(maramis) la fleur qui s'épanouit dans l'adversité est la plus rare et la plus belle de toutes
 ::  :: Alentours

Aramis O'Malley
Elfe Grincheux

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Des oreilles longues et pointues rappelant celle des créatures fantastiques sorties d'un livre de Tolkien ou de ce mythe du bonhomme du Pôle-Nord
☾☾ Bizarrerie :
Malgré le paradoxe, il est obsédé par la période de Noël
☾☾ Années :
Né le 1er janvier 1900, il a vécu sa première boucle en 1945, donc en apparence 45 ans, malgré ses 117 ans en réalité
☾☾ Occupation :
Depuis son entrée dans la boucle, il vit son existence bien simplement. Ancien apothicaire, il aime peinturer les plantes et les étudier, mais il n'a pas de métier précis
☾☾ Myocarde :
Il aime rester seul, il ne s'en plaint pas. Et pourtant, il ne le dit pas, mais Aramis aimerait se trouver un compagnon. Sauf qu'il est trop grincheux
☾☾ Missives :
150
☾☾ Trogne & crédit :
ce bougre de sacquet tsss (vava de kawaiinekoj), signature de ASTRA, code rp de nenes


MessageSujet: (maramis) la fleur qui s'épanouit dans l'adversité est la plus rare et la plus belle de toutes   Mar 2 Jan - 18:17

Mara et Aramis


la fleur qui s'épanouit dans l'adversité est la plus rare et la plus belle de toutes

Il m’arrivait de passer des heures dans mon jardin, sans jamais y sortir. Malgré le soleil qui pouvait brûler, je passais mes journées à jardiner, à nettoyer les bonnes et les mauvaises herbes. Je faisais toutes sortes de petites tâches qui me permettait de bien entretenir la verdure que j’avais mis dans mon espace dans la temporalité et dans la boucle. Je vivais très bien cette situation. J’étais de retour dans la réalité linéaire pour un temps indéterminé et je savourais chaque instant. La porte d’entrée de la maison restait fermée à clé et j’avais parfois mon brave Rudolph qui venait s’étendre dans son panier que je mettais à l’extérieur pour qu’il puisse venir se reposer. Après un ménage des mauvaises et des bonnes racines, je m’afférais donc à faire une petite cueillette pour les herbes de thé que j’avais laissé pousser. J’avais été heureux de constater qu’elles étaient encore intactes, malgré mon absence de quelques jours. Il y avait de la camomille et de l’hibiscus qui allaient me permettre de me faire un thé frais dans l’après-midi. C’était ma routine et jamais autre chose : après le jardinage, je m’installais confortablement dans mon fauteuil avec une bonne tasse de thé chaude et je regardais la nature faire son travail. J’étais assez patient pour ça, regarder les plantes réagir ou simplement me reposer devant un bon livre. Rien ne perturbait ce moment. Parfois, il m’arrivait aussi d’aller faire un tour aux alentours, Rudolph au bout de sa laisse et d’observer ce qui poussait ailleurs ou pour aller faire quelques courses pour le strict nécessaire dont j’avais besoin. Mais ce n’était jamais très long, je revenais vite à la maison. Sauf que j’étais si fraîchement débarqué dans la réalité linéaire que je voulus savourer chaque moment, chaque petit instant que je passais dans mon jardin ou dans mon salon à lire un nouveau chapitre d’un nouveau livre de médecine.

Mais que ce jour-là, toute ma petite routine fut anéantie par un tocage à la porte d’entrée. Alors que j’avais terminé une journée de labeur très intense dans le jardin à faire mille et une choses pour l’améliorer, je m’étais fait une bonne tasse de thé avec des extraits d’hibiscus et de camomille que j’avais fraîchement cueillis dans le jardin. Rudolph était étendu dans son panier, près de la cheminée et j’avais tout installé pour passer un après-midi de lecture tranquille et seul, surtout. Alors que je fus confortablement assis, on frappa à ma porte. Rudolph releva la tête et alla gratter à la porte. Parfois, il pouvait m’être très utile, mais il y avait des fois où je me demandais ce qui lui passait par la tête à me faire repérer dans ma maison, alors que je voulais clairement qu’on me laisse tranquille. Cependant, j’étais loin de me douter que cette rencontre allait être des plus délicates. Je ne sais toujours pas si Rudolph l’avait senti, mais il n’arrêtait pas de gémir et de gratter le bois. « C’est bon, j’y vais ! » Pourtant, la personne ne s’était pas faite insistante. Lorsque j’ouvris la porte, je découvris une jeune fille sur le tapis de mon entrée. Je ne l’avais jamais vu et je me demandais ce qu’elle me voulait. « Je peux vous aider, mademoiselle ? » Elle me semblait un peu perdue, au début, alors, je me demandais si elle avait besoin d’aide pour se repérer ou quelque chose dans le genre. Et Rudolph était trop amical avec elle pour que je puisse la bannir. J'étais peut-être grincheux, mais il m'arrivait de laisser mon animal me dicter le comportement à adopter, parfois. Et puis, la nuit allait bientôt tomber, donc...


❝ v'la c'qu'aramis o'malley déteste ! ❞ tordez les roses blanches puis les plantes vertes briser les pots en milles morceaux casser le muguet et puis les géraniums, v'la c'qu'aramis o'malley déteste !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
(maramis) la fleur qui s'épanouit dans l'adversité est la plus rare et la plus belle de toutes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pansy Parkinson -La fleur qui s’épanouit dans l’adversité est la plus rare et la plus belle de toutes.
» " La fleur qui s’épanouit dans l’adversité est la plus rare et la plus belle de toutes.."[Eléa Stiles]
» [TERMINE] C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais amis - Casey et Robert
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Problème avec lokhlass

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Alentours-