AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Souvenirs d'ailleurs (Felicia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie Balmain

avatar
- Arrache coeur -
Modératrice
❧ Boucle Temporelle : 22.03.1941
❧ Particularité : Arrache-coeur
❧ Occupations : Le plus souvent, Marie s'assoit contre un mur et lit pendant des heures. Cela lui permet d'oublier pendant quelques temps ces jours, tous les mêmes, qui se répètent à l'infini
❧ Miroir :
❧ Missives : 488
❧ Yeux de verre : 53
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Souvenirs d'ailleurs (Felicia)   Mer 10 Mai - 12:49

Souvenirs d'ailleurs

- New York, 1928. 9h15 -



« Je n’avais jamais vu une telle vie ! » Yeux écarquillés, bras qui embrassent le ciel, pas qui sautillent malgré mon désir de me fondre dans la masse. En état total de béatitude, tête en l’air à chercher le sommet de ces hauts bâtiments que Felicia appelle des buildings, tournant sur moi-même pour admirer l’immensité des constructions, ne prenant presque pas la peine de faire attention aux New-Yorkais qui manquaient de me foncer dessus. Le sol était foulé par mille paires de chaussures différentes, vêtements et coupes de cheveux au carré comme j’avais pu connaître autrefois. J’allume une cigarette, replaçant mon briquet dans mon sac, prenant une pause au milieu de l’immense trottoir. C’est donc ici que l’univers des années vingts avait naquit, mais je reconnaissais la mode à la française, celle que les hommes et femmes enviaient à mes origines. J’attend que Felicia me rejoigne, l’ayant devancé tant la frénésie du lieu m’avait emporté. Regardant les voitures défiler sur la chaussée, les humains s’affairants à leur occupation de matinales. Je lisais sur leur visage l’excitation de la soirée qui viendrait pour eux, désireux de fêter le jour de l’indépendance qui arrivait le lendemain. Ils n’avaient pas le temps de s’arrêter, de profiter de cette journée-ci qui leur était pourtant perpétuelle - bien qu’ils n’en soient pas au courant. Je lance un regard satisfait à ma compagne de visite, qui elle semblait bien connaître cet univers.

C’était d’ailleurs cela qui nous avait spontanément reprochés. Avoir connu cette période de vices et de fêtes, toujours dans l’excès et l’allégresse. Mélancolie qui s’acharnait sur nous, cette envie profonde d’y retourner terminer nos jours. Lorsqu’on a vécu dans un monde tel que celui-ci, pourtant si proche des années victoriennes, il est difficile de retourner à une forme de normalité. Je repense chaque jour à ces merveilleuses nuits et journées, à rire et à goûter des dizaines de vins similaires que l’on s’essayait à juger alors que notre langue avait perdu le sens du goût à force de cigarettes et d’alcools. Je soupire de joie, encore, et attend de Felicia un signe qui ne vient pas. « Allons par ici? » J’indiquais une rue perpendiculaire au boulevard, où siégeait des bars à la filée. Une envie de boire un thé dans un lieu où l’habitude n’était pas de mise. Peu m’importait, je voulais inspirer l’air nouveau, quoique plus ou moins connu, l’ambiance similaire à mes souvenirs bien qu’un peu différente. Dans ces différences je trouvais une manière de me rapprocher encore plus de cette habituée, qui elle saurait me conter les récit de New-York, ses aventures et ses maux, les quelques expériences sous la couette que je n’avais su connaître et les coeurs qu’elle avait certainement brisé. C’est une belle femme, qui ne faisait pas son âge. Ses cheveux colorés, son charisme, ses vêtements de l’époque qu’elle ne pouvait pas quitter, ses yeux de chats maquillés toujours en alerte. Tout cela la rajeunissait et j’enviais sa beauté. C’est une belle femme, Felicia, et elle a du faire tomber bien des hommes.

Je décide d’entrer dans un bar, sortant de mes pensées, et m’assis devant une table à la terrasse. Il fait si chaud en juillet, et cela faisait des dizaines d’années que je n’étais plus accoutumée à la chaleur. D’abord la fraicheur de mars 1941, puis le froid glacial de décembre 1973. Je devais malgré tout me vêtir que de tissus qui recouvraient la totalité de mon corps, et c’était une charge bien malheureuse pour la température qui avoisinait certainement les 77 degrès Farenheit. Je dévisage Felicia, rictus qui se dessine en même temps sur mes lèvres. « Tu as vécu longtemps, à cette période? » Je me demande aussitôt si ma question n’est pas trop intrusive, il faut se méfier avec cette dame. « Ça m’apaise en quelque sorte, de voir à nouveau ce monde qui a été le mien autrefois. » Un serveur s’arrête à notre table, et jetant mon mégot dans le cendrier, je laisse Felicia commander en première.



evanescence

Viens, tu verras la route est longue. Parfois le ciel devient sombre, mais les nuages sont encore loin. Et même si de fatigue tu tombes dans ta course vagabonde, ai le courage de continuer ton chemin. Dis-toi que rien est écrit, l'avenir se construit.

Coucou :/ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Felicia Crane

avatar
- Chat-pardeur -
❧ Boucle Temporelle : 1873
❧ Particularité : Métamorphose en chat noir
❧ Occupations : Empêcheuse de tourner en rond et siesteuse pro
❧ Miroir :
❧ Missives : 26
❧ Yeux de verre : 10
❧ Crédits : Audacious Squirrel - Anaëlle


MessageSujet: Re: Souvenirs d'ailleurs (Felicia)   Mar 6 Juin - 13:35

Souvenirs d'ailleurs
Retrouver mon époque, mon pays natal, a quelque chose de grisant. Après la fête et l’indécence omniprésente de la réception tenue par Mr Gryphus, une visite de la ville s’impose. Si au départ je pense partir seule en vadrouille dans la Grosse Pomme, je me souviens très vite de Marie et du fait que c’est son époque, à elle aussi. Les années 20, les années folles. D’autant plus qu’elle ne connaît pas cette ville immense et démesurée, comparée au Paris qu’elle a connu. Ni une, ni deux, je m’habille, me maquille et vais chercher la jeune femme, lui proposant une petite visite de la ville rien que toutes les deux, entre filles. Elle ne se fait pas prier et je l’aide à trouver des vêtements à sa taille dans cette vaste demeure, les miens étant restés en 1873, et étant probablement trop longs pour elle de toute façon. Or, je ne veux pas perdre de temps avec de la couture maintenant. Cela faisait bien trop longtemps que je me languissais de mon époque pour retarder plus que nécessaire notre visite. Finalement, on arrive à trouver de quoi l’habiller et la maquiller ; chose qui me donne un plaisir fou, elle est si jolie, si elle avait pu avancer un peu plus en âge, très certainement serait-elle devenue une magnifique femme, prête à faire tomber les hommes et briser de nombreux cœur. Quelque part, bien que nous ne nous ressemblons pas physiquement, elle me rappelle un peu moi à son âge.

Les rues de New-York sont agitées par le flot matinal des gens allant travailler dans les innombrables buildings environnant, se diriger vers Wall Street pour les hommes et la 5ème avenue pour les femmes qui souhaitent faire les boutiques avec l’argent durement gagné de leur mari ou amant qui les entretient. Nous, nous sommes dans Brooklyn, et nous avançons à notre allure, évitant par pure habitude la foule pressée dans laquelle nous avançons à contresens. Mais qu’importe ? Quand bien nous bousculerions quelques personnes, ces dernières ne s’en souviendront pas une fois la nuit passée. Le 4 Juillet n’arrive jamais et pourtant tous s’y préparent. Un grand sourire est peint sur mes lèvres, mes yeux brillants de cet éclat de joie propre à cette époque que j’aime, bien que caché derrière de larges lunettes noires et rondes. C’est que j’ai les yeux sensibles, que voulez-vous. Je suis Marie, sans pour autant me presser à la rattraper. Je sais parfaitement qu’elle n’osera pas aller trop loin et je garde de toute façon la jeune femme dans ma ligne de vision. C’est terrible, moi qui n’ai jamais songé à avoir des enfants, j’ai l’impression de comprendre doucement ce qu’est la maternité en présence de Marie. Je me garde bien de le lui dire cependant. Elle a probablement eu une famille, une mère, un père et mon but n’est pas de faire substitut à ce qu’elle a perdu en entrant dans une boucle pour la première fois.

Je la rejoins finalement, et nous avançons, côtes à côtes, dans les rues. Je la laisse suivre ses envies, prenant garde à où elle va, pour l’inciter à changer d’avis si la rue ou le quartier qu’elle souhaite visiter n’est pas recommandable. J’ai certes mon révolver avec moi, mais si je pouvais ne pas avoir à le sortir devant elle…Ce ne serait que mieux. Elle finit par choisir un café avec terrasse et s’y arrête, je l’imite, et attend sagement que le serveur ne vienne prendre notre commande. Ce sera un café noir pour moi, sans lait et deux sucres. Une fois nos commandes prises le serveur repart et je tourne mon attention sur Marie, qui me pose une question. Mon sourire s’agrandit.

"Environ 10 ans. Je suis née en 1888, mais ces années ont été les meilleures de ma vie…Malheureusement, j’avais déjà quitté les USA quand ces belles années sont arrivée. L’Europe et notamment le Royaume-Uni fut ma nouvelle patrie. Pourtant ce que les USA m’ont manqué, j’aimerais tant rester dans cette boucle pour toujours…" je l’écoute et pose une main sur son bras couvert, lui apportant ce que j’espérais être perçu comme du réconfort "Moi aussi. Je me sens enfin chez moi."

Le serveur revient et je pioche un billet de quelques dollars dans mon soutien-gorge que je lui tends avec un clin d’œil charmeur. Les habitudes ont la vie dure, que voulez-vous ?

"Est-ce que tu sais ce que tu voudrais voir ici ? Ou bien je te fais la surprise ?"
avengedinchains



A good excuse to be a bad influence on you
I don't give a damn about my reputation. I've never been afraid of any deviation and I don't really care if you think I'm strange. I ain't gonna change and I'm never gonna care about my bad reputation. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs d'ailleurs (Felicia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recettes d'ici et d'ailleurs
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: New York-