AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Urbex ❧ Marie & Cassandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Corbeau

avatar
- Oiseau Suprême -
❧ Boucle Temporelle : Toutes, un battement d'aile et me voilà dans une autre boucle.
❧ Particularité : Maître du destin, l'univers entier me sert de marionnettes
❧ Occupations : Entretenir le monde, le faire tourner.
❧ Miroir :
❧ Missives : 231
❧ Yeux de verre : 275
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Urbex ❧ Marie & Cassandra   Lun 10 Juil - 3:50

Collections

- Marie & Cassandra -

Odeur poussiéreuse d'un immeuble déserté, éventré par un obus dans la périphérie de la capitale anglaise. Son de bourse qui tombe, masques dissimulant les traits, cordes enserrant les silhouettes, le comble de l'horreur. Cassandra, une poigne de fer t'as saisie cette nuit durant ton sommeil. Te voilà la tête dans un sac en toile, tissus t'obstruant la bouche et les mains liées d'une corde, trainée comme un animal depuis le début de la journée, l'esprit embrouillé par un coup que tu as reçu à la tête. Marie, tu as décidé de prendre ton courage à deux mains, de te faufiler pour enquêter, ta recherche semble avoir été un peu trop fructueuse puisque te voilà en train d'observer une étrange transaction. Trois syndrigastis, dont Cassandra, semblent être vendus à divers individus masqués. L'adrénaline monte, baisser le regard et attendre ou tenter d'agir ? Faites vos jeux.  
Revenir en haut Aller en bas
http://songofthegears.forumactif.com
Cassandra Page

avatar
❧ Missives : 7
❧ Yeux de verre : 2
❧ Crédits : GhostWriter


MessageSujet: Re: Urbex ❧ Marie & Cassandra   Sam 29 Juil - 12:44


Urbex
Marie & Cassie
▴▽▴⟁▴▽▴
Je passe mon pyjama en soie chinoise et attrape mon tube de crème pour les mains venu tout trois de Corée avant de m'en étaler une noisette en regardant par la fenêtre. Venir ici, prendre un peu le vert m'a fait énormément de bien... et m'en fait toujours. J'en pouvais plus du stress et de l'agitation de Londres, entre gérer la maison de couture, la nouvelle collection et gérer le défilé, en plus d'Ollie et le fait que ce con de Craig m'ait larguée pour une connasse de présentatrice télé. J'en étais vraiment arrivée au point où j'étais à deux doigts du burn out.En plus être entourée d'incapables en permanence c'est totalement épuisant alors... prendre ce break a été une des meilleures décisions que j'aie prise. Ici j'ai enfin eu le temps de terminer un bouquin sur la plage - même si je fais attention à mon temps de bronzage, avoir une peau qui ressemble à du parchemin, c'est terriblement vulgaire- et de rattraper quelques séries romantiques que j'avais abandonnées depuis des lustres, surtout qu'Ollie les détestait et ne voulait pas les voir quand j'étais là.

Je m'installe justement dans mon lit, remontant la couverture un peu rêche sur moi - à croire qu'ils ont mélangé la laine de leurs moutons avec du papier de verre- et attrape mon magazine, tout en écoutant au loin le bruit du ressac ainsi que de la brise qui caresse doucement mon visage et fait frissonner les pages en papier glacé que j'ai entre les mains. Stylo entre les doigts, je décortique le dernier "Elle", entoure et annote les tendances et certains modèles, histoire de savoir ce qui se fait. Hors de question qu'on me dise que ma collection a été pompée sur je ne sais pas quel créateur de merde. Et au bout d'une demi-heure, satisfaite, je referme le magazine, le repose sur ma table de nuit et éteins la lumière.

Sauf que j'ouvre les yeux en entendant la porte de ma chambre s'ouvrir à la volée, et j'ai à peine le temps de tendre la main vers l'interrupteur que tout redevient noir à nouveau. J'ouvre les yeux bien plus tard en grimaçant à cause de la douleur, sursautant en remarquant que j'ai quelque chose en bouche, et je mets une seconde à réaliser qu'il ne fait pas nuit là où je suis, mais que c'est moi qui porte un masque. Oh merde mais qu'est-ce qui est en train de se passer? Mon coeur s'emballe alors que je commence à bouger, me rendant compte que je suis dans quelque chose de petit. Je bouge mes mains, mes jambes, et je me rends compte que si je n'ai mal nulle part à part mes muscles endoloris, je suis bien attachée. La panique me gagne et je commence à me tortiller pour trouver une solution sans arriver à défaire ces foutus liens. Mais qu'est-ce qui s'est passé? Pourquoi je suis là? Qu'est-ce qu'ils me veulent? Où est-ce qu'on va? Toutes ces questions se bousculent dans ma tête alors que je peine à respirer, gênée par le truc qu'on m'a mis sur la tête.

Je suis secouée. Puis plus rien. Puis à nouveau. En écoutant avec attention je reconnais un bruit de moteur. Un coffre. Je suis dans un foutu coffre! Ca veut dire qu'on veut m'emmener quelque part, mais où? J'essaie de tambouriner où je peux, de donner des coups de pied ou des coups de poing mais je n'arrive qu'à me faire mal, perdre le souffle et sangloter comme une gamine, morte de trouille. Je pense à mes parents, à Ollie, à tout ce que je laisse derrière moi, et les minutes passent comme des siècles jusqu'à ce que la voiture s'arrête enfin. Le coffre s'ouvre et je sursaute, avant de sentir des mains me saisir et me porter hors du coffre. Oh non. OH non. Qu'est-ce qui va se passer maintenant? Qu'est-ce qu'ils me veulent? Je tente de me débattre comme je peux mais je ne reçois qu'un coup violent à l'arrière du crâne qui manque de me faire tomber en avant.

Espèce de connasse, tu vas te calmer maintenant! Refais un coup comme ça et t'es morte!

Je tremble comme une feuille en écoutant la voix rauque de ce type, sentant l'odeur de cigarette et l'alcool alors qu'il détache mes jambes, mais garde mes mains attachées. Il me pousse en avant et je marche devant moi, le coeur tambourinant à mes oreilles. Qu'est-ce que je vais devenir? Qu'est-ce qui va m'arriver? Je veux pas mourir là! Je veux pas... j'ai encore des choses à faire et je suis trop jeune pour crever dans cet endroit. Encore quelques pas où mes pieds nus marchent sur de la terre froide et humide avant qu'on m'enlève enfin le sac sur ma tête. Je plisse les yeux, découvrant que je suis dans un hangar, et pas seule. Près de moi, deux autres personnes, terrifiées comme moi avec qui on échange des regards paniqués. Le type qui m'a ramenée là s'adresse à trois types en costumes noirs, l'air mauvais.

Elle a le pouvoir de faire apparaître n'importe quel dessin sur n'importe quelle surface. Ca marche sur tout, même sur la peau humaine... Elle est jeune et en bonne santé. Cinq mille livres minimum...

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Marie Balmain

avatar
- Arrache coeur -
Modératrice
❧ Boucle Temporelle : 22.03.1941
❧ Particularité : Copie de mémoire
❧ Occupations : Le plus souvent, Marie s'assoit contre un mur et lit pendant des heures. Cela lui permet d'oublier pendant quelques temps ces jours, tous les mêmes, qui se répètent à l'infini
❧ Miroir :
❧ Missives : 551
❧ Yeux de verre : 60
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: Urbex ❧ Marie & Cassandra   Dim 17 Sep - 19:50


Quelle idée d’enquêter sur des disparitions. Voilà Marie dans une situation bien plus qu’inconfortable !
La demoiselle s’était levée à l’aube, vêtue du courage d’un aventurier, prête à inspecter chaque recoins de Londres à la loupe et espérer trouver des indices quant à ces mystérieuses disparitions.
D’ordinaire à laisser le sale travail aux autres, elle avait cette fois pris la décision de se mêler au jeu, sachant sa vie en danger. Sans Ymbryne, pas de renouvellement de boucle. Cela marquerait la fin de nombreuses années de dur labeur.
Elle ne pouvait pas mourir.
Pas maintenant.
Pas comme ça.

Balmain n’avait pas la moindre idée de qui avait aussi décidé de se mettre à la recherche des disparus. A vrai dire elle s’en fichait totalement. Elle a toujours été du genre solitaire dans ses entreprises la petite, et jusqu’à aujourd’hui cela ne lui avait pas porté préjudice. Sauf ce matin. Car elle était à présent face à un dilemme des plus compliqués à résoudre.
Se créait devant elle une scène alarmante. Des syndrigastis étaient ballottés d’un côté à l’autre, tandis que des individus sans visage parlaient affaire entre eux, ne prenant les siens que comme des objets d’échange. Un fructueux échange visiblement ! Car ils ne se laissaient pas faire les brigands ! Ça discutait, ça négociait sans cesse.
Marie n’entendait que des bribes de cette discussion, et peut-être était-ce mieux pour ses oreilles fragiles.

Elle ne reconnaissait aucun de ses syndrigastis. Bâillonnés, les yeux cachés, et dos à elle. On ne pouvait s’attendre à rien. Alors elle attendit là, dans ce vieil immeuble insalubre, que quelque chose se passe.

Deux des syndrigastis partirent avec les hommes, laissant une jeune demoiselle seule, assise sur le sol. C’est ce moment qu’elle choisit pour passer le pas et rassembler tout son courage pour aller à la rencontre de la blonde en détresse.
L’adrénaline montait, l’apesanteur se faisait plus lourde mais ses pas étaient léger et discret. On croirait qu’une simple souris passait par là.

« Ne cris pas, ne dis rien, je vais t’aider. » Chuchota t-elle a la demoiselle.

Elle desserra difficilement ses liens, laissant la presque disparue se dégager du reste.

« Il faut qu’on s’en aille. »

Fut la première chose qu’elle pensa. Mais elle pensait aux autres. Marie ne pouvait pas les laisser là. Entre l’égoïsme et l’altruisme, elle ne savait plus sur qu’elle pied danser. Elle avait la possibilité d’aider d’une façon que peu de gens le pourraient dans leur vie. Comment auraient agis les autres?

« Lève toi. » Lança Marie nonchalamment à sa compagne de mésaventure. « Quelle est ta particularité ? »

Cette information pourrait sans doute servir. La particularité de Marie n’a aucun intérêt dans ce type de situation. Mieux vaut se munir d’autres atouts.
La rouquine attrapa le bras de la blonde avec sa main gantée. La dirigeant vers un ailleurs sans trop savoir quoi faire pour les autres.

Réussite : Marie et Cassandra partent à gauche. Elle se retrouvent dans une impasse ou quelques vieilles armes trainaient. Couteaux, flingues, battes. Elles se munissent chacune de quelques objets et repartent.

Echec : Marie et Cassandra partent à droite et manquent de faire face à des hommes masqués. Elle se réfugient dans une pièce ouverte pleines d’ordinateurs en pleine activité.

HRP : J'ai fait cours délibérément, je me dis qu'au moins on pourra faire un sale rp en mettant pas trop d'informations d'un coup mmh



evanescence

Viens, tu verras la route est longue. Parfois le ciel devient sombre, mais les nuages sont encore loin. Et même si de fatigue tu tombes dans ta course vagabonde, ai le courage de continuer ton chemin. Dis-toi que rien est écrit, l'avenir se construit.

Coucou :/ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Corbeau

avatar
- Oiseau Suprême -
❧ Boucle Temporelle : Toutes, un battement d'aile et me voilà dans une autre boucle.
❧ Particularité : Maître du destin, l'univers entier me sert de marionnettes
❧ Occupations : Entretenir le monde, le faire tourner.
❧ Miroir :
❧ Missives : 231
❧ Yeux de verre : 275
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: Urbex ❧ Marie & Cassandra   Dim 17 Sep - 19:50

Le membre 'Marie Balmain' a effectué l'action suivante : Roue du Destin


'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
http://songofthegears.forumactif.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Urbex ❧ Marie & Cassandra   

Revenir en haut Aller en bas
 
Urbex ❧ Marie & Cassandra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Marie Fouquet [Terminé]
» Bienvenue à Marie-Cé
» Arrestation de Pierre Sardi [PV Marie Bergman]
» Marie Morgane (Mary Morgan) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Londres-