yesterday, we were fine, and now ? (lauren)
 ::  :: Tenterden :: Ruelles Commerçantes

Cornelia Hawkins
Beauté fleurie

avatar
☾☾ Particularité :
C'est la fille aux fleurs comme on l'appelle. Elle est jolie. Elle transpire la bonté avec ses fleurs qui recouvrent ses bras, ses mains. Elle est belle avec ses fleurs châtoyantes. Fleurs souvent roses, fleurs parfois roses, fleurs parfois pivoines. Ces fleurs, elles changent selon les humeurs, selon les élucabrations de la jeune fille. Mais elles restent toujours aussi belles, toujours aussi jolies, toujours aussi fleuries. Rien ne les stoppe. Pas même les briquets qui caressent souvent leurs pétales
☾☾ Bizarrerie :
Elle collectionnes les briquets. De toutes les couleurs, de toutes les formes. Les briquets, elle les adore. Souvent parce qu'elle s'amuse à crâmer ses jolis pétales en espérant qu'un jour ils s'en iront.
☾☾ Années :
dix-huit années, c'est jeune, pour se torturer à coup de briquets
☾☾ Occupation :
jardinière, elle s'occupe à couper les fleurs qui arrivent à se couper sans jamais repousser, elles
☾☾ Myocarde :
libre parce qu'elle ne s'en soucie pas
☾☾ Missives :
27
☾☾ Trogne & crédit :
elle fanning (bazzart)


MessageSujet: yesterday, we were fine, and now ? (lauren)   Lun 1 Jan - 20:42

Autrefois, on était bien et maintenant ?quand l'on se revoit après tant d'années, que se passe-t-il ?

Lauren

Cornelia
C'était une belle journée. Une belle journée pour sortir s'aérer. Il le fallait. Voir l'air, le respirer, l'expirer, le sentir, le vivre. Il le fallait absolument. Parce qu'elle commençait à suffoquer dans ce monde. Elle commençait à suffoquer de toutes ses pensées. Tout cela qui revenait. Les paroles dures de ses parents, la mort d'Isidora. Tout. Tout lui revenait en plein la gueule. Alors, elle avait besoin de sortir. Parce qu'elle savait que sinon ça serait trop. Trop d'émotions à gérer. Trop de mauvais souvenirs. Elle avait commencé à sortir sa collection de briquet. Elle en avait choisi un, l'avait allumé. Même qu'elle avait fait roussir une première fleur avant de se raviser.
Sortir, il fallait sortir. Evacuer la haine par autre chose que le feu. Voir autre chose que le rouge des flammes.
Alors, elle était sortie dans Tenterden. Sortie de sa chambre. Sortie prendre l'air. C'était presque vital. Quasiment vital. Fallait se ressourcer, retrouver le gain de vie. Retrouver l'étincelle qui faisait d'elle la peste qu'elle était. Quasiment l'ombre d'elle-même, elle divaguait. Néanmoins, chaque pas la rapprochait vers une humeur nouvelle, une lumière plus belle que celle de ses briquets. Ses briquets ? Elle n'y pensait presque plus à cet instant. Elle ne pensait qu'à la légère brise. Elle ne pensait qu'au soleil pourtant présent. Elle pensait au contact de la dentelle de ses manches sur ses bras fleuris. Dentelle noire opaque  sur des manches évasées. Tout ceci était parfaitement calculé pour se promener en ville sans des regards inquisiteurs. Sans des regards attendris envers ses bras, envers sa tête d'ange. Elle réprima un haut-le-coeur. Voilà, que les sensations désagréables revenaient. Comme un ouragan, elle revenaient. Elles finissaient par pulluler comme des parasites. Sans foi ni loi, elles envahissaient tous les bons moments qu'elle venait de passer. Cornelia secoue la tête. Comme si ça allait l'aider à chasser ses pensées parasites. Elle pouvait essayer au moins, ça ne coûtait rien. Malheureusement sa tête était déjà envahie. Envahie par les flashbacks, envahie par les anciennes paroles.
Tête baissée, elle traversait les ruelles commerçantes sans les regarder. Pourtant si accueillantes, pourtant si belles. Ces ruelles, elles commençaient à les connaître. Pourtant, elle tapa en plein dans l'épaule de quelqu'un. Cornelia s'arrêta et revint un peu sur Terre. Elle cligna plusieurs fois des yeux. La personne, une jeune fille la regardait toujours. Elle finit par soupirer et rouler des yeux. " Pourquoi tu continues à me regarder comme ça ? Ca t'es jamais arrivé de culbuter quelqu'un en pleine rue ? " Visiblement non. Ca devait être trop pour elle. Cornelia se permit de la regarder de haut en bas. Qui a dit qu'elle n'avait pas le droit de lorgner les gens qu'elle bousculait ? Personne. Alors, elle ne se gênait pas. Et vraiment, Cornelia n'allait pas se bouger tant que l'autre n'avait pas fait le premier pas. Il manquait plus que ça. On se pousse pour Cornelia. Pas l'inverse. C'est tout. C'est un fait, une règle écrite dans le marbre. Tu ne le savais pas ? Alors, voilà, tu peux maintenant mourir en paix, Dieu t'en remerciera.
Cornelia continua l'observation de l'autre blonde. Elle allait souffler mais elle s'arrêta. Elle fit une nouvelle fois un examen complet. Elle fronça les sourcils. Elle chercha dans sa mémoire. Elle avait le front ridé par la réflexion. Elle savait. Il lui semblait que cette mine n'était pas inconnue. Elle voulait parler mais les mots ne lui vinrent pas.
Comment c'était possible ?  


j'ai besoin de fleurs dans ma vie sans qu'elles aient besoin de moi..
(c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Atkinson
Jaseur Perdu

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Apprentie Ymbryne « Bombycilla Garrulus »
☾☾ Bizarrerie :
Paquet de nerfs enthousiaste. Bavarde. Grégaire. Percheuse de peignoirs. Offreuse de douceurs. Curieuse apprentie.
☾☾ Années :
18 ans
☾☾ Occupation :
Coursière aventureuse, entre l'apprentissage Ymbryne et ses courses, elle guide les visiteurs à travers la Foire, généralement en soirée.
☾☾ Myocarde :
Les Synri... Syngi... les syngadi... les mutants sont sa nouvelle passion.
☾☾ Missives :
118
☾☾ Trogne & crédit :
Taylor Hickson (& kawaiinekoj)


MessageSujet: Re: yesterday, we were fine, and now ? (lauren)   Mar 16 Jan - 23:37

yesterday, we were fine, and now ?

Ft. @Cornelia Hawkins


Les courses ! Du routinier, presque rien. Juste pour ne pas en manquer. Ses sacs de courses dans les poches, elle arpente les rues de Tenterden, remplissant ses sacs à mesure de ses achats. Habituée à faire les courses à Londres, c’était particulièrement amusant dans une si petite ville. Elle saluait tous les employés et elle avait même commencé à apprendre leurs prénoms et, pour certains, une partie de leur vie. On parlait librement à Lauren, sans qu’on sache exactement. Elle se demande si sa nature Ymbryne donnait l’impression qu'on pouvait avoir confiance en elle. Elle espérait plutôt que c’était parce que les gens croyaient qu’elle est une fille bien. C’est surtout ce qu’elle espérait être, au fond.

Ses emplettes en cours, elle fit les boutiques les unes après les autres, même si au départ, elle n’avait rien à y acheter, au cas où elle trouverait quelque chose qui pourrait plaire à un des syndra… mutants. C'est ce qu'elle aime, faire plaisir aux s… mutants, parce que beaucoup able triste. Malheureux ? Alors elle veut leur faire plaisir, pour qu'ils soient moins malheureux. Et en ce moment, elle est toute excitée, parce qu'elle vient de dénicher un petit cadeau qui pourrait plaire. Elle se dépêche de payer, sans savoir pourquoi elle se dépêche, elle ne rentre pas maintenant, elle a d'autres courses à faire. Mais elle déboule tout de même sur le trottoir et s'élance vers la droite, quand elle se dit que c'est la mauvaise direction. Bon sang, elle fait toujours ça, sortir d'une boutique et prendre la direction d'où elle vient. Aucun sens de l'orientation elle fait donc un arrêt et un brusque demi tour. Et c'est à ce moment là qu'elle tape dans quelqu'un. Elle émet un petit cri de surprise et vient pour se confondre en excuse lorsqu'elle pose les yeux sur l'autre fille. Oui, parce que c'est une autre fille dans laquelle elle s'est cognée. Mais ce n'est pas n'importe quelle fille. Non, elle sait qui c’est… Eh mince oui, elle sait, mais le nom ne lui vient pas… pourtant, elle sait qu'elle sait qui c'est… mais ça fait longtemps… très longtemps.. presque toute sa vie en fait…

L'autre jeune fille l'apostrophe, lui faisait perdre, durant quelques secondes, le fil de ses pensées. Se faire culbuter en pleine rue ? Euh… Non, ça ne lui est jamais arrivé. Elle comprend ce que la fille qu'elle connaît veut dire, mais le second degré est trop marrant ! Sans pouvoir se retenir, elle pouffe de rire.

- Ah non, je ne me suis jamais fait culbuter dans la rue. Pourquoi c'est à essayer ? Et soudainement, la lumière se fait, bien qu’il n’y ait aucun lien entre un possible culbutage et Cornelia. Cornélia !!!!! hurle-t-elle presque avec beaucoup trop d'exclamation. Bon sang ! Oh oui c'est toi !

Et les mains plein de sacs ne l'empêchent pas de se serrer et de faire une accolade des plus ravie à son amie disparue depuis si longtemps. On pourrait croire que son ravissement de revoir quelqu'un qu'on à pas vu depuis ses huit ans pourrait être feint ou exagéré, mais chez Lauren, il n'y à rien de feint lorsqu'il s'agit d’enthousiasme et de ravissement.
Revenir en haut Aller en bas
Cornelia Hawkins
Beauté fleurie

avatar
☾☾ Particularité :
C'est la fille aux fleurs comme on l'appelle. Elle est jolie. Elle transpire la bonté avec ses fleurs qui recouvrent ses bras, ses mains. Elle est belle avec ses fleurs châtoyantes. Fleurs souvent roses, fleurs parfois roses, fleurs parfois pivoines. Ces fleurs, elles changent selon les humeurs, selon les élucabrations de la jeune fille. Mais elles restent toujours aussi belles, toujours aussi jolies, toujours aussi fleuries. Rien ne les stoppe. Pas même les briquets qui caressent souvent leurs pétales
☾☾ Bizarrerie :
Elle collectionnes les briquets. De toutes les couleurs, de toutes les formes. Les briquets, elle les adore. Souvent parce qu'elle s'amuse à crâmer ses jolis pétales en espérant qu'un jour ils s'en iront.
☾☾ Années :
dix-huit années, c'est jeune, pour se torturer à coup de briquets
☾☾ Occupation :
jardinière, elle s'occupe à couper les fleurs qui arrivent à se couper sans jamais repousser, elles
☾☾ Myocarde :
libre parce qu'elle ne s'en soucie pas
☾☾ Missives :
27
☾☾ Trogne & crédit :
elle fanning (bazzart)


MessageSujet: Re: yesterday, we were fine, and now ? (lauren)   Ven 26 Jan - 9:03

Autrefois, on était bien et maintenant ?quand l'on se revoit après tant d'années, que se passe-t-il ?

Lauren

Cornelia

Comment c’était possible ? Elle n’en revenait tout simplement pas. C’était elle. Avec quelques années de plus. Avec l’âge, la puberté en plus, avec le fait d’être une vraie femme maintenant. Son nom lui vint sur le bout des lèvres mais elle n’avait pas pu le prononcer. Comme si c’était interdit. Parce que c’était impossible. Un truc comme ça, ça arrivait trop peu.
Mais qu’est-ce qu’elle foutait là bordel de merde ? Une autre question qui lui vint. Cette question tourna encore et encore dans la tête de la fille aux fleurs. Plein de possibilités lui vinrent dans la tête. Trop même. Peut-être même que Lauren l’espionnait. Bon, ok, c’était l’hypothèse la plus improbable mais bon. Il en fallait au moins une pour flatter son ego. Quand même, faut pas déconner non plus. Les compliments, ils doivent bien sortir de quelque part. Alors, elle se les fait à elle-même. Ce sont des compliments. On s’en fout d’où ils viennent.
Elle ne sait pas comment réagir face à cette amie disparue depuis tant d’années. Elle essaye d’ouvrir la bouche mais rien ne sort encore. Alors, elle préfère la laisser parler. Ce qu’elle fit presque aussitôt. » Ah non, je ne me suis jamais fait culbuter dans la rue. Pourquoi c'est à essayer ? « Cornelia lève les yeux au ciel. Quelle naïveté. Exaspérant. Vraiment. Mais bon, c’est Lauren. Il ne faut pas chercher à comprendre. Je crois. Mais si elle insistait, elle allait lui faire essayer bien d’autres choses. Et ça allait faire bizarre à Lauren. Vraiment. » Cornelia !!!!! Bon sang ! Oh oui c'est toi ! « La jeune blonde sourit tout en se cachant les oreilles. C’est qu’elle crie fort ! Ce n’est plus cette voix d’enfant. C’est une vraie femme avec une voix qui porte un peu trop. Cornelia lève une nouvelle fois les yeux en l’air. Ca en devenait presque une habitude dis donc. Mais Cornelia souriait. Parce qu’elle ne niait pas que ça lui faisait plaisir. Mais son sourire s’effaça plutôt vite. Ne pas montrer ses sentiments, ne pas montrer ses sentiments. La fille fleurie regarda ses ongles, d’un air presque dédaigneux. Mais elle se fit enlacer bien trop vite. Une accolade on dirait plus. Mais Cornelia était bloquée. " Oui, bon, Lauren, t'es bien gentille mais j'aimerais pouvoir respirer s'il te plaît. " C'était bien entendu faux. Elle pouvait largement respirer. Elle n'aimait pas les effusions de joie. Elle n'était pas vraiment d'humeur à ça. C'était sûrement le mauvais jour. Mais elle allait peut-être se laisser aller.  Elle allait peut-être se laisser approcher. Même en cas de coup dur. Parce qu'après tout, Lauren était son amie d'enfance. Les souvenirs envahirent la jeune blonde. Leurs rires de fillettes résonnaient dans sa tête. Les jeux, les pleurs. Toute leur enfance quoi. Cornelia se surprit à sourire. Sourire indéfectible. Sourire qui ne partait malgré les efforts. Cornelia se laissa aller. Elle en avait besoin en fait. Besoin d'elle. Besoin de joie et de ravissement. Besoin de sa bonne humeur.
Elle avait besoin de sourire tout simplement.



j'ai besoin de fleurs dans ma vie sans qu'elles aient besoin de moi..
(c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: yesterday, we were fine, and now ? (lauren)   

Revenir en haut Aller en bas
 
yesterday, we were fine, and now ? (lauren)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tarte fine abricots/frangipane
» Caaat powaaaaaaaa! /ZBAF/ Prèz' de Fine Patte :
» Fine fleur et fine lame, un détonnant mélange !
» {fini} I've been doing just fine - Kiran ft. Haileen
» everything will be fine ▲ GEMVEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Tenterden :: Ruelles Commerçantes-