AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Le jeu du chien et de la coccinelle ▬ ft. Eustache

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elise Legrand

avatar
- Coccinelle enjouée -
❧ Boucle Temporelle : 19 Ddécembre 1873, Edimbourg
❧ Particularité : Métamorphose en coccinelle, de façon volontaire comme involontaire.
❧ Occupations : Illustratrice et conteuse pour les syndrigastis
❧ Miroir :
❧ Missives : 25
❧ Yeux de verre : 1
❧ Crédits : avatar : blake ; signature : northern lights.


MessageSujet: Le jeu du chien et de la coccinelle ▬ ft. Eustache   Ven 14 Juil - 1:47

Le jeu du chien et de la coccinelle

- à défaut d'avoir un chat et une souris -

Les pieds dans la neige, chaussures à la main, elle grelotait et pourtant, elle ne cherchait pas à les remettre. Son manteau était abandonné devant la porte d'entrée de ce qui semblait être sa nouvelle habitation. Un air glacial lui mordait les joues mais elle ne se plaignait pas. Elle n'était là que depuis quelques jours et la neige avait pour elle un aspect réconfortant et amical. A Reims, l'hiver ne ressemblait nullement à cela, peut-être était-ce à cause de l'époque lointaine et du réchauffement climatique. Ici, le froid était son meilleur ami tout comme il pouvait lui être mortel. La jupe aux bords trempés rejoignit le manteau et le haut qu'elle venait d'abandonner, le froid s'immisçait sur ses cuisses et son ventre. Elle enleva alliance et pendentif, souvenirs d'une période qu'elle ne pourrait oublier et prenant soin de les enrouler dans son haut, il ne lui resta plus que ses sous-vêtements. Elle ne s'occupait pas de voir si quelqu'un l'observait, n'avait-il jamais vu le corps d'une femme nue ? Elle laissa tomber ce qui cachait sa nudité et par un soupçon de pudeur, elle changea son corps. La morsure du froid s'intensifiait, devenue comme insupportable. Parvenue à la taille d'une vulgaire mouche, elle n'avait que faire de la température. Ses ailes déployées, la petite coccinelle prit son envol pour explorer un monde de géant.

Ainsi Elise se sentait libérée de tout souvenirs, elle se concentrait sur ce qui se trouvait autour de sa minuscule personne, du froid menaçant pour un insecte printanier et des volatiles, prédateurs naturels. Elle avait déjà exploré les alentours du manoir depuis son arrivée. Il lui restait encore tant de choses et d'endroit à découvrir, de personnes à observer pour les cerner, que ces balades étaient devenues son passe-temps favoris, l'aidant à refouler de sombres pensées. Elle volait au dessus des maisons ou bien à ras du sol, assez pour sentir la neige du bout des pattes sans pour autant s'y noyer, la sensation n'était pas la même que sous sa forme humaine, incomparable mais les deux se valaient.

Elle s'aventura près de la forêt mais n'y entra pas, ce sera pour une prochaine fois. Finalement posée sur la branche d'un arbre nu, elle observait le périmètre. La vue était sublime, elle aurait pu passer sa vie plantée là à observer l'horizon, elle oubliait toutes ces choses qui la hantait au quotidien juste en regardant le blanc s'étaler à des kilomètres. Au loin, une tâche sombre dans la neige bougeait activement. Intriguée, Elise quitta son perchoir une nouvelle fois pour s'en approcher, toujours prudemment, il ne s'agirait pas de finir entre les pattes d'un quelconque animal qui ne ferait qu'une bouchée d'elle. Cependant ses petits yeux d'insecte brillèrent à la vu de l'animal qui se trouvait sur le tapis de poudre blanche.

Un chien d'un beau pelage blanc et noir.

Cela faisait bien longtemps qu'elle n'en avait vu, sa curiosité et son amour pour les bêtes à poils  l'obligèrent à s'approcher davantage. A qui appartenait-il ? Sans doute était-il l'animal de compagnie du village car personne ne cherchait à le récupérer, il ne s'était donc pas enfui, il était libre. A ras du sol enneigé, la coccinelle passa le long des jambes de l'animal, à cette hauteur, ses griffes semblaient menaçantes. Elle remonta sur son dos, frôlant son pelage du bout de ses pattes espérant qu'aucune puce ne se cache sur la peau du canidé et avança jusqu'à se nicher entre ses yeux. C'était un acte des plus impulsif de sa part, dangereux même, elle avait abandonné sa prudence comme elle avait abandonné son manteau un peu plus tôt. Mais ses poils étaient doux, il n'y avait que sous cette forme qu'elle pouvait profiter du confort de l'animal.


and she never said goodbye
Revenir en haut Aller en bas
Eustache W. Heddington

avatar
- Husky Docile -
❧ Boucle Temporelle : Londres 1941
❧ Particularité : Se métamorphose en toutou bienveillant aux yeux verrons
❧ Occupations : Horizontale à la nuit tombée
❧ Miroir :
❧ Missives : 138
❧ Yeux de verre : 50
❧ Crédits : (c) mad hattress ♥♥


MessageSujet: Re: Le jeu du chien et de la coccinelle ▬ ft. Eustache   Mer 26 Juil - 15:40

Le jeu du chien et de la coccinelle
Elise & Eustache
Quand la petite bête se fait manger par la grosse

Sortir le chien. Impératif catégorique induit par l'arrivée dans la boucle de 1893. Comment refuser à la créature des neiges un saut quotidien dans son élément naturel, alors qu'il supporte depuis des années le climat pluvieux, humide, de la vieille Londres en guerre ? Il méritait un peu d'utiliser votre corps à son bon vouloir, le pauvre était contraint à te laisser toi, l'homme, piloter ce dernier la plupart du temps. Le timing était parfaitement choisi. Si lui voulait jouir des espaces enneigés, tu voulais profiter du calme, et du repos d'un esprit sans corps, d'une âme sans matérialité. Tu espérais cette tranquillité et avant de repartir de la boucle, tu pouvais très largement en profiter. A vrai dire, tu prenais plaisir toi aussi à accompagner le chien dans ses longues balades, dans ses jeux innocents et ses nombreuses roulades. Lui ne s'embêtait guère des complexités humaines. Il se satisfaisait de si peu de choses, contrairement à l'humain. Et grâce à lui, tu pouvais fuir toutes ses idioties que l'on nomme communément « sentiments », car enfin, ils devenaient bien trop envahissants et insupportables.

Alors le chien, lâché dans la nature à la porte de l'auberge de la boucle, se mit à fondre au coeur des congères de neige, à bondir ici et là pour saisir dans sa gueule les précieux flocons tournoyant dans le ciel. Et quelle joie l'envahit ! Il était au Paradis. Dieu sait à quel point la neige manquait au pauvre animal, condamné à vivre sous les bombes londoniennes. Peut-être est-ce aussi pour cela qu'il ne priait pas autant l'humain pour qu'il ne lui cède la place. Et comment ne pouvait-il pas espérer avec une impatience immense de retrouver certaines contrées enneigées ? Il ne pouvait pas bondir dans la neige, ne pouvait pas essayer de la croquer, si elle s'obstinait à ne pas vouloir tomber du ciel. Il ne pouvait pas passer des heures à rouler au milieu d'immenses congères. L'humain avait beau côtoyer un homme capable de faire tomber la neige à volonté, rien ne valait pour l'animal la véritable sensation de sentir le froid, les pattes enfoncées dans d'imposants monticules de neige. Et celle-ci ne semblait, à cette époque-ci, ne jamais vouloir arrêter de tomber, pour le plus grand bonheur du jeune chien.

A vrai dire, l'humain comprenait le chien, arraché sauvagement de son foyer. Il avait grandi avec toi, grandi au milieu de la campagne anglaise sans ne jamais avoir eu l'occasion de profiter pleinement de la neige. Pourtant, ce besoin était inné, profondément encré dans les gênes de l'animal et donc cette soif coulait par conséquent dans tes veines. Voilà peut-être pourquoi Londres est un lieu adéquat. Son climat légèrement froid permet tant à l'animal qu'à l'humain d'appréhender la vie sans inconvénients. Mais votre existence était ainsi faite. Coincés l'un avec l'autre, à pencher tantôt dans le sens de l'un plutôt que celui de l'autre. Deux jumeaux, inséparables et pourtant désireux de voir leurs chemins séparés. Mais tu as conscience que le manque serait dévorant. Il est ton échappatoire au monde et tu es son accès, son lien à celui-ci. Il ne saurait être indépendant sans toi. Tu es son véritable maître, aussi étrange que cela puisse paraître. Car enfin, vous n'êtes qu'une seule et même entité, relié par un esprit, et un corps.

Alors que le chien est grandement occupé à danser une valse endiablée avec les flocons de neige, une petite bestiole vint à se poser dans son pelage. Au début, il ne l'aperçoit pas, la prenant pour un énième flocon de neige venu se loger dans l'épais collier de poils. Mais, alors que le chien, gueule ouverte, tente de gober les précieux flocons, la bête vint à se poser entre ses deux yeux. Dans sa ligne de mire, un point rouge. Il tente de croiser les yeux, pour apercevoir la bête téméraire venue affronter un grand gaillard comme lui. Il se met à aboyer avec la bestiole, qui, malgré sa petite taille, bouche la vue du canidé. Le voilà donc sautillant partout pour faire partir cette bestiole bien embêtante, espérant qu'elle veuille bien déguerpir si il la secoue un peu. Les aboiements sont plus forts, puis, assit dans une congère, c'est avec une patte qu'il tente de s'en défaire, balayant rapidement celle-ci devant ses yeux.

Elle a enfin quitté son nid douillet et vole devant lui. Ni une ni deux, le chien aboie et la course pour essayer d'en faire son quatre heures.

On ne peut combattre le chien qui dort ! Rira bien celui qui rira le dernier ! Le chien aux crocs aiguisés n'en fera qu'une bouchée !

Made by Neon Demon


Au clair de la lune,mon ami Pierrot,filons, en costume présider là-haut ! Ma cervelle est morte. Que le Christ l'emporte ! Béons à la lune, la bouche en zéro.

woufwouf

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeu du chien et de la coccinelle ▬ ft. Eustache
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» 5 millions près pour un chien de garde en Haiti
» Le chien et le dauphin
» autres gifs de chien de race

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Le Refuge :: Le Village-