AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Ride. ◊ ft. Darren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mabel P. Herrera

avatar
- carte du Maraudeur -
❧ Boucle Temporelle : 20 juin 2016 désormais. Elle vécut un temps en 1941, mais les moteurs des avions ronronnaient trop fort à son oreille.
❧ Particularité : Géolocalisation
❧ Occupations : Géotraceuse aux projets bien trop nombreux.
❧ Miroir :
❧ Missives : 147
❧ Yeux de verre : 35
❧ Crédits : © Paon


MessageSujet: Ride. ◊ ft. Darren   Mer 19 Juil - 19:30


Ride.
Darren ◊ Mabel


     Elle avait cette façon de frotter son nez sur son indexe ; le cartilage se pliait sous la pression d’une phalange, l’arrête froncée de plis de chair formant des vagues. Elle pianotait de sa main libre sur le papier glacé du manuel ouvert sur le parquet, éprise des mots lus à la lueur de sa lampe de chevet. La nuit tourmentait et la lumière d’une seule ampoule l’éclairait, l’éloignait d’une chambre que les ombres voulaient avalées. Elle adorait ce vélo, récupéré dans le sable un pneu percé et un frein découpé. Un peu de mousse s’extirpait de la selle, les vis rouillées et les rayons courbés. Les pièces étaient tombées à mesure qu’elle ramenait l’épave jusque dans sa chambre, rattrapant dans le sable et les escaliers en bois les écrous et morceaux de métal y ayant ricoché. Elle l’avait un temps laissé choir contre sa commode, escaladant les roues pour atteindre ses tiroirs, oubliant presque devoir le réparer. Mais cela faisait des jours maintenant, qu’elle s’afférait à remonter son véhicule de fortune. Le sol de la chambre s’était tapissé d’accessoires et outils, de tâches de peinture jaune utilisée pour couvrir le bleu écaillé du vélo. Elle déroula un rouleau de scotch pour faire tenir le caoutchouc du frein, serrant avec une pince la fine ligne de métal qu’il recouvrait. La roue crevée était enveloppée de colle et de scotch, regonflée à l’aide d’un gonfleur manuel. Elle prit du temps à le réparer, cherchant des vis pour remplacer les manquantes, tout en rattrapant la concentration qui sans cesse lui échappait. Elle s’était endormie contre le lit la dernière nuit, les jambes froides sur le sol et les doigts couverts de cambouis. Le jour se levait à peine qu’elle s’éveillait déjà, le cœur battant au rythme d’un silence qu’elle n’aimait pas. Toi, toi, toi… Le vélo avait attendu qu’elle se réveille, plus beau à la lueur du jour, et elle se sentit bientôt fière à l’idée de pouvoir l’essayer. Le dos douloureux, elle alla rincer ses mains couvertes de graisse dans la baignoire, les essuyant sur son jean avant de le quitter et de l’abandonner sur le carrelage. Elle enfila sa robe bleue, tâchant sa cuisse d’une nouvelle ligne de graisse lorsqu’elle se saisit du vélo. Un débardeur traînait là pour l’essuyer, et une parcelle de peau resta pourtant teintée de gris.
     Elle était sortie son vélo à la main, faisant claquer ses baskets dans les couloirs sans se préoccuper du sommeil infernal que tous s’autorisaient une fois le jour levé, indéniablement seule à entendre le soleil l’appeler, et elle crut parfois devenir folle devant le privilège de ces conversations. Elle s’assit sur la selle du vélo, laissant le bruit des roues rouler contre le parquet comme l’une de ces machines de chantier. Les pieds levés du sol, elle avait l’impression de glisser. Elle pédala jusque devant la porte de Darren, frappant d’une paume de main le bois pour le déloger. Elle souriait, le visage peint de bonne humeur sur une mine radieuse, tristement seule à profiter de l’aube. Mais elle était fière cette fois, les commissures si étirées qu’elle eut du mal à prononcer ses premiers mots.
« Salut. » Elle pencha la tête sur le côté, les cheveux tombés en cascade contre son bras ; les sentir caresser sa peau lui arracha un frisson. « Regarde comme il est beau ! Je l’ai terminé cette nuit. »
     Un coup de pédale et le vélo s’élança dans le couloir. Le guidon manqua de se dérober lorsqu’elle tourna, réussissant son demi-tour pour la ramener devant la porte de Darren. Le frein était dur à presser, si bien qu’elle dû utiliser ses pieds pour s'arrêter. Il lui fallait le temps de se détendre pensait-elle, apprentie mécano ayant lu en diagonale un manuel sur le sujet. Elle croisa les bras sur le guidon, tentant une pose lascive.
« Je t’emmène faire un tour ? »
     La fierté l’aurait étouffée, accrochée à son vélo comme l’on étreignait un enfant, une réussite, et à vrai dire il y’eut peu de choses qu’elle avait réussi à finir. Peu de personnes, aussi, avec qui les partager. Parce que Darren ne fût pas là depuis longtemps, elle croyait bon de lui montrer tout ce qu’elle put faire, ou du moins expliquer des heures entières ce qu’elle avait en tête. Premier spectateur de ses lubies, dans le laps de temps où il serait encore ici.
« J’aimerais inaugurer mon premier vélo, et Gustave aurait été trop gros pour monter dessus. En combien de temps crois-tu qu’on peut faire le tour de l’Îles ? »






Cercle Polaire.
I'm the girl who is lost in space, the girl who is disappearing always, forever fading away and receding farther and farther into the background. E.W
Revenir en haut Aller en bas
Darren Flanagan

avatar
❧ Boucle Temporelle : 19 Décembre 1873
❧ Particularité : Champ de Force
❧ Miroir :
❧ Missives : 82
❧ Yeux de verre : 37
❧ Crédits : .


MessageSujet: Re: Ride. ◊ ft. Darren   Dim 30 Juil - 16:19

Ride (Flashback)



Darren faisait partie de ces autres qui n'étaient pas sensibles à l'appel du soleil, et pour cause, la veille au soir, il avait accepté une énième soirée en compagnie de Morgan, et les deux jeunes hommes avaient finit dans un état déplorable, à chanter de vieilles chansons paillardes que Morgan lui apprenait, bras dessus, bras dessous, à déambuler dans les ruelles comme deux âmes en peine, mais deux âme ma foi fort joyeuses. Il aurait été incapable de se souvenir ce qu'il avait bu, ni en quel quantité, et là, allongé sur son lit avec un sacré mal de crâne, il en venait même à se demander comment il avait fait pour rentrer chez lui. Le rouge gorge l'avait sans doute accompagné, dans ses souvenirs, ce dernier avait été un peu moins ivre que lui. Il se demandait néanmoins pourquoi ce dernier n'était pas resté, ils n'étaient pas obligés de faire des bêtises pour simplement apprécier la présence de l'autre dans le lit. Peut-être avait-il été insupportable ? Il avait conscience de pouvoir l'être, lorsque l'alcool venait troubler ses bonnes manières habituelles, qui, bien que peu flagrantes, étaient quand même présentes. Il attrapa le téléphone que Morgan lui avait fournit et envoya un message à ce dernier, lui demandant s'il allait bien et pourquoi il n'était pas là, et de surtout ne pas lui raconter tout ce qu'il avait pu faire la veille, ce qui lui prit bien évidemment de longues minutes, peu habitué à cette technologie, en plus de la gueule de bois qu'il avait qui lui vrillait le cerveau. Il avait néanmoins conscience qu'entre l'heure qu'il était, et le fait que le réseau soit pratiquement inexistant sur l'île, il pourrait attendre longuement la réponse et qu'il n'était pas nécessaire de s'en faire.

Le martellement à la porte le fit sursauter, ses poils se dressant sur son corps comme si le diable lui-même venait de frapper à sa porte et il se passa une main lasse sur le visage. Il se leva de son lit avec difficultés, enfilant juste rapidement un t-shirt vert qui traînait par là pour ne pas rester en caleçon devant qui que soit la personne venant ainsi frapper à sa porte. Il ne prit même pas la peine de passer ne serait-ce qu'une main dans ses cheveux défaits qui commençaient à être bien longs avec le temps, et ouvrit la porte avec un œil fermé, la lumière venant l'agresser. Mabel. Il aurait dû s'en douter, il ne connaissait personne d'autre capable d'autant d'énergie aussi tôt le matin. Il coula un petit regard au vélo et hocha la tête, et avant qu'il n'ait le temps de répondre, la voilà qui faisait un petit tour pour lui montrer à quel point son œuvre était perfectionnée.

- Beau travail... Tu y as passé toute la nuit.. ? Dit-il d'une voix encore un peu endormie. Si tu veux, mais laisse moi juste le temps de prendre un café, d'accord ? Je me remets à peine de la veille...

Il se frotta l'oeil d'une main, il était encore presque ivre, mais il avait aussi entendu que le meilleur moyen de faire passer un gueule de bois était d'être actif, et il voulait bien essayer de tester cette théorie, histoire de se faire son propre avis sur le sujet. Et là, le coup de grâce. Gustave ? Trop gros ? Il ne put pas retenir un éclat de rire alors qu'il ouvrait plus grand la porte pour qu'elle puisse entrer avec son vélo. Il voulait bien la suivre, mais le café, cette merveilleuse invention, était une condition sinéquanone à sa sortie de l'appartement.

- Sois gentille Mab ! Il est pas si gros, je le sais pour l'avoir vu nu. Il sourit en coin, en allant vers la cafetière. Je sais pas faire de vélo d'ailleurs... Donc je sais pas trop combien de temps on peut mettre... Quelques heures... ?

Une fois le café versé, il posa sa tasse sur la table, s'allumant une cigarette plus que bienvenue. Il avait sorti une autre tasse, ainsi qu'un peu de sucre, et avait posé ces choses devant Mabel avec la cafetière, elle pouvait bien se servir si elle en voulait une tasse. Il n'était pas en pleine possession de ses moyens, cependant, cela ne serait pas forcément très long, il s'était toujours remit plutôt facilement des cuites qu'il avait pu prendre, et si son cerveau semblait mouliner un long moment, son corps lui, semblait regagner ses réflexes plus rapidement.

lumos maxima


And I tried to come up with an artistic way to say they don't know you, and neither do I
Revenir en haut Aller en bas
 
Ride. ◊ ft. Darren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maximum Ride RPG - Partenariat
» take a ride with my best friend. 25 oct. (19h)
» Un malheureux évènement [PV Darren]
» ( Dimitri ) Just ride
» Bumpy ride (+) William

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Song of the Gears ::  :: Le Village-