AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Freakshow ❧ Thaddeus & Galahad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Corbeau

avatar
- Oiseau Suprême -
❧ Boucle Temporelle : Toutes, un battement d'aile et me voilà dans une autre boucle.
❧ Particularité : Maître du destin, l'univers entier me sert de marionnettes
❧ Occupations : Entretenir le monde, le faire tourner.
❧ Miroir :
❧ Missives : 231
❧ Yeux de verre : 275
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Freakshow ❧ Thaddeus & Galahad   Lun 10 Juil - 4:02

Collections

- Thaddeus & Galahad -

A vouloir fourrer son nez partout, on attire les charognards. Aujourd'hui, vos pieds vous ont emportés derrière la terrible porte de 1928, oubliant les dires à propos de sa sûreté, mais est-ce que vous y croyez seulement ? La boucle serait passée au peigne fin pour mieux faire jaillir ses secrets. Thaddeus, c'est un de tes protégés qui a disparu cette nuit, ta piste semble mener dans les ruelles de New York. Voilà que tu te mets à suivre une ombre suspecte qui déambule, écharpe de l'enfant disparu entre les doigts. Tes ailes te portent jusqu'à cette tente poussiéreuse et loin de l'agitation, maigre cirque ambulant qui semble être un point de relais dans la disparition des Syndrigastis. Galahad, te voilà les mains liées, toute parcelle de peau dissimulée sous de lourds tissus, incapable de voir ce qui se trame, une enquête qui semble s'être retourné contre toi, attrapé alors que tu rôdais autour de la tente, une prise de choix qui sera revendue dans quelques heures. Un léger air de freakshow semble planer dans l'air.
Revenir en haut Aller en bas
http://songofthegears.forumactif.com
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 289
❧ Yeux de verre : 72
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: Freakshow ❧ Thaddeus & Galahad   Jeu 20 Juil - 16:47

Freakshow
Galahad & Thaddeus
Tard dans la nuit, quand il n'y a plus un chat, qu'il n'y a plus un bruit. Alors je pense à toi je sais que tu m'oublies. Toute une vie sans te voir ce n'est plus une vie

Sur les ailes de la nuit, je vogue dans l'obscurité, poursuivant au milieu des étoiles et des lumières ténues de la ville, le morceau de tissu rouge qui danse parmi les constellations et la brume discrète de ce jour qui se meurt. Sans crainte, ni angoisse, mais avec la rage au ventre, je laisse la colère de mes entrailles me guider et poursuivre la silhouette de celui qui entre ses griffes détient ce qui m'est précieux. "Thaddeus." Mon prénom devient un appel à l'aide, et malgré la puissance des battements de mon coeur et la rage qui fait se contracter mon myocarde affolé, tout semble m'échapper et glisser au loin, devenant des murmures qui dans les rues se font grains de poussière et qui dans le néant se perdent. Longtemps, peut-être trop, je chasse et traque la silhouette de l'homme qui se fond dans les ténèbres et qui emporte avec lui le pauvre enfant que j'aurais dû mieux surveiller. Le remords plante ses crocs dans ma chair et alors que la culpabilité ronge ma pauvre carcasse d'autour, je m'enfonce à mon tour dans les méandres de l'inconnu et de me perdre dans le dédale de cette nuit qui semble ne jamais prendre fin.

"Thaddeus."

Encore un murmure semble me parvenir, un souffle délivré du bout de lèvres à peine entrouvertes. L'étoffe n'est déjà plus à mes yeux qu'un souvenir, un fragment d'une vie passée, d'un moment consumé par le temps déjà envolé, je m'accroche à cette petite voix qui au loin cherche à me guider. C'est à ce courage là que je donne tout. C'est à cette force de survivre et de s'en sortir que je dédis mes battements de coeur. C'est pour ce petit être, qui avec le peu d'air qui lui reste dans les poumons crie mon prénom que j'existe. Si ce n'était pour lui… Peut-être serais-je encore dans les bras d'une autre. Je ferme les yeux une seconde et la chasse de mon esprit, faisant fuir d'un autre battement d'ailes le souvenir de ses lèvres sur ma tempe et de ses doigts dans ma nuque. Derrière-moi je la laisse pour l'instant, préférant laisser mon coeur se serrer non pas par nostalgie d'une autre vie mais par la vue d'un cirque.

Sur mon échine il s'hérisse quelques plumes alors que sous mes ailes déployées se dessine la silhouette d'un enfer qui m'a longuement été décrit mais que jamais je n'ai parcouru. Un instant, je plane et angoisse, encore incertain à l'idée de me poser dans les jardins de ce purgatoire, car hanté par les images qui d'entre les lèvres de certains se sont échappés. "Il y avait des cages." disaient-ils. "Les oiseaux ne volaient pas et ceux qui tentaient se voyaient perdre leurs ailes." murmuraient-il. Le bruit des chaînes semble me revenir aussi vivement que lorsque j'avais du bout de ma plume tenté de les inscrire. J'hésite. Je panique.

"Les oiseaux ne sont pas fait pour vivre dans des cages."

Mon coeur se serre, mais pour elle, je me laisse doucement tomber et m'engouffre sans peine, dans un silence presque parfait au sein d'une tente qui à l'écart du reste du cirque se trouve. Entre les pans entrouvertes de la hutte, je me glisse et m'étonne ainsi de tomber nez à nez avec une silhouette encapuchonnée. Prestement, j'évite de lui rentrer dedans et me contente de lui tourner autour avant de me poser sur les genoux du prisonnier. Sous mes serres, je le sens vaguement remuer et curieux, je penche la tête sur le côté avant de piailler doucement, le prévenant ainsi que de ses liens je vais le libérer. Ainsi, sur son avant-bras je me pose pour mieux de mon bec, attaquer les liens de ses poignets. J'aurais pu prendre forme humaine et ainsi perdre moins de temps avec l'épaisse ficelle qui l'entrave, mais l'idée seule d'être nu et vulnérable face à un inconnu suffit à me faire garder mes plumes pour mieux m'acharner sur les liens que je finis par attaquer des mes serres. Le plus délicatement possible, je tente de ne pas le blesser, mais à cause de mon impatience et ma témérité, voilà que si la corde je tranche, le tissu lui aussi se déchire et dévoile sa peau. D'un battement d'ailes je me recule et me pose non loin de lui, alors que les mains libérées, je l'observe, attendant de voir si il pourrait avoir besoin de mon aide.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Galahad L. Ednyfed

avatar
- Imitateur excentrique -
administrateur
❧ Boucle Temporelle : Grondements infernaux qui déchirent les cieux, l'apocalypse journalière de quarante-et-un.
❧ Particularité : Échine capricieuse qui prend le code soufflé, carcasse qui copie et imite l'être effleuré. Il s'implante jusque dans l'esprit qui s'efface, fardeau que de ne jamais être soi.
❧ Occupations : Projectionniste, pour le plaisir des regards avides de curiosités. Voyeur et récolteur d'informations qui se joue de ses habits de chair. La médecine et l'anatomie n'ont également plus aucun secret, avenir brillant dérobé.
❧ Miroir :
❧ Missives : 668
❧ Yeux de verre : 184
❧ Crédits : kidd (ava) / DΛNDELION (gifs)


MessageSujet: Re: Freakshow ❧ Thaddeus & Galahad   Lun 31 Juil - 13:01


« Who's in your shadows? Who's ready to play? Are we the hunters? Or are we the prey? There's no surrender and there's no escape. »

Obscurité. Obsidienne abyssale qui s'impose devant les iris, néant tout aussi trouble que l'esprit sonné, paumé dans les images troubles d'une escapade coupée au vol. Conscience qui remonte, s'impose en dépit du mal de crâne, certainement le coup assommant. Fouineur aux doigts liés, pris lors d'un de ses jeux de piste. Palpitant qui s'emballe, cogne et vibre sous l'échine, oxygène semblant se raréfier, peinent à s'infiltrer dans les poumons. Panique. Elle s'infiltre avec ses doigts crochus, sensation d'être un animal auquel on a ajouté des œillères, oiseau en cage aux yeux bandés pour tenter de ne pas l'effrayer d'avantage. Réalité de couvrir le derme porteur de malédiction et de maux, ravisseurs ne supportant probablement pas faire face à leurs propres faciès. Appel qui s'extirpe des lèvres, bien incapable de discerner une quelconque présence s'il y en avait. Âme en peine au beau milieu de sa solitude, devenant presque claustrophobe dans cet ébène étouffant. Oh Galahad dans quoi t'es-tu encore fourré. Pensée maudite et horrifiante.

Souvenir de cette piste hasardeuse, d'un regard qui s'extirpait entre impair et classic trilby, parure incontournable de tout détective de l'époque, cherchant à fouiner, peut-être un peu trop loin. Idée saugrenue que d'avoir voulu y apposer mon grain de sel en solitaire, chercher à mener l'enquête sur ces disparitions, pire, avoir dégoté une piste sans avoir pris une quelconque précaution si ce n'est qu'un habit de chair étranger. Idiot désarmé. Image de cette tente étrange, de quelques magouilles qui s'y déroulaient avant de retourner au point de départ : le noir. Juste le souvenir vague de doigts attrapant ma carcasse, paluches odieuses effleurant la carne, par pure et simple amusement, qui avait retrouvé ses traits d'origines dans son inconscience.

Freakshow. Nom redoutable qui s'apparentait au souvenir et à l'information aperçue. Historique connu bien entendu sur le bout des doigts malgré le décalage de temporalité, avant que la menace nazi et autres ravages d'une guerre innommable ne fut le danger primordial. Béni en quelque sorte de ne pas avoir connu ce temps d'exploitation et autres horreurs, n'osant imaginer la chose avec l'épiderme dont je fus affublé. Effroi et sueurs froides. Et si ce fut le destin réservé aux captifs ? Manquer de défaillir une fois de plus, horreur à son comble, vue obstruée qui n'arrangeait en rien la chose.

Bruissements. Ce qui ressemblait au vol d'un oiseau, prière muette qu'il ne s'agisse pas d'un simple volatile, mais d'une Ymbryne ayant osé s'empêtrer dans ces lieux. Sursaut alors que l'animal se pose sur un genoux, comprenant le salut qu'il apportait au piaillement qui raisonne. Soulagement, terreur retombant d'un maigre cran, bien que loin d'être sortit d'affaire. Ne pas bouger, laisser faire le métamorphe. Doigts libérés de leurs liens, extirpant l'échine de cet amas infernal, regagnant la lueur en un soupir de soulagement, plissant les mirettes le temps qu'elle s'y habitude, cherchant ensuite un quelconque repère, visiblement dans l'une des tentes observées plus tôt.

Oiseau salvateur posé un peu plus loin, reconnaissant le plumage du métamorphe de l'autre fois et non une Ymbryne, celui fut qualifié de Grumpy Piaf, empêtré dans ce jeu étrange dans cette même boucle et ce même New York curieux. Maigre sourire qui se fend tristement. « Je crois que je n'ai jamais été aussi content de te voir. Merci. » Gratitude sincère, palpitant continuant de cogner à tout va, bien qu'un tant soi peu apaisé. « Est-ce que tu sais comment sortir de là ? » Murmure, ne préférant pas attirer une quelconque attention. Réflexe d'une main qui se glisse dans la poche arrière du pantalon, tremblante, extirpant une des précieuses cigarettes qui fort heureusement ne furent pas confisquées. Maigre consolation délétère qui fut portée aux lèvres. « Attends, enfile-ça. » Lourds tissus qui servirait sûrement de cape, de quoi faciliter la communication, loin de pouvoir comprendre de quelconques piaillements.




Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Gentilis

avatar
- Autour amnésique -
❧ Boucle Temporelle : 19 décembre 1873
❧ Particularité : Métarmophose en Autour des Palombes (Accipiter Gentilis) - Le rapace qui devient le gardien. Le chasseur qui se fait protecteur.
❧ Occupations : Gardien du refuge, protecteur des ymbrynes et historien à ses heures perdues.
❧ Miroir :
❧ Missives : 289
❧ Yeux de verre : 72
❧ Crédits : CK


MessageSujet: Re: Freakshow ❧ Thaddeus & Galahad   Lun 31 Juil - 14:41

Freakshow
Galahad & Thaddeus
Tard dans la nuit, quand il n'y a plus un chat, qu'il n'y a plus un bruit. Alors je pense à toi je sais que tu m'oublies. Toute une vie sans te voir ce n'est plus une vie

La silhouette s'agite, s'ébroue et remue sous mes prunelles curieuses. D'humanoïde elle se fait un instant abstraite, pareille à une tache d'encre brouillonne avant d'enfin se dissocier de la nuit, cessant enfin d'être une continuité de l'obscurité pour devenir un être vivant au visage étrangement familier. Un piaillement discret m'échappe mais pour celui qui peine à me percevoir, je ne recule pas, gonflant au contraire le poitrail quand il me remercie, non sans avoir au passage pris le temps de m'avouer qu'il sait finalement apprécier ma présence. Presque fier de moi, je bats faiblement des ailes, soulevant ainsi du sol quelques grains de poussières et de sables, avant d'ancrer dans le sol meuble mes serres aiguisées quand sans détours ou autres remarques me murmure une question pour laquelle je n'ai qu'une réponse. Il te faudrait savoir voler pour t'échapper. Je penche simplement la tête sur le côté, restant silencieux alors que sous mes pupilles, il s'offre le luxe d'une cigarette et d'un peu de fumée, qui je crains, risquerais d'attirer ceux qui voyaient en lui le potentiel d'une attraction qui aurait pu plaire au public friand de monstres qui souvent trainent en ce lieux sordide. Mais avant que je ne puisse avoir le temps d'aller ravir de mes serres la cigarette au bout de ses lèvres, voilà qu'il m'offre le tissu épais, le faisant passer pour un présent qui suffirait à dissimuler aux yeux du monde l'enveloppe charnelle de l'être humain que je suis et avec lequel il souhaite visiblement s'entretenir. Et si étrangement, l'idée est loin d'être dénuée de sens, je me retrouve pourtant à hésiter, voir même à reculer légèrement, comme soudain mal à l'aise à l'idée de quitter le doux confort de ce plumage. Pire, me voilà incapable de réprimer un frisson d'angoisse alors que les secondes s'égrènent et qu'apparence humaine je n'ai toujours pas. Le changement s'impose mais pour une raison qui m'échappe, il me semble impossible en cet instant. Et même si vers le lourd tissu je me penche, pour de mon bec l'effleurer, la transformation me semble impossible à entamer. Dans ma tête, c'est un soudain blizzard qui se déclenche, une tempête de doutes et de pensées parasites, qui sans peine, paralysent mon système nerveux et font de mon sang une encre épaisse qui obstrue sans peine mes veines. Tout semble se figer dans mon être et cesser de fonctionner. Quelque chose fait remuer sous ma peau une étrange sensation alors qu'au sein de ma frêle cage thoracique, mon myocarde s'emballe, décidant qu'il était temps pour lui de briser les barreaux que sont désormais mes côtes. Je prends une grande inspiration, m'ébroue vivement et tente de chasser au loin tout ça. Je suis là pour ça, non ? Pour sauver de ce lieu ceux qui y sont retenus prisonniers, et si certes, le plumage de l'autour est une armure qu'il est rassurant de porter, les changements ne sont jamais lents. Douloureux ils savent parfois se faire quand l'esprit ne suit pas les désirs de l'instincts, mais jamais ils ne se font attendre. Je bats des cils. Je respire. Je suffoque presque à cause du noeud dans ma gorge. L'angoisse est neuve, récente et fruit d'un cauchemar, d'une terreur qui s'est mal résolue. Je voulais changer, me réfugier dans la carcasse de l'oiseau mais je n'avais pu, à cause d'une blessure, ou plutôt égratignure que dans mes songes je m'étais infligé. La peau déchirée m'avait narguée, longuement, et les quelques gouttes de sang qui en avait perler avaient été autant de cuisantes humiliations. Le cauchemar s'était prolongé, alors qu'enfermé dans mon corps, prisonnier de mes draps puant la peur et la sueur, j'avais longuement sangloté. Et si je le pensais terminé, voilà qu'il revient, se faisant une petite voix qui à mon oreille vient me chuchoter la possibilité d'une pareille trahison de la part de mon être. Il se fait une envie tentante auquel je me plie presque avant d'enfin trouver le courage d'aller me glisser sous l'épais tissu. Sous celui je remue et m'ébroue avant d'entamer mon long changement, laissant mes plumes s'étioler pour laisser place à ma peau frissonnante. Autour de mes épaules et bras, je sens le tissu glisser et envelopper ma silhouette alors que je me redresse, faisant ainsi face au jeune homme.

Pour lui, je fronce les sourcils, arborant ainsi une moue agacée, voir contrariée, qui n'est que le résultat de ma propre angoisse et non une réponse à son comportement. Un frisson fait rapidement trembler mes épaules et enfin, sous le couvert de la nuit, je lui réponds enfin, d'une voix plus rauque que je ne le souhaiterais.

"J'ai patrouillé au-dessus du cirque… La voie royale est par les airs et malheureusement, il ne me semble pas que tu puisses avoir des ailes."

Je tente de lui offrir un sourire mais c'est à peine si je parviens à l'esquisser. Le coin de ma bouche bouge à peine et après un soupir que j'espère être discret, je reprends, terriblement mal à l'aise d'être complètement nu sous l'épais draps noir.

"Je ne pensais pas te trouver ici… Je te pensais trop compliqué à attraper, car trop malin." Je prends une légère inspiration et détourne le regard. "Je n'étais pas venu pour toi… Je suis désolé que ce soit ainsi que nous nous retrouvions." Je soupire, frissonne à nouveau et mal à l'aise, je referme un peu plus le tissu autour de ma personne avant de désigner du menton sa cigarette. "Tu devrais garder ça pour plus tard… Aussi tentant soit-elle, je n'ai pas envie qu'ils viennent par ici." Et encore moins envie qu'ils nous trouvent. Car si moi je pourrais m'en sortir d'un battement d'ailes, il me faudrait lui, l'abandonner aux griffes des tenanciers de cet endroit. L'idée seule me froncer les sourcils. "Ta particularité." Je pince les lèvres. "Pourrait-elle copier la mienne ?"
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Freakshow ❧ Thaddeus & Galahad   

Revenir en haut Aller en bas
 
Freakshow ❧ Thaddeus & Galahad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galahad le retour
» Galahad - Midi ! Je vais me faire des taliatelles.... des tagliatheltes... des tahliatèles... des tagliatailes... ET MERDE !!!!! Je vais au kebab !!!
» Un honorable chevalier
» Les fantômes du passé cachent de lourds secrets ♣ avec Thaddeus.
» Freakshow [11/15]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: New York-