir (plus par paresse pure de me rhabiller alors que je vais souvent me coucher peu de temps après une transformation) aurait fait grincer des dents et ouvrir de grands yeux à bon nombre de mes contemporains, mais tout de même. Là je parle d’un extrême, même montrer ses chevilles chez eux semble être un affront à la couronne ! Bon sang je suis Américaine, pas britannique…Mais certes, à Rome, fais comme les romains.

Puis, voici qu’une nouvelle boucle fait son apparition. D’abord simplement curieuse, dès que j’entends la date de cette dernière, je ne pus empêcher l’excitation de m’envahir. Mon époque ! Les années qui ont marquées ma vie, ma jeunesse…Et puis New-York, New-York ! Je n’ai pas hésité. Allant farfouiller dans les quelques robes que je possédais encore de cette époque, je fini par en trouver une du soir, d’un mauve pâle et brillant de milles feu, ainsi qu’un grand châle que j’entourais autour de mes épaules dénudées, ce dernier s’ornant de plumes sur le bas. Puis je fignolais mon maquillage. Je ne pouvais décemment pas allée à une telle fête sans un maquillage adéquate, ni une coiffure parfaite, enfin. Dans les années vingt, les apparences sont une part importante de qui vous êtes, aussi superficiel cela puisse paraître. Faisant chemin à travers la porte prévue pour les voyages, je fus à la fois éblouie par le faste présent ici et complètement dans mon élément. Je connaissais ses us et coutumes, je me fondais parfaitement dans la masse. Je dansai, un peu, m’amusais, beaucoup, bu, quelques verres. J’étais bien, j’étais heureuse ici.

J’aurais bien envie de rester ici pour toujours, à profiter de la fête semblant sans fin que notre hôte nous offrait ce soir. D’ailleurs, ce cher hôte est un être qui m’intriguait de plus en plus. Je l’ai entraperçu une fois ou deux, mais rien de plus et chaque fois que je semble me rapprocher de son emplacement, le voilà qui disparaissait ! Chose qu’il ne faut jamais faire avec moi : attiser ma curiosité sans la satisfaire au final. Ce que je pouvais détester cela ! Alors je me mis en quêtes d’informations. Mais la plupart des gens que je croisais ici, sans pour autant les aborder, je ne pouvais me tromper : des Syndrigastris des autres boucles. Oh, pour certains, les détails étaient minimes, mais présents et des erreurs bien souvent. Or, ce que je voulais, c’était trouver des informations sur ce qu’il se passait ici, dans cette boucle.

Aux grands maux, les grands remèdes.

Il est difficile de se faufiler où bon me semblait sous cette forme, ma forme féline serait bien plus pratique pour cela. Alors me trouvant un coin tranquille, j’entrepris de me déshabiller, cachant mes vêtements au mieux pour les retrouver par la suite et me transformai. Ainsi, quelques invités ont pu voir passer un chat noir à un moment, prenant soin de ne pas me faire trop remarquer…Maintenant, trouver des gens de cette boucle et…
avengedinchains



A good excuse to be a bad influence on you
I don't give a damn about my reputation. I've never been afraid of any deviation and I don't really care if you think I'm strange. I ain't gonna change and I'm never gonna care about my bad reputation. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 655
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / Mad Hattress (gifs)


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Sam 1 Avr - 15:16

Chapeau melon et pattes de velours

- curiosity killed the cat -

Douce adrénaline, crainte infime de se faire prendre en flagrant délit alors que tout le monde semble avoir rejoint cette énième fête. L'instant parfait, celui où tout le monde valse ou tient un verre à la main, loin des couloirs et des chambres abandonnées, l'heure parfaite pour les fouineurs, les dénicheurs de toute source de curiosités, les yeux avides de comprendre et dégoter les moindres secrets. La serrure avait fini par céder au bout de quelques minutes, marquant ainsi le début de ma mission personnelle et auto-proclamée. Dernier coup d’œil au couloir désert, être sûr que personne n'ait vu, m'infiltrer furtivement et refermer la porte avec soin. Quoi de mieux pour dégoter les informations auprès de cet hôte énigmatique que d'infiltrer ses rangs ?

Ainsi débuta la chasse, d’abord dénicher de la paperasse, un quelconque indice ou secret, capturer le nom de l'individu au passage et puis chercher dans les peignes et les brosses, sur le tapis, à la recherche d'un cheveux perdu et oublié ou encore effleurer une brosse à dent soigneusement rangée, espérer qu'il y reste une quelconque trace de salive, grimacer, serrer les dents, la mettre en bouche tout en évitant au possible de penser au nombre incalculable de germes et microbes en contact avec ma langue. Comment diable Siarl parvenait-il à faire ça avec sa bouche pour que les copies fonctionnent mieux ? Un frisson de dégoût remonte mon échine, changeant chaque parcelle organique dans un nouveau code soufflé, reproduit à l'identique. Coup d’œil au miroir, croisant un visage qui n'avait été que brièvement entraperçu au par avant, déambulant dans les soirées et les couloirs, probablement en train de tournoyer un étage plus bas avec un sourire mystérieux sur les lèvres. Ajuster les mèches châtains claires, reproduire à l'identique la coupe arborée, dénicher un costume lui appartenant dans l'armoire, prenant soin de faire disparaître mes propres vêtements anachroniques et devenu un brin trop courts, il n'y avait plus qu'à laisser le reste prendre le pas, plonger au mieux dans le rôle, le laisser venir de lui même, arranger la démarche, les tics, les cliquetis, dans un ensemble de rouages parfaitement réglés.  

Ne restait plus qu'à se fondre, retourner le manoir discrètement, parler le moins possible, capturer un maximum en laissant les oreilles trainer, tenter de trouver les appartements de cet immense oiseau, espérer qu'il ait assez confiance en ce visage pour m'y laisser pénétrer. Les mains sont glissées dans des gants, ayant pris soin d'opter pour un syndrigasti qui en portait probablement pour contrer sa particularité, histoire de me faciliter la tâche et éviter au mieux les incidents de parcourt. Un jeu d'enfant. Les couloirs sont arpentés prudemment, concentré dans le fait d'entretenir la forme, la garder aussi longtemps que permis, ne pas me laisser distraire.

Un chat. L'animal se déplace agilement et passe juste sous mon nez, le suivant du regard tout en fronçant les sourcils. J'ignore si c'est l'individu emprunté qui prend le pas, qui me pousse à suivre le félin et lui courir après, mais toujours est-il que je parvins à le saisir entre mes doigts pour l'arracher du sol. « Où est-ce que tu vas comme ça ? » Brève gratouille sur le haut de son crâne avant d'entamer une étreinte forcée, remarquant ses yeux si étranges. « Alors on joue les explorateurs ? » Adopter un ton presque immature, gagatisant devant l'animal. Peut-être le chat de la demeure, piégé dans une bulle hors du temps et condamné à réitérer la même promenade chaque jour, à moins que ce ne soit un métamorphe en balade.



Revenir en haut Aller en bas
Felicia Crane

avatar
- Chat-pardeur -
❧ Boucle Temporelle : 1873
❧ Particularité : Métamorphose en chat noir
❧ Occupations : Empêcheuse de tourner en rond et siesteuse pro
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 14
❧ Crédits : Audacious Squirrel - Anaëlle


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Sam 8 Avr - 12:18

Chapeau melon et pattes de velours
Bon, pour le moment, je n’ai pas entendu de brides d’information me plaisant vraiment. Mais je ne désespère pas, la nuit est encore jeune et j’ai tout le temps du monde pour explorer cet endroit et en apprendre plus sur le maître des lieux, ce…Vultur Gryphus. Quelle sorte de nom est-ce que celui-là ? D’accord, ça lui allait bien, vu son animal, mais tout de même. Je ne me fais pas appeler Catwoman pour autant, n’est-ce pas ? Ni même Kitty. Non merci. J’aime mon nom tel qu’il st, je ne vais pas en prendre un nom d’emprunt juste pour le plaisir. Après, peut-être que c’est justement un prénom d’emprunt pour cet homme ? Qui sait ? Cette hypothèse me donne des frissons rien qu’à l’idée de ce que je pourrais découvrir sur cet homme en cherchant bien. Et si je laissais tomber l’idée de récolter des infos via des personne au profit de trouver le bureau (ou la chambre, selon le cas) de ce Vultur pour aller farfouiller là-bas ? Après tout, me faufiler dans des endroits difficiles d’accès est ma spécialité, je suis une brillante cambrioleuse, bien plus que mon père puisque la police n’a jamais réussie à me coincer.

Je n’ai pas vraiment le loisir de me poser plus de questions que je sens deux mains autour de mon frêle corps de chat. Non non non non, ce n’est pas la peine de me soulever du sol je n’ai pas envie de câlins... ! Trop tard…Me voilà dans les bras d’un type et je lui offre un regard qui lui montre bien que je ne suis pas heureuse de cette situation. Bon sang, les gens ne se disent pas qu’un chat c’est indépendant et que s’il ne vient pas vers vous c’est qu’il ne veut pas voir votre face d’humain ? Je soupire intérieurement et le regarde, l’écoutant gagatisant devant ma si adorable forme. Oui, je sais que je suis adorable comme ça, mais si tu pouvais me reposer maintenant…Non ça ne semble pas être dans son agenda…Ce doit être le karma pour toutes mes mauvaises actions passées. Si seulement je croyais au Karma. Je bouge dans ses bras pour tenter de me dégager et je finis par lui donner un petit coup de patte sur le nez, toute griffe rentrée. Je ne chercher pas à le blesser, juste à faire en sorte qu’il me lâche. Car oui Sherlock, je suis en exploration et j’aimerais la continuer si ça ne te fait rien…

Je continue de me débattre un peu, mais il tient bon le bougre, alors pour le moment, je me calme et d’un lourd soupire, je me pose dans ses bras, attendant un moment d’inattention de sa part pour filer à l’anglaise.
avengedinchains



A good excuse to be a bad influence on you
I don't give a damn about my reputation. I've never been afraid of any deviation and I don't really care if you think I'm strange. I ain't gonna change and I'm never gonna care about my bad reputation. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 655
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / Mad Hattress (gifs)


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Ven 14 Avr - 18:42

Chapeau melon et pattes de velours

- curiosity killed the cat -

Vile créature dédaigneuse qui t'ente de s'extirper, d'échapper de mes doigts alors que son corps se contorsionne, affrontant son regard de mépris ne désirant que son indépendance. Adorable, probablement, ne sachant plus qui prends le pas sur qui, n'ayant pourtant jamais été un grand fanatique des ces êtres passant plus de temps à dormir et se dandiner d'un air hautain, s'auto-appropriant les demeures, ne quémandant de l'amour que lorsque l'envie vient avant de se comporter comme un fauve aux griffes dangereuses. Pourtant les doigts s'enserrent, ont ce besoin de sentir la chaleur de ce corps à travers les gants, de poser une joue contre ses poils sombres et luisants pour en sentir la texture. Pauvre créature tombée au mauvais moment, sur la mauvaise copie, le mauvais être.

Enfin, il semble se laisser dompter, cessant de s'agiter dans tous les sens, prise d’otage acceptant son terrible sort, devenu peluche malgré elle. Alors la mission initiale renvient en tête, image des dédales de couloirs s'emboitant les uns dans les autres. « Viens avec moi. » Murmure à peine audible, probablement plus pour moi-même que pour l'animal. Une part de mon être est en parfaite conscience que c'était idiot, mal de vouloir embarquer le félin dans mes péripéties risquées, ne désirant que le relâcher pour qu'il continue son existence, pensées occultées par le reste, l'entretient du jeu d'acteur inné, de la forme soufflée, de la malédiction soi-disant alliée. Seule la pensée de ce Condor aux ailes disproportionnées me vient en tête, parvient à enclencher la marche, entamer les pas. Le matou est maintenu, le laissant absorber l'appréhension, anti-tension efficace.

Une porte est trouvée, persuadé d'avoir déjà vu l'homme-oiseau en sortir, probablement des appartements ou une quelconque pièces secrète, laissant l'imagination alimenter le reste, comme toujours, tenter de l'ouvrir. Fermée. Bien ma veine. La seconde main libère le matou, oubliant déjà l'animal au profit de la porte clause, nouveau jouet, cette fois plus en accord avec l'être se dissimulant sous les traits factices. Chercher dans une poche et ne rien en trouver. Idiot. Dérober un costume, mais oublier d'échanger les poches, prendre de quoi forcer les serrures et devenir une crapule fouineuse. Un juron s'élève alors qu'une moue de mécontentement se dessine sur le visage factice et illusoire. « Tu n'as rien pour l'ouvrir pas vrai ? » Me voilà en train de parler à un chat en parfait désespoir de cause, ridicule, comme s'il allait me répondre.



Revenir en haut Aller en bas
Felicia Crane

avatar
- Chat-pardeur -
❧ Boucle Temporelle : 1873
❧ Particularité : Métamorphose en chat noir
❧ Occupations : Empêcheuse de tourner en rond et siesteuse pro
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 14
❧ Crédits : Audacious Squirrel - Anaëlle


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Lun 17 Avr - 17:46

Chapeau melon et pattes de velours
Attendez, où comptait-il m’emmener ce bougre ? Ah non, non, non, je ne suis pas venue ici pour faire la peluche de qui que ce soit ! Encore moins s’il compte me faire passer de mains en mains…Eurk, rien que de penser aux heures de toilettage que va demander ma magnifique fourrure d’ébène, si cela était l’idée somptueuse de cet énergumène, j’en avais le vertige. Il fallait que je trouve rapidement comment me dépêtrer de cette situation et repartir en quête d’information, voire, de visuels croustillant quant à ce condor. Quoi ? Il était loin d’être désagréable à l’œil et en bonne femme du monde que je suis (n’ayez pas l’air si étonnés voyons), peut-être que mes charmes pourraient m’aider si je le rencontrais de fortune. Certes, me présenter dans ma tenue d’Eve n’est peut-être pas le meilleur moyen de laisser mon empreinte sur lui. Il est certain que je ferais impression, mais pas forcément la bonne, ce qui serait fort contre-productif à mes plans.

Cependant, je suis pour le moment l’otage de ce geôlier étranger et étrange, qui semble bien content de parler à un chat et je profite du voyage, malgré mon état de prisonnière, pour observer les décors et les personnes défilant devant mes yeux, tournant le museau de tous les côtés, reniflant les odeurs, tendant l’oreille au moindre son, à la moindre parole que je buvais alors avec avidité…Histoire que je n’ai pas perdu du temps à me faire trainer dans des bras étrangers. Soudain, il s’arrête devant une porte et je miaule mon mécontentement. Surtout lorsque je me retrouve à devoir planter mes griffes dans le lourd tissu de sa veste pour ne pas bêtement tomber par terre, ce dernier me délaissant d’un bras, d’un appui sans même sembler s’en rendre compte. Non mais vraiment ! Sa question me tire finalement un regard fort agacé et je finis par relâcher ma prise sur son bras pour me laisser tomber au sol et filer aussi vite que possible vers là où j’avais laissé mes affaires. Non mais vraiment, quel amateur !

Je retrouve le petit paquet là où je l’ai soigneusement laissé, et après avoir vérifié que personne ne se dirige dans ma direction, je retrouve ma forme de fringante bipède et me rhabille. Certes, ma coiffure pourrait être un peu mieux, un peu plus soignée, mais je n’ai pas le temps de buller face à un miroir. Il avait envie d’ouvrir cette porte ? Eh bien moi aussi maintenant que je la savais close et verrouillée. Quoi ? Je n’ai jamais su résister à une porte verrouillée…Je retrouve rapidement mon chemin, tout en lançant quelques regards aussi bien à quelques hommes que femmes que je pouvais croiser et qui m’attiraient l’œil, et arrive face à l’homme qui a cru pouvoir me prendre pour sa peluche personnelle sans vergogne.

"Laissez passer les professionnels, s’il vous plaît."

Une main autoritaire sur son épaule pour le pousser à s’éloigner de cette porte, et je sors deux petits crochets de mon sac à main, entreprenant alors de forcer cette serrure comme j’ai toujours appris à le faire et comme je prends même plaisir à le faire. J’entends le cliquetis me signalant l’ouverture de la porte et je souffle un « sésame » avant de me relever en rangeant mes outils.

"Les dames d’abord" dis-je avec un sourire taquin vers l’homme dans mon dos, et entre.

La pièce qui s’offre à moi est grande, chargée de beaucoup d’objets, et je fais deux pas à l’intérieur, laissant la place pour l’autre homme d’entrer.

"Qu’est-ce qui vous semblait si intéressant dans cette pièce ?"

Quoi ? Il voulait entrer aussi, je lui ai bien gentiment ouvert la porte, la moindre des choses est qu’il me donne des raisons, non ? Même si je voyais déjà quelques objets m’attirant le regard…
avengedinchains



A good excuse to be a bad influence on you
I don't give a damn about my reputation. I've never been afraid of any deviation and I don't really care if you think I'm strange. I ain't gonna change and I'm never gonna care about my bad reputation. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 655
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / Mad Hattress (gifs)


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Ven 21 Avr - 23:14

Chapeau melon et pattes de velours

- curiosity killed the cat -

Ridicule. Coincé dans un couloir à parler au félin, comme si j'espérais une réponse, comme si je m'attendais à autre chose que cette fuite furtive et agile. Je n'avais plus qu'à repartir en chasse, dénicher le moindre objet intéressant, fouiller la moindre pièce pour en trouver une clef. Cette boucle ne serait pas quittée sans l'avoir retourné de fond en comble, dégoté quelques noms, quelques ragots, quelques documents honteux, le genre qu'on fait tout pour dissimuler sous les lattes du planchers, voir si j'ai de la chance, quelques cheveux de ce volatile pour mieux tenter de le comprendre, mettre en confiance, délier les langues plus aisément. Frustration d'être coupé au vol. Où était donc passé Clarence lorsque ce genre d'affaire requérait notre alliance ? Volatilisé je ne sais où, disparut, introuvable, alors que cette boucle ne demandait qu'à être décortiquée de ses secrets. Comme s'il y avait d'autres priorités en cet instant que de mettre la main sur des informations à propos de ce terrible hôte, lui aurait probablement su sortir un outil de sa poche pour ouvrir cette maudite porte. Il ne paierai rien pour attendre.

Silhouette qui apparaît dans mon sillage, cessant de marmonner pour faire comme si de rien n'était avant qu'elle ne m'écarte d'un geste que je trouve un brin trop intrusif, la remerciant intérieurement de ne pas avoir effleurer la peau nue, ne mettant pas ainsi ma couverture en péril. D'où sortait-elle ? La question subsiste jusqu'à-ce que les mots tombent, l'observant, visiblement sûre de ce qu'elle faisait, régler le compte de cette porte. Comme par magie. Les liens se font, connexion entre l'animal et sa présence féminine, comme une réponse à l'interrogation précédente. « Vous êtes le chat ? » Question qui sort d'elle même, ne réfléchissant pas plus loin que le bout de mon nez, si les deux protagonistes : la brunes et l'emprunt, ne s'étaient pas déjà croisés. Le désavantage de ne pas parvenir à copier les mémoires dans la foulée, bien qu'en y réfléchissant, il ne s'agirait que d'un énième fardeau de plus.

Les bras se croisent, remerciant tout de même intérieurement mon emprunt pour l'avoir entrainé là-dedans. Quoi qu'il ne valait mieux pas se réjouir trop rapidement, ne connaissant pas l'animal. La porte s'ouvre, demi-victoire. Jusqu'à comprendre que la féline serait de la partie, rendant la chose nettement moins attrayante, risque de compromettre ma mission auto-proclamée, instinct soufflant que s'allier avec le premier venu, surtout avec une sombre inconnue, n'était pas une bonne chose, l'unique partenaire autorisé pour ce genre de mission envolé sans avoir laissé la moindre trace de son existence. Paraître naturel, trouver une quelconque excuse, ne pas promener un peu trop le regard dans la pièce où mes pieds m’emmènent.

« Quelque chose à récupérer. J'ai du égaré ma clef quelque part. » Utiliser le rôle, le visage emprunté, m'y perdre, haussant tout naturellement un sourcil, regard dédaigneux de l'individu emprunté la scrutant de haut en bas. « Vu le nombre de curieux appartenant aux boucles étrangères qui rôdent comme des vautours dans les parages, on a du me la dérober. Une vraie bande de fouineurs qui pullulent. D'ailleurs je vous remercie pour votre aide, mais cette pièce est classée confidentielle. » Une cigarette est tirée de la poche, allumée soigneusement avant d'être portée aux lèvres. Douce bouffée rassurante, manie étrangère au jeu d'acteur parfait, personnelle, ressortant. Je lui désigne la sortie d'un regard, attendant qu'elle file avant de pouvoir commencer à fouiller.



Revenir en haut Aller en bas
Felicia Crane

avatar
- Chat-pardeur -
❧ Boucle Temporelle : 1873
❧ Particularité : Métamorphose en chat noir
❧ Occupations : Empêcheuse de tourner en rond et siesteuse pro
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 14
❧ Crédits : Audacious Squirrel - Anaëlle


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Lun 29 Mai - 16:31

Chapeau melon et pattes de velours
Mais c’est qu’il serait presque perspicace le jeunot. Ou presque, car s’il l’était vraiment, il aurait vite compris que le chat n’avait pas spécialement envie de faire des câlins quelques instants auparavant. Sauf qu’à partir du moment que l’être n’est pas un humain ou même simplement différent, ses volontés sont vites annihilées au profit de celles de celui qui entre dans la norme. Alors forcément un pauvre petit chat comme moi, vous croyez vraiment qu’à moins de le griffer j’aurais eu la moindre chance qu’il me laisse partir ? J’ai eu de la chance que cette porte attire son attention en fait. En cet instant, c’était à moi de m’amuser et je lui offre un simple sourire amusé, mes yeux trop bleus se montrant mystérieux. Oui, j’étais le chat et il l’avait compris. Mais je n’allais pas le lui confirmer pour autant, juste pour le plaisir.

Je me détourne de mon observation de la pièce pour l’observer alors qu’il parle et j’ai envie de rire, mon sourire le lui indique d’ailleurs. Il doit être de cette boucle, les habits collent plu que bien, son attitude aussi, et le fait qu’il sache qu’il y en a d’autres des différentes boucles sont de bonnes indications. Cependant, son histoire d’avoir besoin de récupérer quelque chose et d’avoir égaré sa clé ne me convainc pas du tout. Mais alors…Pas du tout. Je suis une menteuse professionnelle, après tout, je sais voir quand quelqu’un me ment de manière éhontée. Et lui, là, il me ment. Pourquoi, et quel est son véritable but, je n’en sais rien du tout, mais je finirais bien par le découvrir, ou à défaut à trouver et subtiliser quelque chose qui me plaise ici, ou dans le reste du manoir. Alors que lui semble prompte à me faire partir. Intéressant…

"Oh, c’est embêtant. Je comptais visiter un peu, maintenant que cette vilaine porte est enfin ouverte…" je fis une moue attristée. "Mais Mr Gryphus n’aurait-il pas pu vous aider ? Il doit bien avoir des doubles des clés, au cas où une venait à disparaître, ou qu’un autre de la boucle, comme vous, ne perde les siennes, non ?" Je me rapproche un peu de lui, sans pour autant être trop proche, et reprend "Allons, pas à moi. Pourquoi entrer dans cette pièce vous importait ? Si vous êtes de cette boucle, peut-être cela aurait pu attendre le lendemain, non ?"

Je le fixe et c’est bien connu, pour gagner un combat de regards avec un chat, il faut se lever tôt. Alors j’espère qu’il est patient, parce que personnellement, je le suis. Surtout que je suis une fouineuse de première, une cambrioleuse, et si je souhaite quelque chose, je fais tout pour l’obtenir, or je veux des informations sur ce Gryphus, et je les obtiendrais...

HRP:
 
avengedinchains



A good excuse to be a bad influence on you
I don't give a damn about my reputation. I've never been afraid of any deviation and I don't really care if you think I'm strange. I ain't gonna change and I'm never gonna care about my bad reputation. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 655
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / Mad Hattress (gifs)


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Jeu 1 Juin - 23:30

Chapeau melon et pattes de velours

- curiosity killed the cat -

Fumée qui s'élève, s'évapore en ondulant dans l'air. Elle irrite pourtant la trachée en circulant dans les poumons, carcasse non fumeuse empruntée, retenant habilement une quinte de toux. Voilà le genre de chose qui arrive lorsqu'on se laisse distraire par une silhouette un brin trop intrusive, les manies initiales reprennent le dessus sur le jeu de rôle qui se perd, les brides de copies ne sont plus que des résidus, plus une généralité, la concentration se perd. Elle allait tout gâcher celle-là. Regard amusé qui ne me sied guère, agaçante, ne supportant déjà pas de l'avoir dans les pieds, tout ce qu'elle allait réussir à faire, c'était nous faire repérer, anéantir purement et simplement mon infiltration.

Et c'est qu'elle insistait, sangsue fouineuse qui s'accrochait, irritation s'installant, au moins une similitude, crapahuteurs aux regards vagabonds qui ne pouvaient s'empêcher de fourrer leur nez dans les affaires d'autrui qui ne les regardaient pas, voyeurs compulsifs attirés par la simple vue d'une porte clause et interdite comme le serait un insecte à la vue d'une lampe. Interdit. Un mot bien désagréable d'ailleurs, suscitant à lui seul l'appât du gain et de l'aventure, le goût du risque, l'information dissimulée.  L'essence même de la curiosité malsaine, celle qui ne demande qu'à se faufiler en silence pour tenter d'être comblée.

Ne pas ciller, poteau lui barrant la route. « Vous pensez qu'il n'a que ça à faire de gérer ce genre de problèmes insignifiants ? » Ce qui devait probablement être le cas, hôte invisible qui semble avoir toute une armée invisible de sbires aux particularités en tout genre et qu'il semblait exploiter à merveille. Insensibilité totale face à la moue, devinant aisément le fond de la pensée, l'appât du croustillant, avoir endossé bien trop de minois dans son genre que pour en connaître le moindre secret, le moindre petit étirement de muscle qui se dessine. « Vous tentez sérieusement de me soutirer des informations ? » Sourcil qui se hausse, croisant les bras sur le torse tout en la toisant, réponse à son baratin. Ah si elle savait à quel point elle s'était faite bernée par un minois factice, elle n'aurait hélas pas grand chose, vérité agaçante que de n'avoir qu'un dossier vide et rien à se mettre sous la dent.

« Le genre de fouineuse tout à fait agaçante et je ne doute pas qu'à vos oreilles cette phrase sonne comme un compliment. » Mots marmonnés qui s'élèvent, cigarette coincée entre les dents, dissimulant un timbre de voix qui se déforme, s'aggrave, cordes vocales qui reviennent à leur origine, alors que mes capacités, malédiction capricieuse, commencent doucement à atteindre leurs limites pour la journée, corps qui s’épuise après avoir enchainé les costumes de chairs au fil de la journée, incapable d'entretenir une image durant plusieurs heures. Bien ma veine, plus qu'une question de minutes avant que les artifices ne s'envolent, iris passant déjà du vert au marron. J'étais bon pour repartir de zéro et avec une autre forme qui plus est, surtout si le chat continue de rôder. 



Revenir en haut Aller en bas
Felicia Crane

avatar
- Chat-pardeur -
❧ Boucle Temporelle : 1873
❧ Particularité : Métamorphose en chat noir
❧ Occupations : Empêcheuse de tourner en rond et siesteuse pro
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 14
❧ Crédits : Audacious Squirrel - Anaëlle


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Mar 6 Juin - 14:10

Chapeau melon et pattes de velours
Non, il n’aime pas ma présence ici et je me demande la raison exacte. Etait-ce simplement parce que je suis dans ses pattes, chose désagréable au possible quand on ne veut pas ? Ou bien était-il de ceux qui pensait que les femmes n’avaient pas à traiter avec les hommes hormis dans une chambre ou dans le cadre d’une possible convoitise en vue de faire un bon mariage ? Bah ! Rien que l’idée me donne la nausée. Ayant toujours été un esprit libre, l’idée de m’attacher à une seule personne et de ne plus en bouger de ma vie me tirait des bâillements de premier ordre. Non, j’avais besoin de liberté, de pouvoir me mouvoir et changer comme bon m’en semblait. Mais je m’égare là.

Je hausse les épaules, la moue neutre sur le visage félin malgré ma forme humaine. En vérité je n’en sais rien, mais ça ne coûtait rien de tenter, n’est-ce pas ? Surtout qu’il semblait faire office d’Ymbryne dans cette boucle, n’ayant vu, pour le moment, aucune autre forme d’oiseaux que celles connues de ma propre boucle et encore moins d’une femme oiseau. Peut-être résident-elles dans une autre partie de la ville, ou bien ne participaient pas à la fête, allez savoir.

"Et pourquoi pas ? Il semble avoir le même rôle que les Ymbrynes dans cette boucle, ça ne serait pas totalement farfelu."

Je passe un doigt sur un objet dans cette pièce, objet ancien à première vue, d’origine inconnue mais mon instinct me disant qu’il était intéressant. Cependant, avec l’autre poteau présent, il m’est bien difficile de subtiliser quoi que ce soit si l’envie m’en prenait. Probablement pas la chose la plus sûre à faire dans une boucle étrangère comme celle-ci, mais chassez le naturel, il revient au triple galop chez moi. De plus, que serait la vie sans une pointe de danger ?

Sa question me tire un grand sourire. Je lui subtilise sa cigarette, en tirant une bouffée par une habitude abandonnée une fois arrivée dans la boucle de 1873 mais qui me revient aussi facilement que de se rappeler comment faire du vélo.

"Quoi ? Aucune n’a jamais tenté de ses charmes sur vous pour la moindre petite part d’information, même minimes ?" mon regard se fait rieur et taquin "A moins que les femmes ne soient pas ce qui vous intéresse vraiment ?"

Ma voix a perdu une octave, du volume aussi, alors que j’énonce cette hypothèse qu’il ne valait mieux pas ébruiter à cette époque. Je me doute bien que dans la boucle ce genre de choses n’a plus vraiment d’importance, les lois humaines ne nous atteignent plus, mais cela restait un sujet tabou pour beaucoup de gens de mon époque ; préférer les personnes de son propre sexe. Personnellement, si les hommes ont toujours eu ma préférence car bien plus facile à manier à la baguette avec mes charmes que les femmes, certaines ont partagé mes draps aussi, mais beaucoup moins. J’aime beaucoup trop le corps masculin pour vraiment chercher à plaire à mes semblables. Son dernier commentaire me tire un rire et je termine sa cigarette que j’écrase dans un cendrier du bureau.

"J’ai en effet déjà été appelée par pire sobriquet que celui-ci. Tout comme j’ai connu plus flatteur…" oui je tente toujours de jouer de mes charmes, bien que cela semble peine perdue. "Mais arrêtons de tourner autour du pot ; je veux en savoir plus sur notre hôte, alors visiter, surtout les endroits derrière des portes closes, est un bon moyen pour moi. Bien sûr, je pourrais aller le trouver et lui mes questions directement, si tant est que j’arrive à le trouver ce soir, mais où est l’amusement dans cela ?"
avengedinchains



A good excuse to be a bad influence on you
I don't give a damn about my reputation. I've never been afraid of any deviation and I don't really care if you think I'm strange. I ain't gonna change and I'm never gonna care about my bad reputation. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 655
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / Mad Hattress (gifs)


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Jeu 29 Juin - 13:09

Chapeau melon et pattes de velours

- curiosity killed the cat -

Irritabilité. Elle grimpe en flèche, impertinence que de subtiliser le bien, culottée, geste capable de déclencher une véritable guerre. On ne touche pas à mes cigarettes. Les précieuses sont rarissime en quarante-et-un, au beau milieu d'une pénurie de tout et qui semble sans fin, ne comptant plus le nombre de ruses pour aller les subtiliser au premier soldat venu servant à la figuration, conservées avec soin, éloignées des regards. Bien que cette nouvelle boucle sortie de nulle part parvenait à combler la pulsion, stock grossissant de plus en plus avec satisfaction, bien que le fait de les rendre abondantes ne faisait qu'augmenter l'addiction délétère. Respire Galahad.

Profonde inspiration qui se glisse, le tout n'aidant définitivement pas à entretenir les quelques dernières brides de copie. Carne ne quémandant que son retour à son origine, regagner son échine propre, fatiguée des jeux et autres rôles endossés durant la journée au point d'en devenir douloureuse, de commencer à oublier que les traits n'étaient pas les bons. « Je suis insensible à ce genre de mise en scène pour le moins pathétique. » Vérité qui se glisse, en dehors du fait qu'elle ne soit certainement pas le genre adoré, insensibilité à ce genre de chose, au ballet des corps. Avoir connu trop de chairs que pour en être répugné, agrémenté de cette solitude imposée par la peau capricieuse. Juste des coques peu ragoûtantes piégeant des individus, peu importe le sexe d'origine, voilà la vérité, définitivement bien placé pour le savoir.  

Mirettes qui suivent le mégot écrasé, abandonné, preuve d'un passage étranger se logeant dans la pièce. Amateurisme. Tirades interminables qui reprennent, jamais je ne parviendrait à m'en débarrasser. Soupir qui se glisse, ne tenant plus, limite atteinte. La mascarade est abandonnée, serrant les dents dans un geste désinvolte. « Je capitule. » Agacement de plus en plus perceptible, laissant échaper la pensée à voix haute. Les brides de retenues sont relâchées, laissant le costume de chair s'évaporer comme il avait commencé à le faire de lui-même. Frisson qui réorganise la silhouette, épiderme s'éclaircissant, mèches bronze qui retrouvent leur ébène, doigts s'y glissant pour oublier le mouvement qui leur avait été donné précédemment, coupe des vêtements devenue un brin trop ample. Soulagement que de revenir à soi au beau milieu de la contrariété.

« Il semblerait que nous soyons deux dans le même bateau. » Soupir. Voix d'origine retrouvée, bien que le ton de l'emprunt n'est toujours pas perdu, résidu qui mettrait encore un certain temps avant de s'évaporer, écho de la carcasse dérobée. Fouineur mis à jour, échec cuisant de la mission d'origine. D'une certaine manière je n'ai plus à me dissimuler, pouvant désormais retourner la pièce de fond en comble sans que cela ne paraisse suspect, bien que la dualité face à la brune agaçante restait au travers de la gorge. Maigre satisfaction que d'avoir pu la berner l'espace de quelques instants. « J'ai bien failli devenir chèvre. » Elle était douée, je ne pouvais le nier. Doigts qui se glissent dans les poches, faisant cliqueter les zippo d'argent qui y trône.



Revenir en haut Aller en bas
Felicia Crane

avatar
- Chat-pardeur -
❧ Boucle Temporelle : 1873
❧ Particularité : Métamorphose en chat noir
❧ Occupations : Empêcheuse de tourner en rond et siesteuse pro
❧ Miroir :
❧ Missives : 33
❧ Yeux de verre : 14
❧ Crédits : Audacious Squirrel - Anaëlle


MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    Ven 4 Aoû - 13:26

Chapeau melon et pattes de velours
Pathétique ? Oh, comme il est mignon. Ce n’est point pathétique, c’est une des rares armes dont les femmes disposent, depuis que le monde est monde. Une des rares armes pour survivre dans ce monde patriarcal où une femme ne peut même pas posséder son propre argent et en faire ce qu’elle souhaite. Non, c’est toujours soumis à l’approbation du père, du frère, du mari…Toujours avoir besoin des hommes alors que nous sommes tout à fait capable de nous gérer nous-même, si l’on nous en donnait la chance. Les hommes, on ne peut pas vivre sans eux et on ne peut pas leur planter une hache dans le crâne…Dans quel monde vit-on ? Donc non, je ne me considère pas pathétique d’utiliser ce que je possède pour parvenir à mes fins. Triste, possiblement. Manipulation vile et vicieuse, très certainement. Mais pathétique ? Ha ! Il ne sait pas ce qu’est qu’être pathétique. C’est de crier après votre fille de revenir, parce que vous êtes dans le pétrin, alors que pendant une grande partie de sa vie, vous n’avez pas été là pour elle. Ca, c’est pathétique.

Je me contente donc simplement de hausser les épaules à son commentaire, et recule un peu, observant à nouveau autour de nous, cette pièce, ces objets, tentant de comprendre qui est ce mystérieux personnage de Vultur. Puis j’entends les deux mots qui me font sourire plus grandement encore, le doux bruit de la victoire et je me tourne à nouveau vers mon compagnon de visite et quelle surprise n’ai-je pas en voyant cet homme en devenir un autre ? Là, sous mes yeux, se métamorphosant en un autre bien différent et mes yeux se plissent, alors que le sourire est toujours là, attendant que la transformation soit terminée. Fascinant, tout bonnement fascinant. La métamorphose n’est pas quelque chose qui m’est étranger, mais de voir un tel tour avec des humains…non, c’est vraiment la première fois. Et ça me faire aussi dire qu’il ne doit pas être aussi blanc-bleu qu’il le prétendait jusque-là.

Chose qu’il me confirme et je ris, sincère, honnête et entière. Il me fait rire. Car pendant tout ce temps, il a tenté de me faire partir, de se faire passer pour un gentil, alors qu’il ne valait pas mieux que moi.

"Ainsi, vous n’êtes pas non plus ce que vous prétendez être…Votre imitation a été très bonne par ailleurs, même moi j’ai cru que vous étiez de cette époque."

Je me rapproche, bras croisés sur ma poitrine, fière, défiante, forte. Je ne me laisse jamais abattre par un homme. Il n’en n’a peut-être rien à faire de mes charmes et quelque part ça me change, mais ça ne veut pas dire que je vais devenir docile et gentille maintenant qu’il a révélé son vrai visage et se retrouve, malgré lui, complice de mes méfaits. Position fort inconfortable, j’en conviens bien, mais c’est lui qui a voulu attraper le chat que je suis et me trainer jusqu’ici, ce n’est que de sa faute que nos routes se sont croisée, vraiment.

"Bien, puisque nous avons des objectifs communs, peut-être pourrions-nous négocier ?" je désigne la pièce d’un geste ample de bras "Personnellement, je veux savoir qui est cet homme, et si je peux rapporter une ou deux babioles au passage, je ne dirais pas non…"

La balle était dans son camp à présent, mais qu’il n’essaie pas de me rouler…
avengedinchains



A good excuse to be a bad influence on you
I don't give a damn about my reputation. I've never been afraid of any deviation and I don't really care if you think I'm strange. I ain't gonna change and I'm never gonna care about my bad reputation. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chapeau melon et pattes de velours    

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapeau melon et pattes de velours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» melon au jambon
» Happy Birthday Poils aux pattes!
» PÂQUES DES ANIMAUX - Au-Bonheur-des-4-Pattes- (30) Nîmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Le Manoir et ses Alentours-