You ain't nothing but a troublemaker ☾ ft. Lauren
 ::  :: Le Manoir :: Jardin

Lorcan Moriarty
Exploiteur de vices

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
contrôle des sept pêchés capitaux, l'obsession dévorante, le corps brûlant et la tête délirante
☾☾ Bizarrerie :
crazy cat man, c'est un collectionneur de félins en quelque sorte. S'il a le malheur de tomber sur une de ces boules de poils, il l'adopte aussitôt. C'est d'ailleurs comme ça qu'il s'est retrouvé avec dix minets.
☾☾ Années :
Vingt-cinq ans s'inscrit sur ses traits de gamin. Ses traits angélique semblent figés dans la jeunesse éternelle.
☾☾ Occupation :
il travaille au coin gourmandise de la fête foraine, aiguisant la gourmandise des clients les inscitant souvent à acheter davantage ainsi.
☾☾ Missives :
46
☾☾ Trogne & crédit :
joe keery (rhumanesque)


MessageSujet: You ain't nothing but a troublemaker ☾ ft. Lauren   Lun 1 Jan - 4:05

troublemaker
Lorcan & Lauren
If you can get the proper definition of trouble, then we can find out who the real troublemakers are. {FLASHBACK}

Il leva les yeux au ciel, léger soupir d’ennui qui glissa entre ses lèvres. Il observait le paysage avec ennui. Il ne travaillait pas et il n’arrivait pas à mettre la main sur aucun de ses amis. C’était l’une de ses journées ennuyeuses où tu observais les nuages passés en espérant que la nuit tombe rapidement… Et c’est ce qu’il faisait. Assis dans l’herbe, il regardait le vent balayer l’herbe, les feuilles bruisser dans les arbres qui tendaient leurs branches vers le ciel et les insectes qui vrombissaient dans ses oreilles. Lorcan fit une petite moue, pensif. Il passa une main dans ses cheveux, laissant sa main glisser le long de son visage. Cela faisait du bien de ne plus être coincé dans ce corps d’enfant, d’avoir enfin le corps d’un jeune homme. Il avait toujours détesté les boucles, peu importe lesquelles. On lui avait fait faire le tour des boucles espérant qu’il en trouve enfin une à son goût, mais ce n’était jamais arrivé. L’idée de devoir vivre constamment la même journée pendant des années lui donnait la nausée. Il ne comprenait toujours pas à ce jour comment certains avaient réussis à vivre ainsi pendant une centaine d’année. N’étaient-ils pas agacés de vivre la même chose chaque jour, à chaque semaine, à chaque mois et à chaque même ennuyeuse année. La fermeture des boucles et la fête foraine dans le présent, ça avait été une incroyable nouvelle pour Lorcan. Il vivait pour ce sentiment de liberté. Il voulait vieillir et ne pas rester un gamin toute sa vie. C’est tout ce qu’il avait toujours voulu, de la liberté, une vie se rapprochant de la normalité un tant soit peu. Il ne voulait pas être fait prisonnier. Sa maison de jeunesse avait été une prison. Il se rappelait encore son père titubant dans la maison, furieux et saoul. Il avait fui cet enfer non pas pour être enfermé dans un autre. Il avait fait la vie dure aux Ymbrynes pour cette raison. Il était connu pour son caractère difficile, toujours à provoquer des bagarres ou autres… Selon ses envies du moment. Un rire glissa entre ses lèvres à cette pensée.

Lorcan se redressa, sourire amusé étirant le coin de ses lèvres. Pourquoi ne pas leur rendre visite? Cela risquait d’être amusant voir divertissant. Secouant ses vêtements, il se dirigea vers l’entrée de la boucle non sans être légèrement nerveux. Il se savait désormais libre de ses mouvements, mais l’idée de retourner dans un endroit qu’il a tant méprisé lui donnait le tournis. Peu importe était la boucle, elles étaient toutes les mêmes pour lui. Il sentit un frisson courir le long de sa colonne au moment où il entra dans la boucle. Il plissa le nez, sa main venant gratter sa nuque comme pour chasser son malaise. Il inspira profondément, peignant ce sourire arrogant sur son visage et prit la direction du manoir. Pourtant, son assurance revint au galop en voyant des Syndrigastis dans le jardin. Il mit ses mains dans ses poches, avançant nonchalamment vers eux. Ses prunelles malicieuses croisèrent le premier regard puis le second. Après quelques minutes à peine, il s’assied confortablement sur un banc, observant ses deux victimes se disputer.

Une voix le fit tiquer, l’obligeant à détourner le regard du spectacle. Une blonde se tenait non loin de lui. Il haussa un sourcil, le dévisageant de la tête aux pieds. Il ne se rappelait pas l’avoir vu auparavant. Il se rappelait dans tous les cas son visage. Il s’approcha d’elle, oubliant les deux Syndrigastis qui se disputaient violemment. Il passa sa main dans ses cheveux et s’arrêta devant elle, lui faisant son traditionnel sourire de tombeur.
- Hey! C’est bien la première fois que je te vois dans le coin!
Elle venait peut-être d’une ancienne boucle? Elle était peut-être une nouvelle même! Les nouvelles étaient rares. La plupart des Syndrigastis que Lorcan croisait étaient généralement âgés d’une centaine d’année au minimum si ce n’était pas plus. C’était presque impossible de croiser quelqu’un qui était réellement son âge. Attendant une réponse de la mystérieuse blonde, il laissa son regard naviguer sur elle, tentant de voir si sa particularité était visible.
Made by Neon Demon


become the beast ♒︎ QUAND L'ÉVOLUTION CHOISIT SES CHÉNONS, IL Y A UN PRIX À PAYER. ELLE FORMULE DES EXIGENCES, EN ÉCHANGE DE CERTAINS POUVOIRS ET NOUS POUVONS ÊTRE AMENÉS À FAIRE DES CHOSES CONTRE NATURE.
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Atkinson
Jaseur Perdu

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Apprentie Ymbryne « Bombycilla Garrulus »
☾☾ Bizarrerie :
Paquet de nerfs enthousiaste. Bavarde. Grégaire. Percheuse de peignoirs. Offreuse de douceurs. Curieuse apprentie.
☾☾ Années :
18 ans
☾☾ Occupation :
Coursière aventureuse, entre l'apprentissage Ymbryne et ses courses, elle guide les visiteurs à travers la Foire, généralement en soirée.
☾☾ Myocarde :
Les Synri... Syngi... les syngadi... les mutants sont sa nouvelle passion.
☾☾ Missives :
114
☾☾ Trogne & crédit :
Taylor Hickson (& kawaiinekoj)


MessageSujet: Re: You ain't nothing but a troublemaker ☾ ft. Lauren   Lun 1 Jan - 8:37

You ain’t nothing but a troublemaker

@Lorcan Moriarty


Une autre journée dans la boucle, semblable à la précédente. En fait, c’est exactement pareil à la précédente. C’est un peu angoissant. Elle essaie de ne pas trop y penser. Elle a trop de choses à penser pour s’angoisser à penser à cette journée qui reprend, jour après jours. Mais bon, en même temps, c’était certes moins terrifiant que dans le jour de la marmotte. Elle n’est pas la seule et unique à revivre cette journée. Enfin, c’est tout le reste, excepté les Syndr… les mutants qui revivent la même journée. L’environnement est pareil, mais les gens agissent différemment. Les Synd… mutants, non, parce qu,ils sont nettement plus nombreux maintenant qu’il y a quelque temps. Quand elle est arrivée, ils n’étaient pas beaucoup. Maintenant, ils sont quelques dizaines, assez pour faire fonctionner une Foire entière. C’est quand même assez impressionnant, non ? Et Lauren est convaincue que dehors, il y en a d’autres, qui ne savent même pas. Et elle trouve que c’est triste. Elle est contente de savoir, bien qu’avant de savoir, elle n’en souffrait pas. Mais elle sait qu’elle en souffrirait si on lui enlevait tout ça, maintenant.

Elle enfile ses bottes de pluies, met son imperméable rouge coupé style 1940 et prend le parapluie. Elle aime bien sortir durant l’averse. Parce qu’après, il fait soleil. Elle est arrivée en août et elle manque de soleil. Oui, bon elle a profité de quelques belles journées ces derniers jours, à la Foire, mais ce n’est quand même pas assez pour quelqu’un qui est passé du mois d’août au mois de mars en une journée. elle se dit que ça aurait pu être pire. Elle aurait pu se retrouver en janvier et ses températures à peine au-dessus de 0°. Actuellement, il fait 7°. Elle le sait parce qu’il fera 7° toute la journée. Ça descendra à 3° durant la nuit. Elle sait tout ça par coeur. Mais elle a envie de se balader, alors elle sort. Elle est habillée pour l’occasion. C’est toujours l’occasion. Elle n’apprécie pas vraiment être seule, mais juste sortir faire un tour lui fait un peu de bien. Généralement, être seule signifie qu’on a pas eu envie de la voir. Mais ici, surtout depuis que la boucle est unique, les moments où elle est seule, elle ne les rejette pas. Et bon, elle n’est jamais vraiment seule. Il y a toujours quelqu'un pas très loin. Et ça lui permet de réfléchir. Même si elle est plutôt du genre à réfléchir en écoutant System of a Down très fort. Elle pourrait le faire, son téléphone est dans sa poche. Elle le fait, la plupart du temps. Mais elle est troublée par une conversation animée entre deux S… mutants.

- Eh les gars ? les interpelle-t-elle, mais ils ne semblent pas l’avoir entendu.

Elle hésite à se faire remarquer à nouveau, se disant que bon, s’ils ont des comptes à régler, mieux vaut qu’ils le fassent, non ? C’est thérapeutique de s’engueuler, parfois. Se crier dessus un bon coup, ça défoule. Tant qu’on reste raisonnable… et à entendre leur dispute, elle se demande si c’est encore raisonnable. Elle pourrait continuer, après tout, ils sont de grands garçons. Mais elle se dit qu’elle devra peut-être intervenir s’ils en viennent au coups ? Mais là encore, elle est distraite, par une voix, qui la surprend. Ah, tiens, elle ne l’avait pas remarqué celui-là. Et lui non plus d’ailleurs, parce qu’il le lui dit. Non, effectivement, elle ne l’a jamais vu non plus. Même pas quand les boucles ont migrées. Elle a pourtant fait son possible pour aller se présenter à tout le monde.

- En effet, je ne t’ai jamais vu non plus, dit-elle en souriant soudainement.

Elle lui tend la main. Et si son trench à la coupe vintage aurait pu faire croire à une fille de ces années là, le vernis rose fuchsia de ses ongles en fait douter. Ou alors c’est une fille des années quarantes qui adore les vernis flashy.

- Salut ! Moi c’est Lauren ! T’étais de quelle boucle ? Moi, j’étais déjà ici. Enfin, non, pas ici parce que c’est nouveau… mais bon, tu dois le savoir un peu… le quartier des portes et tout ça, heum… je croyais avoir rencontré tout le monde… mais c’est vrai que c’est surtout ceux qui habitent ici. Tu viens habiter ici ? interroge-t-elle, tout sourire.

Elle est plutôt ravie de cet intermède divertissant. Ça ne l’ennuie jamais de rencontrer de nouvelles personnes. Et puis, au sourire qu’il vient de lui faire, il n’est pas trop désappointé de la rencontrer non plus. C’est quand même intéressant et agréable de rencontrer quelqu’un qui n’a pas l’air désorienté ou intimidé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lorcan Moriarty
Exploiteur de vices

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
contrôle des sept pêchés capitaux, l'obsession dévorante, le corps brûlant et la tête délirante
☾☾ Bizarrerie :
crazy cat man, c'est un collectionneur de félins en quelque sorte. S'il a le malheur de tomber sur une de ces boules de poils, il l'adopte aussitôt. C'est d'ailleurs comme ça qu'il s'est retrouvé avec dix minets.
☾☾ Années :
Vingt-cinq ans s'inscrit sur ses traits de gamin. Ses traits angélique semblent figés dans la jeunesse éternelle.
☾☾ Occupation :
il travaille au coin gourmandise de la fête foraine, aiguisant la gourmandise des clients les inscitant souvent à acheter davantage ainsi.
☾☾ Missives :
46
☾☾ Trogne & crédit :
joe keery (rhumanesque)


MessageSujet: Re: You ain't nothing but a troublemaker ☾ ft. Lauren   Mar 2 Jan - 19:37

troublemaker
Lorcan & Lauren
If you can get the proper definition of trouble, then we can find out who the real troublemakers are. {FLASHBACK}

Il avait à peine mis les pieds dans la boucle qu’il ne pouvait empêcher son esprit de constater que tout était pareil que la dernière fois. Tout. Que ce soit de la température jusqu’à l’insecte qui passait devant lui. L’endroit transpirait l’ennui et ce, malgré le fait qu’ils aient choisis une année où la guerre faisait rage. Cette pensée tira d’ailleurs un sourire ironique au jeune homme. Il trouvait ça plutôt débile d’avoir choisi cette période. Il doutait vraiment que quiconque apprécie la guerre au point de vouloir y vivre leur vie que l’on pourrait considérer éternelle dans le cas des Syndrigastis. C’était quelque peu… Stupide. C’est le seul mot qu’il arrivait pour décrire la situation. Il ne comprenait pas pourquoi les Ymbrynes avaient souhaiter s’installer durant une période aussi violente et sombre dans l’histoire de l’humanité. La guerre, c’est pas vraiment le truc qui mettait le sourire aux lèvres et rassurait les enfants une fois la nuit tombée. C’est le genre de truc qui empêchait les jeunes comme les adultes de dormir, car les bombes sifflaient dans le ciel.  Pourtant les voilà, pris dans une guerre jusqu’à ce que la boucle soit peut-être un jour fermée, pris dans une guerre que peu de syndrigastis ne comprennent vraiment incluant Lorcan. Pourtant, c’était tout de même vivable d’une certaine façon à en croire le nombre de ses compères qui vivaient dans cette boucle infernale. Lorcan ne se plaignait que rarement du chaos que les événements pouvaient engendrer, mais la mort, c’était pas son truc. Il aimait le chaos de la guerre, il en aimait pas les conséquences. C’était assez paradoxale comme situation. Il y avait pourtant des choses qui rendaient clairement cette boucle supportable et la jeune femme, du moins, jeune était peut-être un grand mot il ne le savait pas trop, était de ces raisons.  Lorcan n’avait pu empêcher son regard de s’accrocher à celle qui portait un manteau de pluie d’un rouge écarlate et aux cheveux aussi blond que le blé. Son visage ne lui revenait pas et c’était bien dommage. Physiquement, elle semblait un peu plus jeune que lui, mais peu d’années devait les séparer. Après, il ne voulait pas penser à son possible véritable âge, probablement un autre syndrigasti qui avait vécu plus d’une centaine d’années.
- En effet, je ne t’ai jamais vu non plus!
Lorcan ne peut s’empêcher de remarquer ses ongles colorés. Il haussa légèrement les sourcils, remettant en doute son véritable âge. Ou alors, elle est peut-être de visite dans la boucle? Il ne l’avait jamais vu à la foire cependant. Ou elle était peut-être juste une syndrigasti de plus qui cherche à mettre un peu de piquant dans son quotidien monotone. Il tentait de la cerner, mais ne savait trop sur quel pied danser. Elle semblait presque venir de la réalité linéaire, mais qui serait assez fou pour choisir de vivre dans une boucle? Lorcan n’était clairement pas de ceux qui pouvait comprendre le concept des boucles. Vivre éternellement peut être intéressant, vivre constamment la même chose pour toujours, c’était tout autre chose.
- Salut ! Moi c’est Lauren ! T’étais de quelle boucle ? Moi, j’étais déjà ici. Enfin, non, pas ici parce que c’est nouveau… mais bon, tu dois le savoir un peu… le quartier des portes et tout ça, heum… je croyais avoir rencontré tout le monde… mais c’est vrai que c’est surtout ceux qui habitent ici. Tu viens habiter ici ?
Serrant sa main, son sourire séducteur se transforma en un sourire amusé. Elle parlait. Beaucoup. Elle n’avait pas un langage très soigné comme les gens de l’époque donc soit elle s’était adaptée, soit elle n’était pas des plus âgée. Lorcan se gratta la mâchoire, tentant de s’arrêter de se poser autant de questions. C’était une manie depuis quelques années d’essayer de deviner non seulement les particularités, mais aussi quelle époque. Il ne demanderait certes pas ouvertement l’âge d’un Syndrigasti, mais rien ne l’empêchait de faire une sorte de jeu d’élimination dans sa tête.
- Enchanté Lauren! Commença-t-il en lui faisant un clin d’œil. Lorcan Moriarty, mais je ne vis pas dans une boucle et j’ai encore moins l’intention de venir y vivre. Je préfère éviter l’ennui de ces dernières pour jouir de la liberté de la réalité linéaire. Acheva-t-il en haussant les épaules.
Il n’allait tout de même pas mentir sur ses intentions vis-à-vis une boucle. Il l’avait toujours dit haut et fort ce qu’il pensait de ces dernières et aujourd’hui ne serait pas une exception à la règle. À mesure cependant que son attention était porté sur la blondinette, les deux Syndrigastis qui se chamaillaient violemment cessèrent de se crier après, confus.
- Comment se fait-il qu’une aussi jolie jeune femme prenne la décision de revivre constamment la même journée alors qu’il y a la possibilité de profiter davantage de la vie à l’extérieur? Lui lança-t-il, voix douce presque mielleuse alors qu’un sourire en coin étira ses lèvres.
Made by Neon Demon


become the beast ♒︎ QUAND L'ÉVOLUTION CHOISIT SES CHÉNONS, IL Y A UN PRIX À PAYER. ELLE FORMULE DES EXIGENCES, EN ÉCHANGE DE CERTAINS POUVOIRS ET NOUS POUVONS ÊTRE AMENÉS À FAIRE DES CHOSES CONTRE NATURE.
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Atkinson
Jaseur Perdu

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Apprentie Ymbryne « Bombycilla Garrulus »
☾☾ Bizarrerie :
Paquet de nerfs enthousiaste. Bavarde. Grégaire. Percheuse de peignoirs. Offreuse de douceurs. Curieuse apprentie.
☾☾ Années :
18 ans
☾☾ Occupation :
Coursière aventureuse, entre l'apprentissage Ymbryne et ses courses, elle guide les visiteurs à travers la Foire, généralement en soirée.
☾☾ Myocarde :
Les Synri... Syngi... les syngadi... les mutants sont sa nouvelle passion.
☾☾ Missives :
114
☾☾ Trogne & crédit :
Taylor Hickson (& kawaiinekoj)


MessageSujet: Re: You ain't nothing but a troublemaker ☾ ft. Lauren   Sam 13 Jan - 3:25

You ain’t nothing but a troublemaker

@Lorcan Moriarty


Lauren n’était pas du genre timide, ou peut-être que si, un peu, mais elle était trop curieuse, trop bavarde, trop enthousiaste pour que sa timidité l’empêche de parler et d’aller vers les gens. Elle n’avait pas hésité une seconde, quand il lui avait parlé. elle avait marché vers lui et elle s’était présentée, sans la moindre hésitation. Lauren ne dégage pas cette réticence, cette méfiance, cette crainte que possèdent beaucoup de Synd… de mutants. Non, elle n’a jamais été tourmentée. Non, Lauren possédait l’innocence pure d’une enfant choyée, contrairement à beaucoup des résidents du manoir. Curieuse, elle cherchait à connaître les gens et, la plupart de ceux qui sont ou étaient passés au manoir avaient eu affaires avec Lauren, juste pour bavarder, mais elle était allée voir chacun d’entre eux. Mais ce gars là, non. Elle ne le connaissait pas du tout. Et puis ça c’est une poignée de main et non un baise-main qui la rendait un peu mal à l’aise. Elle n’est pas faite en porcelaine, elle préférait de loin une bonne prise de main.

Qu’il soit de la réalité linéaire expliquait son look, son aisance à bavarder et ce manque de retenu que les plus âgée possédaient. C’était quand même agréable de rencontrer quelqu’un qui avait moins du siècle. Il n’avait pas non plus cette sorte de gêne qui caractérisait beaucoup des plus âgé. Comme si les hommes et les femmes étaient tellement différents. Une sorte de malaise due au genre. Et en plus, ce Lorcan vient de la même modernité qu’elle. Il explique qu’il n’a pas l’intention de venir vivre ici pour ne pas se priver des jouissances de la réalité linéaire. Lauren a un hochement de tête, approuvant son affirmation. Effectivement, elle n’avait pas non plus l’intention de passer toute sa vie… et peut-être plusieurs, ici. Non, elle allait faire son apprentissage, ensuite, elle verrait bien ce qu’elle voudrait faire.

- Oh, parce que toi, tu peux te le permettre, dit-elle, tout sourire. Ils n’ont pas tous cette chance.

Ils, parce qu’elle, elle fait parti de ceux qui ont cette chance, comme lui. Elle pouvait aller partout, comme Lorcan, Lauren est libre de ses mouvements. Sa seule entrave, à vrai dire, était sa loyauté toute nouvelles pour les S… pour les mutants. Elle sourit d’avantage lorsqu’il la complimente et l’interroge sur les raisons qui la pousse à venir ici. Il est marrant, comme si ailleurs, c’était plus divertissant. Pour Lauren, la réalité linéaire n’était encore que sa routine habituelle. Ici, c’était tout nouveau.

- Oh, pour moi c’est pas encore toujours la même journée. Enfin, si, certaines choses ne changent pas, dit-elle tournant la tête vers les deux mutants qui se chamaillaient. Elle les fixe quelques secondes, avant de hausser les épaules. Contre sa fesse droite, son téléphone vibre et elle y porte la main pour le faire taire, avant de prendre un peu de recul et d’ouvrir son parapluie. comme cette averse, confie-t-elle au moment ou il se met à pleuvoir à grosses gouttes. Mais j’ai plutôt l’impression d’avoir changé d’univers, plutôt que ce soit une routine monotone, glousse-t-elle, de toute évidence ravie. Et peut-être un brin moqueuse que lui n’ait pas sut qu’il y a une averse tous les jours à cette heure. Parce que, comme il dit, c’est la même journée. [color=#cc6666]J’étais venu les prévenir de l’averse, mais à s’engueuler comme ça, la pluie leur fera du bien[color], chuchote-t-elle, complice, avant de lever un peu son parapluie. Viens, il y a de la place, l’invite-t-elle, généreuse. Et pourquoi toi, tu viens ici dans cette journée perpétuelle du 22 mars 1941 quand tu as la réalité linéaire pour toi ? interroge-t-elle en levant la tête vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You ain't nothing but a troublemaker ☾ ft. Lauren   

Revenir en haut Aller en bas
 
You ain't nothing but a troublemaker ☾ ft. Lauren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Party with a troublemaker ◓ ft. Solveig
» Little troublemaker ◄ Joelynn
» MIJUNG ♥ YOU'RE A TROUBLEMAKER
» 07.Chuuut !...That's a secret ! [TERMINE]
» Men prèv ke Palmantè yo ap fè demagoji ak pèp lan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Le Manoir :: Jardin-