AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Life was some kind of dream (Etain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
August Hastings

avatar
- Illusionniste mythomane -
Le gros Gus
❧ Boucle Temporelle : 22 mars 1941
❧ Particularité : Insuffle des images mentales à tout un chacun, distord la réalité dans la tête d'un individu
❧ Occupations : Expérimentateur chevronné
❧ Miroir : Va cliquer ailleurs :(
❧ Missives : 198
❧ Yeux de verre : 53
❧ Crédits : Lux Aeterna, Musset, Poe


MessageSujet: Life was some kind of dream (Etain)   Lun 8 Mai - 0:59

He felt that his whole life
was some kind of dream

- and he sometimes wondered whose it was and whether they were enjoying it.  -

La Maison de Maître ! Quel endroit merveilleux. August s'y trouvait rarement. A vrai dire, son esprit était encombré par bien d'autres préoccupations que celle d'une simple habitation, quand bien même cette habituation fût dotée d'un certain charme. August aurait pu trouver tout loisir à flâner dans le coin en contemplant l'édifice, bien sûr, et cela il ne le reniait pas, mais il se voyait là-bas comme un intrus dans une gare qui attend sur un banc sans avoir aucun train à prendre. La circulation l'agaçait. En quelques bonnes dizaines d'années vécues en huis-clos, on finit par développer ses habitudes et trouver, par la force des choses, certains ennemis – que l'on est évidemment plus susceptible de croiser dans un lieu de passage. Et bien sûr, les Ymbrynes trouvaient sans cesse à redire sur ceci ou cela, et mieux valait éviter auquel cas d'inévitables remarques.

Mais si August était si peu intéressé par cette belle bâtisse, il n'en était pas moins curieux. La somme de tous ces voyages l'avait épuisé en même temps qu'un goût tout neuf pour un mystérieux quelque chose s'était développé chez lui. Il s'agissait d'une sorte de fascination apeurée qu'il n'avait jamais ressentie auparavant, et qu'August avait, il devait bien l'avouer, envie d'entretenir ou du moins, se laisser prudemment guider par ce qu'elle lui soufflait à l'oreille.

Hastings, dans toute la finesse dont il était capable, avait même dégotté un prétexte pour mettre les pieds aux abords du quartier et tâter du terrain quant à la foule qui se trouverait là-bas en même temps que lui. Foule à qui, peut-être, il oserait adresser quelques questions historiques. C'est que les récents voyages lui avaient fait revoir certaines notions, et qu'il est toujours pratique de remettre les pendules de l'Histoire à l'heure quand on vit dans une anomalie temporelle.

En un siècle de jeunesse, August avait beaucoup lu, tant et si bien qu'il aurait presque pu réciter par cœur tous les volumes qui se trouvaient dans son entourage proche. Son étagère était certes peu garnie, mais trouver de quoi potasser dans une boucle fermée n'était pas si aisé – surtout quand, tout bien considéré, il existe une somme conséquente d'ouvrages dans un futur parallèle si facilement accessible. Il n'y avait même pas besoin de mettre un orteil dans cet autre temps ; les rayons de la Maison devaient pourvoir à leur lot de documents futuristes. En guise de bonne foi, il s'empara même d'un exemplaire du Tour du monde en quatre-vingts jours qu'il avait en double, dans le cas où il devrait procéder à un échange.

August fut toutefois déçu quand il trouva la Maison bien vide, en cette fraîche et habituelle matinée. Enfin, vide, c'était avant que déboulent quelques curieux enfants, pour jamais destinés à rester des enfants. August n'aurait su dire s'il les enviait ou non.
Il s'était quelque peu taillé un nom auprès de certains petits, ceux qui savaient pour sa particularité. De là à dire de lui qu'il était populaire auprès des plus jeunes, non : il était là comme un clown destiné à amuser à la galerie. Et même si August n'était pas forcément marrant, il compensait par les quelques tours de magie dont il était capable.
Il s'était même un jour surpris à frimer devant deux ou trois marmots.

Et comme il demandait à l'un d'entre eux les heures d'affluence dans le coin, un autre garçon, peu désireux d'attendre la fin de leur barbante discussion, s'empara du livre qu'August tenait dans les mains pour, sembla-t-il, manifester sa présence. Et à peine Hastings put-il réagir et tenter d'arrêter le voleur que le coupable n'était déjà plus dans la pièce.
Il haussa les épaules en entendant le premier gamin lui dire que ça dépendait des jours, et hésita longuement s'il devait oui ou non pourchasser l'auteur de cet odieux larcin. Avec la complicité de son nouvel allié, ils s'entendirent à dire que oui, faute d'autre chose à faire, et le plus jeune des deux s'élança dans l'escalier pour débusquer le fautif à l'étage.

August se balada ainsi dans la maison, flânant un coup dans la cuisine et au gré des couloirs au détour d'un petit salon, quand passé l'embrasure dudit petit salon il manqua de se heurter à une jeune fille.
Etain Oc, la mélancolique au merveilleux patronyme.
Le sourire qui flottait plus ou moins en permanence sur le visage d'August s'étira davantage et il inclina la tête pour saluer.
- Etain. Tu n'aurais pas vu passer un garçon avec un exemplaire du Tour du monde en quatre-vingts jours ?
Etain avait tout de même une sacré chance. Elle pouvait lire Jules Verne en français.

Titre : Douglas Adams



I became insane with long intervals of horrible sanity.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Life was some kind of dream (Etain)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Norah - Draw, Dream and Dead... Hey No Dead. Life !
» Dream of Ewilan
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Hollywood Dream Boulevard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Les Archives-