Sad Girl
 ::  :: Le Manoir :: Bibliothèque

Achille Caplan
démon veilleur

avatar
☾☾ Particularité :
Apparence démoniaque. Deux protubérances pointues se hissent sur le sommet de son crâne tandis qu'une queue noire, pointue, venimeuse, naît au bas de son dos.
☾☾ Bizarrerie :
Craint la douzième minute de la douzième heure de la journée. Cet instant tout particulier le terrifie, sans raisons connues de sa part, et la seconde qui suit, toute peur quitte son organisme.
☾☾ Années :
Quarante-six années se sont écoulées derrière lui.
☾☾ Occupation :
Protéger les êtres englobés sous la boucle, veiller à leur sécurité à la fois au sein de cette boucle mais aussi à l'occasion au sein de la fête foraine.
☾☾ Missives :
69
☾☾ Trogne & crédit :
Richard Armitage


MessageSujet: Sad Girl   Mer 3 Jan - 20:15


Sad GirlDeryn & Achille
Des perles translucides glissaient le long de ses joues. Elle les laissa couler quelques secondes, quelques instants fugaces de faiblesse inappropriée. Ensuite, ses longs doigts fins se soulevèrent et allèrent cueillir ces gouttelettes. Les écrasant entre deux doigts, un sourire triste illumina son visage. Assise sur le rebord d’une fenêtre, elle semblait tirée d’un conte pour enfants. La mélancolique princesse, le regard perdu vers l’horizon, attendant. Quoi exactement ? Personne ne le savait. Elle attendait, tout simplement.

Achille s’avança vers elle et dès que les bruits de ses pas se firent entendre, dès qu’il décolla de la pénombre et entra dans la lumière, le visage de la belle s’illumina. Masque de fierté, elle ne voulait démontrer ses éphémères failles, ses faiblesses humaines. Un sourire aux lèvres, la demoiselle aurait aimé duper Achille. Elle aurait aimé qu’il ne vienne pas s’asseoir lentement à ses côtés pour la regarder droit dans les yeux. Beaucoup d’autres auraient fait comme si ce nostalgique spectacle n’avait pas eu lieu. Après tout, c’était simple d’oublier. Si simple, à vrai dire. Mais le monstre aux apparences diaboliques ne craignait pas la difficulté. Ses yeux bleus se posèrent dans les iris encore légèrement brillants de son amie et il brisa le silence : « Raconte-moi ».

Son sourire fana instantanément. Comme une fleur effleurée par Mara et son étrange don mortel pour les plantes. Elle était prise sur le fait, piégée face à une vérité qu’elle ne voulait affronter. Alors, elle se résigna. Son visage se baissa, imperceptiblement. Un autre sourire naquit sur sa belle bouche, un sourire plus mélancolique que jamais. Ses doigts s’aventurèrent cette fois dans ses longs cheveux qu’elle tritura nerveusement. « C’est idiot ». Achille la fixa, sans un mot, sans un bruit. Ce qu’elle avait sur le cœur semblait la gêner mais elle n’osait en parler. Trop attachée qu’elle était à ses valeurs. Femme forte, elle ne laissait pas souvent apercevoir ce qui se trouvait sous son armure d’acier. « Ce ne sont vraiment que des bêtises ... ». Et pourtant, elle lui raconta.

Elle lui révéla son idée futile d’aller voir une diseuse de bonne aventure. Une jeune femme qui, selon la rumeur, savait interpréter le langage des étoiles mais aussi celui des lignes de la paume. Achille retint un sourire narquois en entendant cela. Lui le cartésien, lui le logique. Tout cela sonnait comme des sornettes à ses oreilles. Son avis, il le garda précieusement. Offenser son amie n’était pas ce qu’il recherchait. Alors, il la laissa parler. Elle se confia, se livra sans censure. Le gardien acquiesçait parfois d’un hochement de tête, prouvant par ce simple geste qu’il écoutait le récit. La jeune femme conclut par un geste vague de la main. « Tout ça n’a vraiment rien d’important. Tu sais, je crois que c’est cette boucle qui me rend nostalgique ». Elle haussa les épaules et son regard se tourna à nouveau vers l’ailleurs.

Achille se redressa et murmura quelques mots à la jeune femme. Il traversa alors le manoir et se dirigea vers la bibliothèque. Salle où, visiblement, il était parfois possible de retrouver cette diseuse de bonne aventure. L’homme avait quelques détails à régler avec elle. La colère serpentait dans ses veines mais c’était surtout l’incompréhension qui régnait dans sa tête. Quel intérêt tirait-elle à faire cela ? Mis à part dépouiller des esprits crédules ? Peut-être cherchait-elle à accumuler une connaissance des profonds secrets des gens ? Peut-être avait-elle de bien plus sombres desseins que de simplement lire les lignes de la main. Achille calma ses ardeurs. Sans doute n’avait-il pas à s’inquiéter. Un malentendu, voilà tout.

Quand il entra dans la bibliothèque, il en percuta le silence. Ces lieux l’avaient toujours un peu gêné. Il y trouvait la paix, le calme, l’apaisement même. Malgré tout, Achille s’y sentait comme enfermé dans un espace étroit. Ses pas le guidèrent à travers les allées, certains individus avaient optés pour un bouquin qu’ils dévoraient à même le sol. Assis contre les étagères, les pages sous les yeux, ils faisaient défiler les mots dans leur esprit sans se préoccuper du confort de leur dos. Achille peinait à les comprendre. Il persévéra.

Enfin, elle se dessina. Assise dans un fauteuil juste à côté d’une large baie vitrée. Peut-être était-ce les rayons de lumière qui se perdaient sur sa peau pâle ou encore la façon dont ses cheveux chutaient sur ses épaules. Qu’importe la raison, sur le moment, Achille la trouva sublime. Une magnifique jeune femme qui devait probablement ajouter son charme naturel à ses atouts pour duper les autres. Le démon s’avança jusqu’à elle et sans en demander la permission, s’installa dans le fauteuil libre qui faisait face à la jeune femme. « Bonjour ». Un simple mot qui claqua dans l’air, telle une menace. Les doigts d’Achille se posèrent sur les accoudoirs du meuble et il se cala le dos dans le dossier pour rester bien droit. « C’est vous la ... voyante ? divinatrice ? ». Il n’avait aucune idée du terme employé pour définir ces individus qui se leurraient dans des signes inexistants. Son hostilité était presque palpable. Quoiqu’avec Achille, c’était plutôt son attitude habituelle.
©  YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Deryn Lund
antenne divinatoire

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Magnétisme exacerbé, elle voit les énergies des corps, arrive a en modifier la polarité. Sans arrêt, a besoin de trouver la balance pour ne pas se vider.
☾☾ Années :
Fixée comme sur le papier au milieu de sa vingtaine. Les souvenirs de ses premières aubes appartiennent à la naissance du XXe.
☾☾ Occupation :
Diseuse de bonne aventure et exploratrice des arts divinatoires, elle lira les énergies pour vous.
☾☾ Missives :
166
☾☾ Trogne & crédit :
Hadid


MessageSujet: Re: Sad Girl   Sam 6 Jan - 1:18

Les écumes opiacées s’étaient déposées comme un voile, la sorcière avait pris la conscience de l’extrême lourdeur de son poids. Pourtant plutôt fine, elle ressentait toutes les particules de sa carcasse, ses muscles et leurs mouvements lents. Deryn planait dans la nitescence factrice d’une lueur de bougie, la carte du ciel s’était déployée et elle s’y était profondément échouée. La sensation d’être cloué au sol et d’avoir le monde se déployer devant soi. L’ennui, la solitude habituelle lui avait donné l’idée de s’explorer. De toucher son propre être en explorant sa psyché grâce aux plantes, des restes de son passage à la Monte Verità dans les années mille neuf cent vingt. Et puis l’aperçu de ce magnifique paysage hiémal ou elle s’aventurait dans le froid tout en ayant la température d’un volcan en fusion. Elle était tropique dans un hiatus à la vie, elle ressentait le bien-être s’étaler sur sa peau. Le temps était distendu, elle s’était endormi dans une neige imaginaire et elle s’illuminait dans le tapis cotonneux qu’elle a dû prendre pour un nuage. Elle eut l'aubaine de trouver des réponses à ses démons dans des phases illusoires.

Quelques heures plus tard, elle s’était réveillé avec la sensation d’avoir dormi vingt ans. Elle s’était habillé dans sa robe couleur de nuit tellement longue qu’il lui semblait qu’a chaque fois qu’elle marchait, elle apportait la nuit sur le plancher, derrière elle. Deryn avait envie de l’enlacer tellement était douce. Elle s’était mise à descendre la montagne qui semblait être les escaliers. Les pupilles encore dans les rivages, elle avait porté son corps dans la salle d’entraînement. Un individu de type féminin, une créature ressemblant à une Iemanja sortie des eaux à cause de la couleur de son aura, lui avait demandé avec une douce voix si elle pouvait se placer contre le mur. Les effets illusoires se dissipaient, mais elle l’entendait parler comme si elle susurrait avec sensualité dans son oreille lui demandant d’ouvrir les bras. Deryn accepta elle ouvra les bras comme si elle avait le souhait très profond de s’envoler et elle se plaça correctement contre le mur et puis quelques secondes plus tard, Iemanja lança des coups de couteau qui lui naissaient des phalanges. Adrénaline, alors, poussa dans son cœur, le myocarde enhardi par les couteaux qui lui se plantait contre le mur, entourant son bras. Elle aurait bien crié mais les lippes étaient closes, serrées, pétrifiées. Quand la surprise venait taper à sa porte, Deryn ne répondait généralement que par le silence. Les morceaux de folie ne se distillaient pas à la barrière de sa bouche, le sentiment agressif d’inquiétude que les lames surprises ne la touchent était pourtant là et un morceau son cerveau essayait d’analyser rationnellement la situation. Mais bien sûr, ça lui était totalement impossible alors elle restait méduser contre le mur qui devint d’une rudesse malfaisante. Une fois que la créature eu fini son entrainement, Deryn s'échappa de la salle en rigolant nerveusement puis en allant s'égarer dehors.

Ainsi, la sorcière s’échappa pendant quelques heures se promenant à travers sur les routes trouvant une rédemption dans la grisaille. Le temps roulait, la normalité de ses pensées et de son état revint à la normale. Les fantaisies étaient passées. L’échappée avait pris fin. Elle décida de rentrer sur les pas de la réalité alterné de la boucle, elle retrouva le plancher et elle enleva les petites branches qui s’étaient faufilés pour que sa robe de nuit reste toujours l’épais nuage de nuit propre. La médium avait envie de lire, s’isoler dans un endroit capitonné de livre qui la rassurait temps. Ses doigts valsaient dans la diversité des ouvrages et son intérêt, c’était posé sur un ouvrage anonyme de poèmes incendiaire. Toute sa substance se déposa sur un fauteuil idéalement positionné près de la baie vitré, la place lui faisait un appel de plus, l’averse n’était pas encore passé alors bientôt la pluie allait se déposer sur la vitre en réalisant l’une des mélodies favorites de Deryn.  


Les mots de passions dévalaient à travers ses yeux, la nostalgie et la puissance des sommets de l’origine du monde. La tristesse emportait Deryn dans les mots de l’auteur qui débordait de vérité pour son amante, une sensibilité magnifique, rempli de nécrose, elle se baladait dans la promenade des pages. Et puis une salutation brutale était tombée dans l’air comme un coup de tonnerre la sortant brutalement de sa lecture ou elle s’était logé, niché en se cachant du monde entier. Ivre de sa lecture, elle se sentait mise à nue dans sa contemplation des syllabes d'un écorché. «  Bonjour » lui avait retourné dans sa surprise Deryn qui reprenait conscience du monde, intonation douce. Elle avait perdu de la puissance face a tous les silences dans lesquels elle s'était plongée. Apparemment, il ne trouvait pas d’adjectif à ses activités qu’elle pratiquait dans la fête foraine. Vu la vibration dans laquelle il se trouvait, l’homme avait une chose à dire. Les pupilles foudroyantes, le fantassin de la colère avait un physique avantageux composé d’une testostérone palpable et intéressante, mais que Deryn ne trouvait pas menaçante, elle prenait l’agressivité de ses mouvements et de sa voix comme une maladresse de communication relative au sentiment passager qui semblait se balader en lui. Pour Deryn, c’était un inconnu.   «  Hum… Je préfère le terme médium, mais libre à vous. Deryn et vous ?  » Elle préférait médium, car ça correspondait mieux à sa particularité. Médium voulant dire en latin intermédiaire et c’est ce qu’elle voyait, sa sensibilité était intermédiaire, différente. Sa sensibilité était différente «  Je ne pense pas vous connaître »   elle avait fermé son livre en retenant la page avec son doigt, comme pour le dissimuler intimement. La voix de la médium était assez feutrée sans pour autant chuchoter, car dans un tel endroit, il était plus agréable pour les autres lecteurs de chuchoter, même si en réalité bibliothèque était déserte aujourd'hui. Et puis la pluie commença à faire son apparition sur la vitre et la musique faisait son arrivé, elle eut le regard fuyant sur la vitre et un sourire admirateur. Elle se reconcentra sur son interlocuteur. «  Je peux vous aider ? »   Deryn l'observa avec attention, sa posture ainsi que les courbes de son visage.


vertige éphémère
All the lucky ones kept fucking it up  threatened our lives but it wasn't enough. didn't wanna sit down, couldn't listen to nobody  so everybody went out of control. Everybody went to outer space, i'm the only fool who stayed   thrashing in platinum dust, damage that can't be undone, tragic of weapons   


Dernière édition par Deryn Lund le Jeu 18 Jan - 22:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Achille Caplan
démon veilleur

avatar
☾☾ Particularité :
Apparence démoniaque. Deux protubérances pointues se hissent sur le sommet de son crâne tandis qu'une queue noire, pointue, venimeuse, naît au bas de son dos.
☾☾ Bizarrerie :
Craint la douzième minute de la douzième heure de la journée. Cet instant tout particulier le terrifie, sans raisons connues de sa part, et la seconde qui suit, toute peur quitte son organisme.
☾☾ Années :
Quarante-six années se sont écoulées derrière lui.
☾☾ Occupation :
Protéger les êtres englobés sous la boucle, veiller à leur sécurité à la fois au sein de cette boucle mais aussi à l'occasion au sein de la fête foraine.
☾☾ Missives :
69
☾☾ Trogne & crédit :
Richard Armitage


MessageSujet: Re: Sad Girl   Lun 8 Jan - 21:14



Sad GirlDeryn & Achille
Il la dérangeait. La bousculait dans ses divagations mentales. Tant mieux. C’était précisément ce qu’il voulait. Elle lui répondit d’un « bonjour » léger, presque trop. Achille s’installa dans le fauteuil en face d’elle. Cette étrange jeune femme dégageait quelque chose d’insaisissable. Elle se voulait mystique, elle se voulait drapée dans le mystère. Chaque geste, chaque parole, chaque regard devait être pensé pour coller à ses desseins. Medium. Un terme creux, un terme qui voulait tout et rien dire. Encore un écran de fumée. Le protecteur garda son jugement incisif pour lui, préférant observer avec intérêt cette ensorceleuse. Deryn. C’était donc son nom, première étape. « Achille ». Craché avec véhémence, telle une menace.

L’homme ne voulait pas se montrer si bourru, son jugement négatif prenait le dessus sur sa volonté. Deryn ferma son bouquin, le glissa imperceptiblement vers elle comme pour le dissimuler. Il ne le remarqua que du coin de l’œil, sans y prêter la moindre attention. Son intérêt était tourné vers son visage. Beau, pourvu de lèvres pleines, d’un nez droit et d’un regard profond. En d’autres circonstances, Achille aurait pu se laisser subjuguer par une telle beauté. Sauf qu’il n’était pas là pour la contempler mais bien pour avoir une discussion sérieuse. « En effet, nous ne nous connaissons pas ». Toujours ce même ton tranchant, sec comme du bois brut. Alors que la demoiselle s’efforçait de garder un ton assez discret, la voix rauque d’Achille perturbait la quiétude des lieux. Qu’importe. Personne n’oserait lui dire quoi que ce soit, il le savait.

Après avoir été distraite par la pluie venant s’écraser contre les vitres et la mélodie engendrée par cette averse, elle tourna enfin toute son attention sur lui. « Je crois que vous en avez déjà assez fait ». Achille se redressa sur son siège, le dos droit et les coudes posés sur les genoux, il se pencha vers l’avant afin de parler à la jeune femme comme s’il lui révélait un secret. « Jouez la carte de la médium autant que vous voulez. Parlez avec tous les esprits si ça vous fait plaisir. Allez même lire l’avenir dans les grains de café. Faites-vous plaisir. Mais évitez de raconter vos salades à des personnes qui pourraient en souffrir ». L’homme retourna poser le dos contre le dossier de son siège. Il secoua la tête négativement, consterné. Elle l’avait déconcentré, Deryn, durant un instant. Mais sa détermination n’en était que revenue au galop.

« Je ne comprends pas l’intérêt que vous trouvez à démoraliser les autres ». Il soupira. Le démon tâcha de se reconcentrer. Il n’était pas là pour la lapider ni pour jeter l’opprobre sur son passe-temps. Il était pour protéger les âmes innocentes. Ces mêmes âmes qui, livrées aux mains calomnieuses de Deryn, souffraient en silence. Achille se devait de leur venir en aide car personne d’autre ne le ferait. Il y avait tellement plus grave que les présages obscurs d’une diseuse de bonne aventure. Et pourtant, quand cela touchait ses proches, l’homme intervenait. « Alors oui, puisque vous le proposez, j’accepte votre aide. Aidez-moi à comprendre votre but ». Il croisa les bras sur le torse et la fixa longuement. Elle avait beau être d’une beauté étourdissante, il ne parvenait qu’à voir le danger dans ses yeux.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Deryn Lund
antenne divinatoire

avatar
☾☾ Miroir :

☾☾ Particularité :
Magnétisme exacerbé, elle voit les énergies des corps, arrive a en modifier la polarité. Sans arrêt, a besoin de trouver la balance pour ne pas se vider.
☾☾ Années :
Fixée comme sur le papier au milieu de sa vingtaine. Les souvenirs de ses premières aubes appartiennent à la naissance du XXe.
☾☾ Occupation :
Diseuse de bonne aventure et exploratrice des arts divinatoires, elle lira les énergies pour vous.
☾☾ Missives :
166
☾☾ Trogne & crédit :
Hadid


MessageSujet: Re: Sad Girl   Jeu 11 Jan - 16:01

Le cerveau encore voilé par les poèmes qui se racontaient dans son livre, elle eut un tantinet du mal à fixer longuement son interlocuteur. Distraite, malgré elle. Achille, syllabes lancées comme une arme dans l’air. Il souhaitait inspirer la crainte ? Sans grand résultat. Deryn ne craignait pas son interlocuteur cependant elle y été attentive. Prénom totémisé, héroïque, iconique coulant comme un joyau dans les mythes. Glorifié comme un soldat à la morale parfaite, il était fort et pourtant, il donnait la main à la tristesse. Pourtant tombé malheureux, à cause, de son talon. Elle se demandait ce qu’Achille lui voulait bien, a briser sa bulle avec des ondes négatives qui transpiraient de ses yeux a son égard.

Achille semblait bétonné. Tenue dans une armure, elle observa ses mouvements. Non, il ne la connaissait alors ? Qu’avait-elle fait ? Une maladresse ? Ce n’était pas impossible, Deryn était parfois maladroite. Les mots de l’homme claquaient dans l’air, sans délicatesse, ni discrétion. Les accusations frôlaient les tympans de la jeune femme. Elle eut envie de rire lorsqu’il parla ainsi des grains de café, mais à la place de ça elle ouvra grand les yeux, car l’homme était très sérieux. À l’entendre, elle était gourou d’une secte. Elle ne faisait qu’utiliser sa particularité de façon productive pour améliorer la résistance de celle-ci et ainsi de pouvoir aiguillé les personnes. Visiblement, une personne souffrait de l’aide qu’elle avait pu délivrer. L’empathie indirecte se posa dans le cerveau de Deryn, certaines personnes étaient réceptives, d’autre non. Les personnes qui n’étaient pas réceptives, Deryn ne faisait rien. Il s’agissait donc d’une personne qu’elle avait reçue. Les cartes du tarot pouvaient être à l’origine, car l’interprétation dépendait de la clarté des questions posées. Aussi, Deryn ne prétendait pas voir l’avenir, c’était prétentieux vu le nombre de possibilités, elle interprétait l’énergie qui tombait entre les arcanes. Elles décrivaient le passé, l’état actuel, les vibrations profondes qui existaient parfois même insoupçonné. Les accusations lésionnaires tombaient dans la bouche de l’homme. Deryn écouta la conjugaison de son animosité, il lui demandait de comprendre le but de tout ça. Elle avait à faire à un cartésien, ça ne la dérangeait pas, il avait le droit de penser que tout c’était des foutaises aussi clairement. Elle n’était pas troublée, car avant tout Deryn était une femme de calme. «  Libre à vous de ne pas croire, je respecte tout à fait votre avis. »   Il n'avait pas à se sentir incompris et Deryn le concevait très bien, elle ne forçait rien non plus. «  ma particularité me fait sentir au delà de ce qui est matériel. Je suis réceptive aux ondes qui sont produites dans mon environnement. Le mot médium veut dire intermédiaire. C’est un autre sens, c'est tout. »   simplement, calmement elle lui avait expliqué ce qui était avant de lui expliquer son but, même si en soit ça n'en était pas un. «  Je ne cherche pas à démoraliser  les autres. Mon but c’est d’aider les personnes qui viennent à moi à traduire l’énergie. A les aider à la changer si elle n’est pas la bonne, ça me permet aussi de me confronter à ma particularité, qu’elle soit au moins utile et d'avoir une meilleure résistance à ses conséquences. »  

Elle ne pouvait pas en vouloir à cette homme s’il avait vu la souffrance chez une personne. Cependant, Deryn ce demanda qui ? Qu’elle était la souffrance, la déception ? Parfois les doutes faisaient partie du chemin et après la déception apparaissait les aurores ou l’humain cherchait en lui la force de se surpasser. Instinct animale, ou pépite de génie qui fleurissait dans l’obscurité. Elle n’était pas maitresse du destin, ni du cerveau toutes les personnes encore moins de l’univers tout entier. Achille était donc un protecteur, valeureux chevalier mais l’agression et la colère était nocif pour lui car elle se nourrissait de son être mais si elle était présence c'était qu'il la laissait faire. «  Pouvez vous me dire qui est venu vers moi et souffre de ce que j'ai pu lui dire ?  » Deryn irait la voir directement, elle n'avait pas besoin de l’intermédiaire d’Achille pour ça étant donné qu’il n’était pas directement concerné. «  il est possible que la remise en question soit une phase pour le chemin vers ses réponses »   c’était souvent le cas, le doute permettait de voir les possibilités parfois il accablait l’être d’un nuage épais et lourd. Deryn le savait bien, elle aussi en subissait les conséquences. Tout le monde voulait se sentir bien, être bien, mais c'était utopique.  


vertige éphémère
All the lucky ones kept fucking it up  threatened our lives but it wasn't enough. didn't wanna sit down, couldn't listen to nobody  so everybody went out of control. Everybody went to outer space, i'm the only fool who stayed   thrashing in platinum dust, damage that can't be undone, tragic of weapons   
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sad Girl   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sad Girl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]
» [MISSION] Escort Girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IMAGINARIAE CURIOSITATES ::  :: Le Manoir :: Bibliothèque-