AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Dissonance ◭ ft. Archibald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clarence F. Bannerman

avatar
- Garde tout le monde à l'oeil -
❧ Boucle Temporelle : 22 mars 1941, retourné à une Guerre qu'il crut avoir un jour classé dans son passé.
❧ Particularité : Les paumes de ses mains se sont un jour courbées de deux yeux supplémentaires. Deux paupières qu'il condamne depuis à l'obscurité.
❧ Occupations : Curiosité ou intentions cachées, il remplit les pages de ses dossiers aux couvertures criblées des noms des syndrigastis qu'il rencontre.
❧ Missives : 385
❧ Yeux de verre : 75
❧ Crédits : © Mad Hattress | Ananas de mes nuits et de mes jours


MessageSujet: Dissonance ◭ ft. Archibald   Lun 10 Avr - 21:40


Dissonance
ARCHIBALD & CLARENCE

     Il eut voyagé, enfant puis adulte. Par plaisir de voir la mer alors qu’il en était éloigné, par besoin d’entendre le monde parler différemment. Les langues se mêlaient en sons étrangers, et l’air se mettait à sentir l’océan et le blé. Il se souvenait la France, le dépaysement de quelques vêtements portés différemment. Il se souvenait l’Allemagne aussi, bien moins accueillante sous la tension de ce fil tendu contre l’Europe. Il se souvenait la Croatie, léchée en long par la mer et il n’en vit jamais les côtes. Il s’était senti, au cœur de ces voyages, perdu parfois puis chez lui d’autres fois. Ailleurs, et toujours là. L’Île de Mans gravitait non loin de son propre pays, et tout ici, dans cette dimension future, le confinait à un sentiment qu’il n’eut jamais connu. Celui de ne plus être seulement un étranger, mais un intrus. Les vêtements avaient traversé bien plus d’époques qu’il n’aurait pu en vivre. Il ne prit pas la peine de s’en accommoder, soignant les vestiges de ses années avec autant de ferveur que s’il eut s’agi de préserver son identité. Ses vêtements intriguaient, et plus encore l’isolait. A peine quelques jours passés dans cette boucle, et le monde entier était devenu son fardeau. Il se pensait malade, lorsque son front devenait blanc sous le coup de quelques nouveautés découvertes brutalement, lorsque ses gestes mesurés se heurtèrent à ceux décousus de ses générations futures – Et il eut toujours cru être moderne. Dans un temps l’étant moins pour 2016.
     Ses pas ne quittèrent jamais le village. Parfois s’aventuraient-ils sur la plage et les falaises, tranchées contre les vagues comme du beurre. Mais jamais il ne s’éloigna, attendant son départ ; attendant Daphné. S’il ne fût pas aussi avare de cet air qu’il peinait à connaître dans son Londres, certainement ne serait-il jamais sorti de sa chambre. Ou aurait-il attendu la nuit pour feindre que rien n’eut changé sous l’obscurité. Il aspirait l’air entre ses lèvres plus qu’il ne le respirait. Car la sensation lui rappelait un sentiment de paix et de douceur. La chaleur était agréable, lorsqu’elle s’éteignait lentement au crépuscule, l’humidité légère le ramenant à ce qu’il avait connu. Il écoutait la mer, l’entendait sans la voir. Et en cette fin d’après-midi pourtant, une voix se mit à geindre par-dessus le remous des vagues. Un bruit, découpé en coups et crissements, le volume si élevé qu’il crut sentir le sol trembler. La petite maison dedans laquelle criait ce son voyait ses carreaux vibrer. Une impression ou la réalité, il ne sut exactement comment interpréter les secousses parcourant abruptement son corps. Il s’approcha, curieux bien plus que fasciné, et son cœur sembla battre plus fort dans sa poitrine. Un regard vers la fenêtre, et il reconnut Archibald. Plongé dans une longue absence depuis longtemps, et il eut presque pensé s’en être débarrassé. Il crut rêver, bouche entrouverte et regard désabusé. Sur toutes les boucles qui durent exister, ils durent devoir s’y retrouver. Il aurait pu tourner les talons et partir, prier pour que ce hasard ne se reproduise pas. Étrangement le revoir lui rappela la boucle lui manquant. Dans ses souvenirs les plus désagréables, et cela suffit à le convaincre. Cette décision le déconcerta lui-même, et ses phalanges repliées se heurtèrent pourtant contre les carreaux de sa vitre avant qu’il n’en change. Il s’installa devant la fenêtre, accompagnant le coup inutile d’une main par un geste pour attirer son attention.
« Pourquoi ai-je fais ça ?... Marmonna-t-il seulement pour lui-même. »




TROUBLED PLAYER - “A desk is a dangerous place from which to view the world.” John Le Carré.
Revenir en haut Aller en bas
Archibald G. Lewis

avatar
- Homme Enfant -
❧ Boucle Temporelle : Celle de 2016, celle de 41 aussi
❧ Particularité : Retour en enfance
❧ Occupations : A la recherche de ses origines
❧ Miroir :
❧ Missives : 63
❧ Yeux de verre : 3
❧ Crédits : masayume.


MessageSujet: Re: Dissonance ◭ ft. Archibald   Mer 26 Avr - 22:56


Dissonance

-Le vieux & le gamin -

Il l'avait collé autant qu'il pouvait, autant qu'il pouvait supporter. Ce n'avait jamais été dans sa nature. Lui le timide jeune homme au perpétuel regard de chien battu. Il s'était dit qu'à force, le vieux bougre craquerait et accepterais de l'aider. Le gamin n'avait jamais été doué en ce qui concerne les relations humaines (sauf avec un gros coup dans le nez.) et cela se voyer parce que… bes le vieux ne voulait toujours pas l'aidé et en plus de ça il essayait de se débarrasser de lui souvent de façon tordu ! Alors, après l'avoir suivie en 2016 il l'avait lâché. Il était retourné voir sa maison, ses affaires pour vérifier que la poussière et les toiles d'araignées n'avaient pas tous envahie. C'est une fois arrivé devant la maison, perdue au fin font de la campagne qu'il s'était rappelé. Ici rien ne bouger, ici, le temps n'existait plus.

Il se dirigea en premier dans la cuisine, prendre un verre d'eau, se poser un moment dos au plan de travail. Il ne savait toujours pas ce qu'il foutait ici. Pourquoi ? Après tout sa particularité ne se déclenchait pas si souvent que ça ! Il aurait pu rester dans le vrai monde. Mais voilà, il avait toujours été curieux. Il posa son verre dans l'évier et alla dans sa salle de musique. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas créé. Dans son autre vie il le faisait souvent, cela l'aider à remettre ses idées en place. Il alluma tout son pc, les platines, le synthé et ouvrit la fenêtre pour laisser rentrer un peu d'air frais. Voilà que la musique commencer à sortir des baffles. Il tourna le volume. Il voulait pouvoir entendre toutes les variations. Cela faisait maintenant plus d'une heure qu'il jouait. Il était à fond comme on dit. Il courrait de droite, de gauche, tournant un bouton, appuyant sur une touche. Il était concentré sur un passage quand il entendit un son qui n'avait rien à voir avec ce qu'il avait fait. Il leva la tête et fut attiré par un mouvement à sa fenêtre. Clarence lui faisait signe. Que pouvait-il bien faire ici ? Lui qui n'attendait que ça, se débarrasser du gamin venait le chercher chez lui ! Archi' alla baisser le son et, s'approcha de la fenêtre.
« Bonjour…… Je te manquais ? »

Aller savoir pourquoi Archi était quand même content de le voir la. Finalement peut-être que Clarence sous son air bourru l’aimait bien !



Dernière édition par Archibald G. Lewis le Ven 9 Juin - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Clarence F. Bannerman

avatar
- Garde tout le monde à l'oeil -
❧ Boucle Temporelle : 22 mars 1941, retourné à une Guerre qu'il crut avoir un jour classé dans son passé.
❧ Particularité : Les paumes de ses mains se sont un jour courbées de deux yeux supplémentaires. Deux paupières qu'il condamne depuis à l'obscurité.
❧ Occupations : Curiosité ou intentions cachées, il remplit les pages de ses dossiers aux couvertures criblées des noms des syndrigastis qu'il rencontre.
❧ Missives : 385
❧ Yeux de verre : 75
❧ Crédits : © Mad Hattress | Ananas de mes nuits et de mes jours


MessageSujet: Re: Dissonance ◭ ft. Archibald   Mer 24 Mai - 22:03


Dissonance
ARCHIBALD & CLARENCE

« N’y crois pas aussi dûment. Quand bien même tu ne m’imposais pas ta compagnie avec insistance, tu ne me donnes jamais le temps de pleurer tes départs. »
     Archibald disparaissait parfois, déchiré entre deux époques comme l’un de ces bateaux de frets naviguant d’une côte à l’autre. Les voyages durent le fatiguer, et il revint de chacun d’entre eux avec le même enthousiasme. Il cherchait une femme, comme nombre d’hommes avant lui. Une grand-mère, vestige de cette anomalie présente en lui. Il pensait que Clarence pourrait l’aider à la trouver, et rien ne fût jamais moins incertain que cette vérité. Clarence avait cherché, investi dans cette quête comme celle lui permettant de se débarrasser une fois pour toutes du jeune homme. Mais les mois passaient, silencieux de réponses et bientôt difficiles à supporter comme le temps qui venait de passer.
« J’espère ne pas t’avoir dérangé. Tu avais l’air occupé. »
     Il haussa les sourcils en deux chenilles mélancoliques, la bouche grimaçante alors qu’il tentait de comprendre ce qui put régir les gestes d’Archibald. Un jeune homme bien trop moderne pour qu’il s’adapte à ses frasques. Plus encore à ces habitudes qu’il ramenait avec lui comme une langue étrangère dans le passé.
« Il était seulement difficile de passer à côté d'un tel vacarme. On t'entend pratiquement de la plage. »
     Paternaliste ou enquiquinant. Le rencontrer loin de chez lui l’apaisait, le rendait moins réfractaire à cette présence immiscée chez lui par la faille de son hésitation. Là il put lui fuir, en reprenant la mer jusque chez lui. Il dû attendre Daphné pour le faire, mais elle lui promit une courte attente. Quelques jours, car il lui faudrait à lui aussi se reposer de son voyage. Il lui faudrait aussi se préparer à celui qui l’attendait, car bientôt il serait plongé dans la nouvelle Londres. Belle et redorée après cette grande période de Guerre.




TROUBLED PLAYER - “A desk is a dangerous place from which to view the world.” John Le Carré.
Revenir en haut Aller en bas
Archibald G. Lewis

avatar
- Homme Enfant -
❧ Boucle Temporelle : Celle de 2016, celle de 41 aussi
❧ Particularité : Retour en enfance
❧ Occupations : A la recherche de ses origines
❧ Miroir :
❧ Missives : 63
❧ Yeux de verre : 3
❧ Crédits : masayume.


MessageSujet: Re: Dissonance ◭ ft. Archibald   Ven 9 Juin - 22:42

Dissonance

-Le vieux & le gamin -

Il était vrai que, quelquefois, Archibald avait du mal a comprendre Clarence. En 71 ans le langage avait évolué, simplifié pour certain, incompréhensible pour d'autre. Il ne lui dit rien. A part un « hum hum » presque inaudible. Il passa un sweat, mit de l'eau a chauffé dans sa bouilloire et alla rejoindre Clarence dehors.

-Me déranger ? Non je m'occupais juste, en attendant… tu sais comme ça..

Une réponse pas si clair que ça. Lui-même le savait. Mais en même temps quelques fois rien n'était clair dans sa tête. Il se demandait toujours pourquoi il avait décidé de rester ici. Pourquoi il avait décidé d'abandonner sa vie pour trouver quelqu'un qu'il ne connaissait pas et qui avait abandonné son père. Et d'ailleurs, que ferait-il après l'avoir trouvé ? Que lui dirait-il ? Il ne savait pas et ça le tarauder pas mal. Il repoussa ces pensées d'un coup de main mental. Il éclata d'un petit rire quand il entendit Clarence qualifier sa musique de « vacarme » .

-Je profite d'être à la campagne pour laisser s'exprimer mon art ! Et oui, c'est de la musique, populaire en plus! Du moins pour les jeunes….

Il sourit, imaginer Clarence en 2016 aurait été plutôt marrant à voir ! Il fut retiré de ses pensées par le cri de la bouilloire L'eau était prête.

-Un thé ?

Il n'attendit pas la réponse de Clarence, comme tout bon anglais il aurait sans doute répondu oui. Archibald alla dans la cuisine couper le feu, et posa sur un plateau deux tasses, des cuillères, du sucre, du thé et un petit pot de lait. Il apportât le tout dehors. De loin leurs relations pouvait sembler amicale.

Revenir en haut Aller en bas
Clarence F. Bannerman

avatar
- Garde tout le monde à l'oeil -
❧ Boucle Temporelle : 22 mars 1941, retourné à une Guerre qu'il crut avoir un jour classé dans son passé.
❧ Particularité : Les paumes de ses mains se sont un jour courbées de deux yeux supplémentaires. Deux paupières qu'il condamne depuis à l'obscurité.
❧ Occupations : Curiosité ou intentions cachées, il remplit les pages de ses dossiers aux couvertures criblées des noms des syndrigastis qu'il rencontre.
❧ Missives : 385
❧ Yeux de verre : 75
❧ Crédits : © Mad Hattress | Ananas de mes nuits et de mes jours


MessageSujet: Re: Dissonance ◭ ft. Archibald   Mar 20 Juin - 16:52


Dissonance
ARCHIBALD & CLARENCE

     Il sourit malgré lui, les lèvres étirées d’une moquerie légère. S’il ne voulut jamais avoir à juger le futur, il lui fallut reconnaître que s’en moquer l’extirpait de tout plaisir à le découvrir. Il détestait cette situation, bien plus encore alors qu’il n’eut qu’à attendre. La campagne était calme, assez pour apaiser certaines de ses craintes, et persistait cette pulsion l’invitant à fuir. Une part de lui dans son égoïsme, alors que l’autre se dédiait à une amie. Il détestait cette situation, et voulut pourtant se laver de sa haine. Ne rien ressentir ici, mais son corps se ballotait au gré d’un vent aux odeurs déjà trop différentes.
     Archibald disparu bien trop vite, le laissant lèvres entrouvertes avec les mots qu’il n’eut plus le temps de dire. Seul quelques instants, et ils en parurent cent. Il n’eut l’air de rien debout aux pieds de cette modeste façade, les vêtements démodés pour ce temps et l’esprit vaguement baigné d’incertitudes. Son sourire avait disparu, pincé contre les mots ravalés. Et son regard lui aussi fini par se perdre, cherchant la sortie d’une impasse et se ponctuant finalement d’un soupir au retour d’Archibald.
« Crains-tu que je n’entre chez toi ? »
     Agacé soudainement, et son sourire voulut refaire surface. Il entra dans la petite maison sans demander son reste, à la manière d’Archibald lorsqu’il forçait sa compagnie. Il cherchait un endroit où il put fuir 2016, sans jamais se satisfaire d'un espace. L’un était trop vaste et l’autre trop étroit, et lorsqu’il vint à se noyer dans l'un, l'autre finit toujours par le serrer à la gorge. Mais le village semblait cette fois vouloir l’engloutir avec la nuit, rendant son attrait à une maison, plus encore à la lumière d'un thé et de quelques secrets bien gardés.
« Comment t’es-tu retrouvé ici ? »
     Il se dirigea sans un regard dans la pièce qu’avait dévoilée la fenêtre. Un empire de plastique et de métal sculptés et courbés en pupitre devant cette salle de spectacle vide. Il s’approcha à peine des appareils, comme s’il eut peur de se brûler, et se mit seulement à arquer un sourcil devant le masque les regardant.




TROUBLED PLAYER - “A desk is a dangerous place from which to view the world.” John Le Carré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dissonance ◭ ft. Archibald   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dissonance ◭ ft. Archibald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archibald Vaughn
» oO° Archibald Garkam dit Dakeyras °Oo [Finis]
» Archibald L. Greywood [Matthew Gray Gubler]
» Présentation: Archibald Garkam
» Mateus "M.A.D" Archibald Demetrius {Terminé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Le Village-